Sicard et Evans champions du monde

Petit retour sur les résultats du week-en des Mondiaux.

Chez les élites, Cadel Evans a sauvé une saison 2009 en demi-teinte (difficiles Tour de France et Vuelta) en remportant le titre mondial de bien belle façon, c’est à dire en solo après un superbe effort de plusieurs kms dans le final. Il fallait être costaud pour s’imposer de la sorte aujourd’hui, le groupe de chasse étant composé d’à peu près tous les favoris. Ceci étant dit, les Espagnols, en surnombre, ont probablement mal joué leurs cartes dans le final, ayant Valverde, Rodriguez et Sanchez dans le coup. Cunego et Cancellara étaient pour leur part très isolés, tout comme Gilbert.

Quoi qu’il en soit, Evans, premier champion du monde sur route australien, peut dire un grand merci à son équipe nationale aujourd’hui, surtout Stuart O’Grady qui a fait un gros travail pour ramener les échappées.

Chez les Canadiens, Michael Barry a été le meilleur représentant, terminant à une honorable 18e place. Tuft et Hesjedal ont abandonné.

Chez les U23, le Français Romain Sicard s’est imposé, lui-aussi en solo. Auteur d’une saison extraordinaire (victoire dans la Subida al Naranco devant Samuel Sanchez en début de saison, victoire au classement général du Tour de l’Avenir), Sicard a confirmé être probablement le coureur français le plus prometteur depuis fort longtemps. Il intègrera dès l’an prochain l’équipe Euskaltel, étant lui-même originaire du pays basque français.

Pour la petite histoire, c’est le Français Régis Ovion qui, en 1971, s’était imposé dans la course amateur des Mondiaux de Mendrisio. Plus surprenant encore, Ovion avait lui-aussi gagné, quelques semaines avant, le Tour de l’Avenir !

Le Québécois David Veilleux a terminé la course en 62e position, non sans avoir participé, tôt dans la course, à une échappée sur environ 4 tours. Guillaume Boivin a pour sa part abandonné au 8e tour. On peut lire le récit de sa course ici.

8 Commentaires

  • colt seevers
    Soumis le 27 septembre 2009 à 9:03 | Permalien

    « Antoine Vayer on Liberation and Greg Lemond on LeMonde proposed the usual rancid suspicions on his performances, quoting an average power output of 490w on the Verbier uphill finish: 8.5 km at 7.5% done in 20’55 », at the average speed of 24.3 km/h.
    An absolutely false valuation: a cyclist weighing 62 kg develops less than 420w at such speed on that gradient.
    All it takes is to try and ride 5 minutes on a 7.5% climb at 24.3 km/h with a properly calibrated power-meter on the bike… but evidently the two « experts » did not have the time to do it. »

    Même Ferrari qui semble pourtant intelligent fait mine de ne comprendre que les 490 watts sont des watts étalons. Ou quelque détail gros comme le nez sur le visage m’échapperait?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 28 septembre 2009 à 1:33 | Permalien

    un commentaire 1 qui n’a pas de rapport avec… passons.

    sinon, dans le groupe de poursuite, je pense que gilbert ne pouvait tout simplement pas rouler sur evans. et remarquons que l’équipier habituel de cancellara, kolobnev, fait sa course personnelle – à moins qu’il ne soit en instance de transfert !
    plutôt evans qu’un autre, cela dit.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 28 septembre 2009 à 1:34 | Permalien

    Une victoire de Evans qui fait plaisir.
    Elle confirme qu’il est toujours bon de ne pas être au nombre des grands favoris car celà laisse plus de liberté de mouvement.
    Nul doute que Evans était très fort et sa victoire est amplement méritée.
    Qui plus est, il a toujours été victime d’un mauvais procès car si il n’attaquait pas c’est bien souvent parce qu’il ne pouvait pas le faire et qu’en plus en sa qualité de favori il disposait d’une liberté de mouvement très limitée.
    Je ne fais pas parti de ceux qui considèrent Evans comme un coureur propre considérant que pour briller au meilleur niveau il faut en croquer. Ceci étant force est de constater que depuis des années il fait preuve d’une très grande constance et qu’il fait parti de cette minorité de leaders qui alignent un grand nombre de jours de course.
    Ses préparations semblent plus conventionnelles avec très peu de coupures entre coupées de retours toni »truands ».
    Cunégo et Valverde ont montré leurs limites et manifestement n’étaient pas dans un grand jour.
    Que dire de Cancellara, le géant des alpages qui a fait montre d’une puissance extraodinaire sur un circuit où la répétition des montées aurait dû le désavantager.
    Il ne fait aucun doute que sur une montée de 3 km il peut suivre les plus forts mais en toute logique après 20 montées il devrait payer les efforts consentis pour hisser ses 80 kgs. Très clairement il puise plus dans ses réserves et à la fin de la journée a dépensé une bien plus grande énergie que ses concurrents.
    Vino a fait un beau numéro car c’est quelque part un exploit d’avoir été avec les meilleurs à l’entame du dernier tour après seulement 2 mois de compétition dans les jambes.
    Celui là a du mal à abandonner ses vieilles habitudes et ma foi il doit considérer qu’il ne craint plus grand chose compte-tenu de son grand âge (un peu comme Di Luca).
    Bravo à Evans qui obtenu une consécration et qui fait montre d’une grande volonté après être passé au travers de son tdf et avoir perdu la vuelta sur crevaison.
    Keep going Cadel et espérons que ce maillot si souvent synonyme de porte poisse lui apporte beaucoup de chance en 2010.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • thierry mtl
    Soumis le 28 septembre 2009 à 9:40 | Permalien

    Trop de coureurs et commentateurs ont cassé du sucre sur le dos d’Evans cette année. Trop souvent la tête de Turc des autres. Evans est plutôt indépendant de nature. Ca dérange.

    Mais aussi, trop souvent second aux grands Rendez-vous, même en vélo de montagne. Sa régularité est toutefois impressionnante (c’est pas un Schleck…) Toute une vengeance.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 28 septembre 2009 à 11:59 | Permalien

    Quelle belle victoire mérité de Evans et quel beau travail de Cancellera. Les fraçais étaient ou dans cette compétition, a l’arrière comme d’habitude…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • colt seevers
    Soumis le 28 septembre 2009 à 7:27 | Permalien

    Cadel Evans, venu du VTT, ne mérite pas de porter le maillot irisé non plus, il est dopé malgré son air besogneux. Il coupe 40 jours entre les classiques ardennaises et le dauphiné, comme botero et valverde. On nous l’a servi victime du dopage des autres, le pauvre, alors qu’il est à la pointe de la recherche expérimentale dans ce domaine sans casseroles apparentes!

    « Avec Cadel Evans champion du monde dimanche et Ivan Basso (16e) échappé dans le final, Aldo Sassi, entraîneur des deux hommes, a visiblement réalisé du bon boulot. Il devance en tout cas son confrère (et ancien associé…) Michele Ferrari, qui, d’après la presse suisse, continue de « préparer » des coureurs à Saint-Moritz. »

    Je cite cyclismag et j’ouvre ainsi les yeux des profanes sur le fait que les méthodes du docteur ferrari entraine donc par le truchement de Sassi pas mal de coureurs qui sont sur les plus hautes marches des championnats du monde de cyclisme de cette année… Y compris, pour ne pas le citer, Spartacus, le gros poulet de combat en jaune du tour de france.

    Attention, il peut même se permettre de gagner le tour 2010 s’il pèse moins de 78 kilos.

    Je crois que j’ai été bon sur ce commentaire 🙂 quelle plume.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • rolan
    Soumis le 29 septembre 2009 à 2:39 | Permalien

    Mais dis donc colt, quel coureur aurait mérité le fameux maillot irisé ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 29 septembre 2009 à 5:14 | Permalien

    Très bonne question de rolan à laquelle personnellement je suis bien incapable de répondre tant le cyclisme me semble gangrenné par le dopage.
    L’absence de repères est flagrante et force est de constater que nous ne savons plus à quel saint nous vouer.
    Faire un tri entre dopés et non dopés semble de plus en plus un exercice théorique et c’est bien ce qui est le plus regrettable.
    Il est évident que des nations continuent de par leur législation et le laxisme de leur classe dirigeante à accepter le dopage et que ceci vient fausser l’équilibre des forces.
    La France qui depuis des années applique une politique plus coercitive a vu sa place au sein du cyclisme mondial décroître au fur et à mesure de la mise en place de contrôles de plus en plus sévères.
    Nos derniers grands champions datent du milieu des anénes 90 alors que le nombre de licenciés et de coureurs pros restent supérieurs à bien des pays qui aujourd’hui dominent le cyclisme mondial.
    Le lien de cause à effet semble flagrant et pourtant l’UCI ne semble en tirer aucune conclusion.
    Plus grave encore, des docteurs comme Ferrari, Sassi et autres continuent à entrainer des coureurs sans que de quelconques contrôles ne soint mis en place à l’encontre de ses « soigneurs ».
    Ce même Ferrari continue à travers son site à prodiguer ses conseils, comble de l’ironie.
    Mieux encore, lorsqu’une équipe se fait prendre elle se défend (Alvaro Pino) en mettant en cause l’absence de consignes des instances en place alors même qu’elle ne peut ignorer que ce soigneur a un passé chargé en matière de dopage.
    Aussi Rolan pose une question de la plus haute pertinence et nous met en face de nos interrogations et incohérences.
    J’aurai tellement aimé lui répondre et je regrette vivement de n’opposer que des constats et des théories qui malheureusement ne peuvent honnêtement lui donner satisfaction.
    Enfin, rien ne nous permet de voir un avenir plus lumineux comme en atteste le dossier Valverde qui se perd dans des méandres juridico sportifs qui confinent au déni de justice.
    Mais mon dieu qu’il est beau le maillot de champion du monde et quelque part il nous fait encore tous rêver.
    Car quelque soit le vainqueur il reste un bien beau symbole.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!