Scandale de dopage dans le ski de fond

« Je ne suis pas surpris du tout »  (Alex Harvey, champion canadien de ski de fond présent aux Mondiaux)

« C’est presque irréel comme situation. On pensait vraiment qu’on en avait fini avec ces scandales, que le monde avait compris que ca ne faisait pas partie de notre sport. C’est vraiment surprenant« . (Pierre-Nicolas Lemyre, Ski de fond Canada)

Ces citations sont tirées d’un article publié dans La Presse Plus ce matin. Cet article porte sur la récente descente policière qui a eu lieu dans le cadre des Championnats du monde de ski de fond qui se déroule à Seefeld en Autriche. Un des athlètes se serait fait prendre l’aiguille dans le bras, en pleine transfusion!

Au moins 4 athlètes présents se seraient fait piqué, ainsi qu’un médecin et un complice. On a affaire à un réseau qui dopait des athlètes de la Coupe du Monde de ski de fond depuis plusieurs années, et qui opérait notamment via Erfurt en Allemagne.

Fait intéressant, le médecin impliqué et d’autres acteurs de ce réseau seraient liés au monde du cyclisme, ayant oeuvré dans certaines équipes cyclistes pro allemandes dans le passé, comme la sulfureuse Gerolsteiner ou encore Milram. Le présent scandale pourrait avoir des ramifications dans d’autres sports écrit-on, et on pense bien évidemment en premier lieu au cyclisme professionnel.

Je me réjouis de telles opérations policières, car pour moi la seule vraie façon de lutter contre le dopage. Les tests ont depuis longtemps montré leurs limites, les athlètes et les médecins savent aujourd’hui comment les déjouer, notamment en pratiquant un dopage plus « chirurgical » qu’auparavant, fait de micro-doses ne provoquant pas de fluctuations dans les suivis biologiques et s’effaçant rapidement dans le corps humain. Aujourd’hui, le dopage sanguin est selon moi arrivé à « maturité » après 30 ans de pratique: on le maitrise parfaitement, c’est à dire qu’on est capable de préserver la santé de l’athlète (il y a moins de morts subites) tout en déjouant aisément les contrôles.

Je me réjouis moins de constater le décalage stratosphérique entre les perceptions d’un athlète comme Alex Harvey et des officiels de Ski de fond Canada, les deux semblant vivre sur des planètes complètement différentes.

Et pour moi, il est notamment là le problème.

Encore du dopage dans le ski de fond et le cyclisme? Bien sûr que oui!

Avons-nous déjà oublié le scandale des athlètes russes, pourtant pas si lointain? Plusieurs skient avec Alex Harvey sur ces Mondiaux.

Comment se fait-il que des fédérations supposées travailler à promouvoir un sport sain, dans le respect des règles, soient si décalées de la réalité?

Pas rassurant tout ca, surtout dans le contexte où c’est un peu le bordel actuellement à l’Agence Mondiale Anti-dopage qui fait face à une crise existentielle autour de son indépendance par rapport au CIO et aux fédérations.  Rappelons simplement que la crise est suffisamment grande pour que des ex-athlètes comme la canadienne Beckie Scott aient claqué la porte de l’agence ces derniers temps…

Pas bon tout ca!

Ski de fond Canada aurait intérêt à écouter un peu plus les athlètes canadiens qui évoluent sur la Coupe du Monde de ski de fond afin de rester en contact avec la réalité… car il serait important de tenir compte de cette réalité. Y’a des 4e places qui valent de l’or… et des budgets qui doivent suivre.

Je suis triste aujourd’hui pour Alex Harvey, qui a annoncé sa retraite pour la fin de la présente saison de ski. Tout cela doit lui laisser un goût vraiment amer. Il aura besoin du soutien de son public sur les Plaines d’Abraham fin mars afin d’être rassuré, alors qu’il tirera sa révérence: ce public sait plus que jamais j’en suis sûr reconnaître les vrais champions.

Une course enlevante

Question de revenir au sport, le relais féminin 4x5km ce matin a donné lieu à une course enlevante, extrèmement excitante entre Norvégiennes et Suédoises. Quel finish! Une de meilleures courses de ski de fond ces dernières années!

4 Commentaires

  • Christian Leray
    Soumis le 28 février 2019 à 10:57 | Permalien

    Alex Harvey est l’ennemi du ski de fond.

    Plus sérieusement, je suis surpris qu’une telle opération ait eu lieu. Cela fait depuis le Giro 2000 environ que je n’avais plus entendu parlé de descentes de police dans les hotels des athletes.

    C’est assez ahurissant car commme dit dans l’article, tout le monde dans les instances sait parfaitement que le dopage est réglé comme du papier à musique et que c’est business as usual.

    Stade 2 avait montré il n’y a pas très longtemos combien le micro-dosage était efficace pour améliorer la performance… tout en passant sous les radars.

    En même temps, si ce dopage ne se voit plus ou presque (plus de morts, plus de variations des données dans les passeports biologiques), on peut comprendre que tout cela fasse leur affaire et qu’ils ne souhaitent pas remuer tout ca.

    Le dopage ne cessera jamais, il ne faut pas se voiler la face. Nous sommes des passionnés donc nous suivons cela tout de même. Mais avec un oeil détaché, avec la sensation désormais de voir un spectacle, rien de plus.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 28 février 2019 à 1:20 | Permalien

    Est ce que ça étonne encore ce genre d’info ??? A voir aussi en biathlon … beaucoup d’épreuves , beaucoup d’intensité , de visibilité médiatique … De vrais contrôles ???

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 1 mars 2019 à 5:25 | Permalien

    Et comme le dit Mica, le cyclisme dans le fond n’a pas tellement changé.
    Le ski de fond aura eu son « Festina 98 » lors de ces championnats du Monde (et encore ici ça a l’air des seconds couteaux). Les fédérations remplacent les sponsors, les sponsors remplacent les fédérations … La gendarmerie a d’autres chats à fouetter en ce moment, sûrement. Et puis les souris passent les frontières et les océans de nos jours. Il y aurait besoin d’une alliance internationale des matoux.

    L’économie du cyclisme et son spectacle, ses intérêts se sont étendus. Mais au fond rien n’a changé : https://www.eurosport.fr/cyclisme/quand-lalcool-et-le-tabac-sponsorisaient-les-equipes-cyclistes_sto7163357/story.shtml

    Floyd’Pro Cycling dans le fond…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 1 mars 2019 à 10:29 | Permalien

    En France, nous avons un des plus grands fondeurs, enfin biathlète au monde, si ce n’est le meilleur. Gards charmant, passionné de vélo, d’ailleurs.
    Il pourfend les athlètes qui se font attraper et ceux, dont la fédération est complice.
    Mais ça ne l’empêche pas de continuer à les battre.
    Faudra qu’on m’explique.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 7 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!