Tous les jours, la passion du cyclisme

Retour sur Milan SanRemo

Merci à tous de vos commentaires sur Milan SanRemo, que ce soit ici sur le site ou sur la page Facebook de LFR.

Plusieurs d’entre vous ont semblé apprécier le final très incertain de la course, et l’attaque surprise de Jasper Stuyven.

Et je suis d’accord!

Comme j’ai écris dimanche « Saluons sans réserve l’intelligence de Jasper Stuyven, qui a eu la lucidité de partir au bon moment, et les jambes aussi.« 

Et d’accord avec vous tous: Stuyven est un vainqueur légitime bien sûr. Il a eu raison, il a gagné.

Je continue toutefois de croire que les grands favoris n’ont pas pris leurs responsabilités et que la course aurait pu être autrement plus animée tant le plateau était de qualité.

Pourquoi, par exemple, laisser Ganna imposer son rythme dès le pied du Poggio? À 82 kilos, je doute que le colosse italien aurait pu demeurer avec les meilleurs puncheurs du monde dans une pente variant entre 3 et 5%. Il faut l’accélérer, sa carcasse!

Mais au train, il était dans son domaine et a pu imposer un rythme très soutenu qui a compliqué les affaires de bien du monde, et fait celles de Caleb Ewan. Je l’avais écris avant la course, avec un VDP qui attaque au pied du Poggio, la course aurait été très très différente, même si ce dernier avait sauté plus haut. Même Mathieu l’a reconnu!

Pourquoi les équipiers de Ganna chez Ineos (Pidcock, Kwiatkowski) ne sont-ils pas entrés en action une fois son relais terminé? Parce qu’ils n’avaient pas les jambes pour le faire me direz-vous? Ben si t’as pas les jambes, tu le dis (on est au niveau WorldTour je vous rappelle). Imaginez un instant que Ganna se soit présenté au pied de la descente du Poggio sans avoir fourni l’effort qu’il a fait samedi dernier… c’était peut-être lui la meilleure carte d’Ineos pour tenter le coup du kilomètre! Je vous rappelle qu’il est quadruple champion du monde de poursuite…

C’est peut-être Ganna qui était le plus costaud samedi.

VDP ? Niet. Il ne peut pas toutes les gagner certes. Il a droit à des coups de moins bien, c’est certain. Mais il a eu les ressources pour suivre sur le haut du Poggio, derrière Alaphilippe et Van Aert. Quelle était sa tactique? Je ne sais pas.

Pour Caleb Ewan, l’occasion était rêvée en haut du Poggio, mais il lui aura manqué cruellement un équipier en bas de la descente. Il a fait ce qu’il a pu, et a remporté le sprint du paquet. De quoi être un peu amer.

Sagan, Matthews, Colbrelli, Turgis ont bien joué leurs cartes en tant que sprinters.

En fait, si on regarde la composition du premier groupe sur la ligne, sur les 17 coureurs présents, on a 14 équipes représentées. En gros, tout le monde (ou presque) était isolé. Ce qui explique probablement la fin de course.

Je souligne enfin le manque d’originalité des coureurs: pourquoi ne pas tenter un truc dans la Cipressa? Ca aurait d’abord le mérite de créer un joyeux bordel. Je croyais qu’un VDP tenterait peut-être quelque chose de plus loin samedi, le type nous ayant démontré qu’il n’a pas froid aux yeux. La Cipressa, ca peut être une belle rampe de lancement: le premier kilomètre est à près de 6%, et c’est plus long que le Poggio (6km au lieu de 3,8). Et si tu fais le forcing à cet endroit, tu peux voir des sprinters lâchés derrière, ce qui limiterait la volonté de certaines équipes de rouler jusqu’au pied du Poggio…

Bref, insaisissable Milan SanRemo. Certains la gagnent rapidement dans leur carrière, d’autres courent après le succès à SanRemo toute leur vie. Merckx l’a gagné 7 fois en 10 participations! Et c’est peut-être le… vent (de dos samedi dernier) qui explique le plus la course que l’on a vu: c’est toujours très compliqué de faire la différence vent de dos.

Partager

Précédent

(Très) décevant Milan SanRemo

Suivant

Le cyclisme a changé

23 Commentaires

  1. mica

    Milan San Remo 2021 ? Comme d’ hab…….!

    4
    7
  2. Très belle analyse. Merci
    En tout cas moi, j’adore ce genre de final… quel panache.
    Malheureusement, comme sur beaucoup de courses cyclistes, le reste est bof… il ne se passe rien et il faut attendre la fin, les derniers kilomètres pour que ça bouge enfin.

    1
    1
    • mica

      Pierre le vélophile: mon analyse, tu la connais et, en effet ce sera comme d’ habitude, et comme d’ hab. je me prendrais une floppée de pouces rouges (baissés), j’ en ai ramassé une petite dizaine pour avoir simplement rappelé que Mr Eddy Merckx avait gagné un MSR il y a 55 ans à 45 de moyenne…..ais je commis une erreur, un mensonge, ais je diffamé…….peu importe; revenons à 2021!
      Comme d’ habitude et, comme beaucoup, Styuven est « sorti » avec l’ aide d’ une moto, c’ est monnaie courante…..2 emme moto quelques hectométres plus loin (peut étre la même d’ ailleurs)……….3 emme moto enfin, si l’ on peut dire : K. A. Sorensen qui le traine pendant quelques centaines de mètres , bien généreusement (attention, je ne dis absolument qu’ il y aurait eu collusion simplement le Danois à été en la circonstance un peu naif, ) . Quoi qu’ il en soit je préfére et de loin, l’ attitude du Danois à celle des « autres ».
      Quand je lis ici que Stuyven a été un bon attaquant et mérite sa victoire, je ne peux pas être d’ accord.
      Autre chose: j’ ai essayé de voir le temps des derniers 150m de course et je trouve : 13 secondes pour 150m ( à l’ aide des repéres bleus placés le long de la route d’ arrivée, je sais, ce n’ est pas ultra précis, mais ça donne une idée 150m en 13 secondes, ça fait : 41, 5 Km/h…..ce n’ est pas très rapide pour un « sprint »……allez, pas de commentaires!

      3
      8
      • mica

        Erreur : c’ est bien S K Andersen et non Sorensen comme j’ ai pu l’ écrire……
        et le Danois est bien, selon moi , le vainqueur moral de cette épreuve!

        1
        0
  3. fredo

    Ne jamais oublier qu’en cyclisme comme dans d’autres sports de haut niveau ( et terriblement exigeants) cela se joue autant dans la tête qu’avec les jambes!
    Je n’ai pas été surpris que VDP ne gagne pas puisque ce qui mettait la puce à l’oreille c’était certaines de ses déclarations où il avouait lui-même que Milan San Remo n’était pas une classique qui l’inspirait beaucoup!
    En ce qui concerne Stuyven je ne le considère pas comme le plus fort ce jour là mais le plus malin! Il a su (et pu) attaquer à un moment stratégique et comme derrière (c’est tellement monnaie courante) on s’est regardé en chiens de faïence préférant neutraliser ses adversaires immédiats plutôt que de s’exposer à un contre, il a trouvé les ressources nécessaires pour franchir la ligne en premier!
    De plus, pour VDP il faut tenir compte des circonstances de course et voici l’explication que lui-même en donne
    « Cinquième de Milan-Sanremo samedi, Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) n’a pas réussi à réaliser le doublé après sa victoire aux Strade Bianche il y a deux semaines. « Je pense que le plus fort a gagné », a reconnu le Néerlandais. « La fin de course était très agitée et j’ai dû lancer mon sprint de trop loin. »
    « Je n’ai pas commis d’erreur, mais il faut faire des choix dans un tel final. J’aurais pu être contré si j’avais tenté de partir à la poursuite de Stuyven. J’ai tenté de lancer mon sprint de loin pour revenir sur Jasper mais j’étais à bout de force et je me suis fait remonter », a poursuivi ‘MVDP’.
    Grand favori pour la victoire sur la via Roma tout comme Wout van Aert et Julian Alaphilippe, Van der Poel n’a pas su faire la différence dans le Poggio. « Cela allait trop vite pour attaquer et le vent n’a pas permis de durcir la course. Beaucoup de gars ont réussi à passer et je savais que cela allait se terminer par un sprint. »
    Le quadruple champion du monde de cyclocross ne veut cependant pas avoir de regrets. « Vous ne pouvez pas toujours gagner. Jasper Stuyven a été très malin et a choisi le bon moment. Il était le plus fort. Sanremo est une des courses plus difficiles à gagner. J’ai encore quelques années devant moi et j’espère que cela me sourira un jour. »

    4
    0
    • noirvélo

      Stuyven pas le plus fort ? Ils ont fait quoi de plus que lui , les autres ? Tous planqués , (le petard mouillé de Julian , vraiment « bof » ) … Ils ont tous parcouru la même distance et Jasper a été en plus d’être fort , intelligent et culoté … Il était juste « oublié » parmi les favoris …!!!

      4
      1
  4. Quelqu'un

    Ganna n’a fait que les 2/3 du Poggio, ce n’est pas très long. Il aurait fallu qui le fasse au complet avec les plus forts pour faire le coup du dernier kilo.

    Tu oublies que les pros maintenant se font une stratégie et c’est parfois voir tout le temps : « stick to the strategy ». Prévisible donc, ceux qui font différemment, ça donne des courses comme dimanche avec un outsider qui lit bien la course sans son DS qui lui crie d’y aller.

    4
    0
  5. nick

    bof, pas vraiment déçu (si ce n’est la non diffusion de la course) car vu à peine qqs images, mais tout de même assez content de la victoire d’un « outsider » (le volk et kuurne au compteur et qqs placettes sur roubaix entre autres) face au trio infernal, qui n’a visiblement pas daigné secouer le cocotier dès la cipressa ,

    et puis, après tt, quand ewan fait 2 et vient mourir, déjà, derrière nibali (course à cinq étoiles, il était parti pas loin de la cabine téléphonique !!), les sagan et kwiato ne s’étaient-ils pas neutralisés aussi ? quoi de neuf sous le soleil dc ?

    3
    0
  6. Lemond

    « Je souligne enfin le manque d’originalité des coureurs: pourquoi ne pas tenter un truc dans la Cipressa?  »

    Ca ne marche jamais d’attaquer dans la Cipressa.

    En fait, si celui qui avait les jambes était Alaphe, il aurait du faire rouler à fond son équipe en bas du Poggio afin de fatiguer le paquet. Mais sans doute doute-t-il face à des clients comme Van Aert et VDP. Du coup il ne l’a pas fait et le ryhtme n’étant jusqu’à son attaque pas assez soutenu, les autres avaient de la réserve et ont pu le rejoindre.

    Van Aert visait sans doute une arrivée royale à 3 avec Alaphe et MVP.

    La question est donc en effet : quelle était la stratégie de VDP? Probablement la même que celle de Van Aert. Il ne se voyait probablement pas capable de lacher les autres dans le Poggio (pas assez dur) et préférait en garder pour le « sprint royal ».

    On a donc laissé reposer le poids de la course sur le moins favori des 3 grands favoris.
    Cela peut paraitre étonnant mais cela me semble être la seule explication… car les 2 autres lui étant supérieurs au sprint, le poids de la course reposait donc sur ses épaules.

    5
    1
    • mica

      Lemond: il y a quelques années, Démarre avait tenté qu q chose de nouveau dans « la cipressa » et ça lui avait bien réussi!

      7
      0
    • mica

      Dans la Cipressa », Pantani avait , en 1999, tenté quelque chose de pas mal dans son genre…….voir « you tube  » Pantani Cipressa…….vous le verrez entouré d’ une floppée de motos, comme on en voit quand même rarement, ah, il avait de l’ allure le bougre; dans une cote courte et à pourcentage modéré l’ aspiration joue encore  » à plein tube »!
      A la décharge du « pirate », je pense que c’ est surtout les organisateurs qu’ il faut blâmer, car permettre ça est la chose la plus antisportive qui soit.

      4
      0
  7. Jean michel

    Heureusement que MSR avec son poggio et sa descente nous offre chaque fois un super suspens, quelque soit le vainqueur. « X ou Y aurait du faire rouler ses equipiers pour ci ou pour ca.. » ce n’ est pas vrai, meme les leaders sont devenus des soldats a ecouter ce que crie le D.S dans l’oreillette.
    L’oreillette , ce qui tue le cyclisme pro…Sans elle, il ne sera peut-etre pas plus spectaculaire -Merckx et les autres savaient bien bloquer des courses- mais au moins on retrouverait l’instinct, le panache , le geste gratuit , qui est ce qui fait le portrait du champion . Alors, bravo a Stuyven, et a MSR, il y a un gout de retro la-dedans!

    5
    0
  8. VincentL

    Mica, tu pense vraiment qu’ils ont roulés plus vite dans la montée du Poggio que dans les 150 derniers mètres du sprint, sur le plat?

    2
    0
    • mica

      Vincent l : je ne suis pas loin de le penser.
      Ce qu’ il me semble, c’ est que souvent désormais, les coureurs réalisent une meilleure moyenne dans le dernier Km que dans les derniers 200m; cherchez l’ erreur….

      1
      6
  9. noirvélo

    Le Milan-San Rémo en « toutes lettres » !!! que perso j’ai le plus apprécié , c’est celui gagné par Vincenzo en 2018 , du grand art , de l’idée , du culot en utilisant ce qu’il avait de mieux en stock , ses capacités de descendeur ( à patins!) … Les « furieux » sont venus mourir sur son boyau arrière … et moi j’étais « fou devant le poste » …

    6
    1
    • Edgar Allan Poe

      Noirvelo… tu me prends par les sentiments !
      Les quelques secondes grapillées au sommet, et la descente assurée en toute fluidité !
      Grandiose!
      L’an dernier, à la classique de la Drôme, où il avait fait toute la course devant, il a passé 3/4 d’heure a répondre aux obligations des interviews, remises de prix, serrages de paluches des politiques. Puis il est revenu à son bus. 5 minutes après, il sortait, frais douché, et totalement dispo pour des selfies, des échanges tout azimut avec les spectateurs, afficionados ou badauds locaux. Au bout de quelques minutes, il a vu un gosse handicapé sur un fauteuil roulant. Il s’est arreté et accroupi pour une photo avec le gamin, lui a refilé sa casquette « américaine »… tout sourire! Pas mal de coureurs étaient passés sans le voir.
      La Classe!
      En 2015, Villard de Lans, Dauphiné. Il fait 2 derrière Rui Costa et cette sang-sue de Piti, sous une pluie dilivienne.. Je tourne autour du bus d’Astana, où je n’aurais pas du être… et pan, je rentre violemment dans un gars en bleu qui s’excuse pieusement en italien…
      Di classe… le requin !

      5
      1
      • Chouchou

        Merci pour ce beau témoignage !
        En parlant de Nibali, une année il était sorti dans la Cipressa mais le peloton (bien fourni en main d’oeuvre) l’avait laissé se fatiguer avant de le reprendre. Après cette expérience infructueuse, il a compris qu’il devait attaquer dans la dernière bosse pour enfin gagner. Superbe victoire !

        2
        0
      • mica

        Villard de Lans 2015, je m’ en souviens comme si c’ était hier, oui, un véritable déluge, et ce jour là, il fallait aller vite pour passer entre les gouttes….
        Je pense surtout que cette étape était tout à fait dirigée contre un seul homme et, que de plus les Latins : Nibali, Valverde, Rui Costa….. s’ étaient largement concertés (peut être même avant le départ de l’ étape).
        L’ homme visé, c’ était Froome, pas trop de véritable sportivité de la part des ses adversaires, mais, à l’ époque, l’ Anglo Keynian dérangeait au plus haut point les Latinos!

        3
        2
  10. Wolber

    Fignon etait sorti dans la Cipressa en 1989 pour sa 2 éme victoire, avec Maassen , qu il sort de sa roue dans le Poggio. Immense Fignon. Ce cyclisme n existe plus , sans doute mais un VDP ou un Alaphillipe aurait pu essayer. Mais le conditionnel ne fait pas gagner des courses.
    Je m interroge sur la liberté de manœuvre des coureurs… les  » tactiques » souvent bidon des directeurs sportifs ne sont rarement modifiées par les coureurs dans les finals de course. On se contente de faire ce qui a été prévu lors des fameux briefings d avant course…

    4
    0
  11. ob1w4n

    A noter qu’Alaphillipe fait la même attaque que Stuyven une minute avant, mais est « bloqué » par Pidcock qui lui ferme la porte (Pidcock qui ne peut pas suivre ensuite Stuyvens)

    Un peu rageant.

    @mica : il n’y pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Pour moi, Stuyvens et son adversaire font les 150 derniers metres en 8 secondes, soit 67,5km/h. Les deux derniers km sont parcours en 2min11s, soit 55km/h. La video est ici : https://www.eurosport.fr/cyclisme/milan-sanremo/2021/milan-sanremo-une-attaque-au-bon-moment-et-stuyven-a-piege-les-favoris-le-final-haletant_vid1450993/video.shtml

    5
    1
    • mica

      Désolé, ob1w4n, j’ ai bien vu et revu la vidéo que tu mets en lien (c’ est celle que j’ avais vue)
      Le passage aux 150m de l’ arrivée panneau bleu et blanc en haut à droite de l’ image se fait au temps 1mn 58 secondes (au moment ou le commentateur dit:  » julian ne peut pas lancer…… ».
      Et l’ arrivée est au temps 2 mn 11 cecondes.
      ( 2 mn 11 s) – ( 1 mn 58 s) = 13 s.
      13 s pour 150m , ça ne fait pas trés rapide
      Les repères de distances à l’ arrivée sont des panneaux blanc et bleus, je sais que l’ on peut se tromper un peu, par effet de perspective à la limite 1 seconde, à l’ extréme limite 2 secondes…….si l’ on devait tabler sur 2 s ça ferait quand même 11 s pour 150m soit 49 Km / h……pas trés rapide pour un sprint….

      4
      0
      • mica

        Je précise que les temps auquels je fais référence sont ceux de la vidéo que tu propose et qui commence à environ 2 Km de l’ arrivée (ils reprennent ces images comme si c’ était du direct intégral, et ils apparaissent au bas de la vidéo à droite de l’ écran.

        1
        0
  12. Marius

    Excellent billet Laurent. Je trouve qu’il y a désormais trop de suiveurs, motos, voitures qui souvent faussent la course. Quand aux aménagements urbains, au secours. Encore sur Milan San Remo, le peloton slalomait entre. Il y a peu, c’est Marc Cavendish au pied de la Cipressa qui avait percuté un terre plein central.
    Il y a aussi plus de pression sur les coureurs, certains lâchent prise comme Tom Dumoulin ou Fabio Aru. Sans compter l’extrême précarité des contrats. Tout le monde ne signe pas à la FDJ ou AG2RCitron. Et enfin pour finir, la montée en puissance du cyclisme féminin qui dans le VTT offre des courses plus animées et disputées que les hommes. L’UCI désormais distribue les mêmes primes sur les championnats du monde, mais côté organisateurs et équipes… »parlons d’autre choses tu veux bien, on se fâcherait « .

    2
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.