Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Qui gagnera le Giro?

Avec le départ du Giro d’Italia dans quelques jours depuis Belfast en Irlande, nombreux sont les sites internet de vélo proposant une analyse des favoris de la course.

Évidemment, je ne résiste pas à l’idée de vous donner mon opinion!

Pour moi, un grand favori, qui a la pression: Nairo Quintana. 2e du Tour de France l’an dernier, le Colombien a la jeunesse pour lui, a axé toute sa saison sur la course italienne et est le leader désigné de la Movistar. S’il devra se méfier de la 1ere étape, le chrono par équipe, il sait suffisamment bien rouler contre la montre pour limiter les dégâts lors de la 12e étape, le chrono individuel de 42 bornes. Par la suite, en fin de Giro, il trouvera un terrain à sa convenance, surtout sur trois étapes en particulier: celle du Gavia-Stelvio (16e étape), celle du chrono en montagne (19e étape) et celle du Zoncolan (20e étape). Qui pour lui résister durant ces étapes?

Rappelons qu’à ce jour, aucun coureur colombien n’était jamais monté sur le podium du Giro avant Uran l’an dernier, et que la seule victoire colombienne sur un grand tour est celle de Luis Herrera sur la Vuelta 1987.

Deux autres coureurs se détachent également du lot quant à leurs chances de jouer la gagne sur ce Giro: Cadel Evans ainsi que Joaquim Rodriguez.

Tous deux vieillissants, ils n’ont plus de temps à perdre. Cadel Evans a tout axé sur le Giro lui-aussi, et a été récemment vu en excellente condition, avec notamment sa victoire sur le Tour du Trentin. Je crois toutefois qu’il sera un peu trop juste face à Quintana et Rodriguez en haute montagne, surtout dans le chrono en côte et sur le Zoncolan pour pouvoir gagner. La présence à ses côtés de Samuel Sanchez ne suffira vraisemblablement pas.

La condition de Joaquim Rodriguez est plus incertaine, mais il a le gabarit pour résister à Quintana comme il l’a fait l’an dernier en fin de Tour. Pour le leader des Katusha, le défi sera de passer les deux premières semaines sans trop perdre de temps, car il se bonifie au fil des étapes.

Ensuite, on compte de nombreux outsiders: Hesjedal et Martin chez Garmin, Scarponi chez Astana, Pozzovivo pour Ag2R-La Mondiale, Niemiec chez Lampre-Merida, Uran chez Omega Pharma-Quick Step et Majka chez Tinkoff-Saxo tout particulièrement.

Que nous réserve le Canadien Hesjedal? Je ne l’ai pas vu en grande condition récemment, mais il pourrait s’améliorer en cours d’épreuve. Chez Garmin, je « sens » mieux Daniel Martin, qui a failli gagner Liège-Bastogne-Liège il y a une dizaine de jours. Le parcours lui convient, il a une belle carte à jouer, sans trop de pression.

Les italiens sont évidemment toujours motivés chez eux, et leurs meilleures chances en l’absence de Nibali sont très certainement du côté de Scarponi, qui possède l’expérience du Giro, ainsi que de Pozzovivo, le petit grimpeur chez AG2R – La Mondiale qui trouvera lui aussi un terrain à sa convenance.

Et si un Colombien en cachait un autre? Rigoberto Uran est un dur au mal, capable de tout et surtout, très constant. Et il convient surtout de rappeler qu’Uran terminait… 2e du Giro l’an dernier, devant Cadel Evans! Cette année leader désigné chez Omega Pharma-Quick Step, son rôle est tout à fait clair et il disposera d’une équipe à son service, ce qui n’était pas forcément le cas l’an dernier chez Sky.

À 24 ans, Majka partage le leadership de la Tinkoff-Saxo sur ce Giro avec Nicolas Roche. Majka avait terminé 7e l’an dernier du Giro, une belle référence qui laisse croire à peut-être mieux cette année. Le coureur polonais progresse, c’est évident.

Enfin, un autre coureur polonais pourrait surprendre, soit Przemysław Niemiec. 6e du Giro l’an dernier, il vient de terminer 3e du Tour du Trentin derrière le vainqueur Cadel Evans. S’il n’est plus très jeune (34 ans), il a assurément la caisse pour ce Giro et je le vois bien dans les 5 premiers à Trieste le 1er juin prochain.

Parmi les autres coureurs qui seront intéressants à surveiller, on a:

Ivan Basso. S’il est évident que ses meilleures années sont derrière lui, que nous réserve ce double vainqueur du Giro qui dispose du soutien de la Cannondale?

Wilco Kelderman. Le néerlandais surdoué pourrait-il produire la percée que tout le monde anticipe depuis 2 ans? Il est le leader désigné de la Belkin, à 23 ans…

– Steven Kruijswijk. Un autre gros moteur capable de surprendre.

Fabio Duarte et Leonardo Duque. Deux autres Colombiens intéressants, imprévisibles, capables de jouer les invités-surprise de ce Giro.

Tom Slagter. Un autre coureur de Garmin capable d’exploits en montagne.

Thomas de Gendt. Faut-il rappeler qu’il a terminé 3e du Giro 2012 et qu’il était même maillot rose virtuel sur la route l’avant-dernier jour, sur les pentes du Stelvio?

Pierre Rolland. Le coureur français chez Europcar se lance sur son premier Giro. Pour oublier la pression du Tour de France et enfin nous sortir une grande performance?

Romain Sicard. L’espoir français au prise avec de sérieuses blessures se reconstruit. Il ira jusqu’où sur ce Giro?

Bref, la course au maillot rose s’annonce assez ouverte cette année, avec le vainqueur sortant Nibali absent pour défendre son titre. Premières réponses au soir de la 8e étape vers Montecopiolo!

Partager

Précédent

Petit Tour de l’actualité

Suivant

Le jour de gloire de Svein Tuft

  1. thierry mtl

    Evans été très bien sur le Tour de Trentin. Il a tenu tête à Pozzovivo qui a pourtant bien parût à LBL qqs jours plus tard. Evans sera en condition.
    Quintana me semble presque imbattable. Il a tout ce qu’il faut et il s’est préparé à l’abris des vampires, en Colombie.
    Basso a très bien fait sur la Vuelta 2013 avant de prendre froid…
    Hesjedal est un sacré mystère, mais depuis qu’il a admis (2013) s’être dopé dans le passé, il ne semble plus avoir d’ambition. Je le sens déprimé, et psychologiquement… absent.
    Uran ne progresse pas vraiment depuis 2 ans.
    Que vaux vraiment Dan Martin sur 3 semaines ???

    Ce Giro paraît peu intéressant ds sa première semaine. Après, l’intérêt sera là. Et l’Italie, c’est l’Italie. Magnifique.

    0
    0
  2. bonaventure

    Evans serait un joli clin d’oeil 12 ans après s’être révélé sur ce même Giro avec le maillot de la Mapei.

    0
    0
  3. Bertrand

    Lui ne fera pas le giro mais quel coureur,un competiteur à l’ancienne ,d’un professionalisme redoutable que j’aurais aimé voir à Londres …vivement Rio http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-piste/Actualites/-je-me-retrouve-seul/462919

    0
    0
  4. Olivier

    « aucun coureur colombien n’est jamais monté sur le podium du Giro »
    « Et il convient surtout de rappeler qu’Uran terminait… 2e du Giro l’an dernier, devant Cadel Evans! »
    Soit une contradiction, soit je n’ai pas tout compris 🙂

    0
    0
  5. zut

    Et Valverde ?
    Me semble en feu ces temps-ci… Trop gros ?

    0
    0
  6. Vincent C

    @Zut

    Valverde n’est pas dans la liste de départ.

    0
    0
  7. marten

    Et le Canada a la fête avec Svein Tuft. Belle équipe de copains nous montre Orica-Greenedge.

    0
    0
  8. @Olivier,

    Très bien vu! Quelle bourde! C’est corrigé: aucun Colombien n’était monté sur le podium du Giro avant Uran, 2e l’an dernier.

    Merci de votre vigilance!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.