Pozzato confirme !

Victoire de l’Italien Filipo Pozzato samedi dans la Primavera après une fin de course assez débridée qui nous aura tenu en haleine jusqu’au bout. Que peut-on dire de cette victoire et de la course ?

Et bien premièrement, pour Pozzato, c’est une victoire qui le fait directement entrer dans le clan des top-coureurs de classiques au monde. Sa victoire samedi vient confirmer celle acquise l’an dernier dans la Hew Classic en Allemagne. Beaucoup de gens lui reprochaient, jusqu’ici, d’avoir quelque peu déçu et le soupçonnait de faire le métier de coureur pro en dilletante. C‘était oublier que Pozzato n’a que… 24 ans et qu’il est passé professionnel très tôt dans sa carrière chez Mapei, soit juste après avoir terminé 2e de la course sur route junior des Mondiaux 1998. Le voici qui arrive à maturité, c’est évident. Il a déclaré quelque chose d’intéressant à l’arrivée, affirmant qu’il était difficile pour lui de gagner souvent n‘étant pas un sprinter comme Boonen ou Petacchi. Dans la mesure ou la compétition est très forte et ou il y a nivellement des conditions physiques, il est vrai qu’il devient difficile pour des “passe-partouts” comme Pozzato, comme Boogerd, comme Bettini à la limite, de gagner souvent…

Il faut cependant dire que Pozzato a acquis sa victoire samedi un peu “à l‘économie”. Ce fut le plus avare d’efforts jusqu‘à 300m de la ligne. Parti en contre derrière un Ballan et un Schleck déchaînés dans le Poggio et ce, afin d’assurer les intérêts de Boonen, il ne prit aucun relais jusque dans les derniers hectomètres ou, étant sur le point d‘être avalé par la meute, il répondit à une ultime attaque de Nocentini qui ne voulait pas en rester là. Ce dernier faiblissant mais avec la ligne toute proche et les jambes encore relativement fraiches, il pu maintenir l’effort pour s’imposer d’un souffle sur un Petacchi évidemment très déçu. Pour ce dernier, il lui manqua cruellement un équipier de plus dans les 4 derniers kms, Zabel ne pouvant pas faire tout le travail seul.

Parmi les autres révélations de cette Primavera, assurement Schleck qui est en grande condition et qui ose prendre des initiatives. Astarloa, un revenant, a également surpris, de même que cet Alessandro Ballan, surpuissant dans l’ascension du Poggio. Attention à lui sur le Ronde dans deux semaines, surtout qu’il adore les courses belges. Freire et Boonen n’ont pas déçu, étant dans les 10 premiers et donc bien présents pour la “gagne” en vue de la ligne. Les autres coureurs vus à leur avantage sont, entre autres, Klier, Sanchez, Garzelli, Hushovd, Zberg et Wegmann.

Autre enseignement de la course, cette surpuissante Quick Step qui se présentera sur les classiques avec 3 leaders, soit Bettini, Boonen et désormais Pozzato. On voit très mal comment Discovery, Rabobank ou encore Lotto-Davitamon vont pouvoir résister à cette armada, surtout que les 3 larrons semblent bien s’entendre pour jouer la carte d‘équipe pour celui qui est le mieux placé dans le final. Ca ne sera pas simple de les déjouer durant le mois d’avril!

Suite à cette première classique, voici le classement VéloChronique qui nous donne le pouls des meilleurs coureurs actuellement, en attendant la première mise à jour du pool de cyclisme qui devrait être en ligne dans les prochains jours.

Classement Vélochronique par Raphael Watbled

Comme à la même époque en 2005, pour l’arrivée du printemps des classiques, et avec un capital de points identique (224,72 au 20 mars 2005), Alessandro Petacchi reprend la première place du classement Vélochronique. Mais à un point près seulement, son rival désigné Tom Boonen faisant jeu égal avec le sprinteur italien, qui s’est fait souffler une deuxième victoire à Milan-San Remo par Filippo Pozzato. En ayant déjoué les pronostics, « Pippo » devient 8e de notre classement derrière Floyd Landis et… Leonardo Bertagnolli, l’omniprésent coureur de Cofidis, vainqueur du Tour du Haut-Var en février et d’une étape de Tirreno-Adriatico cette semaine. Inattendu en aussi bonne position, derrière Fischer, Zabel et le quatuor de tête, Bertagnolli est la surprise de la semaine, qui confirme son excellent niveau actuel.

Le vainqueur de Tirreno, Thomas Dekker, pointe à la 20e place devant Alessandro Ballan. Nico Eeeckhout progresse jusqu’à la 17e place et Ivan Basso a gagné quelques points en Italie. Moreau, Dessel et Casar quittent le top 100 et n’y laissent que 4 Français.

1. PETACCHI Alessandro 224,86 pts.
2. BOONEN Tom 223,54
3. BETTINI Paolo 200,9
4. McEWEN Robbie 167,78
5. ZABEL Erik 143,7
6. FISCHER Murillo 125,46
7. BERTAGNOLLI Leonardo 123,58
8. LANDIS Floyd 122,36
9. POZZATO Filippo 120,66
10. ARMSTRONG Lance 119,4
11. SCHLECK Franck 119,12
12. HERAS Roberto 117,44
13. SANCHEZ Samuel 113,92
14. REBELLIN Davide 111,22
15. MANCEBO Francisco 101,24
16. MENCHOV Denis 100,02
17. EECKHOUT Nico 99,6
18. BASSO Ivan 98,36
19. HUSHOVD Thor 97,88
20. DEKKER Thomas 96,04
21. BALLAN Alessandro 96,02
22. NOCENTINI Rinaldo 95,32
23. GILBERT Philippe 93,38
24. CUNEGO Damiano 90,58
25. BENNATI Daniele 88,54
26. DI LUCA Danilo 88,06
27. DAVIS Allan 87,18
28. COLOM Antonio 86,24
29. VINOKOUROV Alexandre 84,34
30. ULLRICH Jan 83,92
80. NAZON Jean-Patrick 44
83. GESLIN Anthony 43,22
91. CHAVANEL Sylvain 41,24
92. MONCOUTIE David 40,88 pts.

En terminant, une interview avec Gilberto Simoni qui nous parle de ses ambitions pour le prochain Giro ainsi qu’une interview avec Igor Astarloa, lui-même surpris d’avoir joué les premiers rôles dans le final samedi.

Fouillez nos archives!