Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Paris-Roubaix: fantastique Veilleux, lamentable Hushovd

Beaucoup de choses à dire sur ce 109e Paris-Roubaix !

Tout d’abord, le vainqueur: Johan Van Summeren a créé la surprise hier dans un Paris-Roubaix estival et poussiéreux en s’imposant en solitaire après s’être dégagé de ses compagnons d’échappée sur le secteur pavé du Carrefour de l’Arbre, à quelques 15 kms de l’arrivée. C’est une victoire qui fait plaisir car celle d’un coureur plus habitué à penser aux autres – ses leaders – qu’à lui-même. Équipier de luxe, combien de fois, au cours des dernières années, l’avons-nous en effet vu tirer d’interminables bouts droits afin de chasser des coureurs échappés et ainsi donner une chance à ses patrons de gagner une course? Pour une fois que la chance a souri à cet infatiguable coureur qu’est Johan Van Summeren, je suis rudement content qu’il ne se soit pas loupé!

Superbe course également du Québécois David Veilleux qui a passé une grosse partie de sa journée devant, en échappée! Et dire qu’il y a presque exactement un an jour pour jour, je faisais un brin de causette avec lui à l’arrivée du GP de Calabogie qu’il venait de remporter haut la main… J’étais loin de m’imaginer que je causais avec quelqu’un qui animerait une course comme Paris-Roubaix un an plus tard ! Bravo David, vraiment. À chacun de tes relais, j’étais debout devant mon ordinateur et mon petit Lucas, 5 ans, s’égosillait à mes côtés pour t’encourager ! Et il a fait du vélo seul sur deux roues pour la première fois cet après-midi… Je m’en souviendrai, de ce jour-là.

Veilleux avait reçu la consigne de se glisser dans une échappée, ce qu’il a réussi à faire autour du km 85. Le groupe était important (un peu plus d’une dizaine de coureurs) et c’était la bonne en quelque sorte puisque Maarten Tjallingii, dans son groupe, termine 3e à Roubaix. C’est ainsi que pendant deux bonnes heures, le public québécois a eu l’immense plaisir de régulièrement voir David à l’avant de Paris-Roubaix. Il paraissait même assez à l’aise sur les pavés. À environ 30 bornes de l’arrivée, alors que l’explication finale avait commencé, David s’est fait distancer du groupe sur un secteur pavé, la fatigue prenant le pas sur la motivation. Comment le lui reprocher ? Rappelons-nous que c’est sa première année à ce niveau et que c’était également sa première participation à l’Enfer du Nord. 

Je me permettrai un petit commentaire à David, en toute modestie puisqu’il a bien plus d’expérience que moi sur des courses cyclistes. Mais parfois, l’analyse d’un observateur externe, qui possède le recul qu’un acteur de la course ne peut avoir, peut être utile pour l’avenir. J’ai trouvé que David en faisait beaucoup dans l’échappée comparativement aux autres. Vu à la télé, il passait souvent devant, prenait du vent, même dans les roues où il était souvent décalé. À ce niveau, il faut savoir s’économiser et surtout, ne pas trop en faire par rapport aux autres qui seront toujours sans merci plus tard, lors du final. Mais bon, c’est tout de même 10 sur 10 comme prestation !

Je donne par ailleurs un gros, un énorme carton rouge à Thor Hushovd et Alessandro Ballan pour leur manque total de lucidité et de jugement dans le final, lorsqu’ils étaient tous deux en train de revenir sur l’avant grâce aux efforts d’un Cancellara volontaire et puissant. Cancellara, sans rien demander, a bouché à lui seul une minute des 1min30 qui le séparait alors de l’échappée devant avec environ 30 bornes à faire. Hushovd et Ballan ont alors refusé de le relayer. Résultat, Cancellara s’est relevé avec raison, et l’écart est remonté au delà de la minute. Si Hushovd et Ballan avaient relayé, c’était tout bénef selon moi: tous trois seraient remontés dans l’échappée, Cancellara aurait demeuré isolé et Hushovd aurait été en position de force avec Van Summeren avec lui. Quant on connaît les risques de chutes, de crevaisons sur Paris-Roubaix, deux coureurs devant valent toujours mieux qu’un seul…

Certains penseront que l’équipe Garmin a joué la carte Van Summeren en interdisant à Hushovd de relayer Cancellara pour rentrer. Je n’en crois rien: la course n’était pas encore décantée devant, il y avait plusieurs Lotto et Van Summeren offrait tout de même peu de garantie. Ballan, quant à lui, n’avait aucune raison de s’économiser à ce moment de la course.

Les Sky de Flecha se sont par ailleurs éteints bien vite dans les 20 derniers kms… Seul Leukemans aura vraiment épaulé Cancellara dans les derniers 10 kms, répondant présent dans le final alors qu’il était déjà allé… trois fois au tapis avant ! Un guerrier, celui-là.

Mais l’homme fort du jour était une fois de plus Cancellara selon moi, sa 2e place en attestant. Il aura payé très cher son statut de favori, étant marqué à la culotte. Déplorable attitude des autres qui ont couru pour le faire perdre et non pour gagner… Ceci étant, Cancellara était tout de même très isolé très tôt dans le final, n’ayant plus d’équipiers Leopard avec lui. C’est probablement ce qui lui a manqué le plus et gageons que Leopard sera très actif à la fin de l’année pour recruter quelques autres pointures pour épauler Spartacus sur les Classiques. C’est probablement Bjarne Riis qui devait encore une fois bien rigoler dans sa bagnole, ayant par ailleurs un Baden Cooke retrouvé dans le final.

Cancellara fait (virtuellement seul) tout de même 2e de Milan SanRemo, 3e du Ronde et 2e de Paris-Roubaix en 3 semaines. Cela vous situe le bonhomme et les garanties de résultat qu’il offre sur les Classiques !

L’autre Québécois, Dominique Rollin, a été victime de malchance peu de temps après Arenberg, brisant son dérailleur en raison d’une chute survenue devant lui. C’est dommage car il avait apparemment de très bonnes jambes… L’Amstel, Dominique ?

La situation aura aussi été cafardeuse pour l’équipe Quick Step, décimée en quelques kilomètres seulement, Boonen étant stoppé dans Arenberg puis chutant quelques kms plus loin alors qu’il chassait pour remonter. Presque en même temps, Chavanel allait durement au tapis. Quand ce n’est pas votre jour…

Partager

Précédent

Suivre Paris-Roubaix au Québec

Suivant

Le tour de l’actualité

18 Commentaires

  1. guillaume

    Pas d’accord du tout avec le carton rouge affligé à thor, fabian écrase les classiques de sa surpuissance, le cyclisme est un sport d’équipe, à son directeur sportif d’avoir une politique d’équipe cohérente afin de ne pas laisser son leader esseulé, qaund aux sois-disantes « non-garanties » de VANSU…il a gagné …Grosse déception de la part de rollin qui n’a pas su profiter de l’expérience d’un formidable guesdon, je pense qu’il devrait s’affuter un peu je ne connais pas son poids mais.. il me semble un peu lourd, quand au fait que david soit souvent dans le vent même en position arriére ceux qui ont participé aux pavés savent que même et surtout derriére on ne peut casiment pas s’habriter dans la roue…il vaut donc mieux être …devant!!

    0
    0
  2. Richard

    Tout à fait d’accord avec Guillaume au sujet du carton rouge pour THOR, il n’est nullement responsable de l’isolement de CANCELLARA. LEOPARD, au lieu de frimer (présentation à la presse façon Las Vegas !…) aurait dû faire un recrutement plus judicieux ! Pour en revenir au vainqueur de la course, je vous signale qu’il avait l’intention de partir plus tôt mais qu’un certain VAN PETEGEM (pour ceux qui connaissent) l’en a dissuadé, en lui disant d’attendre le carrefour de l’arbre,on a vu le résultat !
    Question de stratégie, science de la course ou neurones que certains n’ont pas. Pour les chagrinés, je me permets de rappeler que de tout temps et dans tous les domaines il n’y a que la victoire qui compte, qu’importe la manière !

    0
    0
  3. francisponch

    Ouaip pareil!… Carton rouge pour Ballan a la rigueur, qui comme à son habitude ne prend pas un relai… c’est un économiste de l’éffort !
    … mais pour Thor, il se savait moins fort que cancellara… le ramener en tete de groupe ne lui assurait aucunement une victoire meme au sprint, la preuve est qu’il ne peut suivre le suisse lorsqu’il sort dans le final
    … de plus Van Summeren n’aurait pas eu la force necessaire pour aider Hushovd en cas de regroupement… c’était donc de condamner le belge que de rouler avec le superman suisse!
    … Le collectif a primé pour les garmin ! Et puis Van Summeren s’est classé dans les 10 a roubaix ces 2 dernieres années et a gagné BLB en espoir !… ce n’est donc pas un manchot… Tres bon choix tactique donc !!!

    0
    0
  4. francisponch

    Belle perf du jeune Damien Gaudin, 24 ans, spécialiste de la piste, 16 eme à une 50 aine de secondes
    … Apres avoir remporté chez les espoirs paris roubaix, il sempble confirmer son potentiel pour cette course !

    0
    0
  5. Je me répète un peu mais compte tenu des efforts et du vent qu’il a prit Veilleux a été impressionnant

    0
    0
  6. Eric Fruttero

    Veilleux, c’est vraiment une Brutasse !
    Coudes écartés, genoux écartés, (trop?) grosse Braquasse..
    S’en prenait dans la tronche, en remettait une couche !
    Un Teigneux..
    Il a vu passer les Avions à 15 bornes, Bravo !
    S’est fait un nom sur cette course..
    Rispetto !

    🙂

    0
    0
  7. dans le 1000

    Bravo à David, il a roulé  »comme un avion » tout au long de la course. Il est vrai que David prenait beaucoup de relais, surtout sur les pavés. Mais il ne faut pas oublier que sur les pavés, lorsque vous êtes devant, vous vous donnez une chance supplémentaire de ne pas être surpris par certains pavés trop assorties, les chutes, les virages de sorties de zones (pavés vers asphaltes), et enfin, vous éviter un maximum d’inhalé de la poussière donc respiration moins obstrué et meilleur visibilité.

    Il a donc évité tous risque et c’était donc tout à son avantage, en plus d’avoir très bien montré le maillot. À chaque fois qu’il prenait un relais, Dave semblait relancer l’allure à chaque présence. Dans les fait où le peloton était revenue sous la minute lorsque le deuxième groupe eû rejoint l’échappée, peut-on dire que cet acharnement aura permis à l’échappée de ne pas être rejoint par le groupe Cancellara?

    En tout cas, félicitation David, pour ton premier Roubaix tu pourras te dire que tu auras fais la course au lieu de la subire comme il aurait été logique de le croire!

    0
    0
  8. touille

    ils ont mal couru, les 2, c’est clair; il leur restait que 25 secondes à combler et ils ont ‘ratonné’ dans les roues; des cyclistes comme on les aime…

    0
    0
  9. Batrick P

    Il me semble Laurent que tu as négligé quelques faits de course essentiels.
    – La disparition sur crevaison de Lars Boom du groupe Van Summeren
    – L’influence des motos
    – Les incidents de Tom Boonen et Sylvain Chavanel
    – La faiblesse de l’équipe de Fabian Cancellara. Etre fort comme il l’était devient un défaut quand l’équipe n’est pas à la hauteur.
    – Le nombre effroyable de chutes. Hormis quelques spécialistes, la plupart des coureurs sont là parce que c’est leur boulot. A ce niveau de danger, on est à la limite de l’exploitation. Je trouve d’ailleurs irresponsable que la tranchée d’Arenberg en descente et, cette année, herbeuse, soit au programme. En cas de pluie, on aurait eu un massacre « comme à Gravelotte ».
    Je dois bien en oublier quelques autres.
    Je sais que c’est désagréable à entendre, mais le hasard joue tout de même un grand rôle dans cette course.

    0
    0
  10. schwartz patrick

    Moi, je suis super content que Van Summeren soit vainqueur, un beau vainqueur et sans contestations aucunes, il a fait la course en tête et a terminé seul comme un « grand » …Ce type , effectivement, sur le TDF,en fait des bouts droits pour ses leaders et finalement pour tout le monde, la gueule dans le vent!
    Et je suis super content que toutes les « stars » , Fabian y compris (bizarre que tout le monde admette aujourd’hui qu’il est le plus fort alors qu’il était gravement suspecté pour plein de choses ,encore quelques jours avant), Boonen, Thor, H
    Flecha,Ballan,tous dans les choux !au lieu de tout miser sur les vedettes (gros égos et surpayés)le directeur sportif intelligent et surtout malin doit donner plus d’impro à ses coureurs, c’est l’équipe qui doit gagner,les francs tireurs, les snippers,les rebelles, les pirates,opportunisme,stratégie rapide et musclée, les sens du rat, c’est l’essence même de la ruse à l’opposée de la maladresse naive d’un Chavanel sur le Tour des Flandres, même si dans l’ensemble il aura été très fort, mais 2e !.Et puis , constat évident:
    que des « oubliés » et pas de stars, vainqueurs des trois premières grandes classiques ! Goss à Milan-San Rémo,Nuyens au Tour des Flandres et Summeren à Roubaix,
    génial, moi j’approuve !!! je suis fatigué de tous les commentaires sans fond, les polémiques et l’intox d’avant course, l’image déformée et le buisness médiatique assuré !!!

    0
    0
  11. guillaume

    c’est pas désagréable à entendre c’est juste faux, la chance n’a rien à voir dans cette magistrale course.Il faut juste être un passionné de ce truc de ouf, genre l’ami guesdon qui prouve bien que l’intéressement à ce genre d’épreuve n’a rien à voir avec chance ou malchance

    0
    0
  12. sylvain

    hasard ,chance, tout ça est un faux probléme le vrai spécialiste passe, chutte ou pas , crevaison ou pas il passe, pas de place au hasard ni à la chance, juste une affaire de dur au mal convaincu de la victoire

    0
    0
  13. JF Boutin

    Ballan, comme Hushov, avait un coéquipier dans l’échappée: Quinzato. Les deux auraient pu coopérer avec Fabian, reprendre les échappés, travailler avec leur équipier respectif puis aller chercher au moins un podium. Tant pis pour eux; Cancellara aura au moins montré qu’avec des équipiers dignes du parcours, personne n’aurait pu l’empêcher de gagner, pas même des Quick Step moins malchanceux. Carton… jaune à Nygaard pour son recrutement centré quasiment sur les seuls courses à étapes, Schleck brothers oblige!

    0
    0
  14. philippe

    je suis de l’avis de Laurent au sujet de cette course. Cancellera à bien fait de tout simplement levier le pied. Il se serait surement fait sauté sur le fils d’arrivée par un opportuniste comme huvshod. En fait, ce qui lui est arrivé sur le Tour des Flandres par Nick Nuyens. De sucer des roues ça va surtout si l’on a pas la capacité de faire un effort supplémentaire pour participé mais de voler la victoire sur le fils d’arriver c’est comme un garbage goal au hockey: ça a tout autant de valeur.

    Je donnerais une mention aux commentateurs de RFO pour la justesse de leur analyse.

    0
    0
  15. Batrick P

    Aux romantiques aveugles qui ne voient pas la part du hasard: Boonen, Chavanel, Boom, Leukemans, entre autres, n’ont pas été malchanceux cette année, il n’était pas « passionnés », « vrais spécialistes » ou « durs au mal convaincus de la victoire » (sic!), ils ont certainement très mal couru.
    Le romantisme n’implique pas l’aveuglement, mais quand il lui est associé, certains parleraient de « passion ».

    0
    0
  16. thomalphonse

    Et bravo au vainqueur, ça m’a fait vraiment plaisir pour lui qui n’avait quasiment jamais rien gagné!!!
    quelle ouverture de palmares!!!

    0
    0
  17. AL

    D’accord sur tout ce dont tu dis Laurent,
    David, malade! Vrai que t’es un peut trop volontaire dans les relais, mais vaut mieux prendre du vent et payer que de jouer l’économe et être forcé de le rester.

    Laurent, je comprends ta déception sur Thor, mais il a joué le plan de match.
    Dans les circonstances, et avec le recul, Van Summeren était la meilleure carte à jouer pour les Garmin. La victoire n’était pas garantie, mais tout de même plus de chance de gagner que si Cancellara avait été devant.
    Dans le ring, tu connais la force de ton adversaire. La preuve que Thor (et surtout Garmin) avait raison est que Cancellara termine 2e à 19 sec…
    Tout seul, il a bouché presque 1m30 en 5KM!
    Souvenons-nous aussi du final des Flandres quand Fabian en remet une à 2 km de l’arrivée. Il est tellement fort qu’il sprinte assis à + de 65km/h!

    Je n’en reviens pas de la puissance de Cancellara. C’est la plus belle machine a rouler…Si au moins on pouvait mettre ça sur le dos d’un moteur!

    0
    0
  18. dangleterre c

    trés bonne analyse de course, en effet, fabian cancellara a eu raison de couper son effort. Une victoire d’hushovdt dans ces conditions, aurait été lamentable de la part d’un champion du monde.

    Concernant l’herbe entre les pavés,je suis de la région, , elle est apparente dans la tranchée, mais même en cas de pluie ce n’est pas forcément ce qui fait glisser car, il y a des creux entre les pavés.

    salutations

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.