Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Paris-Roubaix: Cancellara, mais sans convaincre

Fabian Cancellara a remporté Paris-Roubaix, une semaine après s’être imposé sur le Tour des Flandres.

Personne n’est donc surpris: le grand favori s’est imposé.

Mais ce n’était pas du grand Cancellara selon moi. Il n’était probablement pas au même niveau que la semaine dernière. Il n’a pas réussi à finir seul, une situation qu’il préfère puisque son sprint n’est pas le meilleur du peloton. Hier, je suis à peu près certain qu’il n’était pas tranquille avec Vanmarcke avec lui dans les derniers hectomètres, un coureur qui, rappelons-le, avait battu au sprint nul autre que Tom Boonen pour s’imposer sur le Het Nieuwsblad l’an dernier. Sur le papier donc, Vanmarcke était une sérieuse menace au sprint.

Un sprint douteux?

D’où le doute: j’ai trouvé le sprint un peu bizarre, avec un Vanmarcke coupant son effort bien avant la ligne. On les a vu se parler dans les 2 derniers kms. Une entente a-t-elle été conclue? On ne le saura peut-être jamais. Cancellara se serait-il trahit dans cette entrevue accordée à Vélo101 où il déclare « Sep à l’avenir devant lui. Il aura d’autres possibilités de se battre pour la victoire. » à la question du journaliste sur le contenu de leur discussion avant d’entrer dans le vélodrome?

Chose certaine, tous les coureurs, Cancellara compris, ont terminé la course très fatigués, voire épuisés. La première heure de course a été couverte à 50km/h, et la moyenne était encore de 47km/h après trois heures de course! Au final, cette édition de Paris-Roubaix a été la 2e plus rapide de l’histoire, à 44,2 km/h de moyenne. Cela explique très certainement pourquoi nous avons assisté à une course d’attrition pour l’essentiel, les coureurs sautant soit faute de jambes, soit sur incident, soit sur chute. On a assisté à une sélection par l’arrière, et non par l’avant.

OmegaPharma – Quick Step malchanceuse

C’est ainsi qu’on aura vu l’équipe QuickStep être décimée par la malchance: Chavanel a eu des ennuis mécaniques alors que la course s’emballait notamment avec l’entrée en scène de Cancellara, puis Vandenbergh et Stybar ont été éliminés dans le final en raison de contacts avec les spectateurs sur le bas-côtés de la route. Dommage, car l’équipe belge semblait pouvoir être en mesure de tirer profit d’une situation très avantageuse, avec deux coureurs sur quatre dans le groupe de tête à 15 kms de l’arrivée… La poisse a accompagné l’équipe belge durant toutes les classiques cette année, avec la chute de Boonen la semaine dernière sur le Ronde.

L’autre équipe malchanceuse du jour est certainement la FDJ, avec la chute spectaculaire d’Offredo puis les problèmes de Ladagnous, aussi victime d’une chute. Madiot était déçu à l’arrivée et on le comprend!

Les bonnes surprises

Elles sont surtout françaises, du côté de l’équipe Europcar: j’ai été très impressionné par Gaudin et Turgot, qui terminent 5 et 10e. Gaudin en particulier, que j’ai vraiment découvert hier. Dans le final, il a pris de nombreuses initiatives, roulant sans hésiter. Il fait partie du peu de coureurs qui ont roulé pour gagner, et non pour faire perdre Spartacus. Bravo.

Les déceptions

Très certainement les Sky et les BMC, absents du final. Van Avermaet sauve la mise chez BMC avec une 4e place, mais compte tenu de l’effectif de cette richissime formation du peloton, c’est insuffisant. J’attendais plus de Hushovd et Phinney.

Les Québécois

Ils étaient trois au départ, Veilleux, Houle et Boivin, mais aucun n’a pu rallier l’arrivée.

Pour Veilleux, c’est normal, ayant eu à respecter des consignes d’équipe et à travailler durant la première partie de la course pour ses leaders Gaudin et Turgot. Le travail a payé, les deux coureurs Europcar sont dans le top-10 et David est ensuite rentré, épuisé. Rien à dire, c’est ainsi que ca fonctionne au niveau pro.

Boivin a quant à lui tenté de s’échapper tôt dans la course, puis a été rattrapé par des ennuis respiratoires. Abandon. Dommage.

Houle a enfin joué de malchance, crevant à au moins 3 reprises. Sur une telle course, on ne revoit jamais la tête et il a rejoint Roubaix grâce à de bons samaritains, en voiture!

12e doublé de l’histoire

En remportant hier la 111e édition de Paris-Roubaix une semaine après avoir gagné le Tour des Flandres, Fabian Cancellara a signé le 12e doublé de l’histoire, et son 2e en carrière après celui de 2010. Il fait donc désormais partie de l’histoire de ces deux courses, et du cyclisme.

Un seul autre coureur a réalisé le doublé à deux reprises, Tom Boonen, en 2005 et 2012. Les deux étant encore en activité, ce n’est pas impossible qu’ils établissent de nouveau record dès l’an prochain!

Les autres doublés ont été réalisés par les coureurs suivants, et 7 des 8 sont belges!

1923: Henri Suter (SUI)
1932: Romain Gijssels (BEL)
1934: Gaston Rebry (BEL)
1954: Raymond Impanis (BEL)
1957: Fred De Bruyne (BEL)
1962: Rik Van Looy (BEL)
1977: Roger De Vlaeminck (BEL)
2003: Peter Van Petegem (BEL)

Les pneumatiques

C’est toujours un point très sensible sur Paris-Roubaix. Découvrez ici ce que les équipes chaussaient, et la pression que les coureurs utilisent. Le marché est encore dominé par du « fait-main »!

L’ambiance

Secteur 26, et c’est un petit film de l’ami Jean-Michel Guidez, très bien fait comme d’hab. Le film nous permet de réaliser la vitesse des coureurs sur les secteurs pavés.

PARIS ROUBAIX SECTEUR 26 par JMGUIDEZ

Partager

Précédent

Giro: les aspirants au titre se confient

Suivant

Pas encore gagnée, la lutte contre le dopage

38 Commentaires

  1. Fore

    Tiens, je pensais être le seul esprit tordu à penser que le suisse avait acheté la victoire, je vois que Laurent pense pareil.

    Sur twitter ce matin Sep Vanmarcke : « After watching the race again, a short night, and 1000 new sprints in my head I still lost Paris-Roubaix yesterday. I can’t change it »

    0
    0
  2. jmax

    Ce qui est étrange, c’est que ce doublé Flandres-Roubaix était considéré il n’y a pas longtemps encore comme un monument qui arrivait tous les 15 ans et même Merckx ne l’a pas réalisé. Depuis 8 ans, on en a eu 4, soit une année sur deux ce qui banalise totalement l’exploit. Alors, champions exceptionnels, pauvreté de la concurrence, tactiques faiblardes, … ?

    0
    0
  3. le roux

    J’avais rien vu mais suite au re-visionnage du sprint c’est flagrant…
    Dommage pour la FDJ et pour Sylvain Chavanel qui aurait du partir devant, c’est ce qui lui convient… c’est quand on l’attend le moins qu’il marche le mieux

    0
    0
  4. C’ est pas terrible ca?…maintenant en cyclisme on voit du mal partout…peut-on encore s’enthousiasmer naivement?

    0
    0
  5. ferrerg

    OPQS a très mal joué, même s’il y a eu de la malchance.
    Chavanel était énervé après avoir changé de vélo et je le comprends. Il était pas censé être leader de la formation?
    C’est Tepstra ou un autre coéquipier qui se met en tête du groupe Cancellara au lieu d’essayer de le désorganiser.

    0
    0
  6. djm

    A la limite, celui qui est assez mercantile pour accepter de monnayer une victoire sur Paris-Roubaix ne mérite pas le titre de Champion. A sa retraite sportive, Sep Vanmarcke aura une Porsche d’occasion et des regrets…

    0
    0
  7. Tous les connaisseurs ont pensé et vu la même chose un instant… Ce qui est fou, c’est qu’on ne peut même plus regarder une seule course, même la reine des classiques, sans que le mot « suspicion » y soit accroché ! Il est vrai que de nos jours, tout s’achète, même les victoires les plus prestigieuses… Moi ce qui m’a le plus frappé, ce n’est pas la victoire ce Cancellara, c’est plutôt la moyenne à laquelle la course s’est déroulé !

    0
    0
  8. thierry mtl

    Dans les dernières années, on a soupçonné, ou reproché à Cancellara d’utiliser le dopage, d’utiliser un moteur (oui, certains y ont cru), de gagner seulement en échappée (comme si c’était honteux d’exploser le peloton à 40km de l’arrivée) et maintenant d’avoir acheté la victoire. Êtes-vous certain qu’il n’a pas pris le métro aussi ? Ou le bateau ? Je crois avoir vu un homme habillé comme lui dans une pyrogue à un certain moment. Il faisait semblant de boire une bière belge en voguant dans les cannaux… je crois que Bruyneel ramait avec lui.

    Hier, il a gagné pcq le sprint a été trop long. Sa meilleure chance de battre Vanmarcke était d’étirer l’effort final. Vanmarcke peut battre Cancellara sur 50 ou 100 mètres, pas sur 200. Les antécédents de chacun sont là pour le prouver.

    0
    0
  9. legafmm

    faut arrêter de picoler pdt la course, vanmarcke qui laisse gagner le suisse !!!, c’est un super comédien vu la façon qu’il pleurait après la course !!!!

    ds le sprint, une fois que le suisse est revenu à sa hauteur et le dépasse, Sep a compris que c’était perdu, c’est pour cette raison qu’il a laisser filer sur les 20/30 derniers metres, cela se produit presque à chaque fois ds ce type de circonstance.

    roelandts a lui aussi laissé sagan faire 2e la semaine dernière, faut il y voir un arrangement !!!!

    à vouloir chercher la petite bête partout, vous devenez tous parano pour ne pas dire plus.

    On a connu le suisse plus fort certes – en 2010 – (impossible difficile de faire une comparaison avec sa forme de la semaine dernière – le scénario est totalement différent), mais quand même, il a bouché 2 fois 30/40 secondes en 4/5 kilomètres sans être relayé, c’était pas si mal, il a super bien géré la situation lorsqu’il s’est retrouvé isolé loin de l’arrivée.

    quant il est sorti en contre à 20 km de l’arrivée pour revenir sur le duo de tête, seul stybar est parvenu à prendre sa roue, en 500m il a creusé un sacré trou (peut être avait il payé tous ces compagnons d’échappés ? tellement les autres se sont garés rapidement.

    j’ai aussi trouvé grotesque la façon dont offredo s’est ramassé, et aussi très troublant, le suisse lui a peut être promis le bouquet du vainqueur s’il abandonnait rapidement ????

    0
    0
  10. dg

    vent favorable, route très sèche et propre,ça aide à aller vite;

    quant au sprint, j’ai surtout vu deux coureurs épuisés qui ont failli se retrouver dans (au sens de dedans, voire par terre) le groupe des troisièmes, après, ils se sont peut être entendus, ont peut être échangé leur EPO et l’un a sûrement un compte en Suisse!!!!

    0
    0
  11. djm

    Vent favorable !!! il était est/nord-est et plutôt frisquet mais à l’heure niveau, j’ai l’impression que cela n’a plus d’importance. On a vu de grosses moyenne sur Paris-Tour avec du vent plein sud !

    0
    0
  12. djm

    Oups! à leur niveau…

    0
    0
  13. schwartz patrick

    OK avec Thiérry mtl et Legafmm

    Que les deux s’entretiennent avant le final,c’est vrai ,çà peut paraitre bizarre, moi je crois qu’il est difficile d’acheter ou de vendre un Paris Roubaix, tu a plus à perdre,et puis une telle occasion, çà ne se reproduit pas souvent! et Cancellara, là, il faut un
    peu le « lacher » si on peut dire,il a donc gagné 3 fois
    en trichant ? Même si j’ai le doute niveau dopage et
    l’autre fois avec son vélo « nucléaire » !!!
    Deux choses m’ont marqué dans ce PR. :
    1) la position de Spartacus sur son vélo, un taureau,
    un buffle, tout en puissance, écrasant les pédales
    et aérodynamique, semblant nettement plus petit que
    son dernier adversaire (rendant 3cm, 1.86 contre
    1.89 mais utilisant toutes les fibres disponibles
    de ses deux cuisses …
    2) Sepp Van Marcke en pleurs, longtemps.. bouleversant!
    parce qu’il a perdu PR ou parce qu’il a mauvaise
    conscience d’avoir vendu la course comme certains
    le croient ?

    0
    0
  14. À tous,
    Loin de moi l’idée de défendre un sprint arrangé entre Cancellara et Vanmarcke. Je dis simplement qu’ils se sont parlés à 2 km de la ligne et que le sprint m’a apparu bizarre. Dans ce contexte, on ne peut exclure une entente.
    Le sprint fut bizarre pour deux raisons. D’une part, quand Vanmarcke part, Cancellara demeure le cul sur la selle, sans s’affoler, même si Vanmarcke prend une petite longueur. On a eu l’impression, du coup, que Cancellara savait qu’il ne devait pas s’affoler. Son demarrage à lui ne fut pas convaincant.
    D’autre part, lorsque Vanmarcke coupe son effort, je ne pense pas qu’il avait déjà perdu! Cancellara était revenu à sa hauteur, mais gagne avec un demi-vélo à peine. En maintenant son effort et en « jetant » son vélo sur la ligne, je crois que Vanmarcke avait des chances de l’emporter. On pourrait penser qu’il coupe son effort pour respecter un engagement, et voyant que Cancellara ne revient pas assez vite puisqu’il était cuit.
    Tout cela n’est qu’hypothèse. Mais il m’apparait important de soulever le point, car j’estime qu’on ne peut raisonnablement exclure un tel arrangement.

    0
    0
  15. Eric

    Je vais me rappeler de ce Roubaix pour les BMC absents (une autre fois), pour Offredo qui se sort lui-même de la course et pour les deux pauvres coureurs de la Quickstep qui chutent dans les derniers kilomètres.

    Je veux croire que Spartacus a gagné à la régulière ce dimanche. Même si c’est de croire au conte de fée pour certains.

    Le sprint s’est déroulé bizarrement et Vanmarcke a coupé son effort, c’est vrai.

    Mais si c’est pour encore une fois me faire convaincre que le vainqueur est un tricheur. Autant ne plus m’intéresser au cyclisme du tout. Pourquoi regarder les courses si c’est à chaque fois pour me dire que le vainqueur est un salop?

    0
    0
  16. toutouille26

    Ca faisait très longtemps que j’avais pas vibré dans une course de vélo; c’était vraiment sympa; le gars a pris ses relais (un peu trop d’ailleurs!!) mais au moins personne peut lui reprocher d’avoir ratonné; et au sprint, c’est clairement la fraicheur (du à l’expérience, et aux produits!) de cancellara qui a triomphé sur l’inexpérience du second, qui était cuit. En aucun cas il a acheté la victoire à mon avis;
    Enfin un final sympa; la dernière fois que j’ai vibré, cétait au clm de cap découverte, c’est dire!!!

    0
    0
  17. JOCELYN

    Du n’importe quoi!!de la suspicion sur le sprint…….il ne peut pas y avoir débat avec l’état d’esprit que vous manifestez…J’ai vu un extraordinaire Cancellara seul contre beaucoup, surpuissant dans son attaque sur le faux plat de HEM, quelqu’un sur ce blog l’a t’il monté après 200 bornes ?? C’EST UNE COTE!!! A 5 mètres pret, VANMARCKE sautait!!!Surpuissant avec son sprint assis, une force motrice extraordinaire!!!Peut etre a t’il payer aussi EISEL qui a passé 100 mètres avant de se faire déposer? FLECHA aussi a du prendre de l’argent puisqu’il a roulé…C’est constructif de balancer des doutes pareils…
    Laurent, largue personne, il va y avoir des doutes sur tes perfs.

    0
    0
  18. Michel M

    Bon résumé!

    pour ce qui est de la finale Vanmarcke-Cancellara, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait avant tout d’un ego qui en écrase un autre plutôt qu’un « deal » proprement dit.

    et vanmarcke a vraiment mal négocié le vélodrome en passant trop vite devant le Suisse, puis en redescendant trop rapidement vers le bas de la piste dans le dernier droit, mais j’ai vraiment l’impression que son effort physique dans le sprint était maximal et qu’il ne l’a coupé qu’une fois qu’il se savait battu

    0
    0
  19. Quand le Suisse écrase la course, il est « motorisé » ; quand il lutte jusqu’à la ligne au sprint, il a acheté sa victoire… Faudrait savoir ce que vous voulez les gars ?
    Je n’étais pas devant mon poste dimanche aprem (occupé à faire la course pour de vrai puis surtout récupérer, plus au sud du côté de St-Tropez), mais au visionnage je vois un sprint de cramés… Et à ce jeu-là Cancellera a mieux manœuvré son adversaire (entrée sur le vélodrome en tête, etc). Après 250 bornes d’une course ultra-rapide les qualités de sprinter n’ont plus grande importance, c’est la fraîcheur qui compte.

    0
    0
  20. Régis78

    Perso dans le final de vois un cancellara puissant sur de lui et pas au bout du rouleau comme son adversaire qui est cuit.Entièrement d’accord avec toutouille26, un grand Spartacus qui a usé tous ses concurrents, en plus cerise sur le gateau il ne finit pas comme une locomotive tout seul c’est du piquant supplémentaire à cette course que j’ai fort apprécié.
    Il est normal que les deux coureurs se parlent, ils ont du se dire qu’ils allaient rouler jusqu’au bout et se departager au sprint, Vanmarcke préfére faire 2éme que de rater le poduim c’est évident, de toute façon avec cancellara comme adversaire mentalement vous avez déjà perdu !!!! donc la 2eme place c’est mieux que rien !!!

    0
    0
  21. Max

    Moi je suis surtout étonné qu’on suspecte systématiquement Cancellara, alors que personne ne lève le moindre petit doigt lorsque Boonen fait la même chose. Cancellara lâche tout le monde à 50 bornes de l’arrivée: il a un moteur. Boonen le fait: quel grand champion!

    Ils ont dû se parler trois secondes! franchement, je serais dans la situation de Vanmarcke il faudrait me négocier longtemps et jusqu’à la virgule pour que je lâche mon Paris-Roubaix contre un chèque!

    N’est-il pas plus probable qu’il s’agisse d’un peu de trashtalk ou autre intimidation dans le style?

    Sinon, j’ai été profondément énervé contre OQPS pendant la course. Chavanel est désigné leader. Il était fort, ça se voyait. Il change de vélo, ok. Personne ne décroche alors qu’ils sont encore trois devant, pourquoi pas…. Mais venir rouler alors qu’il est derrière à chasser, c’est vraiment infâme. On s’est retrouvé à un moment où ils se roulaient tous les 4 dessus. Et c’est pas la première fois cette saison. Qu’il se barre de cette équipe pourrie et qu’il aille dans une équipe où il aura un vrai statut de leader. Il gagnera peut-être les courses qu’il mérite. Franchement, pour le boulot qu’il a fourni pour Boonen ces dernières années, pour sa forme actuelle, c’est dégoûtant de le traiter comme ça.

    0
    0
  22. @JOCELYN,
    C’est un débat que nous avons, et les piques personnelles ne sont guères utiles.
    C’est un fait que Cancellara et Vanmarcke se sont parlés à l’approche de la ligne.
    C’est un fait que certains éléments du sprint étaient surprenants. Ceci étant, nous avons tous notre lecture du sprint, et c’est ce qui est intéressant.
    Je maintiens qu’on ne peut exclure un arrangement. Je ne dis pas qu’il y en a eu un, mais c’est quand même une hypothèse raisonnable. Il n’y a pas doute chaque fois: je ne me souviens pas quand la dernière fois j’ai eu un tel doute sur un sprint. La victoire de Cancellara au Ronde était nette et sans bavure.
    Qui sait, peut-être qu’une poignée de personnes savent que ce sprint était arrangé… et que la vérité sortira un jour. Si tel est le cas, les lecteurs de La Flamme Rouge auront été bien informés. Mais pour l’instant, ce n’est qu’une hypothèse, rien de plus.

    0
    0
  23. Pignon

    Je crois que Cancellara a couru de manière intelligente.
    Il a placé quelques bonnes accélérations qui ont peu à peu écrèmé le peloton et il a bien dosé son effort pour revenir sur le groupe de tête.
    On a souvent dit que Cancellara n’avait qu’une manière de gagner soit en lâchant tout le monde.
    Pour une fois qu’il gagne autrement faudrait s’en réjouir!
    Il n’a pas un si mauvais sprint, quand on regarde le final de Milan – San-Remo, il s’en est fallu de peu et il volait presque la deuxième place à Sagan qui avait plus de 2 vélos d’avance au départ du sprint.

    Faut arrêter de toujours voir de la conspiration partout, les 2 étaient cuits.
    Sinon ça sert à quoi de regarder les courses si on n’y croit plus?
    my 2 cents 🙂

    0
    0
  24. dans le 1000

    Concernant ce sprint, en aillant regarder une seconde fois la séquence sur le vélodrôme, le final est très propre. Il s’agit de regarder la nervosité de Venmarcke, combien de fois il retourne la tête pour guetter Cancellara. Étant à l’arrière, Fabian a mis la pression sur Venmarcke. Celui-ci a de toute évidence démarrer son effort trop tôt car après avoir enfilé 2 dents il a aussitôt bloqué. Les deux coureurs étaient cuits certe. Bravo à tous les deux pour ces derniers kilomètres de suspenses.

    Je crois qu’il faut également arrêter de dire que «C’était bien, mais pas du grand Cancellara». Ce n’est peut-être pas Cancellara qui n’était pas au top mais peut-être bien deux ou trois autres coureurs qui étaient en super condition! Moi ce que j’ai vu c’est un Venmarcke au même niveau que Cancellara. Appuyant les relais à part égale, et ayant rouler à l’avant bien avant que Fabian le rejoigne.

    Je m’attendais à ce que Cancellara tente une dernière attaque sur l’avant dernier secteur mais à ce moment il commençait déjà à être juste. Il confirme lui-même ces dires après la course: «My problem was that I felt I was going backwards on the cobblestones. I felt stronger on the normal roads and I had in mind to make the difference there.»

    Faute de pouvoir faire la différence comme à l’habitude, Fabio s’est servi de son expérience en dernier recours. Un ingrédient à ne jamais n’égliger, surout sur une course comme Paris-Roubaix.

    0
    0
  25. fredo

    Je ne crois être ni parano ni avoir eu des visions.
    Pourtant, avoir d’avoir lu l’éditorial de Laurent, j’avais eu exactement la même impression : celle d’un sprint étrange ou Van Marcke a apparemment coupé son effort avant de franchir la ligne.

    Ayant aussi vu le court conciliabule Cancellara Van Marcke, oui, il y a de quoi se poser, pour le moins, des questions (vous vous rappelez peut-être de l’arrangement Vinokourov Kolobnev lors de Liège Bastogne Liège 2010 dont curieusement plus personne ne parle alors qu’on avait apparemment eu la preuve de cette entente!) et je partage totalement l’analyse qu’en a fait Laurent.

    C’est exactement ce que j’avais dit à des amis cyclistes.

    0
    0
  26. Nelson

    Quand j’ai vu le visage triste de Vanmarcke sur le podium à la remise des prix moi j’ai plutôt vu un gars triste d’avoir perdu une chance incroyable de gagner une course qui lui aurait permis d’entrer dans la légende, pas un gars qui venait de se négocier un extra pour une prochaine fois avec le champion suisse.

    0
    0
  27. je pense qu’ils se sont juste mis d’accord pour ne pas s’attaquer, ni trop ralentir avant l’entrée dans le vélodrome (ils finissent avec 30 secondes d’avance, pas le moment de faire du surplace si des gars s’organisent derrière, non ?).

    sur un autre plan, on dirait qu’il y eu un match dérailleur mécanique vs dérailleur électrique, mais tout le monde (coureurs, journalistes, équipes, sponsors) reste assez discret là-dessus.. JC péraud, au pays basque, pourrait l’illustrer aussi. à suivre ?

    0
    0
  28. nikko

    Sans avoir vu passer de pirogue et sans avoir picolé ;-), je ne vois pas comment on peut ne pas se poser la moindre question concernant une course cycliste professionnelle, sachant par où le cyclisme est passé (fortifiants, cortisone, amphetes) et continue de passer depuis (epo, dopage sanguin,…)malgré l’affaire festina, malgré la mort brutale de champions(vdb et pantani), malgré les aveux d’armstrong et de ses lieutenants, malgré l’affaire puerto, malgré l’affaire cofidis, malgré tous les cas de coureurs positifs, malgré les pratiques douteuses de l’uci.
    Faire du vélo, ok, suivre l’actualité cycliste, ok, regarder une course à la télé, ok, et savoir garder intact son jugement, ok aussi.

    0
    0
  29. Que rien ne peut être exclu je suis d’accord mais cela commence à fatiguer que n’importe quel victoire soit discutée.
    J’ai l’impression que pour « convaincre » Cancellara aurait du arriver avec 3 minutes d’avance et encore on aurait de nouveau vu fleurir les commentaires sur le moteur, 3 commentaires sur 4 dans l’Equipe y faisait allusion après les Flandres.
    J’ai de la peine à croire qu’il y aie eu un arrangement sur ce type de course. Autant dans une course à étape cela peut se passer, autant dans une course comme celle-la non; je ne connais pas Vanmarcke mais la probabilité pour qu’il se trouve dans le futur dans une telle position est mince donc pour lui c’était l’occasion à saisir. Et je ne pense pas que son directeur sportif était d’accord d’un éventuel accord car au vu de la situation de son équipe je crois qu’une victoire comme celle-la aurait mis beaucoup de beurre sur les épinards.

    0
    0
  30. nikko

    @ Jean-Luc : Je crains que tu sois souvent fatigué pour les années à venir (au moins tant qu’il y aura des courses cyclistes);-). Pour que ça change, il faudrait un changement radical dans les habitudes des pros. Et tant qu’on laissera des anciens dopés avérés, tel que Riis, diriger ou même travailler dans des équipes pros, je ne vois pas de raison d’y croire.
    Et récemment : http://www.lemonde.fr/sport/article/2012/11/04/cyclisme-vinokourov-aurait-achete-sa-victoire-a-liege-bastogne-liege_1785464_3242.html

    0
    0
  31. @nikko Je suis d’accord qu’il faudra plusieurs générations avant d’avoir un cyclisme propre, autant dire que je ne vais le voir. Basé sur le concept « Si Cancellara a gagné c’est qu’il a acheté le sprint », est-ce que cela signifie que si Vanmarcke avait gagné il aurait offert plus ?

    0
    0
  32. nikko

    @ Jean-Luc : Je crois que celui qui avait le plus à perdre à Roubaix était Cancellara. Certes, il avait déjà vaincu deux fois, mais il ne pouvait pas se permettre d’être battu par un jeune coureur, il en allait de son statut et de plus, à 32 ans, normalement ses chances d’en gagner de belles commencent à se compter.
    Alors que Vanmarcke, même seulement second, a réalisé pour l’instant la course de sa vie, battu par le n° 1 mondial, et l’espoir d’en gagner de belles alors qu’il a 24 ans.

    0
    0
  33. Zardoz

    Certains y ont à juste titre fait allusion : après le podium, Van Marcke donnait une interview à la télévision flamande, que je suivais justement. Le gars est complètement en pleurs. Au journaliste qui conclue l’interview en le félicitant de sa performance, il répond que, pour le moment, il ne ressent vraiment que de la déception. Très loin des propos ravis de Kolobnev à l’issue de LBL 2010 ou de Rigoberto Uran sur les JO 2012, alors justement qu’ils avaient certainement de meilleures chances de victoire sur le papier que Van Marcke ce dimanche, donc un motif plus légitime de déception. Et puis se seraient-ils vraiment livrés à toute cette séance de surplace hyper-tendue dans le dernier kilomètre ? Peut-on à ce point jouer la comédie ? Au passage, je vois personnellement plus une longueur entière de différence dans le sprint qu’une demi-longueur, avec un Van Marcke irrémédiablement battu une fois débordé par Cancellara, et trop cuit pour jouer le jeu jusqu’au bout en jetant son vélo sur la ligne.

    L’accusation est grave. Il faut garder un esprit critique, c’est vrai, mais s’il n’y a pas une matière solide à suspicion, on rentre dans un jeu pervers et irrespectueux.

    0
    0
  34. @nikko Désolé mais la satisfaction d’arriver 2e avec l’espoir d’en gagner une dans le futur je n’arrive pas à l’avaler. Il y a tellement de facteurs qui peuvent interférer dans une carrière que, comme on le dit en espagnol « más vale pájaro en mano que ciento volando », traduit cela donne quelque chose comme « mieux vaut avoir attrapé un oiseau que cent qui volent », sur le coup la version française m’échappe.

    Mais bon si on pensait tous la même chose le débat ne serait pas intéressant 🙂

    0
    0
  35. Zenou

    La tactique de OPQS était pour moi la bonne.
    Chavanel était désigné leader mais plus pour la forme que dans la réalité cat Terpstra était au même niveau dans la tête de Lefévère. (D’ailleurs, meilleur perf de Terstra 5eme alors que Chavanel 8eme)

    Lorsqu’il saute, il ne peuvent pas attendre car devant c’est parti à fond. Et puis devant ils sont en surnombre avec une très bonne chance : Terpstra.

    0
    0
  36. nikko

    @ Jean-Luc : en vf je vois bien « un tien vaut mieux que deux tu l’auras », mais j’aime bien la version espagnole.
    Sinon, ce que j’ai pu écrire ce ,’est que de l’hypothèse, de la supposition. Je ne peux pas imaginer ce qu’il a pu se passer dans leur tête avant, pendant et après le sprint.
    Quand je pense qu’il y a plus de 15 ans personne n’aurait trouvé les performances de Cancellara suspectes. Il aurait un grand champion pour tout le monde. Dommage, mais le mal est fait.

    0
    0
  37. Dav

    Donc Damien Gaudin aussi aurait laissé filer la 3ème place ? Il arrête de pédaler 20m avant la ligne alors qu’il est devant ????
    Ces discours hors contexte sont souvent tirés de nul part. Rien ne nous permet d’avoir des suspicions. Un sprint lancé, c’est autant psychologique que physique. Le mec se tappe 250 bornes et se voit dépassé à 10m de la ligne par un mec qu’il sait ultra-favori depuis X années. Qui pense pouvoir mettre un coup de pédale lui permettant de revenir alors que la ligne est à 10m ?????

    0
    0
  38. eric

    bonjour

    je viens de revisionner les 3 derniers km

    on voit que cancellara demande à plusieurs reprises à son compagnon d’echappée de prendre un relais

    sur le sprint, voit vanmarck monter faire une légère vague pour orienter plus le suisse à l’exterieur avant de plonger ce qui lui donne 2 à 3 m d’avance : plutot bien joué

    et vanmark relache à 10 m de la ligne une fois que cancellara l’a deja depassé ce que l’on voit souvent dans les sprints, van mark avait perdu

    et un cancellara qui gagne avec sa tete est bien plus convaincant que d’habitude

    après triche ou pas triche,je n’ai pas les compétences et je m’en foue
    c’etait du beau spectacle

    on ne peut pas toujours tout critiquer et on voit bien que vanmark a fait un sprint correct avec ce qui lui restait de force

    sur le secteur de gruson, cancellara a acceléré pour eviter le retour de stybar
    et c’est encore cancellara qui accélère au faux plat de hem, et personne n’a remarqué ??? il demarre juste avant un petit ilot directionnel et si vanmarck ratait le côté gauche de la route, se retrouvant à droite, il n’aurait pas pu reprendre la roue de cancellara
    très intelligent ce demarrage de fabian !!

    polémique inutile mais qui fait parler, bref du mauvais esprit

    si vous voulez revoir tapez paris roubaix full race sur google et vous verrez qu’il n’y a pas anguille

    CQFD

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.