Musculation et cyclisme: je ne suis plus certain!

Je m’astreins depuis 4 ou 5 ans à un gros programme de musculation-gainage durant l’inter-saison, soit d’octobre à avril environ. Au menu, 3h en gymnase chaque semaine, à enchainer les exercices de gainage au niveau du tronc, et les exercices de musculation générale, dont les inévitables squats, leg press et autres fentes.

Est-ce réellement bon?

Nul doute que le gainage m’aide beaucoup tant sur le vélo qu’en ski de fond. Sur le vélo, je transmets manifestement mieux ma puissance aux pédales, sans déhanchement du bassin qui est une perte d‘énergie. En ski de fond, mon équilibre est bien meilleur, tout comme mon endurance musculaire à répéter heure après heure des “crunch” surtout en one-skate.

Mais la musculation des membres inférieurs?

Je ne suis pas toujours sûr…

Forcément, les heures investies dans le gym ne sont pas passées sur le vélo ou le home-trainer, à pousser des watts. De plus, récupération oblige, on n’a pas forcément les jambes pour faire des intervalles à 110% de la PAM le lendemain d’une grosse séance de musculation. Du coup, le jeu en vaut-il la chandelle?

La réponse basée sur mon expérience est “pas sûr”. Michele Bartoli le disait à la fin des années 1990, pour être un bon cycliste il faut rouler! Mon récent questionnement découle de cet article empirique où un bon cycliste s’est astreint à de la musculation pendant plusieurs semaines. Verdict au final? Non concluant… pas d’amélioration significative des watts, voire légère perte! Bon, ce n’est qu’une seule personne, une seule expérience mais justement, son expérience a le mérite de nous faire réfléchir.

On trouve par ailleurs sur l’excellent site Nature-humaine une foule d’articles sur la musculation, souvent assez positif sur les gains découlant de cet investissement. Selon le site, nul doute possible, la musculation améliore bel et bien les performances des cyclistes.

Pas évident de se retrouver dans tout ça! Une chose est certaine selon moi: la musculation a le bénéfice certain de prévenir la sarcopénie, cette perte progressive de force musculaire à mesure que l‘âge augmente. Sans musculation, on perd donc tous de notre force musculaire en vieillissant, et c’est grâce à la musculation qu’on peut la préserver, donc continuer de pouvoir appliquer une certaine force aux pédales et surtout, prévenir les blessures malheureuses.

Pour ce qui est des gains chez les cyclistes déjà très bien entrainés, je vous avoue remettre tout ca en question!

2 Commentaires

  1. lbi
    Soumis le 25 décembre 2017 à 2:47 | Permalien

    J’avais bien compris, mais si j’ai un peu de gras autour des cuisses, et crois moi j’en ai, elles se meuvent beaucoup plus difficilement que les jambes d’un petit, ça me paraît évident; un petit sera toujours plus vif qu’un grand…
    Tu oublies aussi de parler du coeur, je m’asphyxie et je n’avance pas sur un 34 dents (genre 8 km*h) lorsque je peux aller a 13 sur 39* 17…
    Je maintiens que si ullrich avait gagné 5 tours, ce qu’il a fait, mica soutiendrait la thèse inverse.
    La cadence, pour moi, c’est selon les individus.
    Et n’oublions pas le plus important sur 3 semaines, c’est le gainage abdo lombaires; ullrich et armstrong étaient les plus costauds, ce qui permet de durer sur plusieurs jours et d’emmener énormément de puissance.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  2. Romuald
    Soumis le 8 janvier 2018 à 9:05 | Permalien

    Bonjour,

    La lecture de cet article mérite quelques commentaires, si vous me le permettez.

    Tout d’abord, vous concernant. Vous n’êtes pas sûr des résultats d’un programme de musculation alors que vous en ressentez des effets positifs : l’incohérence apparente pèse du côté de la poursuite d’un tel programme. Pour avoir des certitudes, il vous faudrait des indicateurs fiables : chronométrage, mesure de la puissance,… vous stoppez la musculation en avril, systématiquement : avez-vous observé également systématiquement une baisse de vos performances arrivé en juin ?

    Concernant l’article du coureur amateur, sa conclusion n’est pas celle que vous reportez sur cette page. Il déclare avoir significativement gagné des qualités de sprinter et avoir perdu sur le chrono individuel, en reconnaissant toutefois avoir cessé l’entraînement cardio-respiratoire : CQFD, la performance sur ce genre d’épreuve est directement liée au temps passé dans les hautes intensités.

    Le témoignage de Valverde est intéressant également. Il fait part du fait que durant l’hiver il passe du temps en salle puis stoppe définitivement mais consacre beaucoup de temps aux séances de sprint. C’est très probablement en appliquant le principe de spécificité qu’il maintient voire améliore sa condition physique dans cet exercice particulier (le sprint).

    A vous lire.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!