Tous les jours, la passion du cyclisme

 

MSR: Gerrans à l’économie

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

C'est tout ce que m'a inspiré hier la victoire de Simon Gerrans sur Milan SanRemo, que j'ai pu suivre en direct à la télé depuis mon hôtel à Paris.

Gerrans n'aurait en effet jamais gagné sans Cancellara, l'homme fort de la course dans les 15 derniers kilomètres. C'était tout simplement impressionnant de voir le champion suisse à l'oeuvre dans le final: une véritable moto! 

C'est dans le haut du Poggio que tout s'est joué. Juste au pied, l'impressionnant Agnolli, chez Liquigas, finissait le travail de sape entrepris par l'équipe italienne dans le Manie, une nouvelle ascension introduite par les organisateurs dans les derniers 100 kms et qui a éjecté Mark Cavendish de la course. Nibali a alors giclé, c'était attendu. Cancellara et Gerrans ont accompagné, le suisse prenant rapidement la tête de la course et roulant de telle sorte que Nibali et Gerrans ne pouvaient plus relayer!

Dans la descente du Poggio puis sur le plat ensuite, c'est Cancellara qui a effectué 99% du travail. Que pouvait-il faire d'autre? Sa seule option aurait été de se relever pour favoriser un regroupement, ayant Bennati son sprinter derrière. Mais c'était alors s'exposer à un sprint incertain, puisque Boonen, Dekengold et surtout Freire et Sagan étaient eux-aussi présents!

Ce fut probablement le calcul de Johan Bruyneel: valait mieux tenter la victoire voire assurer une 2e place avec Cancellara qu'un podium raté avec un sprint incertain en misant sur Bennati… au prise avec tous les autres bons sprinters du groupe. 

Chose certaine, je déteste toujours voir un coureur s'imposer grâce au travail d'un autre. Gerrans aurait pu passer à quelques reprises, pour au moins contribuer un peu au succès de l'échappée… 

On aura en tout cas appris de ce Milan SanRemo que Cancellara est en excellente condition physique en ce moment, clairement le meilleur du peloton hier. S'il maintient voir améliore cette condition au cours des 3 prochaines semaines, il sera difficile à battre sur valeur physique sur le Ronde et Paris-Roubaix. Sagan, Boonen et Freire seront ses adversaires les plus coriaces. 

Pozzato, Ballan, Paolini, Gatto et Hoogerland, très actifs hier, m'ont aussi semblé en très grande condition et seront sans doute les principaux acteurs des prochaines Classiques.

Partager

Précédent

La Flamme Rouge perturbée

Suivant

Pool de cyclisme 2012

22 Commentaires

  1. Dan Simard

    Disons que Gerrans sera un coureur marqué dans les prochaines courses!

    0
    0
  2. Fore

    Gerrans a relayé Cancellara une fois en bas du Poggio, histoire d’avoir la conscience tranquille.

    Ce que je pense certain, c’est que sans Cancellara, Nibali et Guerrans auraient été rejoints dans la descente, le suisse est vraiment un descendeur de talent. Quant à Guerrans, si on peut critiquer sa victoire, il faut saluer sa présence dans la roue de Nibali et sa réactivité à lui sauter dessus, c’est très visible sur les images de la tv italienne, une seconde d’inattention et c’était fichu, le talent est là aussi.

    0
    0
  3. Éric Tardif

    Ce n’est probablement pas la victoire la plus glorieuse mais avec la vitesse de Cancellara, je crois qu’il n’y a de coureur qui aurait eu la capacité de faire des relais. En fait ni Gerrans, ni Nibali n’ont pris de relais. Le peu d’écart entre les trois coureurs et les poursuivants n’a pas permis à Cancellara de jouer bien des stratégies. Je vois difficilement une stratégie qui aurait permis à Gerrans de gagner dans la gloire à part laisser filer Cancellara… Même Cancellara ne parle pas d’un vol:
    « Je cours toujours pour gagner. Mon objectif, c’était la victoire, je voulais m’offrir ce cadeau à la veille de mon anniversaire. Je voulais tenter quelque chose sur le Poggio. Dans le final, je sentais Gerrans derrière moi mais je ne pouvais pas courir autrement. Je savais que Nibali ne pouvait pas mener. J’ai pris le risque, je ne pouvais pas faire plus, j’avais l’acide lactique qui me sortait des oreilles. Je me suis dit qu’il valait mieux quoi qu’il en soit prendre la deuxième place dans une grande course »

    En lire d’avantage sur Cyclism’Actu : http://www.cyclismactu.net/news-milan-san-remo-cancellara-je-cours-pour-gagner-23051.html#ixzz1pTqB6HNO

    0
    0
  4. Fore

    @Éric Tardif : si,si, Gerrans relaye un peu à 7’00 sur le vidéo que Dan Simard a mis dans le commentaire avant le mien, mais c’est symbolique, on est d’accord.
    Du coup, j’ai regardé le Poggio de Milan-San Remo 1989 sur youtube, Fignon a l’air 10km/h moins vite dans la montée que les coureurs de maintenant, mais ça fait plaisir à revoir !

    0
    0
  5. Batrick P

    La victoire de Gerrans est tout de même plus belle que celles de Cavendish.
    Le relais de Gerrans n’en était pas un.
    Ce qui m’a paru marquant, c’est que même bien profilés dans la roue, Gerrans et Nibali ont eu un mal fou à tout simplement ne pas se faire décramponner dans la descente puis sur le plat.
    Par ailleurs, on lit ici où là que la moto suisse est parvenu à suivre l’attaque de ses deux compagnons dans le Poggio (notamment de la bouche de Gerrans, qui travaille son image). C’est faux, il est revenu sur eux de l’arrière (les a immédiatement dépassés pour presque les sortir de la roue).
    On ne lit pas non plus assez que le sprint s’est joué de peu entre les deux premiers, et que sans avoir pris aucun relais Nibali a sauté dès celui-ci lancé.
    A Alain, le petit morceau de plat ajouté il y a quelques années après la descente a probablement été décisif en faveur de Gerrans.
    Une confirmation: un costaud, ce cycliste hors gabarit qu’est Degenkolb!

    0
    0
  6. PANTARULES

    Très franchement, CANCELLARA a été grand et plein de panache hier. Il a fait ce qu’on attend d’un champion quand il se sent fort. A la fin du jour, il n’a pas gagné mais comme il le dit lui-même :  » Ai-je vraiment perdu ? ».

    Personnellement, j’ai toujours considéré le Suisse comme un Fuoriclasse, et je ne suis pas etonné.

    J’attends néanmoins les commentaires de ceux qui sont persuadés qu’il avait un moteur dans son vélo en 2010
    ( du grand n’importe quoi…rappelons que CHAVANEL a grimpé plus vite GRAMMONT en 2011…….!!!!) et qu’il est donc un tricheur, un voleur et par conséquent un sale type !! ???.

    Sauront-il avouer qu’il a été généreux sur MSR ?

    0
    0
  7. Raf

    Où avez-vous trouvé les temps d’ascension? Ca m’intéresse …

    0
    0
  8. thierry mtl

    Totalement d’accord avec Laurent.
    Si Gerrans a pu le sauter sur la ligne d’arrivée, c’est qu’il aurait pu prendre un ou deux relais. Pas de classe.

    0
    0
  9. Dan Simard

    Lors du relais de Gerrans, on dirait que Cancellara a dit, hey tasses-toi de là tu me ralentis et le peloton va revenir!
    Boonen sera le prochain à se faire larguer et ce qui est drôle c’est qu’il le sait 🙂

    0
    0
  10. Zut

    C’est comme le gars avec qui tu roules la fin de semaine, que tu traînes toute la journée et que, lors des dernières montées, monsieur se retrouve de l’énergie et te fait chier parce qu’évidemment tu es complètement lessivé.

    M’énerve…

    Moi, je ne voudrais pas gagner comme cela.

    Cancellara a été très impressionnant !

    0
    0
  11. alain39

    Beau MSR avec une belle attaque dans le poggio.
    Cancellara se comporte comme un cadet et mérite de perdre.
    Ok il finit 2eme mais à son niveau c’est une défaite.
    Mieux encore il a lancé un message pour l’avenir à savoir qu’il faut partir avec lui car il roule sans calcul et donc il est la roue à prendre.
    Il a roulé comme s’il était seul ce qui est stupide.
    Il est évidnet que sur le ronde et Paris Roubaix les mecs vont être dans sa roue sachant qu’il est en forme et qu’il va abattre un travail considérable.
    Guerrans n’a pas démérité car il a réussi à prendre l’attaque de Nibali et à suivre Cancellara. Il fallait être fort pour être devant et il l’a été.
    Depuis 2 saisons on assiste au même spectacle à savoir Cancellara attaque mais n’est pas en mesure de s’isoler. Fini les victoires à la mobylette. Il lui faut revoir sa façon de courir car avec une telle puissance il est clair qu’il aurait du attaquer bien avant pour s’isoler avec quelques coureurs et ensuite porter son attaque dans le poggio. Il en avait la force.
    Tactique certes plus risquée mais qui aurait le mérite d’innover et de rompre avec ses attaques trop conventionnelles.
    Guerrans n’est pas le plus beau vainqieur mais sur MSR il faut savoir être habile et il l’a été.
    Il n’a pas cédé à la crainte d’un retour du peloton et a laissé Cancellara abattre tout le boulot.
    Nibali était à fond et il s’est mis dans le rouge lors de son attaque et n’a pas eu le temps de se refaire la cerise.
    Le bout de plat avant l’arrivée est trop court pour permettre un retour du peloton. Cancellara seul a réussi à l’éviter alors qu’au sommet ils avaient à peine 100 mètres d’avance.
    Ce MSR a été très tactique et confirme qu’il suffit de basculer avec 100 mètres d’avance pour espérer gagner.
    Et personnellement j’adore cette course lorsqu’elle se déroule de cette façon car il faut savoir être à la fois un des plus forts et le plus fin calculateur. Pas simple.
    Gilbert est out et sa saison s’annonce bien compliquée.

    0
    0
  12. schwartz patrick

    il est assez facile de traiter Cancellara de « demeuré » ou de « bourrin » et Gerrans de « suceur » ! je pense que lorsque tu as une locomotive qui « envoie du gros » avec tant de force sans se poser de questions avec le peloton aux fesses, il est sacrément dur de prendre le relais sans faiblir et en risquant le retour du paquet; Gerrans est un puncheur-sprinter qui gardera toujours un peu de niack sur la fin; c’est injuste mais les sprinters seront toujours les mecs à ne pas emmener, c’est ainsi,mais Gerrans est là après 300 bornes et les bosses de la course !; et puis on ne peut pas comparer, en aucun cas MSR à Paris Roubaix, là,Spartacus , sur les pavés, c’est autre chose, y a pas photo …

    0
    0
  13. alain39

    Spartacus a très certainement sous estimé Gerrans.
    C’est en cela qu’il a mal couru.
    Ceci étant, il était dans une situation très compliquée puisque Nibali attendait le retour de Sagan. Idem pour Gerrans qui protégeait le retour de Goss.
    En fait la vraie erreur de Spartacus est dans le poggio.
    Il aurait du contrer et non prendre un long relais.
    A tout le moins démarrer au sommet ne serait-ce que pour prendre 30 mètres. Comme Moser en 84.
    Autre option attaquer plus tôt dans le poggio pour s’isoler avec quelques coureurs et ensuite placer un contre. Il semble qu’il en avait les ressources.
    C’est toujours facile de refaire la course mais il est évident que sa pointe de vitesse limitée impose à cancellara de partir seul ou sans sprinters dans sa roue.
    L’autre erreur de Spartacus est de n’avoir pas tempéré quelques secondes en bas de la descente pour ensuite placer une attaque tranchante.
    Il est évident que Gerrans et Nibali auraient pris des relais puisqu’à ce moment le peloton est à 10 secondes et qu’ils n’ont d’autre choix que de rouler. Certes en dedans mais rouler quand même.
    Spartacus a manqué de lucidité alors qu’il était le plus fort. C’était plus simple lorsqu’il avait un moteur. Depuis 2 ans bien que très fort il ne peut plus nous faire ses numéros de moto. En 2010 il serait sorti tout seul dans le poggio ou alors il aurait placé une accélération fatale en bas du poggio.
    On oublie qu’avant 2010 il était toujours devant mais rarement vainqueur. La faute à une pointe de vitesse trop limitée et à une explosivité pas assez tranchante.
    Reste qu’il est en forme et qu’il faut compter sur lui dans le ronde et PR.
    Pour Gilbert ça se complique car outre un manque de forme évident il semble avoir perdu la chance. Entre les chutes et maladies il n’arrive pas à monter en puissance. Il a 3 semaines pour arriver à son meilleur niveau et ça me semble un peu juste.
    L’autre grande nouvelle de ce week-end c’est la victoire de Demare à Cholet. Ce gars est en pleine confiance et à 20 ans il est très précoce. A suivre car ça fait des années qu’un coureur français n’a pas fait un tel début de carrière. Il semble assez complet et il a une pointe de vitesse qui fait des ravages. Madiot a eu la main verte.

    0
    0
  14. marten

    @PANTARULES Contrôle d’abord tes sources.
    Temps de montée du Mur de Grammont trouvé sur Youtube.
    Cancellara 2010: 1 minute 35 secondes
    Chavanel 2011: 1 minute 45 secondes

    0
    0
  15. Arousssen

    Nous savons tous que si Cancellara n’avait pas fait tout ce travail, l’échappé aurait été reprise. Les deux autres n’avaient pas de raison de rouler puisque leurs leader étaient derrière, et ils n’avaient probablement pas la force de le faire de toute manière, du moins sans casser le rythme de Cancellara ou s’exposer à se faire décrocher.

    0
    0
  16. Vincent

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=CHAKie2XiU0#!

    La victoire de Gerrans vue de l’intérieur du Team Greenedge

    0
    0
  17. legafmm

    comment peut on dire que gilbert n’est pas en forme, seul lui et son clan sont au courant, moi avt sa chute, il faisait une bonne impression, il a grimpé la cipressa ds les 10 premiers, avec un air concentré, ce n’etait plus le même homme que sur les courses précédentes où il était là juste pour faire des kilometres en se désintéressent de la course.

    on verra ds 15 jours sur le ronde s’il sera présent ou pas, avec le nouveau parcours, seul les hommes fort seront dvt, une chance pour cancellara d’ailleurs.

    Pour ce qui est de la victoire de gerrans et l’attitude de suisse sur la primavera, je suis assez d’accord avec alain.
    Le suisse a couru comme un cadet ds le final, à partir du moment où il n’est pas parvenu a se débarrasser de ses 2 adversaires ds la descente, il doit forcer gerrans à collaborer sinon tous ceux qui vont se retrouver avec lui ds le final d’une course n’ont plus qu’a rester ds sa roue et atendre les 100 derniers metres, c’est pas possible de courir de la sorte.

    0
    0
  18. zardoz

    Cancellara victime une fois de plus de sa supériorité physique. Compte tenu de la marge infime du trio sur le peloton dans la finale, qui laissait peu de place pour le calcul, et de l’écart réduit entre Cancellara et Gerrans dans le sprint, j’ai du mal à blâmer le Suisse. S’il n’avait pas tout donné comme il l’a fait, et qu’il s’était fait reprendre par le peloton, je ne serais pas étonné que ceux qui ont critiqué sa tactique de samedi dernier, aient encore de la matière pour redire, et même sans doute plus.

    0
    0
  19. alain39

    Gilbert n’est pas dans la forme de l’année dernière et rien ne dit qu’il y sera dans 15 jours.
    A mon sens ça va être dur pour lui car sa façon de courir se base principalement sur sa supériorité physique qui s’illustre pas cette accélération foudroyante. S’il ne peut faire cette différence il lui sera bien plus compliqué de gagner.
    Sur la tactique de Cancellara il était dans une situation difficile et il avait peu de chances de gagner. Il est évident qu’en assurant seul le travail il prenait un gros risque au sprint.
    Si on comparee à 2008 on voit bien qu’il a commis une erreur.
    Sa force est de partir seul dans les 2 dernier km et de ne pas être rejoint. Soit il s’isolait ne serait-ce que de 30 mètres dans le poggio soit il sortait au bas du poggio.
    Son erreur est de n’avoir pas tenté de s’isoler.
    Pour le reste je ne pense pas qu’il faille revoir le tracé de MSR. En effet, la sélection a bien été faite et les meilleurs se sont retrouvés devant.Il ne faut pas transformer MSR en une sorte de petit LBL car c’est contraire à l’esprit de cette course qui fait la part belle à la tactique.Les erreurs de cancellara sont pour moi une belle illustration des qualités dont il faut disposer pour gagner dont une des plus importantes et la lucidité. Après 300 km c’est bien souvent ce qui manque. On oublie que Cancellara a commis l’erreur de ne pas attaquer plus tôt dans le poggio car s’il avait été à l’initiative de l’attaque il aurait peut être réussi à partir seul. Sa force est de creuser un trou et sur sa puissance de réussir à le maintenir comme en 2008.
    Reste que sur le ronde et PR il va être l’homme à battre car il est évidnet qu’il est en grande forme.
    Maintenant quid de son équipe qui manque de 1er couteaux sur ce type de course. On voit bien que les équipes à 2 leaders ont un gros avantage. Gerrans et Nibali ont été confortés dans leur refus de prendre les relais en sachant que leur sprinter était juste derrière.

    0
    0
  20. Jonathan

    C’est n’importe quoi de comparer Cancellara avec un cadet!
    Premièrement,aucun d’entre vous ne sait quelle était les ordres du directeurs sportif!
    Aucun d’entre vous pouvait affirmer avec certitude que Gerrans pourrait supporter le tempo jusqu’au final! La preuve, Nibali…
    De plus j’aimerais bien vous voir après un 6h30 de selle, pour voir à quelle point vos idées son clair (certains ne seraient même pas capable d’épeler leur nom…) et que tu roules à bloc…
    Et c’est toujours facile par après de dire il aurait pu faire ceci, il aurait pu faire cela….

    0
    0
  21. regis78

    Je suis d’accord avec Jonathan, pour moi c’est tout simplement la course, au moins cancellara essaye de gagner lui, en attaquant.Quand au vainqueur désolé mais il a tres bien couru c’est ça aussi le cyclisme courir autant avec ses jambes qu’avec sa tete et profiter des faits de courses pour gagner.Opportuniste ou pas c’est lui le vainqueur et c’est ce qui compte.

    0
    0
  22. alain39

    Que l’on aime ou pas Cancellara il est évident que sa tactique était mauvaise.
    L’histoire le démontre puisque presque toutes ses victoires ont été acquises au terme d’une attaque solitaire et jamais au sprint.
    Il devait donc s’isoler et force est de constater qu’il n’a jamais porté une attaque.
    Il a couru comme un cadet qui se sentant fort a pris toutes les responsabilités et mésestimé ses adversaires.
    Si c’est une tactique d’équipe alors c’est l’équipe qui a mal couru mais en tout état de cause le résultat est le même. Et puis à ce stade de la course je me demande bien qu’elles consignes il pouvait bien avoir puisqu’il ne pouvait protéger aucun coureur.
    Il faut reconnaitre que depuis 2 saisons il multiplie les erreurs et qu’il n’arrive plus a refaire les exploits de 2010. Il semble par moment courir à contre temps soit en plaçant des attaques trop tôt soit trop tard. Le ronde et PR 2011 sont les plus beaux exemples.
    Arrive le ronde qui est un terrain où il peut exprimer ses qualités. Mais il va être surveillé après son numéro de MSR. Ceci étant, la topographie donne un réel avantage aux attaquants et il a donc toutes ses chances. Ses adversaires le savent et ils vont être dans sa roue. Et puis il va falloir se méfier de l’équipe de Boonen qui a une grosse force de frappe.
    Reste l’énigme Gilbert. Car en forme il devient un réel client et il dispose de cette capacité d’accélération foudroyante qui depuis 2 saisons manque tant à Cancellara.
    Je pense que Boonen et son équipe ont un bon coup à jouer et ils sont la clé de la course.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.