Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mes Championnats canadiens

C’était la course sur route des Championnats canadiens hier (vendredi) du côté de Lac Mégantic. Un objectif pour moi cette saison.

Et comme d’hab cette saison, le temps était assez moyen avec des averses de pluie, une certaine fraicheur (16 degrés) et pas mal de rafales de vent. Parti sous le sec, le peloton s’est même pris une belle douche dès les premiers kilomètres!

Sur la ligne cette année, du beau monde puisque tous les meilleurs coureurs chez les 40-49 ans étaient présents, avec bien sûr Pascal Buissières, le champion canadien sortant. Au menu, 120 kilomètres, soit deux boucles de 60 bornes autour du lac Mégantic. Rien de bien méchant côté difficultés (rien en tout cas de comparable à l’an dernier), si ce n’est deux belles et longues bosses à la sortir du village de Piepolis. Situées trop loin de l’arrivée cependant, et dans ce vent, je doutais que ces bosses puissent faire la différence.

Après un départ rapide qui en a surpris quelques uns, la course a maintenu un rythme élevé durant tout le premier tour, réduisant le peloton d’environ moitié. Nous avons maintenu un rythme si élevé que notre peloton de Maîtres B est revenu sur le peloton Maîtres A des 30-39 ans juste après le début du 2e tour. Cette situation aurait pu créer un joyeux bordel mais il convient de féliciter les commissaires de course qui ont su gérer avec brio la situation, neutralisant quelques instants la course des « A » pour laisser passer le peloton « B » en toute sécurité.

Hey! Les « A »: c’est carrément la honte!

À l’approche des bosses de Piepolis dans le deuxième et dernier tour, ma stratégie était claire: sans aucun équipier, j’ai choisi de m’assurer de rester au contact des leaders jusqu’à 8kms de l’arrivée, alors qu’on s’engageait sur la voie de contournement de la ville de Lac Mégantic. Roulante, exposée au vent mais aussi avec quelques bons faux plats ascendants, c’était là qu’il fallait partir.

Et c’est là que plusieurs attaques ont fusé: mon ami Dominic Picard plusieurs fois, David Gazsi qui venait de remporter la veille le titre du chrono (congrats Dave!), un Ontario et… moi, par au moins 3 fois. Chaque fois je me suis mis bien dans le rouge, question d’essayer de fausser compagnie au reste du peloton. Rien à faire… il faut croire que le peloton m’avait à l’oeil, je n’ai jamais pu prendre plus de 200m sur le peloton.

La fin de course? Vraiment dangereuse: une grande descente dans la ville, à fond les manettes (80 km/h), un virage à droite en bas puis, 300m plus loin, un « S » gauche-droite à prendre sur une chaussée mouillée puisqu’il pleuvait à ce moment. Et nous étions encore une trentaine dans le peloton de tête.

Évidemment, vous me voyez venir: chute il y a eu.

Fort heureusement, sans grande gravité.

Au sprint, deux coureurs inconnus du peloton au Québec (Steeve McKey et Chris Firek) ont terminé 1er et 2e, avec le malin John Malois 3e. Pour avoir été dans la roue de John à de nombreuses reprises durant la course, ca ne prenait pas la « tête à Papineau » pour voir qu’il se baladait, et que son coup de pédale était excellent: il était définitivement un des hommes à surveiller pour le titre.

Bref, une bonne course pour moi qui confirme que j’ai des bonnes jambes. Une course somme toute bien organisée également, avec une sécurité assurée. Bravo aux organisateurs!

Les autres catégories

Félicitations au rusé Gilbert Marois, mon équipier, qui termine dans le top-10 chez les Maîtres C (50-59 ans) et chez lesquels un certain… Steve Bauer termine 4e, après s’être fait discret toute la course.

Félicitations également à l’athlétique Chantal Gosselin et à la charmante Anais Courteille, deux Roulettes, pour leur 2e et 6e place chez les femmes 30-39 ans. Il s’en est fallu de peu pour qu’on décroche un titre de champion canadien dans l’équipe des Rouleurs, au sein de laquelle l’ambiance, cette saison, continue d’être très bonne.

Les résultats

Ils ne sont pas encore disponibles pour toutes les catégories, mais ils seront ici.

La Flamme Rouge: merci!

Plusieurs coureurs (vous vous reconnaitrez) sont venus me trouver avant, pendant et après la course pour me dire quelques mots très gentils à propos de mon travail sur La Flamme Rouge. Dans le feu de l’action, je n’ai souvent pas eu beaucoup de temps pour engager la conversation, étant concentré sur ma course. Je vous en remercie, cela fait toujours plaisir!

Partager

Précédent

Premier journal du Tour

Suivant

Deuxième journal du Tour: le bilan corse

  1. André L.

    Bon travail Laurent ! En effet la fin du parcours n’était pas assez sélective avec l’arrivée à Mégantic. Côté logistique ça aurait été difficile, mais finir en haut du Mont Mégantic aurait été légendaire !

    0
    0
  2. Nic

    Félicitations Laurent. J’étais dans ton groupe et j’ai cassé dans une des dernières « marches » des bosses que tu as décrites. Il fallait quand même de bonnes jambes pour passer et c’est tout à ton honneur d’avoir fini avec le groupe de tête.

    0
    0
  3. Merci Laurent pour ces bons mots.. Oui, c’est vrai, j’avais de bonnes jambes et bravo à toi aussi pour ta course. Espérons que mes jambes soient de même pour la Coupe des Amériques. Tu fais un beau travail pour le vélo, salutations !

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.