Tous les jours, la passion du cyclisme

 

« Make us pay » par Jonathan Vaughters

Je vous recommande très fortement la lecture de ce billet de Jonathan Vaughters publié sur le site Cyclingnews. C’est un peu long, mais ca vaut vraiment la peine.

Comme il l’affirme, je pense en effet que ce type n’a plus sa place dans le vélo comme directeur sportif de l’équipe Garmin-Sharp, ayant avoué s’être copieusement dopé aux côtés de Lance Armstrong alors qu’il évoluait chez US Postal.

La surprise, c’est que c’est exactement ce qu’il affirme: « make us pay ».

« Cycling needs to step aside, the UCI needs to step aside, Pat needs to step aside, teams and riders need to step aside, I need to step aside. »

En gros, il suggère que pour retrouver sa crédibilité, le cyclisme n’a qu’un choix: virer tous ceux qui ont baigné dans la culture du dopage dans le passé, incluant coureurs, directeurs sportifs, médecins et gestionnaires comme Pat McQuaid, et faire payer ces gens.

Il estime qu’actuellement, moins de 1% des budgets des équipes pro sont consacrés à la lutte contre le dopage. À 4 millions de dollars par année, le budget anti-dopage de l’UCI est ridicule et le facteur limitatif #1 empêchant les scientifiques de mettre au point des tests, et empêchant aussi les contrôles d’être beaucoup plus nombreux.

En poursuivant les ex-dopés, en exigeant qu’ils remboursent leurs primes de victoires acquises grâce au dopage, en exigeant des équipes qu’elles consacrent une somme beaucoup plus importante de leur budget annuellement, en exigeant que les organisateurs de courses cyclistes contribuent aussi, Vaughters estime qu’on pourrait lever 10 fois plus d’argent pour la lutte contre le dopage chaque année. Et remettre cette somme à un organisme totalement indépendant du cyclisme pour qu’il mène des recherches pour développer de nouveaux tests, et qu’ils conduisent un nombre élevé de tests auprès des coureurs.

Selon Vaughters, cela changerait tout, la peur du gendarme restant un puissant facteur de limitation du dopage.

Ajoutez à cela une ou deux autres réformes dans le cyclisme, notamment à l’endroit des médecins d’équipe et des sanctions pour les coureurs dopés, et vous auriez en effet de puissants moyens de lutte contre le dopage.

Partager

Précédent

Le regazze pui belle del mondo!

Suivant

Carnet de route du club cycliste Nogent sur Oise

13 Commentaires

  1. Marc-André

    Un des textes les plus éclairé et lucide à provenir d’un des acteurs du cyclisme professionnel. À souhaiter que d’autres aient le même courage que M.Vaugthers.

    0
    0
  2. PaR

    JV a toujours eu une belle façon d’écrire les choses, j’adore! Moi aussi ça ma frustré d’entendre que le MPCC considère une poursuite contre LA, c’est très ridicule tout ça.. jsuis a boute!!

    0
    0
  3. Christian

    Vaughters montre qu’il n’est pas si mal… comme le laissait entendre Hamilton.

    Il faut faire ce qu’il dit mais aller plus loin:
    – remonter les filières et condamner les labos qui vendent les produits à des sportifs.
    – créer des lois antidopage dans tous les pays. Souvent les sportifs s’en sortent car le dopage n’est pas un délit. Ils sont mêmes protégés par leurs gouvernements (cf. l’Espagne… ou je ne serai pas surpris qu’on assiste un jour à un déballage à la Armstrong : la FIFA et l’UEFA auront-t-elles le courage de retirer à l’Espagne ses titres?)
    – augmenter considérablement la durée des suspensions, voire suspension à vie dès la première « faute ».
    – remboursement intégral des primes mais en y ajoutant une « amende » dissuasive. Par exemple: 10 fois les montants volés (chose qu’il faudrait appliquer pour tous les crimes et délits, peut-être y aurait il moins de corruption?)

    On devrait aller plus loin en sanctionnant les coéquipiers des dopés. Évidemment, j’ai l’air extrémiste mais après 2 ou 3 cas ou toute une équipe serait pénalisée à cause d’un seul coureur, ca en fera réfléchir.

    Surtout, la pression passera de ceux qui osent dénoncer le système sur celles de ceux qui tapent sur ces derniers. Les dopés seront détestés et on assistera à un changement de mentalité. Les coéquipiers et les membres de l’équipe ne pourront plus fermer les yeux car ils seront jugés responsables. Ils ne pourront plus dire qu’ils ne « faisaient pas toutes les chambres ».

    L’AMA doit remonter ses culottes et devenir vraiment une « agence antidopage » en prenant en main l’ensemble des contrôles antidopage dans tous les sports.

    L’AMA doit avoir une cellule qui détecte en quasi-temps réel les nouveaux produits. L’argent recueilli par les « amendes » doit permettre de la financer ainsi que la recherche pour améliorer les contrôles.

    Les anciens dopés rigolent aussi au sujet des « contrôles surprises ». Que proposent-ils concrètement pour que cela devienne efficace?

    Toutes les fédés sportives devraient aussi avoir une sorte de « cour suprème » indépendante et un « ombudsman ». Cela permettrait d’avoir une instance qui pourrait contrôler des décisions très litigieuses (par exemple l’acceptation de l’ordonnance anti-datée d’Armstrong) et aux coureurs qui veulent témoigner anonymement de pouvoir le faire.

    Il y a bien sur d’autres défis comme le montre le « nouveau » scandale de matchs truqués dans le soccer européen. On sait que dans tous les sports d’innombrables sportifs sont achetés.

    Il y a aussi la corruption, comme on « l’apprend » avec l’attribution de la coupe du monde au Quatar. Mais on sait tous que les villes n’obtiennent pas les JO uniquement grâce à la qualité de leurs dossiers.

    Il y a un nombre incalculable de problèmes. Commencer par se débarrasser du dopage serait une bonne première étape.

    0
    0
  4. Fore

    Vaughters est un mec intelligent, qui s’expose volontiers sur twitter et même sur le forum de cyclingnews.com. Il n’est peut-être pas aussi irréprochable qu’un Eric Boyer, mais le virer de chez Garmin reviendrait à se priver profil très au dessus du lot, utilisateur du SRM depuis 15 ans et capable de lire les profils sanguins de ses coureurs et de calmer ceux qui font des écarts (Tom Danielson). Attention au grandes purges révolutionnaires, virons d’abord Vino, Riis, Bruyneel… Bernaudot ?

    0
    0
  5. toutouille26

    au tour de cipollini
    http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Actualites/Cipollini-nie-en-bloc/349153
    @ l’insu de son plein gré!!!

    0
    0
  6. schwartz patrick

    Cà me fait bien rigoler tous ces anciens coureurs, ces directeurs sportifs qui après avoir bien vécu du dopage
    se portent en donneurs de leçons et qui cherchent tous plus ou moins à être des consultants, des experts de luxe … On cherche à retourner sa veste pour faire apparaitre une doublure encore plus luxueuse …
    Je trouve qu’ils sont de plus en plus nombreux, les places vont être de plus en plus chères !!! lesquels vont être les « élus » ? Les « ex » les plus chargés, les plus corrompus ou les « gentils propres » qui n’ont jamais rien pris ?

    0
    0
  7. Quand tu dis que 1% du budget des equipes pros sont consacré à la lutte contre le dopage ce n’est pas tout a fait exacte : L’UCI réclame +- 80.000€ aux équipes Continentales pro, hors si des équipes comme Cofidis ont un budget d’environ 8.000.000 des équipes comme Accent.jobs ou Crelan tourne autour de 2.500.000d’€ : c’est largement plus que 1% en Pro Tour des équipes ont 15.000.000d’€ et l’UCi demande environ100.000€.
    Donc quand tu parle de 1% c’est peut-être une moyenne mais 80.000€ c’est ce que coute deux coureurs pros en début de carière à une petite équipe.

    0
    0
  8. alain39

    JV est très actif depuis ces années sur ce sujet.
    Maintenant il a fauté par le passé et doit comme tous les autres le payer.
    Ceci étant, il va falloir être pragmatique et faire un tri entre ceux qui devront être virés et ceux qui vont rester dans le nouveau système.
    Un seul juge de paix me semble incontournable à savoir des aveux complets avec des noms. Fini les aveux à minima du type Basso et autres.
    Ensuite leur maintien doit également être subordonné au remboursement volontaire des sommes volées, au paiement d’une amende et à une suspension de quelques années (variant selon le type d’aveux).
    Rien que celà permettra de faire un sacré écrémage car ne resterront que ceux qui sont motivés. Je ne vois pas Vino restituer la moitié de sa fortune. Idem pour Riis, Bruyneel, Lefévère et autres qui vont préférer sauver leur fortune que de rester dans ce sport.
    Pour eux ce sera à la justice de trancher et non pas aux instances sportives.
    Car il nous faut aussi garder le savoir-faire des dopés pour nous prémunir de nouvelles dérives.
    Et puis, pour réformer un sport il faut aussi conserver des gens de ce sport car autrement on va se fourvoyer.
    Le débat qui consiste à mettre en avant les dérives d’autres sports ne me semble pas opportun car il ne faut pas subordonner la réforme du cyclisme à celle d’autres sports.
    Mieux si le cyclisme fait cet effort les autres vont se retrouver dans une situation plus complexe.
    Quand on veut avancer il ne faut pas attendre que les autres le fassent à notre place.
    Aujourd’hui ce que l’on attend d’un Armstrong c’est de tout expliquer par le menu avec des révélations sur les systèmes mis en place, les réseaux, les montants versé (à qui, où etc…) les protocoles exacts, les études faites sur l’apport de puissance etc….
    Un exercice complet au terme duquel tout sera mis sur la table et chacun pourra alors comprendre les tenats et aboutissants des systèmes mis en place.
    JV semble vouloir cette étape et franchement elle est le préalable à toute reconstruction.
    Tout le reste est palabre car il faut maintenant entrer dans l’action.

    0
    0
  9. Pierre Lacoste

    Il y a dans ce texte plus de lucidité, d’honnêteté intellectuelle, de réalisme et d’humilité que dans presque tout ce que j’ai pu lire émanant du milieu jusqu’à présent. Parmi les ex-dopés à évincer, Il me semble tout de même que J.V. (et aussi David Millar) est un des derniers qu’on devrait mettre à la porte. Le MPCC, plutôt que de s’acharner sur L.A., devrait plutôt entreprendre une campagne de lobbying auprès des gouvernements pour amener ceux-ci à légiférer afin de faire du dopage et de la triche sportive une infraction criminelle, assortie de sanctions qui seront sévèrement appliquées.

    0
    0
  10. MissBecaneenfurie

    Le drone télécommandé (je suggère Laurent bien sûr!), qui ciblant le fautif dans le peloton, serait instantanément illiminé physiquement, sans autre forme de procès. Comme une grande vandrouille, dehors les mauvaises herbes! Ultime solution?
    Mais ne touchez pas au beau mec Cippolini!
    Et bien sûr, que le changement ne viendrait-il pas de femmes d’honneur au commande? Car après tout dans ce sport, la petite reine a peut être besoin de plus de noblesse dans son peloton…

    0
    0
  11. MissBecaneenfurie

    Le drone télécommandé à distance, pour frappe chirurgicale dans le peloton auprès des cyclistes qualifiés douteux. Élimination physique sans autre forme de procès comme au temps de l’inquisition ou du maccharthysme (chasse aux sorcières). Solution ultime?
    Mais le changement ne viendrait-il pas des femmes au commande, apportant du sang noble, car il s’agit bien après tout, de la petite reine! Le cyclisme redeviendrait-il ainsi plus honorable?
    SVP, ne touchez pas à Cippolini, le beau mec!

    0
    0
  12. garolou

    Il vient de se faire voler un camion plein d’équipements, ça y est le « paiement » est commencé.

    0
    0
  13. schwartz patrick

    OK garolou, tu es marrant…
    mais nous ne voulons pas te voir rouler sur un Cervélo
    S5 tout neuf, çà le ferait moins bien … tu étais en « mauvaise affaire » avec « Jon » ?

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.