Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Lundi, quelle décision de l’UCI?

L’UCI tiendra une conférence de presse lundi prochain à 13h à Genève à propos du dossier de l’USADA à l’encontre de Lance Armstrong, Johan Bruyneel et plusieurs autres personnes. L’UCI en profitera également pour entériner ou non la suspension de 6 mois prononcée par l’USADA à l’endroit des ex-coureurs US Postal qui sont passés aux aveux, dont George Hincapie et Michael Barry.

Trois situations possibles: coupable, non coupable et… coupable mais.

Tout dépendra comment les avocats de l’UCI interpréteront-ils les règlements anti-dopage.

Car il faut bien distinguer les preuves recevables d’un point de vue juridique du reste. L’UCI pourrait s’en tenir à une décision basée sur ses seules chances de succès devant les tribunaux.

Et deux éléments militent pour que l’UCI déclare lundi Lance Armstrong non coupable: il n’a jamais échoué de tests anti-dopage « officiellement » (ce qui est la ligne de conduite de l’UCI puisqu’admettre le contraire serait admettre qu’elle a couvert les contrôles positifs) et il n’a jamais avoué publiquement avoir fait usage de produits dopants. Les récentes déclarations d’Hein Verbruggen, qui continue de tirer les ficelles en coulisse à l’UCI, laissent croire que l’UCI pourrait très bien lundi prochain invalider tout le dossier USADA.

Évidemment, le tollé créé par un tel verdict serait immense et l’UCI y perdrait le peu de crédibilité qu’il lui reste. Une telle décision remettrait certainement en question l’avenir même du cyclisme puisque d’autres sponsors quitteraient probablement le sport, dégoûté de constater que son organisme directeur ne veut pas nettoyer sa maison et rétablir l’image du cyclisme. Un verdict de non-culpabilité serait en effet un sacré encouragement aux coureurs pour qu’ils la « bouclent », renforçant du même fait l’omerta du peloton! Cette voie est donc très risquée pour l’UCI et il est fort probable que l’USADA saisirait immédiatement le Tribunal d’Arbitrage du Sport (TAS), avec l’appui de l’Agence Mondiale Anti-dopage.

Si l’UCI déclare Lance Armstrong coupable, la fédération rend un verdict attendu par la vaste majorité. Pat McQuaid a une grosse pression pour rendre ce verdict, notamment dans le contexte où de nombreux sponsors de Lance Armstrong et du cyclisme se sont retirés ces derniers jours (Trek, Nike, Sram, Rabobank, etc.). D’autres l’ont pris à partie, exigeant de lui qu’il prenne immédiatement les moyens de rétablir la crédibilité du cyclisme ou, dans le cas contraire, de démissionner. Mais une telle décision n’est pas sans conséquence pour l’UCI elle-même: en légitimant les preuves avancées par l’USADA, l’UCI s’expose elle-même à devoir répondre des éléments troublants à son endroit contenu dans le rapport…

Enfin, l’UCI pourrait adopter une position plus floue, soit « coupable mais ». Elle pourrait par exemple refuser de retirer à Lance Armstrong ses victoires acquises dans le passé (en évoquant notamment les délais de prescription), mais le bannir pour une durée de 2 ans des compétitions, invalidant la recommandation de l’USADA de le bannir à vie. Une telle position provoquerait également un tollé au sein de l’opinion publique et l’USADA ferait très probablement appel devant le TAS d’une telle décision.

Bref, la situation n’est pas si simple pour l’UCI et surtout pour Pat McQuaid qui, à travers cette décision, joue assurément son avenir, la présidence de l’UCI étant soumise à une nouvelle élection l’an prochain.

Je vous avoue franchement que je suis inquiet quant à la décision qui sera rendue lundi. Inquiet pour l’avenir du cyclisme.

Partager

Précédent

Rabobank out!

Suivant

Il n’y a plus de Lance Armstrong

21 Commentaires

  1. jmax

    J’ai bien peur que ce soit l’attitude de Hans qui soit adoptée (jamais positif donc pas coupable), couplée avec une amnistie générale. Le pire des scénarios car les sponsors vont tous partir.

    0
    0
  2. toutouille26

    Et pendant ce temps la, bassons se prend un an de suspension.
    Je crois que ça montre à quel point le système est pourri.Il y a rien à ajouter

    0
    0
  3. Voici un constat un petit peu plus philosophique sur la situation du cyclisme actuel et sur ce qu’il pourrait devenir…
    Je pense qu’il y a une question essentielle à se poser avant tout, que tout le monde doit ou devra se poser à son niveau, c’est à dire, pratiquants, sponsors, dirigeants, médias, tous les acteurs qui entourent les sportifs de prêt ou de loin et celle-ci est et sera aussi valable pour l’ensemble du sport de haut niveau à savoir, qu’est-ce que le sport de haut niveau en réalité ? A quoi et à qui sert-il ? Quel sport voulons-nous exactement ? Et surtout, qui ou quoi l’emportera ?… Car il s’agit bien d’une bataille en réalité…
    Est-il encore possible et raisonnable d’espérer et de croire en un sport totalement propre et fait que de saints ? Dans une société comme la notre, celle du 21ème siècle, où l’argent, le pouvoir, l’individualisme règnent en maîtres et n’ont jamais été aussi dominants, avec un système médiatique qui va vite, très vite, qui oriente même nos manières de penser et d’agir et met en avant et de manière exagérée, et ce toujours à des fin commerciales, la moindre victoire qui se transforme très rapidement en exploit et le moindre faut pas qui lui, peut très vite se transformer en scandale ! Tout ce qu’on ne voyait pas ou qu’on ne nous montrait pas forcément fut un temps… Le vrai problème n’est-il pas là en réalité ? Que veut-on ? Voir des vecteurs (sportifs) de communication avec de beaux placards dans le dos et grâce à qui sont brassés des millions de $ ou d’€ de droits télé et autres millions générés par les bons petits acheteurs/payeurs que nous sommes en continuant à nous émerveiller devant eux, peu importe là manière qu’ils emploient pour nous faire plaisir, ou veut-on un système dans lequel tous les acteurs seraient tous responsables et où l’argent ne serait pas le principal attrait ? En fait, et c’est là que se situe la bataille, je crois que certains optent, sont déjà et souhaiteraient perdurer dans la première solution et que d’autres, dont nous faisons parti, veulent tout simplement les deux ! Et c’est bien là le problème et la contradiction ! Nous voulons voir du spectacle, les médias et les sponsors veulent faire de l’argent, toujours plus d’argent, et les sportifs eux, veulent en gagner beaucoup. Et tout ça devrait se faire et s’organiser, sans la moindre triche, sans artifice, selon un vieux rêve utopique, sous prétexte et au nom d’une certaine éthique souvent mise en avant mais jamais respectée… N’oublions pas non plus une chose essentielle, c’est que le sport joue un rôle énorme sur le plan social et reste un moyen de pouvoir s’élever et permet , même si peu y arrive, de trouver une forme de reconnaissance et donc d’avoir le sentiment d’exister…
    Tout le sport de haut niveau est peut-être à un tournant de son histoire… Mais il ne prend pas forcément la direction que l’on espère, ou que l’on souhaiterait lui voir prendre au nom de cette fameuse éthique… Non, le sport de haut niveau et tout son système s’en va doucement sur le chemin qui consiste à vouloir faire assimiler au plus grand nombre le fait que, s’il doit continuer à générer et faire gagner des sommes d’argent gigantesques et consister à la représentation de grands spectacles évènementiels, nous devons l’admettre et l’accepter tel quel, avec ses joies et ses travers cachés que l’on ne voudrait pas voir, afin de rester et demeurer dans ce qui pourrait se traduire comme une espèce « d’ignorance populaire collective » d’un public averti.
    Voilà en fait où on veut nous emmener… On sait, mais on ne veut pas croire ni voir le coté noir tout en continuant à rêver… Ca me fait penser à ces supporters footeux que j’entends parfois, qui se persuadent que le dopage ne sert à rien dans un sport d’équipe comme le foot… Et s’il ne sert à rien, il ne peut donc pas y en avoir. Ben voyons ! C’est un peu le même raisonnement que le dopé qui passe un contrôle sans problème et qui se dit et arrive à se convaincre lui-même : « pas pris car négatif donc pas dopé » ! Alors quand on entend ce genre de chose et qu’on constate que la majeure partie des supporters, spectateurs, téléspectateurs tient ce genre de propos ou veut tout simplement ignorer sciemment la réalité des choses, comment voulez-vous, par cet effet d’inconscience volontaire de masse, que le sport de haut niveau se sorte de cette spirale infernale ?

    En résumé, monde du sport compris, vous aller voir que la phrase qui suit peut s’accorder avec toutes les composantes de notre société moderne :
    Il ne s’agirait que d’une volonté et d’une prise de conscience collective en somme… Mais celle-ci serait longue et ne pourrait se mettre en place qu’avec l’appui d’instances solides qui souhaiteraient réellement aller dans le bon sens…
    Malheureusement actuellement, c’est bien là que le bas blesse !…

    ER

    0
    0
  4. jmax

    En aparté, un article intéressant dans le New York Times de Michael Barry:
    https://www.nytimes.com/2012/10/16/sports/global/cyclings-new-path-to-a-clean-sport-must-continue.html

    0
    0
  5. Olivier

    Inquiet aussi apres une intervention de Cyril Guimard sur RMC ce matin, parlant que la décision d’amnistier risquait d’etre adoptée par l’UCI. Si cela arrive, je parie (sans trop prendre de risque) que la popularité du cyclisme dans le grand public va chuter. Ce serait dommage car ce sport est tellement magique.

    0
    0
  6. bikelarue

    @EmmanuelRIVES, selon moi tu es en plein dans le mille. Je l’ai toujours dit le problème est de société et tu as raison à propos de la gestion de l’information, les médias sociaux sont négatifs pour notre société plusieurs études le prouvent.

    Pour le bien du cyclisme, l’UCI ne boit pas rendre coupable Armstrong ça tuera uniquement ce sport et ne réglera en rien le problème mondial du dopage face à tous les sports d’élites.

    Quand le gagnant des 55-59 de Ironman Hawai est prit pour testo ça en dit long.

    0
    0
  7. bikelarue

    La FFC suspend Bssson et pendant ce temps Jalabert demeure sélectionneur…vous trouvez ça sérieux.

    0
    0
  8. Nelson

    Je pense que quelle que soit la décision de l’UCI le cyclisme va souffrir dans les prochaines années. La décision de Rabobank de se retirer signifie que les commanditaires sont plus frileux à supporter des équipes et je ne pense pas qu’il soit l’exception. Chaque sport à ses problèmes, je regarde ce qui se passe présentement au hockey de la LNH et ce n’est pas mieux même si le problème n’est pas le dopage.

    La décision revient à la réflexion énoncée par Emmanuel dans ces commentaires, que veut-on faire de ce sport. Prendre le taureau par les cornes signifiera certainement des pertes de revenus.

    J’adore regarder et suivre le cyclisme professionnel mais ce que j’adore encore plus du cyclisme c’est d’enfourcher mon vélo et d’aller grimper en souffrance même si je suis à mon meilleur sur le plat ou d’enfiler les kilomètres tête baissée en roulant plus vite qu’hier et moins vite que la semaine prochaine……….. et ça il n’y a aucun coureur dopé qui va m’enlever ce plaisir.

    0
    0
  9. @bikelarue
    « Pour le bien du cyclisme, l’UCI ne boit pas rendre coupable Armstrong ça tuera uniquement ce sport ».
    Je n’en reviens tout simplement pas d’une pareille prise de position de ta part.
    Le dopage est un problème de société certes, mais cela ne justifie en rien l’inaction dans le cyclisme.
    On ne saurait justifier ses propres actes sur la base de ce que font les autres.
    Commençons par mettre de l’ordre dans notre maison, ca ne nuira certainement pas à mettre de l’ordre dans le monde.
    Mettre de l’ordre signifie changer de régime, donc mettre à terre le cyclisme actuel pour en rebâtir un différent.

    0
    0
  10. dans le 1000

    L’UCI devra-t-être extrêmement prudente sur l’orientation de son choix dans cette affaire. Bien qu’il y aura des conséquences peu importe la décision, elle devra y aller pour le bien du cyclisme et non pour son propre intérêt. Ce serait tellement plus simple si Armstrong passait aux aveux, car si l’UCI prend la décision de se couvrir elle-même, il restera toujours quelqu’un qui aura la possibilité de parler, sois par les aveux de la personne concerné, sois par un dirigeant à l’interne. Donc le sport sera toujours menacé en quelque sorte.

    Cette affaire fais déjà très mal au cyclisme, je crois qu’il faudrait prendre les décisions afin de tourner réellement la page sur cette ère, se tourner vers l’avenir et enfin trouver des solutions et un système sportif moderne et transparent.

    0
    0
  11. mikael

    @Emanuelle RIVES: « Est-il encore possible et raisonnable d’espérer et de croire en un sport totalement propre et fait que de saints ? »

    Totalement propre, non. Dans le sport comme dans la vie, il y a toujours eu et il y aura toujours des tricheurs. Le problème est moins les tricheurs que de ne pas les confondre et de ne pas les sanctionner.

    « Et tout ça devrait se faire et s’organiser, sans la moindre triche, sans artifice »

    Oui. Beaucoup d’entre nous, la grande majorité, ne sont et ne seront jamais sportif de haut-niveau. Nous l’avons accepté (plus ou moins bien). Un sportif de haut-niveau doit accepter également ses propres limites, physiques et mentales.

    Gagner ne signifie pas gagner à tous prix, au mépris de la compétition elle-même. Idem dans la vie (pour reprendre ton parallèle) certaines personne sont prêtes à tout pour réussir, même à enfreindre les règles de la morale et de la société, parfois à blesser ou tuer. Il faut les sanctionner, pour montrer à tous que non, elle n’ont pas gagnées, par définition même.

    Dans la vie comme dans le sport, la tricherie, le dopage, n’est pas acceptable et n’est pas une fatalité. Le jour ou les dopés perdront de suite la partie, ils arrêteront. Mais aujourd’hui, tout est trop facile. Et je te rejoins sur le rôle des autres sports. La lutte ne peut-être que globale.

    Pourquoi les footballeurs (européens) ne jouent-ils pas avec les mains, ils marqueraient plus facilement? Parce qu’ils sont immédiatement exclus. Faisons de même avec le dopage.

    Sauf que dans le cas du dopage, tout est plus compliqué, puisque sa limite même est floue…

    Accepter la tricherie, c’est refuser la compétition.

    « en continuant à nous émerveiller devant eux, peu importe là manière qu’ils emploient pour nous faire plaisir »

    D’accord sur ce point, la manière compte autant que le résultat, sinon plus. Le cyclisme est en avance sur tous les autre sports dans ce domaine.

    Je veux voir du spectacle, du drame, des hommes faire ce dont je suis incapable. Mais non, je ne les pousse pas à se doper, même indirectement, car je leur demande avant tout de respecter la compétition, de se respecter eux-même.

    Mes sportifs préférés ne sont d’ailleurs pas ceux qui ont collectionnés le plus de titre, ou qui ont les meilleures capacités physiques .

    Pour en revenir à l’UCI : la révolution en cyclisme, si elle à lieu, ne viendra pas de la. Rien à attendre donc. Mais je suis également très inquiet pour mon sport.

    0
    0
  12. A la limite, quelque soit la decision prise, ca serait presque mieux de laisser aller le chaos dans le cyclisme professionel…Entre nous -je suis sur que la majorite des fans de la FR sont des cyclistes pratiquants (comme on est religieux pratiquant!) ce qui nous interesse c’ est de rouler sur nos belles machines cadre carbone etc
    C’ est pas les malheurs d’ Armstrong et autres big cheese de l’ UCI qui vont m’empecher de participer a quelques belles cyclosportives en France Autriche ou ailleurs en payant de ma tirelire speciale a cet effet, ni a participer aux coursettes VTT de ma region.
    Liege Bastogne Liege, Paris Roubaix,Tour des flandres se font en cyclosportives, et si on veut des cols , il y a le choix, y’ a la Haute Route! Et ces classiques vivront plus longtemps que Amstrong, Virenque, Jalabert ,Verbruggen, Rabobank et autres
    Regardez les Marathons: des dizaines de milliers de participants dans toutes les grandes villes du monde ou presque: les vainqueurs, kenyans, ethiopiens, « charges « ou pas, on les connait peu, ce qui interesse c’ est de participer, prendre son pied, se mesurer a soi-meme..comme moi dans une bosse!
    Gardons un « engagemeent detache » vis a vis de tout ca, il ne peut en sortir que du bien.

    0
    0
  13. Bassons suspendu !!? Ce sport est une mascarade ! Plus aucune crédibilité, que soit des coureurs ou des instances…

    0
    0
  14. Tout-à-fait d’accord avec toi Jean-Michel ! Profitons de ce que l’on aime et de ce qui nous passionne avant tout ! Le matos, les beaux paysages, les beaux parcours, les belles épreuves… Il y a encore plein de choses à découvrir au travers de notre sport. Quoi qu’il se passera prochainement, rien ni personne ne nous empêchera « nous » de monter sur nos bécanes pour le simple plaisir de pédaler !

    0
    0
  15. Erwan

    Au vu de l’affaire Armonstrong et de ce que l’on devine a propos de l’AICAR et de la poursuite du dopage au sein des équipes..il y a longtemps que l’UCI n’est plus crédible…uniquement pour ceux qui veulent un sport propre…au dépends du sport spectacle et buisness…Alors une seule solution : la création d’une nouvelle organisation mondial du cyclisme autour des organisateurs des grandes courses (ASO…).
    Qui peut légitiment dissoudre l’UCI qui est incompétente et corrompue ? a priori personne..Le CIO ?son silence est assourdissant…
    Bref…il faudrait faire table rase ..et qui en a le pouvoir!!La france peut mener la frondre au vu de ce qu’elle a engagé depuis 98 et elle a « le tour » …la référence mondiale du cyclisme..c une force.

    0
    0
  16. schwartz patrick

    C’est bizarre, l’UCI doit décider lundi , alors que
    c’est la première coupable dans tout ce qui arrive,elle fixe les règlements, est le premier décideur; non seulement elle est responsable mais aussi
    coupable; au moins tout le comité directeur doit démissionner, mc quaid et verbruggen en tête, et, après
    doit être poursuivi en justice! un vrai ménage, action rapide et immédiate…

    0
    0
  17. Vincent C

    Encore plus risible:

    « La politique de l’UCI à l’époque était, en cas de résultats anormaux et surtout quand il s’agissait de coureurs importants, de les convoquer et de leur demander des explications. »

    On les convoque SURTOUT si c’est des gros coureurs et on camoufle les cas. Pis quand c’est des p’tits coureur de m… comme Bassons, on les balance.

    C’est ça l’UCI

    http://www.cyclismactu.net/news-aff-armstrong_jamais-positif-sur-le-tour-de-suisse-28385.html

    0
    0
  18. Batrickp

    Laurent, si tu nous faisais un article sur la suspension infligée à Christophe Bassons…

    0
    0
  19. thierry mtl

    Depuis 1999, dans l’affaire Armstrong et dans qqs autres, l’UCI à l’air d’une bande de con. Alors, leur décision, on s’en *?*&?$^¨%$/ »_(*&.

    C’est le premier vrai pas vers une ligue professionnelle.

    0
    0
  20. bikelarue

    Ça y est l’UCI a mit ces culottes. Armstrong perd ces titres mais MCQuaid reste.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.