Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Sur les petites jambes des coureurs pro…

S’étonnant des « petites jambes » de nombreux coureurs professionnels qu’il a pu voir de très près lors du récent GP de Québec, un lecteur de La Flamme Rouge me demande comment ces coureurs peuvent-ils générer 500 watts de puissance dans ces conditions, avec en apparence si peu de muscles visibles? Évoquant par exemple Ryder Hesjedal et ses échasses en guise de jambes, il se demande ce qui explique cette physionomie particulière et si une technique d’entrainement ou le dopage sont derrière tout ca.

M’étant moi-aussi posé ces questions il y a cependant fort longtemps, voici, cher lecteur, les réponses. Et surtout, je vous remercie de votre intérêt pour La Flamme Rouge!

En fait, il existe non pas une, mais bien des physionomies parmi les coureurs cyclistes pro, de la même façon que pour le grand public.

Ainsi, les jambes des sprinters ou des spécialistes des chronos seront habituellement plutôt musclées, impressionnantes, hypertrophiées. Celles d’un André Greipel par exemple sont éloquentes à ce sujet. Mark Cavendish a également une bonne paire de cuisses, sans évoquer celles de Tony Martin ou de Fabian Cancellara! Ces coureurs ont habituellement un grand nombre de fibres musculaires rouges, dites rapides, leur permettant de générer beaucoup, beaucoup de watts sur une période de temps assez brève (de quelques secondes à maximum une heure environ).

Les jambes des grimpeurs (Andy Schleck, Joaquim Rodriguez) ou des coureurs plus complets (Alberto Contador, Alejandro Valverde, etc.) seront souvent plus fines, élancées, voire émaciées. Dans certains cas, on aura du mal à voir les mollets! (c’est souvent le cas chez les coureurs très grands comme par exemple Hesjedal, Froome, Wiggins, les Schleck ou Van Summeren). Leurs muscles sont à dominante de fibres blanches dites lentes, permettant de soutenir des efforts d’extrême endurance. La puissance est certes moindre, mais le rapport poids/puissance est optimisé. Ces coureurs ne peuvent rivaliser, sur le plat, avec les meilleurs sprinters ou spécialistes du chrono qui disposent de beaucoup plus de force, de puissance pour tourner les pédales; par contre, dès que la pente s’élève, c’est une autre histoire, car la gravité prend son importance! Et la gravité tire la masse vers le bas!

Vous avez vu beaucoup de coureurs aux jambes fines, élancées à Québec tout simplement parce que les équipes ont sélectionné des coureurs susceptibles de bien faire sur des parcours accidentés comme ceux des GP de Québec et Montréal. L’équipe Sky, par exemple, savait pertinemment qu’il était inutile de s’amener avec Mark Cavendish au Canada car les chances que les courses se terminent au sprint étaient à peu près nulles. Idem pour Lotto avec Greipel.

Mais il y a plus.

Ce plus, c’est qu’il n’y a absolument aucun lien entre grosseur des muscles des jambes et performance en cyclisme. Rendez-vous, cher lecteur, sur une course FQSC au Québec: vous y verrez des coureurs aux muscles impressionnants, bien définis. À côté d’eux, j’ai l’air d’un chétif poulet!!! Mon ami Dominic Picard est impressionnant à ce chapitre! Actuel champion québécois Maître A (30-39 ans) sur le chrono et sur route, excusez-un-peu (mes félicitations en passant Dominic!), il n’est cependant pas coureur pro pour autant, même si sa musculature n’a rien à envier à celle de Cancellara.

Tout cela pour dire que ce qui fait un coureur pro, c’est une chose et une seule: le moteur. C’est à dire la VO2max, la capacité pulmonaire, les facultés de récupération, bref la « santé ». Et tout cela est en très grande partie déterminé par les aptitudes physiques à la naissance. Par les gênes.

En gros, vous l’avez ou vous l’avez pas. Et si vous ne l’avez pas, ben il n’y a rien à faire pour l’avoir! Les carottes sont cuites.

J’aurais personnellement pu m’entrainer 30 heures / semaine depuis l’âge de 12 ans, jamais je ne serais passé pro. Je n’ai tout simplement pas hérité d’un bagage génétique me permettant d’atteindre ce niveau. Mes parents, mes grands-parents n’étaient pas de grands athlètes privilégiés par un bagage génétique idoine. Par contre, Taylor Phinney, Nicolas Roche, Andy et Franck Schleck, Moreno Moser, etc. le sont tous. Les exemples de transmission de ces gênes de pères en fils sont légion dans le peloton. Certaines familles toutes entières sont même passées à l’histoire comme les Vandenbroucke en Belgique tant il y a eu des coureurs cyclistes pro parmi elles!

Il faut donc savoir que le cyclisme sur route est un de ces seuls sports ou le travail, l’entrainement ne suffit pas: il faut avoir les dispositions physiques au départ. Les dispositions mentales peuvent se travailler par la suite, mais sans les dispositions physiques, point de salut.

Bref, ne devient pas coureur cycliste professionnel qui veut. Tous les coureurs pro du World Tour présentent des prédispositions génétiques à la naissance. Par exemple, à 12 ou 14 ans, ils auront « coté » 70 ml/min/kg à un test de VO2max tandis que vous aurez coté 45. Avec l’entrainement, ils seront passés à 88 et vous à 60 car leur réaction aux stimulis d’entrainement est également meilleure que la vôtre. S’il est bien connu que Lance Armstrong ne disposait pas d’une VO2max très importante lorsque comparé à d’autres champions cyclistes, il était tout de même à plus de 70 après plusieurs mois de chimiothérapie et 6 mois d’arrêt complet. Je n’ai pour ma part jamais coté plus haut que 67 au meilleur de ma forme!!!

Enfin, l’entrainement permet d’optimiser cette VO2max, de la bonifier mais dans des proportions modestes. L’entrainement permet surtout de développer d’autres facettes importantes dans le sport cycliste, comme la récupération dont une partie des qualités émanent aussi d’aptitudes à la naissance.

Voilà donc réponse à vos questions, c’est-à-dire pourquoi certains coureurs pro ont l’air de frêles gamins au départ d’une course et qu’il vous soit difficilement concevable que ces gamins puissent rouler 250 bornes à 43 de moyenne sur un parcours d’enfer. Rappelez-vous ceci: ces gamins en apparence disposent d’avantages physiologiques sur vous et vous êtes hors concours avant même d’avoir enfourché votre vélo! J’écrivais, en début de texte, m’être posé les mêmes questions que vous, mais il y a longtemps: j’avais été particulièrement impressionné par Viatcheslav Bobrik (équipe Gewiss à l’époque) au départ de l’étape de Cluses sur le Tour 1994, alors que j’avais 23 ans: Bobrik avait de plus petites jambes que moi (aucun muscle apparent) et ce coureur qui se changeait juste à mes côtés était un coureur du Tour! Pourquoi pas moi alors?!

Voilà aussi pourquoi, si vous êtes pratiquant, vous serez un jour écoeuré de voir un nain bedonnant vous dépasser dans un col, alors que vous souffrez en montant à votre limite et que vous êtes affuté comme une dague: il a certainement un meilleur moteur que vous.

Voilà surtout pourquoi en cyclisme, la modestie est toujours, toujours de mise. Les crâneurs, les vantards sont habituellement remis à leur place assez rapidement merci! Une seule sortie suffit… Les « grands » coureurs pro sont aussi ceux qui savent rester modestes en respectant les autres cyclistes, quels qu’ils soient, puisque même si ces derniers roulent moins vite qu’eux, la souffrance est la même pour tous du moment qu’on roule tous « accotés ». À 52 ou à 32 de moyenne, un chrono peut être aussi difficile pour deux coureurs, selon leurs moyens physiques.

Deux autres choses encore.

Le dopage permet quant à lui d’améliorer les performances. Le dopage « classique », soit avant les années 1990, ne permettait pas de changer la hiérarchie naturelle (basée sur la génétique à la naissance), même au sein du peloton pro. Le drame avec le dopage sanguin, c’est qu’il peut transformer un « modeste » coureur pro en un vainqueur du Tour de France. Les exemples de Bjarne Riis et de Lance Armstrong, deux coureurs qui n’auraient jamais remporté le Tour sans un recours massif au dopage sanguin, sont éloquents à ce sujet. Ces deux coureurs disposaient cependant de dispositions génétiques à la naissance leur permettant d’être de bons coureurs pros, comme plusieurs autres.

Finalement, vous évoquez « une shape d’anorexique » et vous avez raison. La maigreur de certains coureurs pro depuis quelques années étonne jusqu’aux meilleurs médecins par ailleurs totalement étrangers au sport cycliste et disposant donc d’un regard teinté de recul. Il est possible que certains nouveaux produits dopants, comme l’AICAR, soient liés à cette situation puisque ces produits maximisent la force musculaire tout en brulant les graisses, faisant atteindre à ceux qui en prennent des taux de gras vraiment très bas tout en bonifiant leur puissance. Si on ne saurait, par un simple examen visuel, conclure au dopage pour des coureurs très maigres (après tout, Fausto Coppi n’était pas, à l’oeil, très gros dans les années 1940 et 1950!) il est probablement de mise de rester prudent quant à l’interprétation des performances de certains coureurs pro de premier plan présentant des profils émaciés. Dans ce contexte, les analyses de puissance de M. Portoleau (voir mon texte d’hier) sont un éclairage utile pour tous ceux voulant être des observateurs éclairés du cyclisme.

Partager

Précédent

Puissance à la hausse sur la Vuelta

Suivant

Pool de cyclisme: près de 1500 points pour le leader!

27 Commentaires

  1. Dan

    Petite erreur, fibres blanches = rapides et fibres rouges =lentes.

    0
    0
  2. Marc-André

    Effectivement, en cyclisme, il ne faut jamais présumer des capacités d’une personne sur sa simple physionomie. Le moteur ça ne se voit pas vraiment au premier coup d’oeil.

    0
    0
  3. Zboy

    Autre point, la dépense calorique en cyclisme est élevé. Les gars n’arrivent pas toujours à la soutenir et la dépense calorique se fait au détriment de la musculature. À ce niveau, les protéines se font bouffer aussi !

    0
    0
  4. Zboy

    Alex Harvey ne s’entraînerait pas et il skierait plus vite que nous tous…¸

    0
    0
  5. Batrickp

    Ces poids légers ne développent pas 500 W (en aérobie)! A s’en référer aux chiffres de Portoleau, on ne doit pas oublier qu’il évalue les cyclistes selon leur puissance rapportée à un gabarit de 78 kg.
    Ceci étant dit, la puissance vient comme tu l’as dit de l’organisme tout entier, d’abord le système cardio-vasculo-pulmonaire, et non uniquement des jambes.
    Par ailleurs, les muscles des jambes sont une charge pondérale à remonter à chaque tour de pédale.
    Enfin, les EXCES de pente hyper-raide AUX ARRIVEES dans certaines courses par étape tendent à trop amener ces épreuves en course de poids, à ôter au vélo un ascpec qui lui est sympathique: son ouverture à divers gabarits.

    0
    0
  6. toutouille

    tu dis ça parce que t’es faché 😉

    0
    0
  7. Vincent C

    Effectivement, petite erreur; les fibres rapides sont les blanche et les lentes, les rouges.

    0
    0
  8. Jérôme

    « Les “grands” coureurs pro sont aussi ceux qui savent rester modestes en respectant les autres cyclistes, quels qu’ils soient, puisque même si ces derniers roulent moins vite qu’eux, la souffrance est la même pour tous du moment qu’on roule tous “accotés”. »

    J’ai souvenir d’une conversation avec un ami marathonien. Il avait été invité, avec un groupe de coureurs « ordinaires », comme lui, à une rencontre avec un coureur pro. Ce dernier leur avait confié avoir énormément de respect pour eux qui couvraient la distance en 4 heures et plus: jamais il ne serait capable de tenir aussi longtemps!

    0
    0
  9. Batrickp

    Fausse humilité, bien sûr qu’il en est capable, et il le sait!

    0
    0
  10. Pierre Lacoste

    Laurent,
    Ce billet fait allusion des coureurs présents chez nous la semaine dernière…je croyais que ton profond dégoût de la mafia professionnelle allait te faire tirer une croix sur les G.P. de Québec et Montréal?
    Tu t’es ravisé? Il faut dire que l’offre est tout de même alléchante…

    0
    0
  11. David Maltais

    Nain bedonnant?! Je me sens visé 😀

    0
    0
  12. Maxime Maltais

    Imagine moi

    0
    0
  13. Gino Ainsley

    Ou imaginez-vous en plein marathon et vous faire dépasser (s’il n’est pas déjà devant vous) par un gus de plus de 80 ans – son nom Ed Whitlock. Voici ses records – disons que courir 3:15 est pas mal, même pour un jeune!

    Distance Age Group Time
    Marathon Men 70-74 2:54:48
    Marathon Men 75-79 3:04:54
    Marathon Men 80-84 3:15:54

    0
    0
  14. p'tit lucien

    Et le brave George Hincapié est là pour démontrer que les varices saillantes et hypertrophiées dans les jambes (vous avez vu l’aspect? horrible! on dirait que son cerveau a glissé sous la peau jusqu’à ses mollets!) n’empêchent en rien d’être un coureur professionnel de très bon niveau!

    Sinon à part ça, bravo Laurent pour ton commentaire, très intéressant et instructif.

    0
    0
  15. Fore

    Ceux qui ont lu le livre de Tyler Hamilton le confirmeront, la recherche de la maigreur a atteint des sommets depuis les années 2000, depuis qu’on parle en w/kg plus qu’en watts. Dr Cecchini à Tyler H : «  »you have to be very, very skinny ». Dr Ferrari « You’re too fat Tyler ». Il n’est jamais question d’AICAR, mais de privations terribles de nourriture, de prendre des somnifères pour dormir jusqu’au lendemain et ne pas souffrir de la faim.

    0
    0
  16. franzz

    Remember, Nelson  »Quadzilla » Vails,  »The Cheetah »

    Les jambes qui reste on appelle ça des cannes.. : o )

    0
    0
  17. Robinson

    Il reste qu’il me semble y avoir un changement remarquable dans la physionomie des pros. Oui, il y a encore des « grosses cuisses », mais il me semble que le nombre de jambes « sans » musculature grandi. Avant, je voyais des grimpeurs pros avec de « petits » muscles sur les jambes, mais de petits muscles qui semblaient très « nerveux ». Là, j’ai littéralement vu des jambes sans muscle…

    0
    0
  18. franzz

    Demander à votre vétérinaire..
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Clenbuterol

    0
    0
  19. thierry mtl

    Hors sujet : Le compagnie de cycle québécoise GURU serait sur le point d’être achetée par Cannondale (qui appartient à Dorel depuis 3 ans).

    0
    0
  20. Batrickp

    Autre hors sujet: Filippo Pozzato suspendu trois mois pour contacts avec Michele Ferrari. Lesquels sont interdits. Ca fait léger, très léger comme sanction. D’autant qu’elle est rétroactive, c’est-à-dire, comme aurait dit Coluche, pas de sanction.
    Mais de quelle politique anti-dopage minable parle-t-on qui pratique des sanctions rétroactives?
    Autre exemple, quel message est envoyé par l’autorisation donnée à Gregory Baugé de participer aux JO (et à toute autre épreuve) après avoir été mis en triple défaut de satisfaction aux contrôles inopinés? Médaille d’argent, qui en rapporte beaucoup. Dont une grosse prime donnée par l’état français.
    « Anquetil se dope? Et alors, ne fait-il pas jouer la Marseille », disait Charles de Gaule.
    « Armstong prend des produits, qu’on me donne les mêmes », rejouait Nicolas Sarkozy.
    Alors présidents de la République. Le premier de décider de décorer Anquetil, parce qu’en plus l’état lui donna une médaille, le deuxième, plus vil on connait le personnage, de virer Pierre Bordry de l’AFLD sur la demande d’Armstrong lui-même, selon, carrément, une affirmation ostentatoire de l’appelé « Boss ». Et d’aucuns ici de hurler maintenant à l’acharnement judiciaire contre lui. Mais si.
    Messieurs Hollande et Ayrault, certains de vos électeurs vous attendent au tournant. Va-t-il être réalisé que ces gens qu’on appelle sportifs de haut niveau seront exonérés de la tranche d’impôt supplémentaire sur les très hauts revenus, ainsi que l’affirment certains journaux? Allez vous oser, messieurs du parti de Jean Jaurès?
    Un lien avec le dopage? Deux! L’honnêteté ne se partage pas, l’honneur est un tout. Le dopage est source de gains, financiers, entregent, dispense de travail (la contribution à l’effort collectif pour nos conditions de vie à tous, tout de même). N’est-ce pas, Monsieur Musseuw? Vous avouez la main sur le coeur. Etes-vous prêts à redistribuer la quasi-totalité de votre fortune, à renoncer à toute position dans le milieu du vélo, dans celui des médias, à chercher un travail à 1200 € par mois, et même 2000 €, travail du mot travail? Non, bien sûr, alors gardez votre mauvaise conscience en vous. Il n’y a d’excuses qu’associées à l’effacement volontaire des bénéfices de la faute; à défaut, il s’agit d’un doublement de la faute, par l’ajout d’un deuxième bénéfice: le rachat gratuit de virginité. Et les excuses, ça se présente, avec humilité, et alors ça s’accepte. Ou non.

    0
    0
  21. touille

    J’aime bien tes envolées lyriques 😉
    Oublie pas longo, même si tu aimes bien parler avec elle; la vie bio, c’est pas louper 3 controles et commander de l’epo en chine

    0
    0
  22. thierry mtl

    Parlant de petites jambes.

    Froome sur sa Vuelta :
    « It’s the first time I’ve had to be really choosy and picky as to where I can use my energy, because I know it’s not there in endless supply like it was before. »

    ENDLESS SUPPLY….

    0
    0
  23. schwartz patrick

    bonne analyse de Laurent et bonne réponse de Batrickp

    Musséuw est vraiment mauvais parmi les mauvais! mentir toute sa carrière, se faire du blé sans mauvaise conscience apparente et après fortune faite, cracher
    « humblement » dans la soupe! lâcheté et hypocrisie ordinaires…Donne ce que tu as gagné en trichant,tu seras à moitié pardonné ! en ce moment j’ai un mauvais coup au moral, fin de saison peut-être mais les affaires qui se succèdent , les révélations tardives et sournoises, çà ne m’impose que le dégoût…et çà ne
    s’arrête pas …

    0
    0
  24. schwartz patrick

    et en plus je me répète , années après années …

    0
    0
  25. Louis Frigon

    Merci beaucoup Laurent pour la réponse détailée à ma question.

    Je vais certainement repenser à tout ça le jour où je me ferai dépasser par un nain bedonnant dans une montée!

    0
    0
  26. Michel M

    « Mon ami Dominic Picard est impressionnant à ce chapitre! Actuel champion québécois Maître A (30-39 ans) sur le chrono et sur route, excusez-un-peu (mes félicitations en passant Dominic!), il n’est cependant pas coureur pro pour autant, même si sa musculature n’a rien à envier à celle de Cancellara. »

    -> en espérant que Cancellara ne soit pas sur le Clenbuterol lui aussi

    http://www.sportsnet.ca/cycling/canadian-cyclist-dominic-picard-banned-for-doping/

    0
    0
  27. Michel M

    Ou ce n’est pas le même Dominic Picard????

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.