Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Les nouvelles règles anti-dopage de l’UCI

Voici, en résumé, ce que vous devez savoir sur les nouvelles règles anti-dopage de l’UCI, qui s’harmonise ainsi davantage avec la mise à jour du code antidopage de l’Agence Mondiale Anti-dopage. Tout cela va dans la bonne direction!

1 – la suspension en cas de dopage lourd passe de 2 à 4 ans. De quoi faire réfléchir les tricheurs, 4 ans c’est très long! Si le dopage s’avère non intentionnel, cette suspension pourra toutefois être révisée.

2 – le délai de prescription passe de 8 à 10 ans. De quoi pouvoir poursuivre Chris Froome jusqu’en… 2023 suite à sa victoire sur le Tour 2013!

3 – il sera désormais possible d’imposer des sanctions suite à de la délation de la part d’une autre personne. Évidemment, des preuves ou des « évidences » suffisantes devront être fournies. Cela ouvre la porte à davantage de sanctions suite à des dossiers comme celui de l’USADA à l’encontre de Lance Armstrong. En clair, cette mesure pourrait contribuer à lutter contre la loi de l’omerta prévalant dans le milieu, les athlètes sains ayant désormais d’excellentes raisons de dénoncer les pratiques abusives de leurs adversaires. Et les journalistes d’enquête de fouiller davantage leurs dossiers!

4 – en cas de multiples cas de dopage au sein d’une équipe (deux, trois voire plus) à l’intérieur d’une période de 12 mois, cette équipe pourra se voir imposer une amende monétaire correspondant à 5% de son budget annuel, ainsi qu’une suspension de 15 à 45 jours de toute participation à des épreuves cyclistes. La mesure étant rétroactive, l’équipe Astana devra se tenir très à carreau en 2015 sous peine de passer à la trappe pour de bon.

5 – l’association d’un personnel d’une équipe cycliste, coureurs en premier lieu bien sûr, avec une personne bannie (par exemple Michele Ferrari) pourra désormais résulter en une suspension pour dopage. La mesure s’étend même à des collaborateurs de personnes bannies, par exemple si une personne est connue pour travailler avec Michele Ferrari, toute association avec cette personne peut aussi résulter en une suspension. Pas de doute, les médecins et entraineurs verreux devront redoubler de prudence, tout comme les coureurs voulant oeuvrer avec eux.

L’UCI précise également que des justifications comme « je ne l’ai contacté que pour des conseils liés à l’entrainement » ne seront plus acceptées et pourront entrainer des suspensions.

6 – les demandes pour des autorisations d’usage pour fins thérapeutiques devront désormais passer par l’UCI, qui émettra les autorisations.

Pas de doute, le nouveau code antidopage de l’AMA resserre les mailles du filet autour des tricheurs, et impose des sanctions plus lourdes. C’est un pas dans la bonne direction, même s’il reste encore du chemin à faire, notamment au niveau des sanctions monétaires en cas de dopage. Il demeure inacceptable et injuste selon moi que des coureurs convaincus de dopage puissent garder les primes de victoire acquises en trichant et le cas de l’équipe continentale Astana sur le dernier Tour de Qinghai Lake, tel que dénoncé par le Canadien Mike Woods, est éloquent et frustrant.

La peur du gendarme et de lourdes amendes, ça fonctionne toujours assez bien pour décourager les tricheurs!

Partager

Précédent

Premier Tour de l’actualité en 2015

Suivant

Les défis en 2015 de quelques coureurs canadiens

  1. Eric

    Ils continuent de coller du sparadrap tout autour de ce système buggé qui dysfonctionne de partout…

    Et sinon, quid des avancées pour supprimer les causes de la triche, tout simplement?

    0
    0
  2. mica

    4 ans de suspension en cas de dopage avéré: on peut étre sur que tous ces tricheurs tricheront encore plus pour déjouer les controles ! Et au bout du compte il n y aura que très peu de suspendus a part quelques cyclistes d europe de l’ est pour l’exemple. Les autorisations thérapeutiques ( quelle aberration !) vont se multiplier…. que de magouilles sans parler de celles qui ne sont pas liées au dopage ! (moteurs électriques dans le cadre, courses vendues, abris illicites… j’en passe et des meilleures.

    0
    0
  3. Régis29

    C’est plein de bonne volonté tout ça mais:

    « Si le dopage s’avère non intentionnel, cette suspension pourra toutefois être révisée. » (point 1)

    C’est la porte ouverte aux explications délirantes (du type du steak de Contador) quand un gars se fera prendre!
    C’est bien connu qu’ils sont tous dopé « à l’insu de leur plein gré »…

    D’accord avec Eric, on n’est pas prêt de résoudre le problème du dopage.

    0
    0
  4. sgb

    C’est loin d’être suffisant encore une fois! Le dopage c’est comme un vol! Un vol auprès des organisations, des coequipiers,des commanditaires, de la société, bref c’est un vol envers tout le monde! Dans la société de nos jours, le voleurs font de la prison. Leurs gestes sont comparables et même pires que ces voleurs alors pourquoi pas de la prison pour ces tricheurs que l’on peut apeller aussi comme des voleurs? Pour une fois,ils y réfléchirait deux fois plutôt qu’une avant de commettre leurs gestes!

    0
    0
  5. thierry Mtl

    Il faut pas alourdir les peines, il faut augmenter la certitude qu’elle soit appliquée.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.