Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Les manivelles de Nibali

Un Italien qui ne gagne pas le Tour d’Italie, forcément, ça fait causer.

Du coup, on entend et on lit tout et n’importe quoi.

La dernière sensation, c’est la longueur des manivelles de Vicenzo Nibali.

Le Requin de Messine aurait changé ses manivelles cet hiver pour mettre des 175mm plutôt que des 172,5mm utilisées jusqu’ici. Du coup, il n’en fallait pas plus pour que certains mettent ses problèmes à passer la vitesse supérieure sur le coup des manivelles.

Évidemment, ce raisonnement ne tient pas la route.

Les études scientifiques sont nombreuses et présentent toutes les mêmes conclusions: la longueur des manivelles n’a pas d’influence significative sur la performance en cyclisme sur route.

J’en avais parlé dans cet article publié en novembre 2010.

Le choix des longueurs de manivelles est plutôt fonction du confort du cycliste, et de sa capacité à tourner les jambes comme de sa puissance. Ainsi, un cycliste tirant de gros braquets pourra se sentir mieux avec des manivelles plus longues, lui permettant d’exploiter ce registre. Les cyclistes naturellement plus véloces opteront pour des manivelles plus courtes, leur permettant de bien tourner les jambes et d’exploiter leur explosivité.

J’ai personnellement passé 20 ans sur des manivelles de 175mm en dépit de ma taille modeste (1m73), sans jamais aucun problème musculaire ou tendineux. En 2014, je suis passé sur des manivelles de 172,5mm sans problème non plus. La seule différence que j’ai noté est dans ma capacité d’accélération sèche: je décolle plus vite, le braquet étant plus facile à lancer avec des manivelles plus courtes. Pour le reste, aucune différence. Je continue d’ailleurs d’utiliser des manivelles de 175mm sur mon vélo de chrono.

Bref, les malheurs de Nibali sur ce Giro sont à chercher ailleurs. Lui-même affirme ne plus être le même.

Mes explications viennent de son environnement chez Astana, peu propice selon moi à travailler sereinement. Son manager Vinokourov l’a déjà critiqué l’an dernier après le Tour (qu’est ce que ça sera cette fois-ci, surtout considérant que Peter Sagan pourrait rejoindre la formation kazakh l’an prochain!), Fabio Aru lui conteste sa position de leader, bref, le Sicilien n’est peut-être pas si tranquille que ça dans cette équipe, qui plus est surveillée par la patrouille étant donné les nombreux cas de dopage des dernières années.

La bonne nouvelle dans son cas, c’est qu’il est annoncé dans une autre équipe pour l’an prochain.

Et en attendant, il reste deux grosses étapes de montagne à traverser, avec chaque fois une chance de sortir de ce Giro la tête haute!

Partager

Précédent

Giro: Kruiswijk a-t-il course gagnée?

Suivant

Giro: quel final!

20 Commentaires

  1. Patrick

    Il y a eu tellement de cas de triche chez Astana qu’il faut surtout chercher de ce côté. Dans ce domaine, parfois on est en avance, parfois en retard.
    Dès sa première année, Kessler, Vino, Mazzoleni, Kasheshkin! En automne arrive Bruyneel, avec Contador. Arrive ensuite Armstrong. Etc, etc…
    Vino est toujours là.
    Pour accorder un quelconque crédit à Nibali, il faut être fan, fan à tics, fanatique!
    Tiens, Laurent, un sujet sur les gabarits dans le vélo. Epaules étroites, bassin étroit = prédisposition. Remarquable comme Nibali a les deux, comme Zakarin, Valverde un soupçon moins. Mais c’est banal dans le peloton. Ce qui l’est moins, c’est la largeur d’épaule rare de Kruizwijk. Mais putain que le lascar est affuté!

    0
    0
  2. Bernard

    Pour Nibali, anémie depuis la 1Oème étape selon un journaliste de la Stampa. Fatigue qui en découle. Vrai faux, bluff? Cela colle avec la réduction progressive de ses performances même s’il est étrange qu’une anémie arrive si tôt. Préparation inadaptée? Autre cause?
    Pour les manivelles on avait dit la même chose sur Anquetil, il y a longtemps.
    Avec des manivelles plus longues, on a un peu plus de risques de tendinite semble t il, mais c’est difficile à prouver. Valverde qui emmène plus gros en général que Nibali et les autres grimpeurs a fait l’inverse de Nibali, il y a deux ans je crois, passant à 172,5. Bref débat compliqué (au passage,mon sympathique vendeur de vélo veut que je mette 170… Je résiste même si j’ai observé que ceux qui ont plus petit tournent très bien les jambes).
    Sur le fond, tu as raison, l’atmosphère chez Astana ne semble pas excellente. Un retour de manivelles?

    0
    0
  3. LaVoitureCaPue

    NON !!!

    Nibali vieilli c’est tout. IL est en phase de descente, voilà, c’est la vie !

    0
    0
  4. Bernard

    Nibali n’a que 31 ans, et n’est pas vieux! Il peut même être au sommet pour l’expérience, la gestion des longs efforts, la tactique. Vraiment OK avec le rôle de l’environnement non serein.

    0
    0
  5. thierry (mtl) bécyk

    Lo squalo di Messina ne souffre pas d’anémie. Si c’était le cas il n’aurait pas perdu qu’une minute, mais une heure. Son taux d’hématocrite a probablement diminué sur deux semaines de course, ce qui est parfaitement normal. Bien que Horner et Armstrong (par exemple) n’ont jamais eu ce problème qui est physiologiquement « la norme ». Le hors norme c’est le taux d’hématocrite qui demeure le même sur trois semaines de course. On sait comment on peut y arriver et ce n’est pas « naturel ». Bref, les coureurs qui sont aussi fort malgré les successions de cols sur trois semaines, c’est contre nature. Ces performances robotisées sont hautement suspectent.

    Lo squalo est au même niveau que ce qu’il a démontré depuis 18 mois. Rappelons que sa victoire sur le Tour ne sera pas répétée et qu’elle fut le résultat de l’absence de Contador, Quintana et Froome.

    Pour ce qui est de sa relation avec Astana, tu l’as bien résumé. Aru est plus jeune et plus compliant aux demandes de l’équipe.

    0
    0
  6. Fore

    L’histoire des longueurs de manivelles est une vieille blague italienne, on nous l’avait déjà faite pour Pantani il y a 20 ans.

    Nibali est simplement revenu à son niveau de 2010-2011, comment était-il monté plus haut aux TdF 2014 ainsi qu’au Giro 2013, lui seul le sait. Très, trop, dominant sur le Giro 2013, 4ème d’un chrono quasi plat à qq secondes de Dowsett et WIggins, des recordmen de l’heure, pensez-vous, avec ses 64kg… 2012, il était entre les 2, Vuelta 2013, il pleurnichait déjà qu’il lui manquait 20 watts passés on ne sait où, comme aujourd’hui.

    A mon avis il a eu un courrier de l’UCI lui demandant qq explications sur son biopassport, il s’en est tiré mais a dû se calmer pour éviter la foudre.

    0
    0
  7. mica

    Foré: bonne analyse pleine de bon sens ( et de quelques sous entendus.
    Pour ce qui est de la longueur des manivelles, je penses qu’ un pro de 30 ans passés, devrait connaître sa longueur optimale depuis longtemps( et au mm prés!)
    Il en est de même pour les plateaux ovoides dont personne ne sait s’ ils apportent ou non un quelconque bénéfice.
    Sur ces 2 sujets au moins des essais sérieux pourraient permettre aux cyclistes de conclure( en intersaison par exemple)
    Ceci me ramène vers un sujet qui me tient à cœur, je veux encore évoquer, parmi les sujets « mécaniques » l’ utilisation de braquets démesurés lors des sprints, avec son corolaire, la mise en danseuse à + de 65km/h. Ce passage en danseuse, outre qu’ il est dangereux (coureurs désunis et perdant leur ligne) est une aberration du point de vue aérodynamique. C’ est pourtant à ces vitesses élevées que l’ aérodynamisme devient crucial. Des braquets plus réduits, permettraient de gagner en souplesse et au bout du compte seraient bien plus efficaces. Il suffit de regarder les sprinteurs sur piste, pourtant autrement plus puissants que les routiers, leurs braquets sont loin d’ atteindre les exagérations de ces derniers.
    Bon 3 « sujets mécaniques qui m’ interpellent, et vous?

    0
    0
  8. Igor

    La puissance est bien fonction de la longueur des manivelles, c’est une loi physique : P= C x w avec C le couple : Force x longueur (manivelles) et w la vitesse de rotation.
    Il faut donc travailler la force et la vélocité, generalement l’utilisation de manivelles plus longues diminue la vélocité et demande une adaptation.
    La taille du femur, plus exactment longueur du femur/ longueur de la jambe, pour les memes raisons, est determinante pour les performances.
    On voit bien egalement que le diametre et la forme du plateau n’interviennent pas dans la formule et n’influent pas sur la puissance.

    0
    0
  9. Patrick

    Ce que je lis dans les médias, ici, et jusque dans l’entourage de Nibali et Nibali lui-même, c’est une présentation de ses performances comme très mauvaises, alarmantes même.
    N’importe quoi!
    Il a juste perdu quelques minutes dans de dures montagnes contre trois ou quatre adversaires juste un peu plus forts que lui sur une semaine.
    Il attire les projecteurs sur lui plutôt que de les féliciter. Un petit homme entouré d’un misérable encadrement, rien de plus.
    Et plutôt que nous attarder sur lui, quelle misère cette recherche de vedettariat, regardons la course. Kruizwijk, Chavès, Jungels, il y a de quoi écrire. Et Majka, quand même quelle perf athlétique, pas un mot sur lui. Et il y en a d’autres.
    Regardons le vélo, regardons la course!

    0
    0
  10. Nibali cette année a tompé sa preparation, c’est tout.
    Il n’est pas une machine comme les coureurs du Team Sky et peut etre qu’il ne s’est pas entreiné bien pour cet Giro d’Italia.
    Nibali peut gagner encore duex Grand Tours, mais cettée année a trompé sa preparation, c’est tout.
    On ne doit pas parler de la longueurs des manivelles etc.

    http://cyclingimpressions.blogspot.it

    0
    0
  11. mica

    Igor: assez d’ accord avec ton analyse. La puissance est bien égale au produit du « couple moteur » par la
    « vitesse de rotation », or, il se trouve que le couple moteur est largement « écrétè  » aux points morts hauts et bas ( pédales en haut et bas).
    Il semblerait qu’ un plateau ovale réduise le temps d’ impact de ces points morts, et améliore quelque peu le rendement du pédalage. Mais tout ceci resterai à expérimenter sérieusement. Je pense que des essais menés scientifiquement permettraient de lever l’ ambiguité. ( à l’ instar des essais d’ aérodynamisme en soufflerie ) Après tout, l’intersaison pourrait servir à çà. ( Idem pour la longueur des manivelles, et des développements)
    Le cyclisme est un sport empirique ou l’ on a tendance à faire comme le voisin et souvent on se fourvoie.
    En tout cas quel beau sport, qui est aussi un sport mécanique, devant étre « testé » par des essais. ( et là je ne suis pas ironique, ne faisant en rien allusion aux moteurs électriques)

    0
    0
  12. touille

    Patrick ton commentaire me gene; pourquoi parler de performances athletiques, c’est plutot des perfs de leurs médecins.
    Tu dois savoir qu’il faut aller plus loin dans les classements pour voir des athletes, loin derriere valverde.
    on peut accorder a nibali une exceptionnelle agilité en descente, notamment dans le dernier tour de lombardie ou il a été fuori classe

    0
    0
  13. Vincent C

    « Les études scientifiques sont nombreuses et présentent toutes les mêmes conclusions: la longueur des manivelles n’a pas d’influence significative sur la performance en cyclisme sur route. »

    Voyons, cette est toute aussi ridicule. Essaie de rouler des manivelles de 200mm pis on en reparlera.

    0
    0
  14. Vincent C

    Alors, aujourd’hui Kruijswijk va peut-être perdre sa tunique à cause d’une chute.

    Le supposé « fair play » pour la maillot du leader? hahaha!

    0
    0
  15. On peut se taire et célébrer Nibali maintenant.

    0
    0
  16. touille

    énorme erreur de la lotto qui n’envoie pas un équipier dans l’échappée
    une attaque de leader et du coup hop, plus d’équipiers

    0
    0
  17. Noirvélo

    Il a gagné à Risoul le « requin de Messine » ! l’histoire ne nous dit pas avec quelle longueur de manivelle , ceci n’étant qu’un détail en cas de victoire! en cas de défaite ou de défaillance, là, c’est tout autre chose !

    0
    0
  18. Régis

    Superbe attaque de Nibali.
    Comme quoi rien n’est jamais joué.
    La course est la course, on attend jamais après une chute sauf quand elle est due à des tiers.
    A mon sens elle fait partie à 100% de la course.
    En VTT, voit on jamais un Absalon s’arreter?

    0
    0
  19. Bernard

    In Vino no veritas

    0
    0
  20. Thierry Mtl

    Jeudi lors de ses tests médicaux où ils n’ont rien trouvé d’anormal… On lui a fait une prise de sang ou on lui en a donné une pinte?

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.