Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le tour de l’actualité cycliste

En vrac, ce qui a retenu mon attention dans l’actualité cycliste des derniers jours.

1 – Les casseroles d’Armstrong. Elles s’accumulent, elles s’accumulent, les allégations de dopage systématisé au sein de l’US Postal puis Discovery. Voilà qu’Armstrong aurait pu avoir accès à des produits à l’essai – et donc non disponibles sur le marché – dès la fin des années 1990. Une thèse qui serait appuyée par le fait que ses échantillons urinaires du Tour 1999 étaient déjà contaminés à l’EPO selon le dossier de L’Équipe publié en 2005. 

2 – À ne rater sous aucun prétexte, ce très intéressant article, l’un des plus intéressants selon moi depuis des années, sur "l’industrie Armstrong" et sa façon de fonctionner. Charité vous dites ? L’auteur a le mérite de mettre en évidence les liens entre Armstrong, sa fondation, ses revenus personnels et… la politique, sa venue au Tour Down Under 2011 n’étant pas étrangère, outre le fait d’être lucrative sur le plan personnel, à la prochaine élection en Australie… 

3 – Le Tour Down Under est parti hier en Australie. La première étape s’est soldée par une arrivée au sprint qu’a remporté l’Australien Matthew Goss chez HTC-HighRoad. Il bat tout de même Greipel et McEwen, excusez un peu!

4 – Le premier texte de la saison 2011 du journal de Michael Barry est disponible. Il porte sur les camps d’entrainement et les premiers efforts de la saison. Intéressant, surtout que Barry sait écrire. 

5 – Floyd Landis a annoncé sa retraite définitive du sport cycliste, du moins en tant que coureur. Autant j’ai conspué cet individu tout le temps où il nous prenait pour des imbéciles avec ses explications verreuses suite à son contrôle positif à la testostérone lors du Tour 2006, autant je salue son courage pour avoir fait progressé nos connaissances du dopage des dernières années, notamment au sein de l’équipe US Postal. La moralité de cet individu demeure douteuse selon moi, notamment lorsqu’on considère qu’il a poussé l’audace jusqu’à créer une fondation pour le soutenir dans ses mensonges avoués par la suite, mais il aura néanmoins été utile au sport cycliste, surtout ces derniers 12 mois.

6 – L’équipe La Française des Jeux a été récemment présentée au public. Rappelons que le Québécois Dominique Rollin évolue désormais au sein de cette équipe habillement dirigée par Marc Madiot. Deux éléments intéressants ressortent selon moi de cette récente présentation. Le premier, c’est que l’équipe s’est renforcée avec notamment l’arrivée de Frédrigo, Rollin et Bonnet ainsi qu’avec un budget étendu. Le deuxième, c’est que Madiot déplore l’opacité des règles régissant l’octroi des licences WorldTour. Il a raison selon moi: l’UCI ne peut demander aux organisateurs de courses cyclistes davantage de transparence dans la sélection des équipes au même moment où elle entretient un flou autour de l’octroi de ses licences WorldTour…

7 – Le débat autour des oreillettes en course est reparti, l’UCI ayant décidé d’interdire ces oreillettes dans toutes les courses en 2011, sauf les courses WorldTour où l’interdiction totale prendra effet en 2012 seulement. Je suis personnellement pour l’abolition de ces oreillettes qui faussent la course selon moi. Trop d’échappées, au cours des dix dernières années, ont été revues dans les cinq derniers kms d’une étape grâce à ces oreillettes qui permettent au peloton de calquer précisément son allure pour revoir les fuyards le plus près possible de l’arrivée, tuant l’esprit d’initiative et d’attaque des coureurs. La sécurité en course ? C’est vrai que les routes d’aujourd’hui ne sont plus celles d’hier ; les îlots directionnels sont plus nombreux, particulièrement en Europe. Les traverses, les carrefours aussi. Si c’est la sécurité qui est le principal argument des coureurs, pourquoi ne pas imaginer une radio-course émise par le directeur de l’épreuve pour tous les coureurs ? Ces derniers, branchés sur une radio unidirectionnelle (ils ne pourraient que recevoir l’information dans les oreilles, mais n’auraient pas de micro pour répondre) pourraient donc connaître à l’avance les dangers de la route sans pour autant bénéficier d’un avantage indu sur l’échappée devant… 

Ce débat touche également un autre débat, celui autour du pouvoir qu’auraient – ou n’auraient pas – les équipes cyclistes professionnelles à influencer les décisions de l’UCI. Je crois personnellement qu’être coureur professionnel est un privilège, pas un droit, et qu’il convient aux coureurs de respecter les règles qui leur sont imposées, point final. C’est à l’UCI, aux fédérations ainsi qu’aux organisateurs de course de dicter ces règles, pas aux équipes ni aux coureurs, pour des raisons évidentes de conflits d’intérêt du côté des équipes/coureurs. Que les coureurs ou directeurs d’équipes qui contestent ces règles aillent voir ailleurs tout simplement ! Il ne faut jamais oublier que ce sont les équipes et les coureurs qui ont besoin des courses, pas l’inverse…

8 – Intéressant article sur le "réseau McQuaid"… Cela me laisse tout de même perplexe. 

9 – Le dernier opus des vidéos The SufferFest, utiles pour les séances de home-trainer, s’intitule Local Hero et met en scène les Mondiaux 2010 de cyclisme. D’une durée de 85 minutes, il permet de réaliser des intervalles pyramidaux, suivis de sprints. Une fois de plus, une recette gagnante si vous recherchez la souffrance extrême. C’est à mon agenda d’entrainement ces jours-ci !

Partager

Précédent

Entrevue avec David Veilleux

Suivant

Mondiaux à Québec: que fera l’UCI ?

  1. michel

    Oh la la…!!!
    http://www.cyclingnews.com/news/floyd-landis-calls-for-legalised-doping

    Laurent je n’ai pu m’empêcher d’emmener ici cette discussion/déclaration de Floyd Landis.

    L’analogie avec le droit au port d’Armes aux Etats-Unis et le dopage qu’il utilise est intéressante. F.Landis a au moins le mérite de parler spontanément mais aussi , me semble-t-il, sans trop réfléchir.

    Je me disais aussi que ce genre de déclaration, (sur la légalisation du dopage par exemple comme dans ce cas ci) nécéssiterait comme traitement journalistique, autre chose cette méthode qu’a Cycling News de simplement rapporter les dites paroles sans discussions, conversations et/ou sous questions.

    Enfin, moi, la légalisation du dopage je suis clairement contre…c’est pas comme le cannabis cependant.

    mleg

    0
    0
  2. Cyclick

    Le cas Armstrong: Lu hier dans les petites nouvelles « textes » défilant dans le bas de l’écran à RDS ou à RIS, je ne me souviens plus quel poste —> « Le magazine Sports Illustrated mentionne dans son dernier numéro que Lance Armstrong dès le début des années ’90 avait accès à des produits dopants. »

    Surpris ?

    0
    0
  3. André L.

    Pas d’accord avec le commentaire  »ce sont les équipes et les coureurs qui ont besoin des courses ». Qui soutiendrait (commandite, télé) les GP de Québec et Mtl si il n y avait que des  »no name » qui y prendrait part? La NHL pourrait-elle se passer des Crosby, Oveshkin, Lecavalier etc? Les organisateurs ont besoin de vedettes, les athlètes sont la  »matière première » en sport-spectacle, c’est la raison pour laquelle on les paie si cher. Normal qu’ils aient leur mot à dire. «normal aussi qu’il y ait une autorité pour établir les règles mais en partenariat avec les athlètes.

    0
    0
  4. alain39

    Landis reste quelqu’un de malhonnête et son changement de comportement a des raisons très personnelles.
    Sa proposition de rendre légal le dopage en atteste.
    Car quiconque honnête ne peut accepter cette analyse et ce pour différentes raisons.

    1) Cela revient a accepter le cyclisme à 2 vitesses et le droit à voler les victoires grâce à l’utilisation de dopants. Car alors on assistera à une véritable guerre du dopage.

    2) c’est mettre en danger ce sport losque des accidents de dopage surviendront. Le cyclisme sera alors assimilé à un sport dangereux et les sponsors, médias et autres contributeurs se retireront. Qui aime ce sport ne peut qu’en être préoccupé.

    3) C’est donner tous pouvoirs aux mafias du dopage dont pourtant Landis est victime. Pas très logique comme analyse. Il devrait vouloir leur fin.

    4) C’est accepter de mettre en danger la vie d’autrui.
    Le dopage reste dangereux et l’accepter est un acte irresponsable.

    Aussi, cela nous confirme que seule la cupidité motive Landis qui reste un être vil.
    Quand bien même son action ferait tomber le big tex elle reste motivée par sa seule cupidité et ne grandit nullement le personnage.
    Voleur il a été et voleur il restera.
    J’en veux pour preuve qu’il ne s’est jamais excusé à l’égard des autres coureurs qu’il a volé et n’a jamais offert de les dédommager.

    Vivement le procès Armstrong qui aura bien plus de répercussions et surtout devrait sanctionner le coureur qui a tiré le plus grand bénéfice du dopage.
    Car n’oublions pas que la tricherie losqu’elle emporte l’appropriation de richesses doit être assimilée à du vol et sanctionnée comme telle.
    Les sanctions devraient en tenir compte et emporter la ruine des voleurs en plus des sanctions sportives et pénales.
    La saisie des biens de Armstrong me semblerait une sanction logique et tellement morale.
    La fraude est pénalement sanctionnée aux US tout comme le vol en France et les voleurs qu’ils soient en col blanc ou en cuissards noirs doivent connaitre les joies de la prison.
    La place d’un voleur est derrière les barreaux et non à la tête d’une association à but lucrative.
    Donner de l’argent à un gars qui a fait toute sa carrière dans le mensonge me laisse rêveur.
    Pourquoi pas donner à la fondation Mesrine, Al Capone, Ben Ali.
    Il faut dire que l’actualité peut laisser croire que c’est possible puisque nous, petits contribuables, sommes amenés à aider les banques qui ont trahi notre confiance et qui ont failli vers tomber toute notre société.
    Y a plus de justice et ce à tous les niveaux.
    Alors pourquoi le cyclisme échapperait à cette dure réalité???
    Pendant ce temps la petite entreprise Mc Quaid ne connait pas la crise.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.