Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le Tour de l’actualité

1 – Covid-19. Ca repart vraiment fort en France ces jours-ci. De quoi bousculer la suite du programme, et notamment le Tour de France dont le départ est prévu samedi prochain à Nice? Faut voir, mais les cas de coureurs positifs au sein du peloton tant masculin que féminin se sont multipliés depuis 10 jours, notamment Hugo Houle (Astana), Larry Warbasse (AG2R – La Mondiale) ou encore Leonardo Basso (Ineos). Correction quelques heures plus tard: il appert qu’Hugo n’a jamais eu la Covid-19, et donc que le test initial incriminant ait été un faux positif. Et qu’Hugo rejoindra Mike Woods sur le Tour!

Les équipes ont également exprimé une insatisfaction devant les mesures anti-Covid-19 annoncées par les organisateurs du Tour récemment. Une réunion aura lieu mardi pour tenter de parvenir à un compromis satisfaisant pour tous.

2 – Antoine Duchesne. À priori, le coureur québécois ne ferait pas partie de la sélection finale des huit coureurs FDJ pour le Tour, annoncé ce week-end. Si on attend une confirmation, la nouvelle ne surprend pas trop compte tenu de l’abandon d’Antoine sur le récent Dauphiné. Il n’était clairement pas en condition physique suffisante pour épauler Thibault Pinot, qui présente des ambitions élevées.

3 – Thibault Pinot. Intéressant vidéo sur l’état d’esprit du coureur, à moins d’une semaine du départ du Tour.

4 – Arnaud Demare. Le sprinter français a la frite depuis la reprise, c’est clair, et il était l’archi-favori du Championnat de France hier, fort d’une équipe FDJ sur-représentée sur la course.

Quel beau championnat! Une course de mouvement, peut-être parce que les oreillettes n’y étaient pas permises, des attaques toute la course, et un final magnifique, avec les deux Deceuninck (Sénéchal et Alaphilippe) qui ont tout dynamité dans les tous derniers kilomètres, explosant le train FDJ et obligeant Demare à donner de lui-même dans les quatre derniers kilomètres.

Bref, Demare n’a pas volé son titre, et Alaphilippe nous a encore prouvé que c’est un sacré puncheur, à moins d’une semaine du Tour.

Je sais pas vous, mais si Coquard ne rentre pas sur Demare lors que ce dernier était décroché d’Alaphilippe, peut-être que ce dernier serait allé au bout?

À noter qu’on ne verra pas le maillot de champion de France sur le Tour de France dans une semaine, Demare étant prévu pour le Giro plus tard.

5 – Marc Madiot. C’est comme ca qu’on fête un titre de champion de France !

6 – Mathieu Van der Poel. Joli numéro du champion néerlandais qui a tout fait péter sur le Championnat national des Pays-Bas, partant solo à près de 50 kms de l’arrivée, et terminant seul, n’en déplaise à la formation Jumbo-Visma. Un coup d’orgueil de VDP qui, j’en suis sûr, est agacé par les succès sur route cette saison de son éternel rival, Wout Van Aert.

7 – Champions nationaux. Luis Leon Sanchez en Espagne. Marcel Meisen en Allemagne. Giacomo Nizzolo en Italie. Kasper Asgreen au Danemark. Kevin Géniets au Luxembourg. Juraj Sagan en Slovaquie. En résumé, ils sont les nouveaux champions nationaux.

8 – Jumbo-Visma. Beau reportage photo d’un récent camp d’entrainement de l’équipe. Le degré d’affutage est simplement impressionnant.

9 – Les courses cette semaine. Au calendrier, la Bretagne Classic mardi, mais aussi les Championnats d’Europe aussi à Plouay cette semaine. La course sur route des hommes est mercredi, les femmes jeudi. Aujourd’hui, ce sont les chronos.

Partager

Précédent

Autour du (prochain) Tour

Suivant

Canadiens sur le Tour: que de rebondissements!

41 Commentaires

  1. Steph

    (3) « TiboPino » est un type très attachant parce qu’on le sent à fleur de peau, plein des fêlures qui nous constituent et qui font que l’on s’identifie à lui facilement.
    Dire, comme il le fait, qu’il n’a plus peur de l’Echec, n’est-il pas une façon d’essayer d’exorciser encore et encore cette peur ?
    Cela n’a en tout cas pas l’air aussi simple que de le déclarer. Je serai curieux de savoir comment à la FDJ on prend en charge et on encadre la dimension psychologique de la performance chez cet athlète.

    (4) Un qui se pose moins de question c’est « Nono » ! Quelle belle victoire qui en fait même passer pour secondaire la mainmise de la FDJ sur la course. Mais effectivement sans le petit coup de boost de Coquard c’était p’têt pas gagné, ou p’têt que si… Alaph s’écrase un peu, souvent assis sur les 500 derniers. Ce qui ne serait pas arrivé il y a un an. Joli podium.

    (5) En visionnant cette vidéo FDJ on se dit que le respect des mesures prophylactiques anti-covid dans une équipe en général et dans un bus en particulier, ben c’est pas gagné. Le premier qui le chope fait un strike !

    (7) Ai vu le championnat d’Espagne. Un peu le même dénouement que le France si on y pense : Dans le sens ou le plus fort gagne en reprenant in extremis celui qui avait pris l’initiative. Pathétiques images d’Herrada passant la ligne le vélo à la main : Jésus portant sa croix.

    0
    0
  2. noirvélo

    @ Steph ,
    7° « Jésus portant sa croix » (Herrada!) , j’adore cette métaphore !!! effectivement , il pouvait pleurer , à croire que Cofidis n’a droit à aucunes chances !
    Maintenant Luis Leon Sanchez fait un beau vainqueur ,pour moi un des coureurs les mieux « posés » sur son vélo , un styliste puissant et endurant … et je ne vois pas Herrada le battre …
    4° et si et si … On dit toujours que lorsqu’on est favori il n’est pas plus facile de gagner , je dirais même le contraire ! Et si Coquart a relayé Arnaud c’était aussi et surtout pour le titre ! il y avait intérêts a partager … Brian (qui était malade encore la veille !) a aussi pris sa roue et lorsqu’on connait ses qualités de sprinter , en forme , il y aurait eu du « 50 50″ …
     » l’armada gfdj » ??? Julian était seul avec Sénéchal (qui a abattu un boulot énorme sur le final !!!)
    Et puis , si tu arrives tout seul au Championnat « avec ton vélo et ta casquette » , tu restes bien dans l’aspi de Nono et de son team pendant les 250 bornes et … tu peu finir « vice Champion de France »

    0
    0
  3. mica

    J’ ai regardé avec intéret les 10 derniers Km du championnat de France et c’ était plein de suspens, sans calcul ni temps morts.
    3 sprinters à l’ arrivée….enfin, plutôt que sprinters, disons plutôt 3 costauds qui tirent « gros », beaucoup trop gros, mais ce n’ est que mon avis.
    Dans ce domaine, je crois que c’ est Alaphilipe qui encore une fois était le plus dans l’ exagération ; je me demande s’ il tournait les jambes à plus de 70 t/mn, je ne crois pas! et comme c’ est un petit gabarit, il ferait mieux de tourner à 120 ou 130 et là, il aurait eu une chance.
    Pour Demarre c’ était un peu moins « caricatural » et il moulinait un peu plus…..
    Pour Coquard je n’ ai pas trop vu, mais, lui aussi « coureur de poche » et issu de la piste ferait bien d’ adopter peu ou prou des braquets de piste!
    Les sprinters « modernes » ne sont plus véloces, ils sont puissants….En passant, et en régle générale, je me demande si les 200 derniers métres vont en moyenne plus vite que l’ ensemble du dernier Km; je n’ en suis pas certain.
    Quelle étrange coutume, depuis longtemps maintenant, d’ adopter le braquet le plus gros en croyant que c’ est celui qui permet d’ aller le plus vite, ce qui est faux et archi faux!

    0
    0
  4. Zenou

    Voeckler montre de plus en plus ses limites à manager une équipe.

    Alors qu’il a préparer le championnat d’Europe avec Bouhanni depuis plusieurs semaines, il décide au dernier moment de le remplacer par Démare.
    Autant c’est cohérent vu le niveau de forme de Démare (il sera l’un des favoris mercredi), autant c’est sacrément mal gérer pour Bouhanni.
    Il aurait mieux fait de dire dès le départ que le championnat de France serait le juge de paix.

    0
    0
  5. Wolber

    Madiot, on aime ou pas ..mais un amour fou pour ce sport.

    Apres 237 km , on sprint comme on peut. Les braquets , gros ou petits , ça va dans le canap. quand t as pas pas mal aux jambes. Sur le velo…

    Quelle crédibilité on donnera aux tests covid19, quand on voit ce que ça donne pour des corticostéroïdes…
    Si ils sont nasaux, les tests, ce n est plus des narines qu ils auront les types…

    0
    0
  6. Thierry mtl

    Laurent, VDB est décédé, mais ce que fait VDP ressemble parfois à ce que faisait VDB, d’où ton erreur de typo…

    Dans le vélo comme dans la NFL aux USA, beaucoup de faux positifs COVID 19 dans les deux dernières semaines. Ça pose problème lorsque les décisions de mises à l’écart doivent se prendre immédiatement. Imaginez des excusions sur de faux positifs durant le Tour… Imaginez les délires de complots.

    Parlant de complots débiles, il semble que plus personne ne remet en question la réalité de la chute de Froome en juin 2019.

    0
    0
  7. Laurent

    @Thierry mtl,

    Passion quant tu nous tiens! Effectivement, on n’a plus avec nous VDB, mais VDP est bien là lui. C’est corrigé. Merci de ta vigilance et d’avoir porté cette erreur de frappe à mon attention.

    Idem pour Hugo Houle, il appert ce matin qu’il n’aurait jamais eu la Covid-19… voilà qui soulève bien des questions à moins de 24h d’une réunion importante entre A.S.O. et les équipes sélectionnées pour le Tour.

    0
    0
  8. mica

    Wolber: la plupart du temps, les sprinters restent dans les roues même dans une course de 230Km et arrivent aux 200m frais comme des gardons, et si par hasard ils ne sont pas frais….pourquoi tirer si gros.
    Mais comment faisaient ils avant quand n’ existait que le 52 :15…..et, pourtant ça sprintait….peut être plus vite que maintenant.
    Je rappelerais que vers 1890 (il y a 130 ans, l’ Américain Zimmerman courrait le 100m départ lancé en 5 secondes et 4:10 avec un braquet de 6m, soit à la vitesse de 18,5 m/s soit une vitesse de rotation des jambes de 3, 08 t/s…..on ne demandera pas a nos pros d’ en faire autant, mais si pendant un sprint de quelques secondes ils pouvaient tourner à 2 tours/s, ils seraient bien plus efficaces…..je sais que je préche dans le vide…..et pourtant….

    0
    0
  9. Tchmil

    A chaque fois que Mica nous ramène ses théories sur les braquets j’ai l’image de Ghislain Lambert avec son vélo test pour battre le « Record du Monde de l’Heure » et ses interminables démonstrations pour montrer qu’il a trouvé ce à quoi personne n’avait jamais pensé : un vélo révolutionnaire, petite roue avant et très grande roue arrière pour profiter d’un aérodynamisme remarquable … jusqu’à l’épreuve de la piste où son coureur abandonne le dos détruit par la position intenable.
    Mica me donne un petit sourire à chaque fois, j’aimerais tellement être convaincu mais merci pour ce petit sourire :

    https://youtu.be/7-PfsnPDb2Q

    0
    0
  10. Wolber

    Apres 230 km , frais comme des gardons, Mica?…je ne comprends plus Demare, Coquard et Alaphillipe te dirons qu ils étaient encore bien, mais frais comme des gardons…certainement pas… Mais ça importe peu.

    0
    0
  11. Wolber

    Laurent, je crois que le retour de Coquard sur Demare n à en rien contrarier l échappée d Àlaphillipe. Demare , capable de gagner des prologues est un très bon rouleur et hier , il etait une jambe au dessus. Lancé dans un mano à mano ,ce qu etait quasiment le cas hier, ok aurait et chercher le coureur de la Quick step.
    D ailleurs , ç est lui qui fait encore l effort apres la flamme rouge…pour rentrer …

    0
    0
  12. mica

    Tchmil: ce n’ est pas une théorie sur les braquets, ce sont des constatations et souvent des chiffres précis.
    Si Zimmerman était capable de rouler lancé sur 100m, mais seul à la vitesse de 18,5 m/s , soit 66, 66 Km/h, sur terrain plat, je pense que aucun coureur, fut il sprinteur, serai capable de faire aussi bien avec le 56 : 12 (encore moins avec le 56 : 11)
    Attention, j’ ai bien dit sur route plate, car, j’ ai appris il y a quelques jours que certaines arrivées au sprint étaient en faux plat descendant, voire en descente. (voir le sinistre Tour de Pologne…ou aussi,un jeune Belge, l’ an dernier avait trouvé la mort, Lambrecht je crois)
    Dirigeants, formateurs, éducateurs, apprenez aux jeunes a tourner les jambes, non pas tout au long d’ une course longue, mais lorsque l’ on a besoin d’ une accélération pour attaquer, ou srinter, ou suivre simplement, hélas, c’ est tout le contraire qui est rabaché maintenant.(et le sempiternel: « il faut mettre du braquet » me fait hurler, même dans mon canapé.
    Tchmil: Ghislain Lambert cherche le vélo idéal pour battre le record de l’ heure….pas besoin de chercher…ce vélo existe et avec ce dernier, le record est de 92 Km (pendant 1 heure), c’ est un vélo carréné couché…..en vitesse de pointe sur 200m plus de 140Km/h !

    0
    0
  13. Lbi

    Tchmil c est une comparaison drôle et tout à fait opportune !!

    0
    0
  14. Wolber

    Un velo couché n est pas un velo. Et les carénages sont interdits par l uci.

    0
    0
  15. mica

    Wolber: Tout ce que l’ UCI a du accepter, mise devant le fait accompli…(roues lenticulaires par Moser, guidon de triathlète par Lemond , il me semble…, vétements plus ou moins aéros….).
    Un vélo couché reste un engin mu par la seule force musculaire…..en tout cas, c’ est davantage un vélo que ceux qui comportent un moteur électrique de quelques centaines de Watts.

    0
    0
  16. noirvélo

    @ mica ,

    oui, à force ton entêtement peut s’avérer pénible , mais pour moi comme pour toi , il est absolument clair
    que beaucoup de sprinters pourraient gagner en étant plus véloces donc plus souples que leurs adversaires !
    lorsque je vois les trois lascars (Julian c’est flagrant , il met toujours une dent de trop !) qui pédalent « carré » (qui « piochent » ) dans les derniers 100 mètres , je me dis qu’en mettant le 12 (ou même le 13!) à la place du 11 tu peux avoir un meilleur rapport « couple-puissance », une meilleure accélération , tu tournes « rond » et tu emmènes ton braquet sans toxiner dans les derniers mètres … Ils ont tous peur de ne pas avoir assez de braquet, alors ils mettent le braquet max !!! et tombent tous les trois dans le panneau à force croire la même chose …
    Dans un faux plat montant , en voiture , tu ne relances pas en 5e ! et ça , c’est une bagnole , pas une paire de cannes après 240 bornes !!
    Mais bon , c’est eux qui voient , qui roulent , qui gagnent … mais qui perdent aussi, et beaucoup , sans oublier qu’ils étaient seuls ,sans train, le « vent dans la gueule »…

    0
    0
  17. Djm

    En attendant, il y en a un qui gagne Milan-San Remo, et au sprint ! Et un autre qui radote c’est connerie sur un clavier. Perso, je pense qu’un gars qui fait 25000 bornes par an, depuis x années, il a eu le temps d’essayer les braquets optimum dans toutes les situations. La théorie, c’est bien joli, mais rien ne vaut le terrain. L’autre jour, je trouvais que Davide Formolo mettait un peu gros comme braquet, j’avais mal au genou pour lui… mais je me suis dis qu’il était pas complètement idiot et qu’il savait ce qu’il faisait. Et il avait raison. N’en déplaise à Mica et à son canapé.

    0
    0
  18. noirvélo

    @ Djm ,

    oui , c’est ce que je me suis souvent dit (même toujours) : »ils doivent savoir ce qu’ils ont à faire , ce sont des pros , ils sont entrainés , ils ont leurs expériences »… J’espère pouvoir un jour parler avec l’un d’eux , partager … Il y a des sprints où c’est vraiment trop visible (plus que sur ce Championnat !)

    0
    0
  19. Djm

    En gros, si j’étais un excellent plombier, mettons dans les 200 meilleurs plombiers du monde, j’aimerais pas qu’un électricien retraité buté me donne des conseils sur ma plomberie.

    0
    0
  20. Wolber

    Bryan Coquard, vice champion olympique de l Omnium à 19 ans, champion du monde de l américaine ( avec M Kneyski), n aurait jamais travailler sa vitesse de jambe?

    0
    0
  21. mica

    Noirvélo: dans ta réflexion, 5 posts plus haut, tu sembles pas loin de partager mon point de vue.
    Tu parles même de passer sur le 12 ou même le 13 dents dans les derniéres centaines de métres; pour ma part, j’ irais plus loin
    et je préconiserais le 14, voire le 15, avec 52 à l’ avant et de sprinter assis (si possible).
    J’ avais, il y a plusieurs mois fait la comparaison avec un moteur de voiture qui doit tourner a un certain régime pour ne pas « s’ étouffer »; cette comparaison avec la mécanique reste pertinente et je la revendique.
    Comme tu le reconnais, beaucoup désormais « pédalent carré » et « piochent »: c’ est exactement ça.
    Tu dis que Alaphilippe met toujours  » une dent de trop »…..non, au pignon il met toujours une dent de moins et souvent, il reste, un peu, planté, c’ était flagrant dimanche dernier (bon, je reconnais qu’ il a animé la course et donné de sa personne dans les derniers Km.).
    Djm: tu dis que l’ un des trois premiers du Ch.
    de France a gagné Milan san Remo, en fait ils sont 2 à l’ avoir fait, mais tu en a « effacé » un…inconsciemment certainement ….
    Ceci dit, A. Demarre est actuellement trés fort et sur de sa force, remarquable.
    Wolber: en effet, Coquard tourne les jambes sur la piste, pourquoi n’ en fait il pas de même sur route, ne serait ce que les quelques secondes d’ un sprint?

    0
    0
  22. C est uniquement car il n a pas encore eu la chance de te rencontrer, Mica ! Et aussi probablement qu il n a pas encore lu la flamme rouge.

    Mais dès qu il l aura fait, il va remporter tous les sprints.

    0
    0
  23. plasthmatic

    Est-ce que Julian Alaphilippe était (relativement) planté par son braquet effectivement un peu gros, ou bien n’est-il pas tout simplement tombé sur ce braquet faute d’avoir les forces pour tenir les autres à distance ?

    Si la formulation de ma dernière alternative est un paradoxe : « j’ai pas la force donc je mets plus gros », le paradoxe n’est que sur le plan théorique.
    Sur un vélo avec tout ce qui a précédé dans les pattes, moins.

    Devant mon poste dimanche (encore avec le gros tube cathodique derrière), j’ai répondu à ma question sans me l’être posée.En effet, je me souviens m’être dit : « Il emmène gros, mais quand il est costaud il enroule beaucoup plus : les deux vont le revoir ».
    Ce disant, je ne faisais pas de ce (trop) gros braquet la cause de son échec, plus sûrement un symptôme de sa fatigue …

    Mica, je ne tiens pas à polémiquer, ni à être désagréable à ton égard (je l’ai fait à deux reprises, sans regret d’ailleurs, disons que j’avais tenté ce mode là).
    Je te livre simplement un autre « paradoxe », fort connu de tous ceux qui y ont eu droit : en fringale, comme disent les anciens pour une hypoglycémie bien dépassée, et bien si ton plus grand besoin est de bouffer, la moindre idée d’avaler quelque chose te fait dégoût. « C’est comme ça pour les bêtes », m’a dit un jour un ami vétérinaire.

    Le recours au braquet est souvent moins la cause d’une grande fatigue que son signe.

    Dit d’un (petit) cycliste aux jambes qui tournent, ceux du site qui me connaissent sur le clou, à commencer par le taulier, le savent.

    0
    0
  24. Comparer la physiologie humaine au moteur à explosion est un concept séduisant mais également un raccourci intélectuel qui ne supporte pas la pratique de terrain.

    Le « scientifique » se sert du savoir pour tenter de faire là où l innovateur se sert du faire pour savoir.

    Les lois de la mécanique sont irréfutables mais dans l effort physique, ce sont les lois de la physiologie qui dominent.

    Après, l on peut toujours faire un deuxième raccourci intélectuel en proclamant que faire 237 km avec 3000 mètres de dénivelé au coeur du peloton à plus de 40 km/h de moyenne sur des routes étroites et sinueuses est équivalent à pas grand chose en raison des lois physiques de l aérodynamisme et s étonner benoîtement qu un courreur qui tourne très vite les jambes sur piste ne soit plus capable de le faire sur route ou même pire, choisisse volontairement de ne pas le faire.

    Donc, soit Coquard est un imbécile soit le postulat selon lequel les 237 km n ont pas comptés pour grand chose est vraiment débile.

    0
    0
  25. L utilisation des gros braquets est la résultante des 237 km et également de tout ce qui s est passé dans le dernier tour et notamment dans les 6 derniers km.

    Les courses de vélo ne se pratiquent pas sur une autoroute.

    0
    0
  26. plasthmatic

    C’est clairement dit Eric. Tu dois faire du vélo, si ça se trouve … à un étage bien au-dessus du mien d’ailleurs.

    Il faudrait revoir les images, mais ma mémoire me propose un Sénéchal écrasant (assis, sauf en toute fin) un bon gros braquet bien gros. Sans attaquer, sur ce mode, il a quand même réduit le peloton encore sacrément imposant à neuf unités ! On ne voit pas ça tous les jours, faire péter les mecs dans la roue, à ce niveau-là.

    Le Formolo du Dauphiné a été justement évoqué par Djm. Il avait conservé le grand plateau pour la très grande part de sa montée, avec une ligne de chaîne ‘à chier’ c’est vrai. Mais c’était forcément un vrai choix ! Choix qui a forcément résulté de son expérience ! Si pour la note de style, de ce jour-là, je veux bien lui coller maximum 2/20 (si mon humeur est bonne alors), en revanche pour la note de cyclisme, je n’en vois qu’une : 20/20.

    Tiens, pour changer le sujet, le parcours proposé, en note de cyclisme, je ne lui mettrais pas la moyenne (avant même la course) : trop peu de cyclisme proposé … Tout le contraire d’un Limousin, moins paillettes c’est vrai.

    0
    0
  27. plasthmatic

    dernier point : ‘le parcours du Dauphiné’, pardon

    0
    0
  28. mica

    Encore une fois, Paris Tours 1965 2 braquets autorisés, sans dérailleur; le vainqueur Karstens, un fameux sprinter, disposait du: 53:15 et 53:16 et sa moyenne sur les 250Km était sup. à 45 Km/ h ! IL y a bientôt 60 ans.
    Mais, a quoi peut bien servir le 56:11 ? est ce un progrés…..moi je dis non!

    0
    0
  29. Oui, une fois encore…

    Je ne vois pas comment l on peut comparer des moyennes sur des parcours différents.

    Le progrès, ce n est pas le braquet maximal.

    Le progrès, c est la possibilité de choisir entre deux plateaux de diamètre très différents (alors qu à l époque les dérailleurs avant obligeaient des diamètres assez proches) et de choisir entre 11 ou 12 couronnes différentes là où il y a 60 ans les coureurs devaient disposer tout au plus de 5 couronnes.

    Le progrès, c est donc la liberté de choisir !

    Choisir, c est tatonner, trouver, parfois se tromper…

    Plus le niveau de pratique augmente plus les choix sont souvent les bons.

    Penser que les coureurs mettent systématiquement le plus grand développement possible est très réducteur. Sprinter est un art et le choix du braquet fait parti de cet art.

    L on ne sprinte jamais de la même manière car tout dépend du parcours, du vent, des adverversaires, etc…

    0
    0
  30. Pour terminer, en 1965 le passage de vitesse se faisait au cadre et il ne s agissait pas d appuyer comme un sourd sur les pédales.

    Aujourd’hui, les courreurs ont la liberté de descendre encore un pignon en plein sprint.

    0
    0
  31. François

    A propos de Karstens :Vainqueur du Tour de Lombardie 1969, il fut déclassé pour dopage au profit de Jean-Pierre Monseré. Il avait ensuite avoué avoir utilisé une poire contenant l’urine de son soigneur, mais que celui-ci avait utilisé des anabolisants pour des problèmes de santé. De même lors de Paris-Tours 1974, vainqueur au sprint, il est disqualifié après avoir tenté de frauder lors du contrôle anti-dopage.
    Lors du Tour de France 1974, il termine 2e de la 4e étape derrière Patrick Sercu mais oublie de se rendre à temps au contrôle anti-dopage. Le coureur est pénalisé de 10 minutes au classement général.

    0
    0
  32. Edgar Allan Poe

    Mica, personne ne sprinte sur un 56*11. C’est un braquet exceptionnel de chrono, qui n’est peut être même pas employé le jour de la course.
    Mais on l’a déjà dit 1000 fois. Ces gars sont surpuissants, surtout depuis une dizaine d’années, ils se connaissent et savent, après tests, précisément avec quelle vélocité ils développent le plus de puissance, comme ils savent aussi avec quelle vélocité ils peuvent maintenir un cap de puissance pendant une durée définie. J’ai un capteur de puissance depuis 3 mois et j’ai déjà ces données en tête, définies de manière empirique.
    Et en fin de course, chacun fait comme il peut.
    Tu as raison sur un point : les coursiers, sprinters ou autres qui passent
    150 ou 200 bornes dans les roues seront irrémédiablement plus frais au moment du sprint, ou pour un jump à l’avant de la course. C’est une loi physique.
    Je ne suis pas fan de Démarre, mais il est fort actuellement, et surtout, il a fait la course parfaite dimanche. Quel fin tacticien dans les 10 derniers kms.
    Sénéchal a fait péter tout le monde. Cavagnna aurait aussi pu le faire. Ils sont forts ces « belges »… très forts!!!
    Avez vous vu la vidéo « amateur » de Bramati, le DS de la Qdicksteps qui fait les poches d’Evenpoel quand il est à terre sous le pont après sa chute ? Ca m’a rappelé la vidéo du soigneur qui ramassait les tubes de Médoc et les pilules éparpillés sur la route après la chute d’un coureur dans un Paris Roubaix… C’est moche… Il avait du partir en course avec son chéquier, peut être.. ou son tel portable. On a beau leur dire, ces jeunes…

    0
    0
  33. Ils sont un certain nombre a avoir fait la course parfaite. Mais avoir 20 équipiers à son service exclusif représente un gros avantage sur ce type de parcours. Démare n a pas eu à batailler dans les roues pour conserver sa place à l avant du peloton tout au long du parcours.

    A haut niveau, cet avantage est déterminant.

    Le règlement du Championnat de France est discutable.

    Sinon, heureusement, le capteur de puissance ne leur indique pas encore l état de fraîcheur de leurs jambes, ni la force du vent, ni le comportement des adverversaires. Il reste encore une part d expérience, de sensations et d intelligence… Et donc d émotion.

    0
    0
  34. nikko

    Mica n’apprend pas de ses erreurs, et c’est dommage. Il nous ressert malgré tout ce Paris-Tours plusieurs fois par an depuis au moins 2014 dans un véritable travail de sape.

    Il ne se rappelle pas la volée de bois vert qu’il a reçue en février de cette année. La faute à Alzheimer ?

    http://laflammerouge.com/bonne-et-heureuse-annee-2020/comment-page-2/#comment-577859

    0
    0
  35. L on parle souvent de l effet Obélix pour justifier les prouesses de la jeune génération.

    L effet Obélix existe bien avec le dopage sanguin mais il existait déjà il y a 30 ans.

    Pour moi, c est la mise sur le marché grand public d outil technologique tel le capteur de puissance couplé à des méthodes de travail pointues dès l adolescence qui explique l arrivée de cette nouvelle génération.

    Le capteur de puissance n est qu un outil parmi d autre et ne peut et ne doit pas tout dicter mais il aide à l éclosion de cette nouvelle génération.

    0
    0
  36. mica

    A beaucoup d’ entre vous: on me reproche de « comparer » la physiologie humaine avec la mécanique…cependant vous savez bien que lors du mouvement de pédalage, à chaque tour de pédalier, il y a 4 passages aux points mort hauts et bas. (2 pour chaques jammbes) Or, si le cycliste ne tourne pas suffisament vite, il « reste » trop longtemps sur ces points morts. (points ou il est quasi impossible de produire du couple puisque le « bras de levier » devient nul; on a l’ impression visuelle que le coureur, arc bouté pédale »carré »! Noirvélo a utilisé lui même l’ expression! Tourner rond est exactement le contraire, dans un mouvement fluide avec une vitesse de rotation bien plus grande (mais pour cela, il faut voir du coté du 14 dent (voire plus!)
    ON me reproche la comparaison avec la méca du moteur à explosion, c’ est pourtant comparable avec, si ce dernier tourne trop lentement, des temps moteurs qui ne reviennent pas assez vite…(avec étouffement du moteur, par exemple en cote ou si l’ on veut accélérer, tout en ne « rétrogadant » pas les vitesses.
    EAP: TU parles de la surpuissance des sprinters sur route, pourtant, il est un domaine ou les sprinters sont bien plus puissants, c’ est sur piste, et ces derniers font souvent plus de 15 Kg de plus que les plus costauds des routiers; et cependant les pistards restent sur des braquets trés modérés (en tout cas, jamais le 13 dents (et pas plus de 52 à l’ avant, on me contestera, mais les vrais sprinters se modérent et pour cause, lors de leurs essais à l’ entrainement, les chronos parlent (il suffit que leurs temps augmentent de 2/10 lors d’ un 200m lancé pour qu’ ils reviennent à plus de modération. (idem pour la poursuite par équipe, ou, vouloir enlever 1 dent au pignon, (ou en rajouter 2 au plateau, peut devenir rédhibitoire.

    0
    0
  37. plasthmatic

    Mica, il y a des analogies du moteur à explosion au bonhomme sur son vélo, bien entendu. Un seul exemple : une reprise (ou relance) ‘sans rétrograder’ au niveau des pignons, dans l’un et l’autre cas ça donne effectivement le même ‘effet ventouse’.
    Mais enfin, la mécanique, elle, ne ‘fatigue’ pas, et ça c’est une différence.
    L’analogie est un bon moyen pour tenter d’éclairer un domaine par un autre, mais par les points communs ET les différences.

    Mica, je te repose la question, parce que quand même, tu m’étonnes : as-tu eu l’occasion d’expérimenter ce que tu soutiens, en situation, par exemple sortir un sprint ou monter une bosse souple et rapide, face à des gars, après 180 km même dans les abris ?

    Je te la pose sans provocation ni acrimonie, hein. Et tu n’es pas obligé de répondre.

    0
    0
  38. mica

    PLASMATHIC: en toute honetteté je dois avouer que je n’ ai jamais fait de compétition à haut niveau, même pas à niveau moyen…..seulement quelques coursettes ….il y a bien longtemps; Cela doit il me condamner à me taire?..peut étre pas.
    En cyclisme, sport que j’ adore, il existe 2 choses qui me hérissent, ou tout au moins me troublent; donc, comme tu le sais l’ usage immodéré des gros braquets (aussi bien en sprint que en chronos, que ASO a, d’ ailleurs, pratiquement supprimés…ce qui est un autre scandale!)

    La 2 emme chose qui me choque est bien sur l’ usage des abris derrière( ou a proximité, disons 50m) d’ engins motorisés, principalement le peloton motocycliste qui « entoure » toute course.
    Remarques que, ce probléme ne date pas d » hier »; la vision de quelques archives m’ a montré que 20, 40 ou 60 ans en arrière le probléme existait déjà.
    Ce qui me choque encore plus c’ est le silence complice des médiats, télé ou autres….
    Leur seule allusion aux motos concernerait une certaine gêne qui peut subvenir c’ est vrai, mais à de très rares occasions, et là, ces Messieurs sont pas loin d’ en faire des gorges chaudes.

    Ceci dit, Le reste du temps, c’ est silence radio….ou plutôt silence télé….bref un scandale….
    Il n’ y a pourtant pas que moi qui le dit, voyez plutôt les études du Professeur Bert Bloecken (que certains ont dénaturé ici en les interprétant de manière éhontée.)
    Voila, c’ est tout, saches cependant que j’ apprécie souvent tes propos, justes et empreints de poésie a l’ occasion (je me souviens de ton petit village de villégiature en Italie au pied de l’ Agnel si j’ ai bonne mémoire.)
    Comme j’ apprécie souvent EAP si proche du « terrain » ou Noirvélo qui expérimente pas loin des roues des champions, même (et surtout) si c’ est en cyclo sport. J’ allais oublier Wolber, passioné entre tous, ou Alano, analyste « pointu »….et d’ autres bien sur…..sauf ceux de mauvaise foie qui dénaturent tout propos…

    0
    0
  39. plasthmatic

    Mica, je découvre seulement ‘ta réponse’.
    Tant pis, j’écris probablement un commentaire sur du ‘réchauffé’.

    – Personne n’a jamais exigé une pratique de la compétition cycliste à haut niveau pour permis de s’exprimer. Sinon, je dois me taire.

    – Ma question était sincère : je suis étonné que tu continues de nier l’expérience du terrain (la tienne propre, la nôtre, et celle, surtout, des professionnels même s’ils se gourent parfois).

    – C’est dommage : tu t’exposes, par là, à ce qu’on ne se fatigue plus à trier le grain et l’ivraie de tes propositions. On trie souvent, sur ce site, à l’évidence. Sur d’autres sites, je ne sais pas, n’en fréquentant aucun autre.

    – Il n’est pas rare que ton insistance, parfois ‘monomaniaque’ (pardonne-moi, c’est pour le dire vite), démonétise un contenu exact. Comment dire, on peut ennuyer la terre entière avec des trucs vrais !
    Et ces idées fixes que tu sembles avoir t’ont déjà conduit à commenter des trucs que tu disais n’avoir pas suivis ! J’avais été désagréable, pour ça.

    – Je te rejoins sur bien des points, et crois-moi, on est nombreux : l’influence, inégale en plus, des motos sur la course. Leur présence tout simplement, en matière de danger. Le recours à des braquets de mules, parfois c’est vrai. Mais j’ai le sentiment que ce fut plus le cas dans les années 90, non ? La scandaleuse absence de chronos dignes de ce nom (ceci dit d’un type pas si mal en montagne, mais à coup sûr un fer à repasser en chrono, donc pas de conflit d’intérêt de goût !). Les questions posées par l’usage des oreillettes. Le cirque des médias et de l’entregent aux intérêts communs. La complaisance, forcément, des anciens devenus consultants. Sur ce point, je trouve que des noms cités les jours derniers, leurs qualités pour causer course cycliste sont belles, quand même. On a connu pire, et c’était pénible.

    Mais ça ne doit pas être possible de sortir un sprint de piste sur la route …

    Dernier mot : hors de mon propos de te faire la leçon, Mica. C’est un imbécile qui t’écrit, certains sur ce site le connaissent suffisamment pour attester de ma triste condition.

    PS : Toi aussi tu as noté que Wolber a le commentaire et l’oeil très cyclistes ? Alors on est au moins deux.

    0
    0
  40. Wolber

    Plasmathic, un ps me concernant, ç est très très gentil d écrire ça…et moi qui, devant les écrits des contributeurs de LFR , me dis qu il y en a qui s y connaissent drôlement qu en ils parlent velo. Un vrai enrichissement personnel concernant ma passion.

    EAP, qui, lui, avait vu Bramati sortir  » quelque chose » de la poche d ,Enevepoel, au sol en Lombardie…l Uci ouvre une enquête.

    Aso sous la pression du gouvernement(,,?), qui maintient l exclusion d une équipe ,encadrement compris,dans le cas de deux cas de Covid  » avéré »…Humainement, sportivement est ce tenable?

    0
    0
  41. Wolber

    « Quand ils parlent velo »…évidemment.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.