Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Lance Armstrong ne doit pas tomber seul

La descente aux enfers de Lance Armstrong est bien amorcée. Comme prévu, le rapport de l’USADA a précipité les choses et Armstrong avait très certainement raison de vouloir éviter sa publication.

Au cours des 24 dernières heures, de nombreux sponsors importants et de longue date de Lance Armstrong ont annoncé qu’ils mettent fin à leur partenariat: Nike, Trek, Radio Shack, Anheuser-Busch (un brasseur belge, propriétaire de la bière Budweiser), Honey Stinger et FRS (produits énergétiques). La compagnie Oakley, présente aux côtés d’Armstrong depuis le début de sa carrière, attend pour sa part l’avis de l’UCI (attendu d’ici la fin du mois) pour se prononcer.

Lance Armstrong a aussi annoncé qu’il quittait son poste de président de sa fondation LiveStrong. Sa déclaration évoque son souci de ne pas associer sa fondation avec ses déboires reliés à sa carrière cycliste.

Enfin, Lance Armstrong ne « twitte » plus depuis 48h, lui qui, en temps normal, publie de nombreux « twits » chaque jour. La preuve que l’homme vit des moments très difficiles.

Je suis convaincu que plus que jamais, Lance Armstrong évalue les avantages et inconvénients d’un passage aux aveux. Je l’ai écrit, il vient un moment où nier seul, en dépit de la cohérence des autres aveux, tourne au ridicule. La situation de Lance Armstrong tourne actuellement au ridicule et l’homme est de plus en plus isolé, lâché de tous. Très bientôt, il réalisera peut-être qu’il n’a lui-aussi plus rien à perdre, surtout que ses amis du côté de l’UCI le lâcheront très probablement d’ici la fin du mois, confirmant la perte de tous ses titres sportifs.

Et rappelons que de nombreuses sociétés n’attendent que le verdict de l’UCI pour le poursuivre financièrement, notamment la FFC et ASO pour récupérer les primes de victoires du Tour et la compagnie d’assurance SCA qui lui a versé des millions de dollars prévus en cas de victoire à répétition sur le Tour. Lance Armstrong risque donc de perdre de nombreux millions de dollars au cours des prochains mois, ce qui s’ajoutera aux nombreux autres qu’il a probablement déjà perdu en frais d’avocats de toute sorte.

Nous faisons donc bel et bien face au plus important scandale de dopage de l’histoire du sport.

Mais Lance Armstrong ne doit pas tomber seul.

Si je n’ai jamais adhéré à l’argument fallacieux d’une « chasse aux sorcières » évoqué jusqu’ici par les avocats d’Armstrong, il serait scandaleux qu’il soit le seul à tomber au cours des prochains jours. Si tel était le cas, nous serions tous perdants et il serait légitime d’être frustrés qu’une seule personne ait morflé.

Plus encore, ce ne serait pas juste à l’endroit de Lance Armstrong.

J’estime que Johan Bruyneel doit tomber, que Michele Ferrari, dont les propos sont insupportables et méprisants, doit tomber, que des têtes doivent aussi tomber dans le personnel actuel des équipes World Tour et surtout, à l’UCI. Et que la lumière doit être faite sur le rôle de la compagnie Nike dans la couverture de contrôles positifs de Lance Armstrong par l’UCI. Les propos, confiés sous serment, de Kathy LeMond sont troublants à cet égard.

Le plus difficile sera de faire tomber des têtes du côté de l’UCI. À qui cet organisme rend-t-il en effet des comptes? Devant qui, outre son comité directeur et son congrès, Pat McQuaid est-il redevable? Qui peut l’inviter à démissionner, outre les membres du congrès? Rappelons que les membres du congrès de l’UCI sont des personnes, au maximum trois, nommées par les fédérations dont l’affiliation est à jour.

Bref, les prochains jours seront intéressants.

Il est à souhaiter que Lance Armstrong deviendra raisonnable et passera aux aveux rapidement. Il pourra évoquer comme circonstances atténuantes une époque trouble du cyclisme, où une majorité de coureurs se dopaient. Comment lui reprocher alors d’avoir fait comme tous les autres?

Les circonstances seront vraiment atténuantes à son égard s’il fait la lumière sur ses relations avec l’UCI, avec Michele Ferrari et Johan Bruyneel. C’est la dernière pièce manquante du puzzle pour que le vrai grand ménage dans le cyclisme se fasse enfin. Car ca va prendre plus qu’une petite signature au bas d’un papier… Cela passe par une profonde remise en cause des rôles et responsabilités actuels de l’UCI, notamment à l’égard de la lutte contre le dopage. Il m’est insupportable de savoir que M. Ferrari « entraine » encore des coureurs pro en activité, dont certains sont tous jeunes.

Lance Armstrong fait donc face une nouvelle fois à l’histoire: s’il continue de nier, c’est un suicide public. S’il passe aux aveux, il a une chance de réhabiliter sa réputation et surtout, de nous prouver tout son amour pour le sport cycliste qui ne peut manifestement pas continuer sur la voie actuelle. En ce sens, Lance Armstrong a aujourd’hui de nouveau l’opportunité d’être un moteur du changement vers un monde meilleur, au bénéfice des générations futures… et donc de ses propres enfants.

Partager

Précédent

Haute Route 2012: entrevue avec Christian Haettich, athlète handisport

Suivant

Vers une Affaire de Padoue?

19 Commentaires

  1. Cycliste bronchiteux

    Les évènements récents sont malheureusement tellement prévisibles. Sous peine de se voir irrémédiablement aspirés dans le trou noir de l’affaire Armstrong, les rats quittent le navire. Les sponsors pourront toujours faire valoir leur ignorance du milieu cycliste, des rumeurs qui courraient sur le compte d’Armstrong, mais cela n’est que cynisme tellement répandu apparemment dans le monde des affaires, la palme allant à Nike. Jusqu’alors fervent soutien d’Armstrong (ne lui ont ils pas encore accordé leur soutien il y a peu), les voila soupçonnés de complicité de corruption se défendant maladroitement et se désolidarisant de tout usage de produits dopants et donc d’Armstrong… Je ne connais pas l’ampleur des remous générés par cette affaire aux Etats-Unis, mais cela doit être très gênant aux yeux de l’opinion publique pour pousser Nike à tenter de sauvegarder son image.
    Le drame balzacien qui se noue ou plutôt qui se dénoue n’est finalement que mérité pour un homme qui a voulu se croire trop beau et trop grand. Je me souviens d’une époque où jeune champion du monde, le trait de caractère qui marquait le plus le petit monde du cyclisme, était l’arrogance du personnage. Cela s’est vérifié par la suite et se vérifie encore aujourd’hui. Il voulait être le meilleur du monde. Ca oui il l’a été, mais à quel prix? Celui de sa déchéance à l’heure où sa peau de chagrin s’est réduite à rien. Je l’invite d’ailleurs à lire cette oeuvre qui se révèle intemporelle et universelle.

    Mais s’il y a bien un point qu’il faut éviter coûte que coûte, qu’il soit victimisé en étant le seul à payer la facture de cette affaire. Certes, il a été le décideur principal dans la démarche de ce dopage organisé, mais il n’a pas été le seul. Alors que d’autres se sont gavés en euro ou en dollar grâce à cette équipe, je ne comprendrais pas qu’il soient exemptés de toute sanction. Pourquoi les Bruyneel, les Del Moral, les Ferrari ne devraient ils rendre des comptes? Mais pas seulement, le ménage doit être de grande ampleur. A l’UCI pour commencer. Out Verbruggen et sa clique. Pour leurs mensonges, leur incompétence à organiser un système antidopage digne de ce nom, leur aveuglement, les contrôles positifs habilement masqués (Armstrong, Brochard… et combien d’autres?), la corruption et quoi d’autre encore?
    Out aussi le système ONCE et tous ceux qui l’ont pris pour modèle. Bruyneel, Del Moral et combien d’autres encore?
    Out les politiques qui s’immiscent dans le système anti-dopage de leur pays pour protéger leur « ami » cycliste persécuté. D’ailleurs peut on vraiment parler de corruption dans ce cas? Cela valait bien le prix d’un vélo…
    De ce point de vue de faire le ménage, je loue la décision nécessaire de la fédération australienne qui a remercié White. Quel est l’exemple donné aux plus jeunes par un cadre de fédération dont la carrière est associée au plus grand scandale de dopage de l’histoire? Et on se prend à rêver que d’autres, à commencer par la France, en fasse de même…

    Alors oui pour un grand ménage, mais après? Je pense nécessaire voire primordial que l’UCI se désaisisse non pas de la lutte anti-dopage (la sensibilisation doit rester du ressort des fédérations et surtout des éducateurs), mais du contrôle mais aussi des sanctions. L’USADA a démontré une volonté bien supérieure à celle de l’UCI dans la gestion de l’affaire Armstrong. L’AFLD a démontré une vraie capacité à diriger des contrôles anti-dopage plus efficaces. Alors oui l’AMA et les agences nationales ont un vrai rôle à jouer et je pense que le vélo gagnerait grandement à se laisser aider dans ce cancer qui le ronge depuis trop longtempts.

    0
    0
  2. Batrickp

    Je doute Laurent que Lance Armstrong ne connaisse l’enfer, et que l’essentiel de ce qui serait un paradis pour l’immense majorité de la population mondiale lui reste acquis: une vie confortable sans travail et aucune attente pour quoi que ce soit. Le reste, c’est beaucoup de littérature.
    Tu risque d’avoir raison, des aveux, oui, mais sans amendement.
    Et que d’autres gros bonnets tombent seraient une bonne chance. Au nom de l’idée qu’il existe, quand même, un peu de justice.

    0
    0
  3. toutouille26

    Toujours
    des bons articles de Laurent!
    Je note dans l’article de l’équipe sur ferrari que 20 équipes sont impliquées, donc ça fera du monde!

    0
    0
  4. jmax

    Pour le docteur Ferrari, cela se précise fortement avec les révélations de la Gazzetta dello sport:
    http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Actualites/Le-systeme-ferrari-decouvert/320445

    0
    0
  5. Eric Tardif

    La tête de l’UCI doit être décapitée, Armstrong pourrait aider dans ce sens en témoignant sur ces liens avec les têtes dirigeantes. Je pense que s’il avait un geste à poser ce serait celui. La suite des choses… Nommer quelqu’un qui ait à cœur le sport et la lutte antidopage qui pourrait assurer le ménage dans l’organisme en premier lieu puis vers le bas par la suite… Dans un système non corrompu, les tricheurs auront la vie difficile et dans l’ensemble, les coureurs propres pourront s’exprimer. Bref, le contraire des 20 dernières années dans le cyclisme.

    0
    0
  6. Zboy

    Dick Pound te ferais ça, le ménage.

    0
    0
  7. thierry mtl

    On est a quelques heures de L.A. confession.

    0
    0
  8. Jean-Luc Botto

    en tout cas, une seule chose à faire: boycott immédiat et définitif des marques Trek, Oakley et Nike. En plus, vous éviterez de vous faire avoir et de faire travailler des gamins de 12 ans dans les usines

    0
    0
  9. J-F

    Avoir un Trek il serait à vendre hier matin.

    0
    0
  10. thierry mtl

    J-F et Botto

    Et les Pinarello et adidas des Sky et Telecom, les montres Festina, les systèmes Garmin, Les Bianchi de Pantani, les Specialized de Saxo et Astana. Les BMC de Hamilton et Landis…

    Je peux tous les nommer si vous voulez.

    Alors les gars, on boycott encore ?

    0
    0
  11. Batrickp

    Oui. Il restera d’excellents cadres comme les Cattin.

    0
    0
  12. BERTRAND PIVERT

    Le mieux s’est de boycotter les émissions TV. Mais on aime bien les regarder les dopés, hein, c’est qu’ils nous donnent des sensations derrière le petit écran! hein! »…attaque d’Amstrong… » Des images qui stagnent dans le cerveau.

    « ….chute d’Amstrong… » Vive notre époque, VIVE NOUS!

    0
    0
  13. JF

    Anheuser-Busch Belge LOL trop fort !

    0
    0
  14. JF

    C’est AB-InBev qui est propriétaire d’Anheuser Busch qui elle est aussi américaine que Coca-Cola…

    0
    0
  15. Nelson

    Si on se mets à boycotter tous les produits utilisés par les « dopés », on va se promener avec des tricycles et des sandales Crocs.

    Si Armstrong déballe son sac en public, c’est certain que l’UCI va manger une maudite claque en pleine façe et que maintenant la balle sera dans leur cour pour ce qui est de la suite.

    0
    0
  16. Vincent C

    Peut pas boycotter?

    Perso j’ai toujours boycotter les trucs de vélos américains, pour moi, le vélo c’est d’abord et avant tout européen… l’attitude des automobilistes ici nous le démontre bien.

    Donc oui, le boycott est possible! Peut-être pas pour une question de dopage mais pour une question de principe. Pas de Trek, de Spec pour moi désolé.

    0
    0
  17. He just did it 😉

    0
    0
  18. Titimouilli

    Je doute fort que notre ami américain passe à table vu ses états de service….ce serait le top, mais j’en doute.
    Il a compromis tellement de monde et a été tellement protégé, sciemment ou pas, de toutes parts (U.C.I., A.S.O., Média,…) et a tissé un tel réseau dans le milieu…
    Il n’y a qu’à voir certaines réactions, nombreux sont ceux qui ne souhaitent pas qu’il déballe tout et comme il ne voudra pas (et ne doit d’ailleurs pas) tout assumer le silence restera de mise et le cyclisme, comme après l’affiare Festina repartira « sur des bases saines » foie de dirigeants, coureurs, sponsord, média, etc…
    Donc continuons à prendre du plaisir sur nos machines infernales, sans boycotter qui que ce soit, car c’est lorsqu’elles le soutenaient aveuglément qu’il fallait banir ces marques, aujourd’hui elles renvoient (certe contraintes et forcées par les évènements) enfin un signal plutôt….positif !!!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.