Tous les jours, la passion du cyclisme

 

La légende du Tour… et du journalisme sportif

Toute la légende du Tour est résumée dans ces trois minutes inspirantes, et toute la grandeur du journalisme sportif aujourd’hui malheureusement disparu sous cette forme, s’y retrouve.

À l’heure où mes objectifs 2014 sont établis et que la souffrance commence, c’est un vidéo qui sera utile dans les prochains mois: « how high, how long, how fast? »

Partager

Précédent

4e Conférence mondiale sur le dopage dans le sport: avancées et défis

Suivant

Un 16 novembre, du côté des Rouleurs…

  1. schwartz patrick

    Laurent, le Ventoux à éviter dans la fournaise! et je trouve, que même à l’abri dans la forêt sur le bas,c’est plus dur ,parce que tu étouffes contrairement
    au haut (ho ho!) plus dégagé, même si on est plus prêt du soleil …

    0
    0
  2. schwartz patrick

    Aie!  » près » du soleil … Bien sûr!

    0
    0
  3. Stef Toupenet

    Très beau challenge Laurent, même sous la chaleur.
    Le pire c’est le vent qui peut être parfois tellement violent qu’il te pousse dans le ravin.
    Tu me donnes des idées avec ton Ventoux, et aussi le tour du lac avec les gars du http://www.velogessien.com/
    Des choses à faire qui font rêver.
    Une chose de certaine pour moi, c’est que je retourne sur Paris Roubaix.
    Stef

    0
    0
  4. schwartz patrick

    Et pour moi, Tour des Flandres et Liège Bastogne Liège,
    Vive les classiques !!!

    0
    0
  5. Stef Toupenet

    J’ai fait les deux Patrick, tu vas te régaler.
    Incroyable ce jour là 16 000 personnes roulent, se sourient et pas un mot plus haut que l’autre, même les voitures s’arrêtent au carrefour pour te laisser passer.
    Grand souvenir.

    Stef

    0
    0
  6. dany

    Une simple réflexion qui me vient après avoir vu et reconnu ces champions des années 80 qui roulaient à visage découvert. Je ne remets absolument pas en question l’utilité du casque d’un point de vue sécuritaire. Mais je me dis que le casque et les lunettes noires font que le coureur se sent coupé du monde, comme dans une armure. Les spectateurs et téléspectateurs ne reconnaissent plus les coureurs (les journalistes non plus). Peut être que cet anonymat contribue à faciliter inconsciemment le passage de la ligne rouge pour améliorer artificiellement leurs performances.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.