Tous les jours, la passion du cyclisme

 

La Classique des Appalaches, une nouvelle course au Québec

Unique – épique – mythique.

Trois mots qui résument bien La Classique des Appalaches, cette nouvelle course et granfondo lancés aujourd’hui et qui se dérouleront les 19 et 20 septembre prochain.

Unique par son concept de course cycliste sanctionnée mariant bitume et routes de terre battue, comme le Tour de Battenkill aux États-Unis que j’ai récemment fait. Le parcours proposé au cœur de la région Centre-du-Québec, à Victoriaville plus précisément, propose 135 kms pour l’élite et le GranFondo, et 106 kms pour les autres catégories. Et des paysages uniques également, magnifiques.

Épique par la difficulté du parcours : le parcours de 135 kms totalise environ 2 700m de dénivelé et celui de 106 kms près de 2 000m, rien de moins ! En comparaison, Battenkill c’est moins de 1 500m de dénivelé… Et l’arrivée de toutes les courses de la Classique des Appalaches sera jugée en haut du Mont Arthabaska, au terme d’une ascension d’environ 2,5 kms à presque 7% de moyenne. De quoi la sentir passer celle-là !

Mythique par les bourses proposées, 25 000$ au total, de quoi attirer de nombreux coureurs ainsi que les meilleurs d’entre eux dès la première année.

Et déjà, un ambassadeur de choix pour l’épreuve, Hugo Houle.

Y’a pas à dire, les organisateurs de cette nouvelle course cycliste au Québec ont bien fait les choses, et ont surtout pensé à tout. Pour preuve, dépêchez-vous de visiter le site Internet de l’épreuve, très bien fait et très complet. Tout y est, des parcours détaillés aux détails des aires de départ et arrivée, en passant par l’hébergement disponible et, bien sûr, les inscriptions.

Justement parlant inscriptions, il convient de souligner les tarifs d’inscription tout à fait raisonnables annoncés : 33$ pour une telle épreuve, c’est remarquable.

Les organisateurs ont également veillé à engager la population locale autour de l’événement, le premier dans le genre pour Victoriaville et sa région depuis des décennies. Ainsi, les participants de cet événement seront conviés à un week-end de festivités où produits du terroir et saveurs locales seront mis à l’honneur, question de mieux découvrir ce que la région a de mieux à offrir.

Je suis assez emballé par le projet pour tout vous dire : à une époque où on est davantage habitué à voir des courses cyclistes disparaître du calendrier (GP OBC par exemple), il convient de saluer haut et fort l’initiative des personnes derrière la mise sur pied d’une telle épreuve qui vient compléter un programme de fin de saison de plus en plus emballant au Québec, avec le Défi Vélo Mag (26 et 27 septembre prochain) et les 100 à B7, organisé notamment par Lyne Bessette, un peu plus tard en octobre.

De quoi attirer également nos amis cyclistes européens pour un séjour cycliste exceptionnel de trois semaines, au cœur des couleurs de l’automne, si uniques au Québec. Après une saison bien remplie de cyclosportives dans les massifs montagneux, quoi de mieux que de « changer le mal de place » par un séjour cycliste au Québec sur des épreuves différentes, mais tout aussi intéressantes et singulières? Et attention, le vainqueur repartira également avec son poids en sirop d’érable, de quoi vous constituer une petite réserve pour le retour en Europe!

J’ai déjà mis l’épreuve à mon calendrier cette saison, fort de mon expérience amusante au récent Tour de Battenkill. Oserez-vous ?

Partager

Précédent

Astana: je ne comprends pas

Suivant

Liège: les favoris

  1. Zut

    Wow, je suis sans mots…
    Wow…
    180 livres de sirop d’érable on met ça où ?

    0
    0
  2. Yan

    Y’a aussi la première coupe du monde de cyclocross à Montréal le 19 septembre! Just saying!!! Y’a certainement des gens qui seront déchirés entre les deux, moi le premier…

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.