Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Hesjedal, favori du Giro ?

C’est, en tout cas, le grand résultat du prologue disputé samedi et remporté par le jeune prodige américain Taylor Phinney.

Hesjedal a en effet terminé 17e du prologue, à 29 secondes de l’américain. Il est le premier coureur placé à pouvoir remporter le général dans trois semaines à Milan.

Deux autres coureurs ont bien tiré leurs marrons du feu: Roman Kreuziger et Ivan Basso. Le premier termine à 36 secondes du vainqueur, et donc à un petit 7 secondes du Canadien. Le deuxième, double vainqueur du Giro, est pointé à 39 secondes, 10 secondes derrière Hesjedal. Mention bien.

Rodriguez (44e à 43 secondes) a pour sa part limité les dégâts et nous réserve donc des surprises plus tard. On ne sait pas encore s’il sera dans le coup ou non.

Trois grands favoris ont toutefois peut-être déjà perdu le Giro: Scarponi d’abord, très décevant 135e de l’étape à 1min06 du vainqueur. C’est loin, très loin.

Cunego n’est guère mieux (124e), tout comme Franck Schleck (108e). Les deux perdent une trentaine de secondes déjà sur les premiers prétendants à la victoire finale.

Pour la Lampre, ce prologue est donc une catastrophe. Il y aura du rattrapage à faire au cours des trois prochaines semaines.

Rujano est pour sa part relegué à 1min07, une valise. Ce dernier peut par contre créer de gros écarts sur une seule étape de montagne. L’étape du Stelvio lui convient particulièrement bien, mais je le vois mal résister dans le dernier clm à Milan.

Bien sûr, le Giro est encore long, très long, et la derrière semaine sera très difficile, à l’avantage des grands grimpeurs. Mais les enseignements du prologue sont clairs: Hesjedal le Canadien est probablement parti pour son meilleur grand tour en carrière.

Ca promet pour la suite!

Partager

Précédent

Un must: Entrainement Cardio, de Guy Thibault

Suivant

Dur, être sprinter

14 Commentaires

  1. Ouh là… ne tirons pas de conclusions trop hâtives suite à un « simple » prologue 🙂
    Certes Scarponi et Cunego (je ne classe pas F. Schleck dans les favoris ; il vient là pour combler le vide laisser par Fulsang blessé dans son équipe) prennent cher sur Phinney, mais au final ça fait une quarantaine de secondes sur Hesjedal et une trentaine sur Basso/Kreuziger… rien de rédhibitoire vu le menu proposé dans les Dolomites en dernière semaine (gare à ceux qui sont en forme trop tôt ;-)).
    Sinon agréablement surpris par Basso sur ce chrono : sur un terrain qui ne lui est pas favorable je ne le voyais pas aussi bien (parmi les premiers favoris du général à l’arrivée), c’est le signe d’une condition en nette hausse depuis le Trentin… Gadret finit lui aussi très loin, mais finalement il est à moins d’une minute de Hesjedal.

    0
    0
  2. Éric Tardif

    C’est vrai qu’on peut compter sur Hesdjedal comme favori mais les Garmin on maintenant la chance de bien le placer lors du TTT. Les écarts pourraient être importants, ils ont plusieurs coureurs qui ont bien fait dans le prologue.

    0
    0
  3. Sébastien

    En effet, je fais un peu la même lecture qu’Éric T.

    Garmin, BMC et Cannondale sur CLM par équipe vont se colletailler. Mais l’avantage à son issu devrait demeurer porteur pour Ryder.

    Le maillot rose des BMC (vouloir le conserver coûte que coûte) pourrait leur jouer un mauvais tour si ils brûlent l’énergie nécessaire à replacer leur leader au général lors des premières montagnes… Ils devront faire un choix, mais on va voir Taylor Phinney tirer comme jamais dans cette épreuve, je vous en passe un papier.

    Reste qu’un prétendant doit aller chercher 7 secondes à Hesjedal… Ce gars-là vit très bien les trois semaines de course, ne l’oublions pas.
    s.lam.

    0
    0
  4. schwartz patrick

    Toujours bien trop tôt pour tirer des plans sur la comète! certains coursiers en forme en début de Giro comme en début de Tour peuvent s’éffondrer en dernière semaine ! Et un prologue de huit bornes n’est pas une étape de montagne …Moi, je vois qu’un Phinney maillot rose du Giro,qui fait tomber sa chaine à quelques bornes de l’arrivée de la 2e étape n’a pas de coéquipiers avec lui! merci les oreillettes et bonjour la logistique! De plus, et je trouve çà scandaleux, il n’est pas capable de remonter sa chaine tout seul!!! il attend le mécano, c’est incroyable cette dépendance, cette incapacité, voire cette paresse à se bouger quand il y a un pépin mécanique et des secondes qui défilent… n’ont-ils pas d' »école de cyclisme » ou on apprend le « BEABA » du coureur cycliste ?; en plus ce n’était pas sur chute! et puis aujourd’hui, je me demande pourquoi il fait le sprint (massif) pour la victoire? résultat: belle gamelle à 60km/h avec le maillot rose… faur être c.. !!! je ne comprends rien?

    0
    0
  5. thierry mtl

    Comme ça vient…

    Les étapes danoises sont peut-être lucratives, mais celle d’hier était surtout ennuyeuse. Même le décor me rappelait tristement Laval.

    La Haute Définition italiene semble qqs peu déficiente telle que vu sur RDS. Ca sort comme un semi-HD. Le Giro en direct au Québec, c’est quand même incroyable.

    8km c’est court, mais pour le pauvre Scarponi, cela a paru bien long de porter ce maillot rose (mérité ?) qui semblait pesé aussi lourd que le poids de ses pêchers. Mais bon, la route est longue et comme la dernière fois, sa famille le soutiendra de tout leur sang jusqu’à Milan.

    D’ici là, ca va faire mal en haute montagne avec cette collection de petits grimpeurs.

    0
    0
  6. max

    J’aime bien Hesjedal, mais de là à le mettre favori suite à un prologue, tu t’enflammes Laurent!

    Hesjedal n’a prouvé sa valeur sur 3 semaines que dans le tour 2010, qui n’était pas une édition très montagneuse. Je ne suis pas sûr qu’il grimpe mieux que Kreuziger, et je suis certain qu’il grimpe moins bien que Basso, Scarponi, Rujano, Gadret sur pente raide.

    Le maillot il risque de le prendre après le CLM/équipe, et même de le garder un certain temps. Mais c’est précisément pour cela qu’il ne l’aura pas jusqu’à la fin. Il faudra qu’il assume le poids de la course alors que d’autres resteront planqués derrière, puis viendra la montagne et il sera attaqué de toutes parts. Gare au coup de bambou.

    S’il fait top 10 ce sera honnête, s’il fait top 5 ce sera beau. Maintenant je demande qu’une chose, c’est qu’il me prouve que j’ai tort

    0
    0
  7. Batrick P

    Ton titre contient une partie de boutade, façon d’insister sur l’excellent prologue du très bon coureur canadien. Mais aussi, une partie de « et pourquoi pas? ».
    Personnellement, l’affinage de Hesjedal notamment au niveau des jambes m’a sauté aux yeux dès les premières images. Perte de volume musculaire n’ayant d’après le prologue pas engendré de perte de puissance. Impressionné par certaines performances passés du canadien, et pas uniquement sur le Tour, je te rejoins volontiers dans ce « et pourquoi pas? ».
    Par ailleurs, je sais pour l’avoir pratiqué encore l’été 2010 combien est difficile (et sublime) l’enchainement Duran – Staulanza – Giau réservé aux coureurs pour la belle étape des Dolomites arrivant à Cortina.
    Si la météo le permet, la fin de Giro est très prometteuse. Dommage qu’il commence par ce grand cirque de gladiateurs.
    Pour Hesjedal comme pour les autres, bien finir ce Giro commence par ne pas s’y retrouver accidenté dans cette mise en danger organisée.

    0
    0
  8. Vincent C

    Laurent n’est pas le seul a penser que Hesjedal a des bonnes chances:

    http://www.velochrono.fr/actu/2012/un-canadien-au-balcon/

    0
    0
  9. Éric Tardif

    Hesjedal ne prendra pas le rose après le TTT car il a plusieurs coéquipiers devant. Rasmussen pourrait le prendre et le garder pour 2 étapes sans mettre de l’énergie pour le protéger. Je pense qu’Hesjedal a les forces pour s’imposer sur une course de 3 semaines où il n’y a pas de favoris. Il demeure toutefois un outsider mais il n’y a pas de mal à s’enthousiasmer!

    0
    0
  10. 2 semaines plus tard, je dois reconnaitre que c’etait bien vu !

    0
    0
  11. Batrick P

    Un très beau coureur. Et chapeau pour l’audace de son attaque au milieu du Passo Giau!
    Etonnant comme les commentateurs français (Virenque, Chassé et même Durand) peuvent raisonner directement en fonction du CLM de dimanche, en court-circuitant les étapes de vendredi et samedi.

    0
    0
  12. plasthmatic

    Pas Patrick Chassé, Patrick, il n’est plus sur Eurosport, je crois bien qu’il a été viré. Epargne-moi le jeu de mots …
    Aujourd’hui, c’était Guillaume Di Grazia je crois, pas antipathique, je le préfère en animation plateau plutôt qu’au commentaire, trop d’expressions et d’images toutes faites je pense.
    Passo Giau, ils affichaient 9,3% de pente moyenne, pile poil celle au Granon.

    0
    0
  13. alain39

    Hesjedal fait un super giro.
    Je rejoints Batrick P sur l’importance des 2 étapes de montagne à venir qui doivent boulverser le classement.
    Il est bien trop tôt pour tirer des plans sur le dernier chrono.
    L’étape du Stelvio va être un véritable juge de paix.
    La longueur de la dernière montée et l’âpreté des pourcentages vont faire très mal à des organismes passablement fatigués.
    Hesjedal n’a pas encore été confronté à un tel défi et il est prématuré de penser qu’il va passer sans encombres ces 2 étapes.
    Il est vrai qu’hier il s’est montré à son avantage mais le plus dur reste à venir.
    Je suis étonné par les performances de Rodriguez qui sont bien supérieures à ce qu’il a démontré jusqu’à ce jour alors qu’il est pro depuis 11 ans.
    Marre de voir des coureurs qui se transfigurent à plus de 30 ans.
    De puncher il est passé au rang de super grimpeur et nous savons tous qu’il y a là un sacré fossé.
    Entre le mur de Huy et les grands cols l’effort est différent et les qualités requises ne sont pas les mêmes.
    Cela fait plus de 20 ans que les espagnols nous sortent des champions à la pelle plus ou moins éphémères. Si on compare avec les autres grandes nations du cyclisme on peut mesurer la différence que le nombre de licenciés ne peut expliquer.
    Et puis cette multiplication des stages à Ténérife est étonnante et suspecte. Nous savons tous que les Fuentes et autres travaillent là-bas et donc on peut craindre qu’ils continuent à prodiguer leurs bons services à des coureurs peu scrupuleux.
    C’est un pays qui ne dispose d’aucune législation sérieuse sur le dopage. Et puis passer des semaines à escalader le même col ne me semble pas la meilleure préparation.
    Il serait bon de savoir combien de contrôles sont pratiqués durant ces stages pour nous rassurer un peu plus sur la nature de ces stages.
    Au temps de Armstrong les fameux stages avaient pour cadre les étapes du tdf. Celà semblait plus logique car la reconnaissance des étapes est importante à ce niveau. N’oublions pas que Armstrong a longtemps justifié ses performances par ce professionnalisme, lequel Armstrong s’entrainait également l’hiver en Espagne mais cette fois pour des raisons climatiques.
    Les témoignages de Waughters et autres ont depuis donné un autre éclairage sur ces entrainements en Espagne puisque c’est là que le beau lance stockait sa pharmacie à une époque ou l’Espagne était l’eldorado du dopage.
    La vérité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui et l’Eldorado semble avoir migré plus au sud.
    On pourrait appeler ce phénomène migratoire la ruée vers l’or rouge (le sang hyper oxygéné). D’ailleurs le meilleur dossard est le 109.

    0
    0
  14. Batrick P

    J’attends encore pour être (un peu) étonné par la constance de Joaquim Rodriguez. Il a toujours montré une endurance un ton en-dessous de sa résistance, ce qui par exemple en fait un bon coureur de la Flêche Wallonne, moins fort sur LBL.
    L’étape de samedi est terrible, dont les pourcentages monstrueux du nouveau versant du Mortirolo (qui n’aboutit un peu en-dessous du col) rendront tout abri sans effet, donc tous les coureurs fourniront le même effort.
    Mais celle de vendredi est déjà d’une très grande difficulté. Loin de l’arrivée (mais après: plus de vallée), le haut du Passo Manghen pourrait déjà révéler des défaillances de favori(s).
    L’efficience de Sylvester Szmyd (défaillant hier, ça a joué, contre Basso qui m’a paru très fort dans le Giau, mais pas assez pour faire seul la différence) peut être un élément important de la course.
    On a coutume de dire « ce sont les coureurs qui font la course ». Il y a bien sûr du vrai, mais il y en aurait plus encore à dire « c’est le parcours qui fait la course ». Provocation? Certainement!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.