Guy Thibault répond à nos questions!

La Flamme Rouge publiait récemment un texte concernant l'Entraînement par Intervalles Courts (EPIC) à la suite de la conférence prononcée au centre sportif de Gatineau par Guy Thibault, expert reconnu internationalement des techniques d'entraînement. Selon ce dernier, l'EPIC serait actuellement une des méthodes d'entraînement les plus efficaces pour maximiser rapidement la puissance aérobie maximale (PAM).

Vous avez été nombreux à me faire part de vos commentaires à la fin de la conférence d'abord, par courriel ensuite puis sur ce site via les commentaires.

Je vous propose aujourd'hui une entrevue avec Guy Thibault afin de revenir sur quelques unes de vos questions.

La Flamme Rouge: merci Guy d'accepter cette entrevue sur La Flamme Rouge!

Guy Thibaut: Ça me fait plaisir!

LFR: pourrais-tu nous clarifier quel est le protocole exact de l'entraînement EPIC "ultime" que tu préconises pour des gains de PAM maximaux? Tu parlais, lors de ta conférence, d'une séance de 45 minutes, à raison d'un premier bloc de fractions d’effort de 40 sec entrecoupées de 20 sec de récupération, puis de 30-30 et enfin de 20-40. Merci de nous préciser au passage la récupération à suivre (passive, active, ou en prise) ainsi que la durée entre les blocs.

GT: C’est en fait la centième et dernière (d’où son nom : « Ultime ») séance d’entraînement que je propose dans mon dernier livre, Entraînement cardio, sports d’endurance et performance, Vélo Québec Éditions. Elle est amusante et donne d’excellents résultats. Mais attention! D’autres formules semblables pourraient donner d’aussi bons résultats. Loin de moi l’intention d’en faire une religion! Les cyclistes ont besoin de repères pour concevoir une variété de séances, et non pas de recettes toutes faites. Quoi qu’il en soit, le schéma de cette séance ultime est 3 blocs de 3 séries de 3 répétitions, pour un total de 27 fractions d’effort. Chacune des 9 séries du premier bloc : 3 fois 40 secondes à intensité élevée avec une récupération active « incomplète » (parce que trop courte et parce que l’intensité demeure quand même assez élevée) de 20 secondes entre les répétitions, et avec 2 minutes de récupération active à intensité très faible entre les séries. Même formule dans le deuxième bloc, sauf que les 9 fractions d’effort sont de 30 secondes et la récupération « incomplète » de 30 secondes. Même chose dans le troisième bloc, sauf que les 9 fractions d’effort sont de 20 secondes et la récupération « incomplète » de 40 secondes.

LFR: tu parlais, lors de ta conférence, de cyclistes ayant obtenu des gains de PAM de l'ordre de 60 watts en quelques semaines en s'entrainant par EPIC. Certaines personnes présentes dans la salle ont trouvé que cela fait beaucoup! Est-ce réaliste de croire à des gains aussi importants chez des cyclistes déjà très entrainés et ayant déjà maximisé une bonne partie de leur potentiel?

GT: J’ai moi-même été surpris par cette importante amélioration chez mon sujet qui s’est tapé une trentaine de séances d’EPI tirées du modèle graphique de l’EPI que j’ai mis au point pour que les entraîneurs et les athlètes puissent se concocter une infinité de séances « payantes ». J’ai même pensé que mon CompuTrainer (modèle de laboratoire, donc réputé valide et fidèle) avait fait défaut. Mais plusieurs entraîneurs ont obtenu des améliorations similaires et même supérieures pendant l’entraînement hivernal d’athlètes bien motivés. On peut faire l’hypothèse que les améliorations de mon « rat de la laboratoire aux pattes rasées » auraient été moins prononcées s’il ne s’était pas rendu à épuisement à chaque séance. Voilà une belle hypothèse à vérifier!

LFR: L'EPIC n'a-t-elle pas une forte composante anaérobique? Comment peut-elle alors pleinement développer la PAM?

GT: Précisons que j’appelle EPIC des séances où les fractions d’effort sont d’au plus 20 secondes. La séance « Ultime » décrite plus haut n’est pas une véritable séance d’EPIC, bien qu’elle donne toujours de bons résultats. Quoi qu’il en soit, il est vrai que dans cette séance et dans des séances d’EPIC, on pédale à des intensités supérieures à celle correspondant à la consommation maximale d’oxygène, le fameux VO2max. Suivant la vision traditionnelle mais, je crois, désuète, de programmation de l’entraînement, des telles intensités ne seraient utiles que pour le développement de la capacité anaérobie et n’auraient pas d’utilité pour ceux et celles qui cherchent plutôt à développer leur aptitude aérobie (VO2max, puissance aérobie maximale, endurance). Mais au cours de la dernière décennie, on a vu apparaître d’intéressants rapports de recherches menées au Japon, en Scandinavie et en Ontario, indiquant que des séances comprenant des pointes d’effort de 30, 20 et même 10 sec seulement s’accompagnaient d’importantes améliorations de l’aptitude aérobie. En réalité, une partie du travail effectué pendant les brèves fractions d’effort d’une séance d’EPIC profite de la présence d’oxygène dans la cellule musculaire (liée à la myoglobine). Pendant la récupération, le système cardiovasculaire doit « rembourser » la dette d’oxygène (recharger la myoglobine), d’où une amélioration « aérobie », même si le travail musculaire est plutôt dans le registre anaérobie. Par ailleurs, d’autres recherches indiquent que seules des séances de musculation et de sprints intenses s’accompagnent d’une amélioration de l’efficacité du coup de pédale, amélioration qu’on n’obtient pas avec l’entraînement à intensité modérée.

LFR: qu'en est-il de l'effet de l'EPIC sur le système nerveux central, aussi appelé en jargon cycliste "l'influx nerveux"? Il peut s'épuiser très vite!

GT: Je ne sais pas encore très bien quelle est la signification biologique de ce qu’on appelle dans le milieu cycliste « l’influx nerveux »! Mais peu importe. La bonne façon d’exécuter une séance d’EPIC (comme toute autre séance d’EPI), c’est d’en garder sous la pédale au début et d’intensifier d’un poil l’intensité de pédalage d’une répétition à la suivante, tout en cherchant à obtenir finalement un degré général de fatigue ni trop petit, ni trop élevé. Inutile, donc, de craindre un affaissement nerveux si l’on sait bien doser ses efforts. Rappelons qu’une séance d’EPI ne doit pas nécessairement être épuisante pour donner de bons résultats. Toutes choses étant par ailleurs égales, l’EPI donne toujours de meilleurs résultats que son contraire, l’entraînement continu; toujours!

LFR: tu proposes de débuter l'entraînement par des intervalles courts puis, plus tard en saison, d'allonger les durées d'effort. Quelle est la durée maximale à ne pas dépasser lors des efforts question de travailler efficacement?

GT: Il n’y a pas de règles précises en cette matière. Mais on peut raisonnablement penser qu’en débutant la préparation physique avec des séances misant sur un très grand nombre de fractions d’effort (plus de 50) de moins de 20 secondes, on se prépare très bien pour des séances futures où l’on pourra allonger les répétitions à 30, 45, 60, puis 90 secondes. A l’approche des compétitions qui comptent, on peut passer à de l’entraînement fractionné comprenant de plus longues fractions d’effort, par exemple : 4 à 8 fois 3 à 5 km à intensité proche de celle d’un contre-la-montre de 40 km. Cela ferait une belle progression de la « quantité » (gros volume à intensité cible élevée en début de saison, d’où une amélioration anticipée de plus grande importance des déterminants physiologiques de la performance) vers la qualité (on apprend à tenir longtemps l’intensité cible).

LFR: si on travaille bien en EPIC, est-il possible d'enchainer deux jours d'entraînement par EPIC de suite?

GT: On peut même en faire deux dans la même journée (c’est ce que font de plus en plus de nageurs). Mais en général, mieux vaut se refaire une santé et bien se donner dans les séances d’EPI. On en fait donc deux ou trois par semaine.

LFR: certains cyclistes de la région de l'Outaouais sont des adeptes de la formule d'intervalles de type "Gimenez", préconisant 9 blocs de 5 minutes se découpant ainsi: 4 minutes en "prise" suivi d'une minute à intensité élevée. Frédéric Grappe parle de la formule dans son bouquin "Cyclisme et optimisation de la performance". À choisir, EPIC ou Gimenez?

GT: Pourquoi pas EPIC en début de saison, et Gimenez quand on a enfin développé ses qualités physiologiques? De toute manière, ce dont les cyclistes ont besoin, ce n’est pas d’une formule miraculeuse (ça n’existe pas!), mais de repères pour se construire une grande variété de séances d’EPI dans les bonnes fourchettes de durées de fractions d’effort, de nombre de répétitions et d’intensités. C’est justement ce pourquoi j’ai développé un modèle graphique simple de l’EPI. Mieux vaut apprendre à s’en servir et diversifier ses séances, que de répéter sans cesse une même formule, qu’elle soit celle de Gimenez, votre EPIC préférée ou la séance dite « ultime ».

LFR: quelles sont selon toi les qualités fondamentales à développer dans le sport cycliste sur route?

GT: Comme disait mon ami Paul Jurbala, ex-entraîneur national : « le cyclisme sur route est un sport anaérobie sur fond aérobie »! À développer, dans l’ordre : la consommation maximale d’oxygène et l’efficacité du coup de pédale, la capacité anaérobie, et, finalement, l’endurance. Sans compter le « sens de la course ».

LFR: on affirme souvent que de nombreux athlètes amateurs et maîtres sont surentrainés. Qu'en penses-tu?

GT: J’ai connu de nombreux cyclistes qui s’entraînaient trop, d’où une amélioration qui tarde, mais peu de cyclistes véritablement surentraînés. Le surentraînement est un problème grave, mais quand même assez rare. Chose certaine, quand on ne sait pas comment concevoir et adapter judicieusement un plan d’entraînement, on a forcément tendance à rouler plus et plus vite, ce qui peut évidemment mener à un excès de fatigue, une contreperformance, voire au surentraînement. À cela s’ajoute que les maîtres doivent souvent composer avec des sources externes de stress (boulot, famille), qui se conjuguent avec celui de l’entraînement et des compétitions cyclistes. L’idéal, c’est de satisfaire le maso en soi en se tapant de bonnes séances d’EPI ou prolongées, puis de s’allouer tout le temps nécessaire pour en récupérer avec la prochaine séance intensive. De plus en plus d’athlètes de haut niveau s’entraînent ainsi et je crois que c’est bien, à condition d’avoir la santé et la base d’entraînement nécessaires.

LFR: tu as parlé du fameux entraînement de type Tabata lors de ta conférence. À choisir, pour le cycliste sur route, Tabata ou EPIC?

GT: Bien qu’elle jouisse d’une grande popularité, surtout en musculation, la formule Tabata (8 efforts de 20 secondes, récupération de seulement 10 sec) ne me semble intéressante pour les cyclistes que pour le « fine tuning » à l’approche des compétitions importantes : elle stimule l’aptitude à relancer quand ça chauffe! Mais je ne la recommanderais pas en début de saison (les véritables séances d’EPIC me semblent bien plus appropriées), car la récupération est trop courte et, surtout, le volume total de pédalage à intensité cible beaucoup trop petit (2 min 40 s!).

LFR: Dominique Rollin, David Veilleux, et d'autres québécois au sein de l'équipe SpiderTech se frottent dorénavant aux meilleurs cyclistes sur route de la planète. Un Québécois vainqueur d'une grande classique ou d'une étape du Tour prochainement, tu y crois?

GT: Je crois que le nombre trop petit de cyclistes canadiens actifs réduit les chances que l’on développe plusieurs grands champions. Mais il me semble que les cyclistes du Québec profitent souvent  ici d’un encadrement supérieur à celui généralement offert en Europe, où l’on est en quelque sorte victime de la tradition. C’est ce que j’ai constaté au cours d’un stage de perfectionnement que j’animais à Paris au bénéfice des entraîneurs de la Fédération française de cyclisme. On compte de plus en plus d’entraîneurs nord-américains qui ne s’empêtrent pas dans les traditions et qui font des choses très bien. Par exemple, Francis Paradis, premier entraîneur de David Veilleux, a fait des trucs intéressants. Et Pierre Hutsebaut a pris le relai en ajoutant des éléments qui m’apparaissent fort pertinents. Sa grande culture cycliste ne l’empêche pas d’innover, d’exploiter brillamment des connaissances nouvelles.

LFR: plusieurs, dont Bernard Hinault, ont critiqué, ces dernières années, le manque de résultats des coureurs français sur la scène internationale. À ton avis, dans quelle mesure les coureurs français du peloton international connaissent-ils et appliquent-ils l'entraînement EPIC?

GT: C’est vraiment à géométrie variable. Quand je conseillais l’entraîneur de Crédit Agricole, il n’arrivait à convaincre que ses coureurs non-français de faire ce que je proposais, par exemple de la musculation intensive ou de l’EPIC. Heureusement, mon copain Fred Grappe (Française des Jeux) fait de l’excellent boulot et la nouvelle génération de physiologistes de l’exercice européens est partante pour innover, par exemple le Basque Inigo Mujika, le Hollandais Vincent Villerius et le français Xavier Nési, pour ne nommer que ceux-là.

LFR: Au nom des lecteurs de La Flamme Rouge et du mien, merci Guy d'avoir pris le temps de répondre à nos questions et au plaisir de garder le contact avec toi!

GT: merci à toi Laurent de m’avoir donné l’occasion de faire ce que j’aime : vulgariser des connaissances scientifiques au bénéfice des cyclistes.

22 Commentaires

  1. eric
    Soumis le 18 février 2012 à 4:03 | Permalien

    Tout simplement Merci !

    Bon EPIC à tous 😉

    Eric

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Stef Toupenet
    Soumis le 18 février 2012 à 12:16 | Permalien

    Donc il n’y a plus de secret sur l’entrainement, tout est dans un bouquin, mince, moi qui aimait le côté secret de la chose. Les vieilles recettes de vieux routiers.
    Je rigoooooole, merci à Guy Thibault que je retrouve tous les mois dans Top Vélo.
    Finalement en parlant simplement, le scientifique de la chose m’est compréhensible.

    Merci

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  3. Zut
    Soumis le 18 février 2012 à 5:42 | Permalien

    Pas de magie…
    🙁
    Mais tout un outil de travail, ces courbes…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  4. Alain
    Soumis le 18 février 2012 à 7:41 | Permalien

    Pas facile de s’y retrouver dans tes explications de la séance ultime:
    Plusieurs erreurs: … « Chacune des 9 séries du premier bloc » il faut lire  » chacune des 3 séries du premier bloc ». Car on parle de 3 séries de 3 fractions d’effort pour 9 fractions d’effort par bloc.

    « à intensité très faible entre les séries ». Il faut lire « à intensité très faible entre les blocs »

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. schwartz patrick
    Soumis le 19 février 2012 à 5:58 | Permalien

    En aucun cas je ne dénigrerais cette méthode d’entrainement; elle doit être éfficace, doit avoir
    ses défenseurs,mais j’aimerais bien savoir, proportion-nelement, combien de coureurs amateurs de haut niveau et de cyclosportifs la suivent,en pourcentage …
    Moi, j’ai un petit circuit,route étroite très sympa dans des vignes et vergers de 11 km avec 5 petites bosses que je monte petit braquet et progressivement je mets plus gros jusqu’à me faire bien « mal ».25 KM
    pour y accéder, être bien chaud et 25km pour le retour au calme; si tu veux suivre l’EPIC à la lettre, çà me semble compliqué et lassant, mais bon,je ne juge pas , chaque méthode a ses adeptes, les pragmatiques et les instinctifs ,et je suis dans la 2e catégorie !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. thierry mtl
    Soumis le 19 février 2012 à 2:19 | Permalien

    demi-hors sujet :
    Première sortie à Montréal hier. Wow ! mi-février, 2 degré, parcours sec sur le Mont-Royal.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. schwartz patrick
    Soumis le 19 février 2012 à 4:32 | Permalien

    à thierry mtl

    l’autre demi hors sujet:
    hier,18/2 à Strasbourg,France,6 degrés,15e sortie de l’année, 90 bornes…,(je ne me moque pas),tu seras en
    forme pour le Tour, moi pour les classiques, là,je rigole!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. Zut
    Soumis le 19 février 2012 à 9:15 | Permalien

    @ thierry mtl

    T’es pas sérieux …

    À Québec, nous sommes encore dans le « beat » du Carnaval… Et c’est blanc partout…

    @ schwartz patrick

    Tout est dans le fait que l’entraînement EPIC soit systématique. Ce que ton circuit « d’intervalles » semble représenter.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. Marmotte
    Soumis le 19 février 2012 à 9:53 | Permalien

    Question d’entraînement…

    Je suis remonté sur le Tacx cette semaine… après environ 4 mois d’inactivité absolument totale (fracture cet automne, et manque de motivation cet hiver une fois la fracture réparée…).

    Ce soir, test de PMA. Dernier pallier complété, en pédalant assez carré d’ailleurs sur la fin: un maigre 320W, et ce malgré 75kg, avec une fréquence atteinte de 185/min (ce qui est normal pour moi, mon max étant d’environ 195 au sprint). Bilan, 4,25w/kg. Ouf… Je n’ai pas de valeurs de référence dans le passé pcq le home trainer avec wattage c’est nouveau pour moi.

    Trois questions:

    1) Est-ce catastrophique ? Je délaisse le vélo ?

    2) Considérant que ça fait vraiment 4 mois que n’ai fait AUCUNE activité physique (monter deux étages d’escaliers étant le maximum absolu), quel est l’amélioration possible à partir de ce score vraiment de « base ». J’ai plutôt des qualités de puncheur que de rouleur ou grimpeur (i.e. que la PMA n’est probablement pas mon point fort).

    3) Quel entraînement me suggérez-vous, outre les séances EPIC que je vais essayer 2-3 fois semaine tel que suggéré par le précédent article.

    Merci de votre input.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  10. tom
    Soumis le 20 février 2012 à 4:16 | Permalien

    C est pas catastrophique pour une marmotte

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  11. Etienne
    Soumis le 20 février 2012 à 11:38 | Permalien

    ….l’EPI donne toujours de meilleurs résultats que son contraire, l’entraînement continu; toujours!….

    J’aime bien l’entrainement continu pour entrainer le mental.. notamment pour un long contre la montre, garder la position pendant plus d’une heure, entrainer l’endurance respiratoire et aussi garder la concentration pour maintenir une intensité élevé.

    my2cents

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  12. schwartz patrick
    Soumis le 20 février 2012 à 12:59 | Permalien

    @ zut

    tu as raison,mon circuit semble être tout à fait
    monotone mais il n’en est rien, c’est mon micro « Tour
    des Flandres », et surtout il n’est pas le seul circuit,
    j’ai des coins bien valonnés autour de chez moi dont
    mon circuit de 100 bornes un peu « montagnes russes » qui
    marque un peu le début des choses sérieuses après le foncier !ce que je n’aime pas dans l’épic,c’est être
    dépendant du compteur, du cardio,du chrono, les yeux rivés sur les écrans en efforts quasi constants,
    l’esprit trop braqué « calculs mathématiques » et pas
    assez « libre,fun,rebelle,impro »; mais je pense que dans
    la plupart des cas, la forme dépend d’une rigueur que
    j’ai du mal à adopter même après de longues années de vélo …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  13. Zut
    Soumis le 20 février 2012 à 10:25 | Permalien

    @ schwartz patrick

    Si cette formule te convient, super ! Elle a l’air bien d’ailleurs.

    Toutefois, afin de provoquer les adaptations désirées, un travail imposé, de façon systématique, sera davantage bénéfique qu’un travail plus ou moins aléatoire.

    Évidemment, il y a le climat. Ici, au Québec, nous sommes enfermés du mois de novembre à mars, tentant bien que mal de conserver un certain état de forme sur le TACX. L’EPIC permet de ne pas tomber en dépression…
    8)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  14. schwartz patrick
    Soumis le 21 février 2012 à 12:27 | Permalien

    @ Zut + les autres!

    Plusieurs choses:
    je pense évidemment qu’il y a des catégories d’âges différents dans ce blog ;nous sommes « égaux »,devant Dieu mais pas devant le cardio !!!
    Du fractionné type « EPIC » c’est bien entre vingt et di
    sons quarante cinq ans, après, c’est de plus en plus difficile ces charges de travail que l’on s’impose,le
    coeur, la récupération, je ne vous apprends rien,çà
    marche mieux à trente ans qu’à cinquante trois pour moi !même si je suis sec, j’ai la pêche et … les cheveux longs, l’âge n’est pas toujours mon meilleur pote! vous verrez un jour, le « vieux » vous le dit…
    C’est pourquoi nos opinions sont faussées vu nos différences ; mais pour un coursier de la trentaine ambitieux et avide de progression,l’EPIC, c’est sûr, c’est indispensable!
    Maintenant, évidemment, sur ton « TACX »,par ces longs
    mois d’hiver canadien, c’est d’autant plus excellent que c’est pratique! Encore une différence ,moi français,toi canadien, eh oui,le climat ….
    A ce propos, si vous avez tant de neige et de froidure,
    pourquoi ne vous éclatez vous pas plus en ski de fond
    classique ou skating? D’ailleurs, je ne comprends pas
    l’absence en haut niveau des fondeurs de votre continent !
    Et puis Hushovd, Boasson Hagen,Coppel sont adeptes de cette discipline et préparation et çà a plutôt l’air de bien leur réussir; je crois bien que je me régalerais chez vous !alors ???

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  15. zut
    Soumis le 21 février 2012 à 1:21 | Permalien

    @ schwartz patrick
    8)

    Au contraire, il y a beaucoup de cyclistes qui se transforment en fondeur l’hiver, et vice-versa… Pour ma part, je débute à vélo alors j’ai du rattrapage à faire…

    Watch-out Alex Harvey au courant des prochaines années ! Au début de la vingtaine, il fait déjà parti du top 10 au classement général de la Coupe du Monde (7ème) cette année avec son ami Kershaw qui figure troisième je crois…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  16. schwartz patrick
    Soumis le 21 février 2012 à 3:15 | Permalien

    @ Zut

    oups, désolé,je suis puni et condamné à finir demain mon premier cent bornes de l’année … je vais suivre les fondeurs canadiens de plus près …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  17. schwartz patrick
    Soumis le 22 février 2012 à 11:24 | Permalien

    @ Zut, alors!

    c’est fait,mes 100 bornes de punition,en fait,ciel bleu,soleil,8°, pas beaucoup de zef,j’ai un peu les « grosses cuisses »,mais après midi superbe …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  18. Louis F.
    Soumis le 22 février 2012 à 2:20 | Permalien

    Merci Laurent pour les précisions au sujet de l’EPIC.

    J’ai lu le livre de Guy Thibault que je trouve très bien fait et surtout pratique à cause de sa simplicité.

    Par contre, je suis déçu que GT ne fournisse aucune balise objective quant à la puissance à utiliser pour les fragments d’effort et de récupération. « Intensité élevée » et « intensité très faible » demeure TROP subjectif. Ceci est d’autant plus surprenant lorsqu’on voit avec quelle précision il détaille la durée des intervalles.

    A l’heure où tout le monde parle de PAM et que plusieurs ont accès à un wattmètre lors de leur entraînement, je me serais attendu à ce que la formule « ultime » précise un niveau d’intensité en pourcentage de PAM par fragment d’intervalle comme pour les autres exemples du livre de GT.

    Et si ce n’est pas possible de fournir cette information alors il serait intéressant de savoir pourquoi.

    Louis
    Québec

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  19. Sébastien
    Soumis le 22 février 2012 à 4:19 | Permalien

    D’accord avec le commentaire précédent.

    L’intensité doit-elle se mesurer avec un wattmètre ou un cadencemètre (il me semble qu’on peut produire 350 watts avec des fréquences de pédalages très différentes) ou un cardiofréquencemètre ?

    Lors d’une séance de Tabata par exemple, ma fréquence de pédalage décline sur le 2-3 dernières séries (15 pdm en moins environ) donc mes watts baissent mais mon cardio reste scotché à 95% de FCM. Quel est donc l’indicateur d’intensité ?

    Merci pour vos éclaircissements

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  20. Soumis le 27 février 2012 à 10:58 | Permalien

    Salut,

    Merci beaucoup pour ce super interview. En plus de proposer des nouvelles méthodes de développement de la PMA, son approche dans le positionnement d’un plan est intéressante. Habitué à la méthode Grappe qui privilégie la montée en puissance au cours des cycles ( I2+I7,I3, I4,I5), cela me semble une bonne approche de développé la PMA sur un organisme encore frais. J’ai donc essayé avec mon SRM. Pour répondre au question de %de PMA j’ai procédé ainsi: (3×3(40s@110%PMA /20s@60%PMA)2min@40%PMA)+ (3×3(30s@120%PMA@/30s@60%PMA)2min@40%PMA) +(3×3(20s@130%PMA/40s@60%PMA) 2min@40%PMA). Les 9 premières répétitions avec la récup de 20s sont très difficile. Ensuite ça va mieux mais la fatigue s’installe et la fin est pas facile tout de même. En tout cas je sens vraiment une belle différence de fatigue par rapport à du 1/1 ou 30/30 @ 100PMA traditionnel. A suivre si je peux au moins gagner 30 watts ainsi 🙂

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  21. barbaron
    Soumis le 8 décembre 2012 à 1:31 | Permalien

    bonjour,
    j’apprécie les thèses et les point de vue exposés par Guy Thibault dans son livre « Sport d’ endurance entrainement et performance » : c’ est un bon résumé d’ une méta-analyse des méthodes d’ entrainement.
    Cependant, un détail important est signalé « en passant »,sans qu’il y soit apporté le moindre justificatif physiologique.
    Page 35, on peut voir une recommandation concernant la
    « distribution du temps d’ entrainement selon l’ intensité
    relative de ce dernier ». Je résume : il serait souhaitable de passer plus de temps entre 80 et 110% PAM
    et moins vers 50%. »l’ idéal est d’ avoir déja fait du LSD (..) et de miser davantage sur l’ entrainement intermittent ». Très bien. Mais pas la moindre justification. Or la courbe proposée est en 50% en LSD.
    est-ce pour la tradition? bon pour les mitochondries? Bref, on reste sur notre faim, alors que cela semble être fondamental, même si on n’ est plus au temps du docteur Van Aaken ni de Arthur Lydiard.
    Merci de m’ éclairer.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  22. barbaron
    Soumis le 11 décembre 2012 à 1:27 | Permalien

    bonjour,
    je tiens à rassurer les « vieux » sportifs ( d’ailleurs je ne sais pas pourquoi je mets des guillemets : le grand âge n’ est ni une tare, ni un handicap, même à plus de 70 ans). J’ ai déja dit à quel point le livre de Guy Thibault, me semblait l’ un des plus scientifiques actuellement sur le marché; et je voudrais m’ inscrire en faux, concernant l’ impossibilité pour ceux qui n’ont plus 30 ans de tirer profit des courbes proposées par GT.J’ ai fait pour la 1-ére fois hier, une séance no. 100 dite « ultime ». Bien sur, je l’ ai légèrement adapté: au lieu de 3x3x3 j’ ai fait 3x2x3 , mais j’ ai gardé le niveau d’ effort : PMA – 10% , PMA et PMA + 10%
    ( la valeur absolue n’ a aucun intérêt , seul le niveau de stress par rapport aux capacités du moment,importe)
    Résultat : c’ est difficile mais pas plus que beaucoup d’ autres entrainements que je choisis.
    Par ailleurs, et je me fait la l’ interprète de GT, c’ est volontairement, parcequ’il est un scientifique et non un gourou, qu’ il ne précise pas de manière trop précise le niveau des phases de récupération. Afin que chacun puisse adapter chaque entrainement à ses besoins personnels; il faut qu’ on puisse faire fluctuer un certain nombre de paramètres autour d’ un caneva qui nous est fourni:
    L’ entrainement restera toujours un subtil mélange d’ art et de science.
    L ‘ancien.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

One Rétrolien

  1. […] du modèle EPIC de Guy Thibault […]

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!