Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Giro: il protagonisti

Après deux jours de silence dû à une charge de travail exceptionnelle, La Flamme Rouge reprend du service normal.

La 99e édition du Giro d’Italia – l’une des plus belles courses cyclistes au monde – s’élancera samedi des Pays-Bas.

Au menu de Messieurs les coureurs, 3 463 kilomètres à parcourir, 6 arrivées en altitude, 61 kilomètres de chrono, et trois jours de repos.

Petit tour de la courte liste de protagonistes pour la victoire finale.

Vicenzo Nibali. Vainqueur des trois grands tours (Vuelta 2010, Giro 2013 et Tour de France 2014), le Requin de Messine a la pression cette année afin de reconquérir une grande course par étape après son échec l’an dernier. Je crois qu’il sera motivé sur ce Giro surtout parce qu’il joue… sa valeur marchande sur la scène des transferts, étant évident que son avenir chez Astana est loin d’être assuré compte tenu de la montée de Fabio Aru. Ce Giro plutôt montagneux devrait lui convenir, surtout si la météo est dégradée.

Alejandro Valverde. L’omniprésent champion espagnol découvre le Giro à 36 ans. Il est en forme et ce Giro constitue un grand objectif de sa saison. Il ne présente qu’une seule victoire sur un grand tour, la Vuelta en 2009. Ce Giro montagneux pourrait cependant lui jouer des tours, lui qui aime monter au train et qui n’a plus, en haute montagne, la giclette que peut avoir un Nibali par exemple.

Rigoberto Uran. 29 ans aujourd’hui, il terminait en 2012 meilleur jeune du Giro. Excellent rouleur, il pourra creuser des écarts sur les grimpeurs lors des chronos de ce Giro, mais c’est en haute montagne qu’il devra résister à ses adversaires. Concernant Uran, ses limites sont assez inconnues et ce pourrait être l’invité surprise sur le podium.

Tom Dumoulin. 25 ans seulement, le formidable rouleur a prouvé l’an dernier sur la Vuelta qu’il pouvait également résister aux meilleurs grimpeurs. S’il a manqué d’énergie sur les derniers jours de la Vuelta l’an dernier, il s’amène sur ce Giro avec un plus gros capital expérience et je pense qu’il sera très dangereux pour le général, malgré une équipe assez faible.

Ilnur Zakarin. Très en vue récemment, ce jeune coureur (26 ans) ne cesse de surprendre. Il roule, il grimpe, il résiste longtemps sans plier, ses limites sont carrément inconnues. Son équipe Katusha se présente avec des coureurs d’expérience à même de l’épauler s’il devait revêtir le maillot rose.

Steven Kruiswijk. Cet excellent grimpeur néerlandais semble toujours bien faire sur le Giro, et surtout durant la 3e semaine. Compte tenu des difficultés de ce Giro, on ne peut l’éliminer de la liste des favoris, même si on sait très peu de choses sur sa condition physique actuelle. Les chronos pourraient cependant lui faire perdre du temps.

Esteban Chaves. 5e du Tour d’Espagne l’an dernier, le coureur colombien s’affirme comme une valeur sûre sur les grands tours et continue de progresser. Il peut prétendre à une place sur le podium sur ce Giro si les circonstances de course lui sont favorables.

Mikel Landa. LA révélation du Giro l’an dernier, ce coureur surprend par son aisance en montagne, par sa puissance. Désormais leader d’une équipe, et pas la moindre (Sky), il dispose d’équipiers pour lui venir en aide en tout temps sur ce Giro, ce qui fera une grande différence. Après un début de saison plutôt lent, il a montré des signes évidents d’une excellente condition physique récemment, condition qui devrait continuer de s’améliorer sur ce Giro. Il devrait être très très fort en 3e semaine et je pense qu’il sera l’adversaire principal de Nibali et Valverde pour le maillot rose. À seulement 26 ans, il a la jeunesse de son côté.

Bref, plusieurs coureurs de 26 ans parmi cette courte liste de favoris, et qui voudront détrôner la génération des Nibali-Valverde. Ces derniers voudront pour leur part prouver qu’il faut encore compter avec eux et qu’ils ne sont pas prêts à passer la main… Ce Giro devrait être très excitant!

Partager

Précédent

Le cyclisme anglais dans la tourmente

Suivant

Giro: la quête de Fabian Cancellara

16 Commentaires

  1. LaVoitureCaPue

    – Nibali sur le declin. N’a rien montré cette année. Ca sent le sapin pour sa carrière.
    – Valverde pas tout jeune non plus. IL a démontré qu’il pèche toujours en 3° semaine. Il en sera tout autant sur ce tour,y ‘a pas de raison de mieux récupérer en vieillissant.
    – Uran. Franchement je comprends pas.IL n’a jamais rien fait. C’est un lieutenant.
    – Dumoulin. 1 pièce sur lui. Surtout avec pas mal de CLM.
    – Zakarin. L’inconnu chaudière. Pourquoi pas.
    – Landa. 1 pièce aussi.
    – Chaves 1 pièce sur le podium.
    – Majka 1 pièce sur le podium.

    C’est tout de même assez indécis. Aucun grand leader. Des « vieillissants » et des « jeunes ». Je m’attends à bcp de surprises.

    0
    0
  2. LaVoitureCaPue

    oui c’est vrai j’suis dur avec uran…

    0
    0
  3. A.F.

    Mikel Landa va malheureusement écrasé la concurrence.
    Payez vous les images du Trentin et « admirez » cette « surpuissance ». Il a une jambe de plus que tout le monde.

    0
    0
  4. Tchmil

    Un résultat passé inaperçu ce week-end mais qui annonce un grand champion.

    Adrien Costa, franco-américain, a remporté la semaine dernière le Tour de Bretagne cycliste, sorte de révélateur des espoirs du World Tour de demain.

    Sauf que le coureur de l’équipe Axeon n’a que 18 ans et vient de sortir des rangs juniors. Qu’il ait gagné cette course passe encore, mais la façon dont il s’est emparé du maillot de leader et surtout l’a conservé 4 jours durant (sans une forte équipe US par dessus tout) amène beaucoup de promesses.
    D’ailleurs les observateurs en Bretagne, assez avares de comparaisons, ont revu Greg Lemond quelques décennies auparavant : même attitude sur et en dehors du vélo, même plaisir et recul à vivre sa passion.

    Bref allez voir ses interviews et les résumés de la course, et jugez-en vous-mêmes.

    Mais moi, j’y crois vraiment en cet Adrien Costa !

    0
    0
  5. Hey Laurent, tu voulais écrire « i protagonisti » peut-être ? 😉

    0
    0
  6. @nikko,

    « Il » ou « i », je t’avoue que mon italien s’améliore mais n’est pas encore au point… Je pensais que c’était « il » au pluriel.

    0
    0
  7. thierry (mtl) bécyk

    Uran est trop imprévisible et me paraît sur un déclin progressif depuis qqs années. C’est pas avec la Cannondale que ça va s’améliorer. Chez Cannondale, tout le monde plafonne depuis 2 ans. Je ne sais pas ce qui se passe dans cette équipe (le diable s’en doute…), mais tout leur « prospects » stagnent prématurément.

    0
    0
  8. mica

    Je ne connais pas cet Adrien Costa , que tu nous présentes Tchmil ( amméricain, franco.. portugais? )
    Il ne faut tout de même pas s’enflammer, on a tant vu d’ espoirs de moins de 20 ans se bruler les ailes( à grands coups de développements démesurés par exemple) que l’ on se doit de rester prudent, ce serait par ailleurs à ses directeurs sportifs de le maintenir dans une certaine prudence, voire une saine modération! Espérons cependant l’ éclosion d’ un grand champion comme il devrait y en avoir de par le monde, plutôt que les post 35 ans qui tiennent le peloton (Espagnols, Italiens, Français….)

    0
    0
  9. mica

    Je me permets de compléter mon intervention(7n en disant que parmi les  » ratages » de ces dernières années il y a le Norvégien Boasson Hagen, finalement souvent décevant et même dans une certaine mesure P. Sagan , devenu le spécialiste d’ un seul type d’ épreuve( genre Tour des Flandres) et non le coureur « généraliste » que l’ on espérait il y a 5 ou 6 ans.
    A propos de modération, concernant le jeune Costa, j’ ai lu son programme futur et cela me fait peur pour lui. (infiniment trop chargé.) cela me fait penser a quelque chose, j’ espére qu’ il n’ a pas de moteur?( humour)
    au fait, que sont sa taille et son poids, car s’ il avoisine les 75Kg à 18 ans, son avenir n’ est pas assuré, mais au vu de queques photos, il semblerait que ce ne soit pas le cas! Mais, hormones+ musculation+ très gros braquets nous transforment souvent un échalat en bouledogue….bien que ce ne soit pas trop dans l’ air du temps de prendre du poids en cyclisme, mais il y a des contres exemples. Voir les 2 cités ci avant…

    0
    0
  10. L'orignal

    Adrien Costa a remporté avec grand panache le Tour de l’Abitibi l’an dernier, tout seul comme un grand puisqu’il a réussi à reprendre la tête du classement général en échappée quasi solo pendant une bonne partie de la dernière étape, devant sa propre équipe qui chassait (le maillot de leader etait porté par un de ses coéquipiers). Les visages étaient longs sur podium final, mais quel numéro! Impressionnant ce jeune. Le dernier qui m’avait paru aussi fort en Abitibi était Lachlan Morton, gagnant aujourd’hui au Tour de Gila et qui a quitté le circuit World Tour par choix personnel.

    0
    0
  11. thierry (mtl) bécyk

    Zakarin (Katusha) est assez polyvalent pour ce genre de parcours. L’organisation du Giro soutient beaucoup le cyclisme Russe pour des raison financières et la victoire de Zakarin compenserait un peu une défaite de Nibali.

    L’équipe Rus-Gazprom fera des étincelles. C’est de là que sortira la surprise de ce Giro.

    0
    0
  12. alain39

    Depuis des années je suis incapable d’identifier les futurs champions.
    Combien de supers amateurs ou juniors n’arrivent pas à confirmer au niveau pro?
    La France a toujours eu un bon niveau amateur mais ne produit plus de super champions.
    Au contraire on voit apparaître des nations au top des classements avec des coureurs relativement anonymes qui passés pros deviennent des cadors.
    Il est loin le temps où des coureurs étaient identifiés comme des champions en devenir avant de passer pro.
    Lemond détecté par Guimard qui accompagné de Hinault était allé signer son contrat aux USA est le plus bel exemple.
    Quand on lit les reportages sur la Sky on comprend que la détection n’est plus une piste privilégiée. On ne voit pas les Brailsford et autres écumer le circuit amateur.
    Ces grandes équipes fabriquent des champions sans les rechercher. Il est mis en avant la technologie, les entraînements, les stages, le matériel (plateaux ovales) pour expliquer les résultats.
    On nous explique après que ces coureurs ont un physique exceptionnel mais pourtant personne ne fait les recherches en amont.
    Des coureurs moyens deviennent des mobylettes en quelques mois.
    Prenons le cas de Zakarin (26 ans bientôt 27): suspendu pour dopage en 2009 alors qu’âgé de seulement 20 ans (anabolisant, excusez du peu), il revient chez Katusha (équipe continentale), n’est pas retenu en 2013 et part chez Rusvelo pour revenir en 2015 chez Katusha. Depuis il a fait un sérieux bon en performance. On constate que rien n’est programmé. Il n’a pas dû être identifié comme un super coureur à son arrivée chez les pros sinon il aurait intégré dès le départ un top team.
    Des exemples comme ça on en a plein sans parler des vieilles chaudières qui à plus de 35 ans continuent à dominer.
    Prenez le cyclisme espagnol qui en 90-2OOO sortait plein de futurs champions et qui maintenant ne sort plus aucun jeune espoir et doit ses résultats à quelques vieilles chaudières au passé trouble.
    Ce cyclisme s’est éloigné de ses valeurs ancestrales qui mettaient la détection de champions au rang des priorités. Je me rappelle de courses où tout le monde savait que tel représentant d’une équipe pro était présent et venait en repérage. Ces courses là étaient très disputées et souvent des coureurs tentaient des échappées et dynamitaient la course dès le départ.
    C’est comme ça que Hinault, Lemond, Fignon, Roche, Anderson, Bouvatier et plein d’autres ont été identifiés par les grandes équipes françaises de l’époque. Ils intégraient ces équipes avec un plan de progression sur 3 ans. Les coureurs étaient au centre du système et les équipes faisaient des investissements long terme. La progression de ces coureurs était suivi par les aficionados et quelque part on arrivait à prédire les futurs protagonistes des grands tours et classiques.
    Je pose la question: qui est le grand espoir (coureur de moins de 22 ans) des équipes Tinkoff, Sky, Astana, BMC et autres? Pour ma part je ne sais pas et concernant Adrien Costa je ne tirerais pas de plan sur la comète.

    0
    0
  13. mica

    Alain 39 : encore une fois assez d’ accord avec toi, par contre Bouvatier….?
    Oui pour Costa, restons très prudents, tant d’ espoirs ont déçu cruellement, tant de ratages que l’ on doit étre très prudent; il y a de plus tellement de facteurs qui entrent en jeu. Un athlète peut étre « mur » a 18 ans et ne plus progresser par la suite, et pour peu qu’ il prenne quelques kg en plus
    (pour une raison + ou- avouable) on le voit même régresser ou devenir « spécialiste » de certaines catégories de courses.
    Selon moi le prototype de très jeune champion qui a absolument réussi,et de quelle maniére, c’ est E. Merckx (champion du monde amateur à 18 ou 19 ans); cet immense champion n’ a jamais déçu et quel panache, quelle soif de victoires…je ne dirai pas, certes, qu’ il n’ a pas gouté aux joies de la  » dope », mais comme tout un chacun , jadis ,naguére, et maintenant.
    Alors souhaitons à Costa, le meilleurs, mais ses directeurs sportifs devraient étre prudents pour lui…. dans tout les domaines…. point trop de piqures, point trop de courses, point trop de braquets abusifs…. Alors peut ètre …..

    0
    0
  14. Tchmil

    Si je sens un grand avenir à Costa c’est bien pour les raisons que vous avancez :

    son programme est adapté pour son âge, pas trop lourd cette année.
    Il est drivé par Axel Merckx et son choix d’équipe s’est fait en fonction ; Axeon est reconnue dans ce sens.

    Le Tour de Bretagne est une épreuve reconnue à ce niveau, plus pour des coureurs de 20 ans et +. Lui n’a que 18 ans.
    Aucun coureur n’a fait cette impression chez les suiveurs de cette épreuve.

    Impression confirmée par L’Orignal dans son commentaire sur le Tour de l’Abitibi.

    C’est le propre des échanges que d’apporter son opinion de là où on est… et de l’Abitibi jusqu’en Bretagne on peut dire qu’Adrien Costa a marqué les esprits.

    0
    0
  15. mica

    Très bien Tchmil, acceptons en volontiers l’ augure et souhaitons le meilleurs pour Costa.
    Je suis en tout cas rassuré qu’il soit drivé par Axel Merckx, c’ est un gage de sérieux ( et je ne plaisante pas). Dans le cyclisme Américain, il aurait pu tomber pire … Hincapie..par exemple…
    Nous allons en tout cas le suivre dans les mois a venir

    0
    0
  16. Cet article est ancore actuelle!Je te fait mes compliments.
    Seulement une petit correction: en italien on dit i
    protagonisti, pas il protagonisti. « il » est singulier.

    http://cyclingimpressions.blogspot.it

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.