Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Contrôles antidopage Astana sur le Tour: l’AFLD sonne l’alarme

Il y a des matins comme ca: une mini-bombe éclate dans le cyclisme, tout le monde est surpris et ma première réaction est "bof"… Aucune surprise. Comme si je savais déjà tout ca. En fait, ma surprise est ailleurs: ce nouvel événement me prouve hors de tout doute que le livre "Le sale Tour" est probablement dans le vrai et que Walsh et Ballester ont réalisé là un excellent travail de journalisme d’enquête.

L’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) vient de publier un rapport accablant pour l’UCI, rapport portant sur la conduite des contrôles anti-dopage sur le dernier Tour de France. Rappelons que ces contrôles étaient sous la responsabilité de l’UCI et non de l’AFLD comme en 2008, année où avaient éclaté plusieurs scandales, dont ceux de Ricco-Piepoli, de Kohl. L’UCI avait repris la responsabilité de la lutte contre le dopage sur le Tour grâce au "traité de paix" signé entre la nouvelle direction d’ASO et l’UCI, cette nouvelle direction d’ASO ayant la volonté de stopper les scandales de dopage lors de l’épreuve phare du cyclisme, estimant que cela nuisait trop à son image de marque. La nouvelle direction d’ASO n’a par ailleurs pas hésité à limoger ceux qui osaient s’attaquer de plein front au problème, notamment Patrice Clerc, ex-président d’ASO, congédié en décembre 2008.

Dans ce nouveau rapport envoyé aujourd’hui à l’UCI, à l’AMA mais aussi à ASO ainsi qu’aux ministres français des sports et de la santé, l’AFLD conclut notamment que l’équipe Astana d’Alberto Contador et de Lance Armstrong ont reçu sur le Tour 2009 un "traitement de faveur", le protocole des contrôles étant pour le peu laxiste. Refus des escortes de l’AFLD pour empêcher que les coureurs s’administrent rapidement des diluants sanguins, délais trop longs entre l’annonce du contrôle et le contrôle lui-même, mauvais entreposage des échantillons sanguins prélevés (on croit rêver!), annonce à l’avance des contrôles du lendemain, la liste est accablante.

Pour compléter le tableau du jour, la police française révèle aujourd’hui avoir discrètement "fait les poubelles" des équipes professionnelles sur le dernier Tour de France. Les trouvailles sont très intéressantes, plusieurs produits dopants ou masquants et ne faisant l’objet d’aucune autorisation d’importation en sol français (donc les équipes les avaient cachés) ayant été trouvés.

La suite ? Elle est simple et déjà prévisible. Je m’attends à ce que l’UCI porte ce nouveau rapport très embarassant pour elle dans l’opinion publique. L’UCI va s’attacher à démolir non pas les conclusions du rapport, mais bien l’image de l’AFLD qu’elle accusera de vouloir se venger de l’UCI pour la perte des contrôles du Tour. Lance Armstrong va évidemment s’en mêler, mais plus tard (il va d’abord laisser son ami McQuaid essayer de régler le problème en allant au baton), et rappeler qu’il fut un des coureurs les plus contrôlés sur le Tour 2009 et qu’il est propre à 100%. Il dira que l’AFLD entretient une vendetta à son égard et à l’égard de son équipe et il se servira du contrôle inopiné du mois de mars dernier comme preuve.

La vérité ? Elle est partiellement disponible, on peut en saisir beaucoup d’éléments en tout cas dans le livre de Walsh et Ballester. La vérité, c’est que l’UCI continue de protéger les coureurs cyclistes et n’a aucune crédibilité dans la lutte contre le dopage, étant en conflit d’intérêt flagrant entre deux objectifs contraire, le développement du cyclisme et de son image et la lutte contre le dopage, justement destructeur de l’image de marque du cyclisme.

La vérité, c’est que Pat McQuaid avait déclaré AVANT le Tour de France 2009 qu’il n’y aurait pas de scandales de dopage sur la course (propos tenus au départ d’une étape du Tour de Californie en janvier 2009). Le rapport publié aujourd’hui par l’AFLD nous montre seulement comment il s’y est pris pour atteindre cet objectif.

La vérité, c’est que l’UCI et ASO ont garanti à Lance Armstrong un retour sans problème sur le plan du dopage, ces deux organismes ayant cruellement besoin du champion américain pour relancer le cyclisme, un sport mis à mal depuis 4 ans avec les scandales Landis, Basso, Ullrich, Mayo, Sinkewitz, Dekker, Petacchi, Ricco, Sella, Schumacher, Rasmussen, Kohl, Vinokourov, Kaschekin, DiLuca et bien d’autres encore.

Partager

Précédent

Début de la saison de cyclo-cross

Suivant

Le défi La Flamme Rouge

21 Commentaires

  1. alain39

    Merci roger13 car c’est une information de 1er choix.
    En effet, le Monde n’est pas un journal qui fait dans le sensationel et qui généralement est bien documenté.
    Il est évident que depuis des mois Astana a bénéficié d’une protection de l’UCI qui refusé de lui retirer sa licence alors que les coureurs n’étaient pas payés depuis 2 mois.
    Qui plus est, le fric généré par la présence de Armstrong ne pouvait être gâché par un contrôle positif.
    Business is business.
    Une fois encore l’UCI se fourvoye et l’AFLD confirme son sérieux.
    Les intérêts en jeux sont énormes et ce à tous les niveaux. L’UCI qui vit de ce système n’a pas la volonté de combattre le dopage, partant du principe que c’est quelque part un risque et que la lutte va engloutir des montants colossaux.
    Le dopage s’est professionnalisé et les effets sont tellement efficaces que les coureurs sont contraints d’y recourir ne serait ce que pour terminer le tdf sans être totalement épuisé.
    Cette information sort le jour même où Rasmussen gagne une course au Mexique après 2 ans de suspension. Et devinez quoi??? un prologue. Les spécialistes apprécieront.
    Rien ne va plus dans la maison sport: les instances sont dépassées, les sanctions inefficaces, le corps médical est omniprésent, les enjeux financiers paralysent le système.
    Le dopage est devenu une prison dans lequel vit tout ce petit monde et personne ne peut y échapper sauf à sortir du système.
    Difficile lorsque c’est son métier et que les opportunités sont rares de rebondir dans un autre secteur d’activité.
    Le dopage a encore de beaux jours devant lui et avec l’avènement du dopage génétique nous allons assister à de sacrées métamorphoses au sein du peloton.
    Normal que dans ce monde décadent le repère et quelque part la valeur étalon soit Armstrong. Il est à son aise dans ce monde de compromissions et de mensonges.
    Qui mieux que lui peut représenter le cyclisme contemporain????
    Un cycliste espagnol. L’Espagne le neverland du cyclisme qui depuis 20 ans a trusté 9 maillots jaune avec 4 champions différents. Je ne vous parle pas de la vuelta où seul un russe survitaminé a réussi a stopper cette hégémonie.
    Pour être un champion cycliste aujourd’hui il faut soit être espagnol soit courir pour une équipe espagnole ou enfin être américain.

    0
    0
  2. colt seevers

    « la liste est accablante » J’ai cru comprendre qu’un photographe (sans doute un ami de lance armstrong) avait pris des clichés de lui pendant un contrôle sur le tour 2009. Que ce serait un bon moyen d’invalider la procédure. Au cas où. Hilarant d’être tordu à ce point.

    Les coureurs se trimballeront désormais avec un appareil photo dans la poche arrière du maillot « au cas où ».

    C’est vrai, j’ai la sinistre impression de « deja vu » prononcé à l’américaine, dans ce qui arrive ce matin. Un peu le même bof que la flamme rouge.

    Qui protége armstrong depuis le début? Depuis l’ascension pitoyable de facilité de Sestrières en 99 qui faisait rire les journalistes et rêver les… petits enfants? Les journalistes assoifés de success story? Le système tout entier avide de business?

    Ce qu’il est suspect de voir faire par un Riis, serait merveilleux de voir faire par Armstrong, un miraculé qui a toute une histoire hollywoodienne à raconter pour diluer les suspicions dans le pathos et qui s’habille en prada!

    C’est selon moi ce « public » le coupable, nous tous les responsables, dont les attentes (toujours démesurées dans ce domaine, penser au dopage amateur) elles mêmes dopées aux exploits déjà frelatés d’un Indurain, Ullrich, Riis ou d’un Pantani ont réalisé la mythologie Astana du tour 2009, un demi dieu à 100 de VO2 max.

    0
    0
  3. colt seevers

    j’adore les coms d’alain39. Mais la frontière du dopage génétique est franchie. Comment pourrait on obtenir 100 de vo2max sinon?

    Mais écoutez les parler, à les entendre il n’y aurait même pas 490 watts à verbier! « An absolutely false valuation: a cyclist weighing 62 kg develops less than 420w at such speed on that gradient. »

    0
    0
  4. bikelarue

    L’UCI doit protéger son sport car présentement il n’y a que le cyclisme qui subit une telle pression pour enrayer le dopage et ceci donne une très mauvaise image à ce sport.

    Toutes les fédérations ou associations protègent leur discipline or pourquoi faire différent avec le cyclisme vous allez tuer ce sport sinon.

    Pendant ce temps aucun commentaire sur la question de la cadence en cyclo cross…

    0
    0
  5. thierry mtl

    Le retour d’Armstrong semble même protégé l’ensemble de l’élite cycliste. Voyez l’absence de grosses prises (star) de dopage depuis son retour à la compétition. Comparez avec les trois années précédentes…
    Maintenant, un peu de complot… On annonce la réanalyse des échantillons du Tour 2008, qui s’est déroulé sans Armstrong. On en tasse quelqu’uns, on sabote encore la crédibilité du cyclisme mais on permet a Lance de s’approcher du haut du podium 2010 en suspendant des gars comme Schleck (?), Evans (?), Sastre (?).

    0
    0
  6. colt seevers

    Il y a aussi une sorte de jeu de whack a mole dans tout ça.

    Les uns, protégés, ayant leurs entrées là ou ça se préparent les contrôles antidopage, faisant bien boire le bouillon aux autres, les mettant hors course « sur tapis vert ». Ce serait pas mal de se débarrasser des espagnols et des italiens comme ça, non, mister armstrong? C’est plus facile qu’à la pédale… Et on peut régler ses comptes a posteriori avec ceusses qui n’auraient pas coopéré avec la mafia pendant la course…

    Je sous entends plein de choses que des spectateurs naïfs ne s’imaginaient même pas 🙂 Mais ça se passe comme ça et maintenant qu’armstrong est de retour ça va continuer longtemps…

    Guacamol au poulet. Retour fracassant de Rasmussen. Dans une équipe qui si elle a le temps de lui verser un salaire avant qu’il ne replonge pour dopage, ne lui offrira jamais les moyens régler les UN AN DE SALAIRE qu’il doit, comme ce voleur de vino, pour avoir signé la charte antidopage. Cet argent là ayant du faire l’objet de fraude ou d’évasion fiscale depuis longtemps, on s’en doute un peu…

    0
    0
  7. Bark

    La Vérité c’est que sans ASTANA dans le titre de l’article, ça aurait fait pshitt
    La vérité, c’est quand l’élément qui justifie le titre est connu depuis longtemps. Rien de nouveau sur ce contrôle qui a opposé UCI-AFLD
    La vérité, c’est que dans le rapport de l’AFLD, c’est plus la méthode UCI qui est critiquée(à juste titre) mais un gros titre avec ASTANA et LA fait mieux vendre.
    La vérité, c’est que si les contrôles ont été laxistes, c’est donc Tous qui ont eu un traitement de faveur.
    La vérité c’est que le ministère des sports français veut réorganiser l’AFLD et ce rapport tombe bien pour ses responsables.
    Je me demande toujours pourquoi ceux qui sont dégoutés par LA sont si accro.

    0
    0
  8. francisponch

    bin et alors ??????…sa c’est de l’info lol

    y’a plus d’actu en cyclisme, la saison est terminée, ET comme par hasard le monde a un dossier de la mort qui tue de derriere les fagots sortis par magie !!!!!

    voila de l’information spectacle a 2 balles avec pas grand chose qui ne fait que du buzz (et sa fonctionne tres bien) !!!!
    …J’adore l’article : c’est 3 pauvres phrases qui sont sortis d’un rapport de 10 pages…c’est pas avec ce genre d’article que le cyclisme va etre credible comme l’ecris si bien et a raison thierry mtl

    Rien de concret en ressors donc… IL FAUT DES VRAIS PREUVES contre les astana et pas 3 pauvres phrases qui sont sortis d’un rapport

    Pour resumer, c’est comme d’hab les gentils contre les mechants sur fond de « c’est nous les meilleurs » !!!…Je parie que l’UCI va denigrer le rapport..infondes…manoeuvre ..destalisation….patati patata..c’est des menteurs..patati patata…Armtrong innocent..patati patata !!!!…

    bref… je retourne a ma vaisselle et j’espere qu’un jour le Contador ou le Armstrong se feront pincer a un controle

    0
    0
  9. Thierry Lemaire

    Même avec des preuves accablantes il n’est jamais tombé. Pire, il est revenu quatre ans après comme si de rien n’était.
    Cet escroc s’en sortira toujours

    0
    0
  10. Roth Michel

    Il y a tout de même une question de bon sens que personne ne se pose:

    Pourquoi l’AFLD révèle-t-elle cette information seulement début octobre ?

    Car un Tour de France se déroule pendant 3 semaines. Il était donc très possible pour l’AFLD de taper des poings sur la table dès la deuxième semaine de l’épreuve.

    Alors de deux choses l’une:
    1) L’AFLD ne s’est rendu compte de rien de suspect pendant le Tour concernant ASTANA. Alors je dirai que cette agence, qui se targue de professionnalisme a failli à ses devoirs.
    2) Ou bien l’AFLD s’est bien rendu compte que les contrôles chez ASTANA n’étaient pas réguliers pendant le Tour, mais a tu l’information pour la divulguer seulement maintenant, pour des raisons probablement bassement inavouables. Dans ce cas aussi, c’est très grave pour la réputation de l’AFLD.

    Donc si cette affaire est véridique, non seulement l’UCI est discréditée, mais l’AFLD peut aussi mettre au placard sa réputation de meilleure agence de lutte contre le dopage.

    On a vraiment l’impression d’assister ici à une  »guerre des gangs » entre l’UCI et l’AFLD. L’AFLD devrait donc aussi brosser devant sa porte.

    0
    0
  11. legafmm

    rebellin et di luca se sont fait prendre cette année, dc on ne peut pas dire que les pointures ont été protégées cette année.

    quant au rapport de l’afld, il y a sans aucun doute un part de vérité, mais moi ce qui me choque, c’est pourquoi il a fallu attendre le mois d’octobre pour en informer les médias, pourquoi l’afld a t »il attendu aussi lgt, si il y avait de tels disfonctionnements, pourquoi cete affaire n’a pas éclaté pdt le Tour ?

    l’afld a dc été le complice de l’uci pdt le Tour, en laissant faire, je trouve cela inadmissible, Bordry doit être viré pour faute grâve, il a laissr faire sans rien dire, et pour ce dédouanner il balance 3 mois plus tard, c’est d’une lâcheté incroyable.

    0
    0
  12. alain39

    Virer Bordry serait faire un sacré cadeau à l’UCI.
    Nous sommes non pas dans la théorie du complot mais celle du piège.
    Imaginons que l’AFLD ait dénoncé durant le tdf ces manquements et bien elle aurait d’une part desservi l’image du tdf d’autre part manqué de preuves. Enfin, l’UCI l’aurait attaqué pour fausses allégations.
    Le bilan aurait été encore plus désastreux pour un résultat encore plus pitoyable.
    Le dopage scientifique est devenu un piège dans lequel se sont engouffrées tous les acteurs de ce sport.
    Difficile maintenant d’en sortir et ce d’autant plus que cette volonté n’est pas partagée.
    Tous les acteurs ont intérêts à ce que le cirque pro tour continue à tourner.
    Seule l’UCI si elle ocupait ses réelles fonctions (régulateur et non acteur) serait en mesure de prendre les décisions qui s’imposent.
    Mais voilà sa direction est plus préoccupée par l’appât du gain que par remplir sa mission première.
    Le dopage fait vivre bien trop de monde et génère des milliards. On parle de plus de 4 milliards de $ pour le sport mondial.
    Ajoutez à celà les encadrements, les organisateurs, les coureurs, les fédérations et autres instances et on se rend compte que c’est tout un système qui part en déliquécence.
    Alors faire porter le châpeau à la seule AFLD me semble incongru voir risible.
    Amstrong l’icône de ce cyclisme nous rappelle chaque jour que la communication l’a emporté sur le fond et que le sport est devenu un show-business.
    Les repentis et anciens dopés reviennent avec une histoire à vendre aux médias laquelle attire les foules et donc les sponsors.
    Le voyeurisme populaire est assouvi et pour peu que le spectacle soit distrayant alors là tout le monde y trouve son compte y compris les amateurs comme nous encore épris de sport.
    Le sport mondial est devenu un grand cirque, qui à l’image de l’empire romain se nourrit de sa propre décadence.
    Jusqu’où irons nous est la question qui me taraude???
    Car nul doute le châpiteau un jour se repliera sur les acteurs de cette pîtrerie et alors le sport renaîtra de ses cendres.
    Les réactions pitoyables de Mc Quaid attestent que ce n’est pas encore l’heure du grand déballage et que l’UCI ne souhaite pas s’attaquer au dopage.
    A sa décharge les fédérations d’autres sports ont adopté la même attitude et jusqu’à présent il faut reconnaître que tous les efforts fournis dans la lutte contre le dopage dans le cyclisme n’ont pas été couronnés de succès.
    La presse s’en fait ses choux gras et tous les efforts fournis ont été tournés en dérision.
    Elle est loin l’époque où sur les petites routes de ma région j’enfourchais mon vélo pour m’évader de mon enfance et donner un sens à ma vie par le dur apprentissage de l’effort physique.
    Une bifurcation a emmené nos roues sur le chemin plus perilleux du sport spectacle avec son pendant qu’est le dopage.
    Et dire que mon fils veut faire du vélo et que ma femme lui tient des discours dissuasifs.
    Tout le contraire de ce que j’ai vécu, la faute à la cupidité des uns, à l’ignorance des autres et en tout état de cause à une Société qui se vautre dans la compromission.
    Il ne reste plus que le sport virtuel de la Wii pour assouvir ce besoin d’évasion et de compétition qui hante l’esprit de tous les enfants de notre monde moderne.
    Bel héritage que nous laissons.
    Pour toutes ces raisons nous ne pouvons baisser les bras et à notre humble niveau continuer à décrier tous les effets du dopage ne serait ce que pour le bien de nos enfants.
    Nous leur devons bien ça, non??????

    0
    0
  13. legafmm

    bah justemùent, c’est pour cette raison qu’il fallait tout déballer pdt le Tour, quitte a l’arrêter par les pouvoirs publics parce que les contrôles n’étaient réalisé correctement, parce que des équipes se balladaient avec des produits dopants, non au lieu de ça on a laisser faire, on a fermé les yx, on s’est rendu complice de l’uci, d’arsmtrong et de leurs magouilles, j’aurait mille fois préférer arrêter ce cirque quitte a foutre un bordel monstre, mais au moins on aurait fait un gros pas en avt, là ce déballage ne servira a rien.

    0
    0
  14. colt seevers

    Comment faire foirer un contrôle antidopage? c’est par ici! http://www.20minutes.fr/article/352423/Sport-Comment-faire-foirer-un-controle-anti-dopage.php

    Alain39 ne perds pas espoir et offre un beau vélo à ton fils. Il y a une infinité de disciplines qui prépareront nos enfants au monde de pétrole cher qui arrive. Il faut préparer nos enfants à rouler à vélo de course, à randonneuse, à vtc, à vélo de femme, à bicross, à vtt, à vélo électrique, à vélo couché, à tandem, à trike, à vélo cargo. Voilà comment donner un sens à sa vie par le dur apprentissage de l’effort physique pour reprendre ton expression fabuleuse.

    On ne donne pas de sens à sa vie à secouer le poignet sur une manette.

    0
    0
  15. colt seevers

    Je crois que pas mal de commentateurs se fourrent le doigt dans l’oeil jusqu’au coude au sujet de la crédibilité de l’AFLD.

    C’est une bonne boite. Ils font du bon boulot.

    Ils ont seulement été couillonnés par l’UCI qui veut protèger la machine à fric. Sur ordre. De qui? bein le spectre est large quand il s’agit de beau, de bon, de vrai pognon pour ne pas citer une réplique du film l’orange mécanique… ça remonte même selon moi à Sarkozy dont on sait qu’il a ostensiblement donné son blanc seing à le présence d’armstrong sur le tour 2009.

    Une phrase du Monde de ce matin résume bien là où le bât blesse dans cette affaire…

    « A titre de comparaison, en 2009, où l’AFLD intervenait simplement en tant que prestataire de l’UCI, aucun cas positif n’a été déclaré, alors qu’en 2008, où elle était seule à effectuer les contrôles, pas moins de sept coureurs avaient été attrapés. »

    0
    0
  16. colt seevers

    pardon de spammer mais une autre phrase du Monde est éloquente:

    « Lors du Tour 2003, l’AMA avait dépêché des observateurs indépendants pour superviser la politique antidopage de l’UCI. Dans leur rapport, ces derniers avaient pointé un certain nombre de faiblesses qui se retrouvent dans celui de l’AFLD six ans plus tard, et émis des recommandations afin d’améliorer l’efficacité des contrôles. Le président de l’UCI de l’époque, Hein Verbruggen, avait dénoncé des « inexactitudes » et annoncé qu’il n’accepterait plus la présence des observateurs de l’AMA sur le Tour. »

    0
    0
  17. colt seevers

    Allez hop! un autre spam, pour regonfler le moral de tout le monde.

    « A chaque fois que je vois un adulte sur une bicyclette, je ne désespère plus de l’espèce humaine. H G Wells. »

    0
    0
  18. Bark

    Colt Seevers

    Imaginons l’AMA critiquer la démarches des autres fédérations, ça donnerait quoi?

    Je crois qu’en matière de lutte anti-dopage, l’UCI doit être N°1. Comme quoi, ailleurs c’est pire.
    Aller chercher une référence en 2003, alors que l’AMA évalue chaque année la politique anti-dopage…
    Mandard veut prendre la place apparemment laisée par Ressiot…
    En toile de fond, il y’a la lutte entre Bordry et le ministère des sports.

    0
    0
  19. alain39

    Cher Colt chacun essaye à sa façon de donner un sens à sa vie.
    Pendant des décennies nous avons été élevé avec le précepte que le sport est une formidable école de la vie en nous inculquant des valeurs saines basées sur l’effort.
    Si certains n’ont pas eu besoin du sport pour se construire tant mieux pour eux.
    Je ne fais pas partie de cette population.
    Le sport m’a aidé à construire pour partie ma personnalité et rien de mieux qu’une passion pour donner un sens à sa vie.
    Autre chose qui me pèse, c’est cette ambiance d’apocalypse avec tous ces gens qui nous brandissent la fin du monde. Lesquels comme Hulot ont passé la majorité de leur existence à gaspiller et continuent encore à le faire.
    Ton post Coltseevers me rappelle tout ce qui a été écrit dans la presse courant 2008 sur le pétrole cher et que jamais il ne redescendrait en dessus de 150 $ le baril. Les experts brandissaient même le seuil des 200 voir des 300 $.
    Un an après le baril ne décolle pas des 70 $.
    Avec le dopage il en va de même avec tous ces gens pour nous dire que c’est impossible d’éradiquer ce mal et qui ainsi cautionnent le système tout en faisant mine de s’en désintéresser.
    Cette sinistrose ambiante est pesante et devient même paralysante.
    Car ce qui a toujours fait avancer le monde c’est l’espoir, que ce soit au niveau des chercheurs, médecins, sportifs, politiques etc….
    L’espoir permet d’aller de l’avant et d’innover.
    Que ce soit la pollution ou encore le dopage il existe des solutions et ce qui importe est d’avoir la volonté de les mettre en oeuvre.
    Si il y a bien une chose que l’on apprend sur un vélo c’est la volonté.
    S’en prendre à l’AFLD ne me semble pas la solution quand bien même cette instance n’est pas irréprochable et a pu commettre des erreurs par le passé.
    Au moins elle a la volonté de tenter et semble animée d’une farouche volonté.
    L’AFLD me donne encore espoir de croire en une lutte plus efficace.
    Sentiment naïf pour certains mais que voulez vous l’espoir fait vivre.

    0
    0
  20. colt seevers

    L’uci fait du très mauvais travail sur le dopage.

    Tout le monde est censé croire qu’elle chapeaute le sport le plus surveillé alors que c’est juste le sport le plus sale…

    Elle a même repris en 2009 la sinistre habitude de trouver zéro cas de dopage sanguin dans le haut du classement général, comme à l’époque où armstrong dominait le tour.

    C’est devenu le sport le plus sale à cause du comportement infâme des dirigeants de l’UCI. L’oeuf et la poule. Il n’y aurait pas tant de linge sale s’il y avait une machine à laver en état de fonctionner.

    L’uci et l’antidopage c’est étendre les vêtements très sales sur le fil pendant deux ans sans laver les moins propres.

    AFLD et AMA lui ont fait panpan cucu deux fois, ça n’a rien changé.

    0
    0
  21. jeudecode

    A Roth Michel, Vous indiquez que l’AFLD a failli à sa réputation de meilleure agence antidopage parce qu’elle a attendu pour dénoncer les pratiques contestables de l’UCI. Mais, si je me souviens bien, son Président Bordry a justement dénoncé certaines anomalies des contrôles de l’UCI le 16 juillet, au 1er tiers du Tour, ce qui semble-t-il a permis de corriger certaines dérives.
    Ensuite, faire un bilan comme cela a été fait (cf. Le Monde), ne se fait pas en un jour. Il faut rassembler les témoignages, comparer avec ce qui s’est fait dans le passé, vérifier les règles avec l’AMA, etc. Sans un rapport professionnel, exempt d’erreur, l’AFLD se discréditerait.
    A noter qu’à cette date, soit deux semaines après la publication du rapport, l’UCI en cause n’a pas encore fait mention de la moindre erreur. Si le rapport en contenait, nulle doute qu’elle aurait porté les contestations sur la place publique.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.