C’est en descente qu’ils font désormais la différence!

Je sais pas vous, mais moi je me suis régalé des images du Tour de Lombardie samedi, en particulier dans le final autour de Como. Magnifique riviera entourant le lac de Come!

À une dizaine de kilomètres de l’arrivée, je croyais la course pliée: ça allait se jouer entre Thibault Pinot et Vicenzo Nibali.

Ben non!

Nibali a gagné solo, faisant la différence dans la plongée vers l’arrivée. Une descente négociée de mains de maitre, payez-vous les images, c’est du grand art après 240 bornes de course.

Éjecté, Thibault Pinot! Il a même été devancé à l’arrivée par un coureur que j’aime décidément beaucoup, Julian Alaphilippe.

Ca devient désormais une habitude dans les courses pro modernes: la différence peut aussi se faire dans les descentes. Il y a quelques années, même du temps d’Armstrong, il ne se passait jamais grand chose dans les descentes, sauf incident bien sûr.

Aujourd’hui, les Nibali, Froome, Contador, voire d’autres, n’hésitent plus à attaquer au sommet d’un col, question de mettre la pression aux autres.

Les entraineurs devront-ils s’ajuster et inclure des séances de pilotage dans l’entrainement des coureurs afin de leur permettre d’aiguiser leurs sens pour mieux passer ces moments où la technique et le sens de la trajectoire prennent tout leur sens?

Et la question qui tue: certaines équipes pourraient-elles compter sur des pneumatiques exclusifs, leur permettant de mieux négocier les lacets à haute vitesse? Comment l’exclure? Pirelli vient de sortir une nouvelle gamme de pneus de vélo, la compétition est féroce dans le milieu et les équipementiers pourraient avoir intérêt à publiciser leurs pneumatiques en compétition… Officiellement, l‘équipe Bahrain-Merida roule sur des pneumatiques Continental, mais difficile de savoir ce que chaussait Nibali sur ce Tour de Lombardie.

Enfin, les sections plus larges – à la mode en ce moment – peuvent-elles aussi expliquer que certains coureurs font désormais la différence dans les descentes? Des sections de 25mm seraient-elles plus efficaces que les 23 ou les 21? Pas impossible…

14 Commentaires

  1. mica
    Soumis le 9 octobre 2017 à 2:12 | Permalien

    Oui, de plus en plus les descentes font la dif.
    Il est vrai que si on leur fait monter d’ un coté des cotes à 15 ou 20%, on a des chances d’ avoir, coté descente des pentes un peu similaires, avec tout ce que cela comporte.
    A mon avis, on atteint quand même une certaine limite, et ce n’ est pas par hasard que les organisateurs du T de Lombardie se sont trés longtemps interdit l’ utilisation du Mur de Sormano, avec une certaine sagesse.
    Alors, on peut étre un peu  » voyeur  » et apprécier certaines prises de risque, mais les chutes de Porte dans le TDF (sur une route immonde aussi), celle de Chaves la semaine derniére, et surtout la « disparition » de De Plus dans le ravin ne m’ ont pas fait rire, croyez moi! Il y a des conclusions qui tiennent du miracle, supposons que le ravin ait fait quelques métres supplémentaires; n’ oublions pas non plusla chute du coureur d’ AG2R ou le vélo s’ est retrouvé « pendu » à plusieurs métres de haut dans les arbres. Certains ont connu une issue fatale pour moins que çà.
    Laurent, il serait bon que le carré noir ne revienne pas trop dans ce forum!
    Alors oui, Nibali a « laché » Pinot en descente, mais c’ est un peu la « limite » de Pinot et encore il a bien progressé et réalisé une bonne semaine Italienne, à l’ image de nombreux Français décidément « en verve ». On ne sait d’ ailleurs pas d’ ou ils sortent quand on voit le peu de vitalité de la « base » en France (beaucoup de vétérans, courses avec 12 coureurs au départ….).
    Donc oui, les descentes peuvent faire la différence, aisi que les côtes à 20%, mais selon moi, point trop n’ en faut..
    Notez aussi que les motos aussi peuvent faire (et font quelquefois) la différence, voir par exemple les 10 derniers Km de Paris Tours…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -2 (from 8 votes)
  2. toutouille
    Soumis le 9 octobre 2017 à 2:41 | Permalien

    la moto devant a permis a nibalo de passer de 8-9 sec à 13-14 sec d’avance avec un abris qui lui a permis de se relancer (on prend 10 km/h quand on se fait abriter); pinot s est decouragé juste après.
    Et puis je serais curieux de mettre le vélo aux rayons x… Car il avait pas l’air de souffrir.. Après, il fait une super descente, moins impressionnants qu il y a 2 ans, qui montre que la connaissance parfaite du terrain est un énorme avantage

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -2 (from 8 votes)
  3. mica
    Soumis le 9 octobre 2017 à 3:08 | Permalien

    Toutouille: entiérement d’ accord pour la moto, et cela est le lot quotidien de ce pauvre cyclisme, mais, on laisse faire; comme pour le dopage, comme pour les moteurs (on prends une « jeunette » de 18 ans, ou un vétéran illuminé du sud ouest…pour les autres, on laisse faire..)
    Oui, il existe bel et bien un dopage aérodynamique (et depuis longtemps) et comme pour les autres formes de dopage, tout le monde y trouve son compte.
    Mais, décidemment, le cyclisme est entrain de scier la branche sur laquelle il est assis.
    Ceux qui trouvent les aspirations négligeables ne veulent absolument pas voir.
    A voir aussi les 8 derniers Km de Paris Tours!
    Bon courage Mr Lappartient!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 7 votes)
  4. le stephanois
    Soumis le 9 octobre 2017 à 3:24 | Permalien

    Trop de motos mal placées (devant Nibali, derrière Pinot) dans le final de ce Tour de Lombardie.
    Ce samedi avait lieu la montée Kivilev, en hommage au coureur décédé en 2003, présence de Vino et Fofonov.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  5. toutouille
    Soumis le 9 octobre 2017 à 3:59 | Permalien

    Oui ce que je dis depuis qq temps, c est que le cyclisme meurt un peu. Il a beau garder la face, le platrier, il a fait un sacré tort au vélo. Et déjà qu il y avait que 16 participants à sa course….
    Cela dit, je pense pas que les moteurs soient bcp employés, c’est très voyant (bidon, poids du vélo…) en ffc, tout se voit. Mais en cyclo ou personne se connait, avec plein de moins jeunes qui ont eu mal au dos… c’est une autre histoire. Enfin, le cyclisme amateur est mal barré

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. toutouille
    Soumis le 9 octobre 2017 à 4:02 | Permalien

    Je pense que les commissaires et coureurs devraient peser à la main les vélos sur la ligne de départ, ça enlèverait pas mal de doutes; et peser aussi les bidons; ça coute pas grand chose de regarder!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. Tchmil
    Soumis le 9 octobre 2017 à 4:44 | Permalien

    Les côtes font donc de moins en moins de différences (y comprit les longs cols). C’est triste mais c’est l’évolution du cyclisme moderne, ce que Frédéric Grappe analysait pendant le Tour.

    Reste la Flèche Wallonne comme vraie course de côte à ce niveau?

    Et en ski alpin, ils peuvent pas mettre des petites côtes dans leurs super G ?
    Pour le spectacle…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 3 votes)
  8. mica
    Soumis le 9 octobre 2017 à 5:03 | Permalien

    Toutouille: détrompes toi, il y a longtemps que les bidons ne sont plus employés en tant que batterie; si c’ était encore le cas, il suffirait de les déboucher, mais ça n’ a plus court. (le temps de Cancellara et peut étre celui d’Armstrong ou Contador est passé!
    Quand au poids, tout cela s’ est miniaturisé à l’ extréme, de tte façon, si excés de poids il y avait, il le gagneraient sur d’ autres piéces , car les vélos doivent peser un poids minimum.
    Le platrier peintre a fait du mal au vélo (ainsi que les images dignes d’ un vidéo gag) ; mais ce qui fait encore plus de mal est la sainte pagaille qui rêgne dans les courses cyclistes, sans réglement, sans foi ni loi…drôle de sport tout de même, et pourtant quelquefois si attachant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 4 votes)
  9. armel
    Soumis le 9 octobre 2017 à 5:05 | Permalien

    Intéressant sujet que celui de l’évolution des pneumatiques qui peuvent permettre de faire des différences notamment en descente. L’arrivée des freins à disque va aussi jouer un grand rôle là dessus à l’avenir.
    Techniquement je pense que les sections de 25 mm, en apportant un peu plus de confort, doivent sur les longues distances soulager un peu plus les lombaires, ce qui est un avantage. Il y a aussi un peu plus de surface d’accroche donc plus de stabilité. Il serait bon de savoir sur quoi roulait Nibali samedi.
    Julian Alaphilippe est visiblement un coureur de monuments. Déjà 3 podiums sur 3 monuments différents, LBL 2015, San remo et Lombardie 2017, le potentiel du bonhomme parait énorme. Je croise les doigts pour qu’il en accroche une bientôt.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  10. alano39
    Soumis le 9 octobre 2017 à 7:44 | Permalien

    La sélection s’est faite dans la montée. certes Nibali a lâché Pinot dans la descente mais tous les 2 ont attaqué dans la montée. Les 3 attaques de Pinot ont permis de se débarrasser de Uran, Alaphilippe, Quintana et autres.
    Les 2 avaient compris que tout jouer dans la montée finale aurait été une erreur s’ils voulaient se débarrasser de Alaphilippe et Uran.
    Bien joué de la part de Pinot qui manque de fraîcheur pour suivre Nibali. Car à ce stade la différence se fait à la fois sur la technique en descente mais aussi la lucidité. D’ailleurs il fait une très belle descente et ne perd que quelques secondes sur Nibali qui est des tous meilleurs descendeurs au monde. pas de quoi rougir.
    Les 2 étaient les plus forts et en plus ils sont de véritables combattants. Chapeau à ce duo qui a animé cette fin de course avec maestria.
    Alaphilippe manque encore de puissance en cette fin de saison ce qui est normal après une coupure de plusieurs mois. Il n’a pas encore retrouvé toute sa masse musculaire à mon avis et il a compensé avec sa fraîcheur physique et son explosivité naturelle.
    Il a un tableau de chasse impressionnant puisqu’il fait des podiums sur toutes les classiques. Un peu à la Kelly. Il reste à voir ce qu’il peut faire sur un ronde. Pas certain au regard de son adresse sur le vélo qu’il ne puisse pas rivaliser avec les meilleurs sur ce terrain qui demande aussi de l’explosivité.
    Si il progresse encore un peu et gagne en tactique de course il va devenir le concurrent de Sagan sur les classiques.
    Il y a un peu trop de motos et question sécurité il y a à redire. Mais de là à dire qu’elles ont influencé le résultat je ne serais pas aussi catégorique que certains. Mais clairement il faut réglementer rapidement car on va au devant de gros risques.
    Les chutes ont été trop nombreuses et je pense qu’au niveau sécurité il y a quelque chose à améliorer. Des filets sur certains virages doivent être tendus pour permettre de pratiquer des descentes très techniques. Personnellement je pense qu’il faut garder ces descentes techniques mais mieux les sécuriser en certains endroits.
    Super lombardia avec un très beau vainqueur qui était le plus fort. Rien à redire et vive la saison 2018.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +12 (from 16 votes)
  11. thierry mtl
    Soumis le 9 octobre 2017 à 8:13 | Permalien

    Les coureurs pros sont maintenant tous sur du 25 mm. Sinon sur du 24 ou 26 quand leur fournisseur ne fait pas de 25 mm. Les tests ont démontré que c’est le meilleur compromis aéro, friction, stabilité.

    Nibali a eu le pif de ne pas faire Milan-Turin et je crois que c’est cette énergie supplémentaire qui lui a permis de s’éloigner enfin de course. Il accélérait fort sur les reprises (selon les watts affichées à l’écran) en descente. Il a aussi battu ses adversaires en montant, même sur la dernière côte où il était seul.

    p.s. : S’il avait utilisé un moteur (on en fini plus avec ça), je ne crois pas qu’il aurait laissé sa télémétrie s’afficher à l’écran TV en direct.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +7 (from 7 votes)
  12. mica
    Soumis le 9 octobre 2017 à 8:58 | Permalien

    Bon je vous l’ accorde, beau Tour de Lombardie, je n’ ai pas vu la fin, mais, ce que dit Toutouille dans son intervention N° 2 me semble tout à fait crédible sur l’ intervention de la moto, d’ autant qu’ avant, tout n’ a pas été trés clair.
    Ou il n’ y a pas photos c’ est dans Paris Tours, visionnez les 10 derniers Km ( dans you tube par exemple) et là la présence et l’ influence des motos est certaines.
    A un moment on voit la voiture rouge et 3 motos juste devant le groupe de tête, à un autre, on voit les coureurs changer soudainement de coté pour prendre le sillage le plus favorable. Que penser de l’ image travelling de face rapprochée pendant de trés longues minutes. Certaines vues d’ hélico. sont édifiantes…
    Ce qui me sidére le plus, c’ est le mutisme des commentateurs, et dans l’ affaire les coureurs ne sont pas à blamer, mais plutot l’ organisation et tout ce qui va avec.
    Notez que les cyclistes ne « râlent » pas souvent aprés çà, car globalement, et un jour ou l’ autre, ils en tirent profit.
    On avait bien entendu, en début de saison Dan Martin ,Greipel et quelques autres s’ exprimer à ce sujet, mais on leur a certainement intimé l’ ordre de se taire.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -6 (from 6 votes)
  13. noirvélo
    Soumis le 9 octobre 2017 à 12:39 | Permalien

    Nibali a fait la course parfaite, réglée comme du papier à musique, une programmation , une « robotisation »
    impressionnante et la descente en point d’orgue, quelle descente ! il est vrai que le pro qui a l’ambition de gagner la Classique connaîtra non seulement le final mais les points stratégiques … L’Italien était prêt,affuté comme le rasoir, le regard du faucon, la ruse du renard , un prédateur au sens le plus large du terme ! Malgré une super descente (les progrès qu’il a fait !), l’envie, l’attaque , j’ai trouvé Pinot (comme Alaphilipe) un peu tendre par rapport à ce diable de Nibali mais exceptionnel de présence et d’engagement …
    Le talent est là, il leur manque juste un peu de maturité et de roublardise …
    En ce qui concerne les boyaux, il me semble qu’ils sont plus proches du 23mm que du 25, et sacrément bien gonflés, ce qui ajoute à une certaine instabilité sur mauvais revêtement … le rendement! Parce que si on suit une certaine logique, on finira par trouver le 28 encore meilleur dans quelques temps … on avait déjà du 18 mm …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 6 votes)
  14. Dany
    Soumis le 14 octobre 2017 à 3:54 | Permalien

    Le titre me fait sourire car c’est exactement ce que me disait Michel Bibollet en 1987…que le niveau général en bosse était élevé et les attaques se faisaient de plus en plus en descente…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!