Brouillard sur l’Angliru – le défi des 3 grands tours en solitaire

P a s s i o n n a n t.

J’ai trouvé le livre de Guillaume PréboisBrouillard sur l’Angliru, tout simplement passionnant. Je l’ai dévoré en quelques jours seulement, incapable de poser très longtemps le récit.

Brouillard sur l’Angliru, c’est le récit, étapes par étapes, d’un défi hors du commun que le journaliste cycliste – c’est ainsi qu’il se définit – Guillaume Prébois s’est, en 2008, fixé: parcourir seul, à l’eau claire bien sûr, les trois grands tours de la saison (Giro, Tour et Vuelta) 24h avant les coureurs professionnels. Au menu donc, 10 500 kms répartis en 63 étapes couverts dans 3 pays différents, montagne, cols et clm inclus. Colossal.

Quiconque aura déjà parcouru plus de 200 bornes à vélo dans une journée appréciera l’ampleur du défi que s’était donné Guillaume Prébois. Relevé à plus de 30 km/h de moyenne sur les trois grands tours (excusez un peu !) et avec très peu d’assistance, c’est donc l’aventure d’un authentique exploit dont il est question dans ce livre.

Le livre se divise en une multitude de petits chapitres – une journée, une étape – qui nous fait donc vivre l’aventure au quotidien. Disposant d’évidentes qualités de rédaction ayant une formation en journalisme, l’auteur s’est également attaché à décrire le plus fidèlement possible son aventure telle qu’elle se déroulait, au moment où elle se déroulait. Chaque soir après l’étape, souvent très tard, l’auteur complétait donc sa journée par la rédaction de son journal, tâche qui s’ajoutait aux nombreuses autres dans sa journée de cycliste amateur : monter et descendre les bagages à la chambre, nettoyer son vélo, veiller à préparer son étape du lendemain, payer l’hôtel, manger, etc. Des journées de 17h à la pelle, évidemment sans massage, sans ré-équilibrage minéral, sans baignoire de récupération, sans bus tout confort… 

Plusieurs éléments peuvent être évoqués pour expliquer l’intérêt de ce livre pour nous, les pratiquants. D’une part, l’auteur lui-même est de grand intérêt, un auteur et cycliste pas différent de vous et moi. Prébois écrit même, dans son livre, "je ne recherche pas la notoriété et les projecteurs médiatiques ni l’aval du Système (ndlr:le milieu pro) mais la sympathie (au sens étymologique du terme, donc "souffrir avec") de ceux qui aiment le vélo déconnecté des intérêts financiers, le vélo sain et propre, que nous pratiquons, nous, les amateurs, nous qui achetons nos roues, nos cadres, nos pignons, nos patins de freins: nous qui faisons vivre l’industrie du cycle".

D’autre part, le fait que Prébois a réalisé son exploit dans les mêmes conditions que nous aurions eu, nous les pratiquants, dans la même situation contribue assurément à rapprocher l’auteur des lecteurs. Cette proximité dans la réalité quotidienne – la nôtre – fait en sorte que ce livre sait immédiatement nous rejoindre. Plus encore, on entre progressivement, au fil des 336 pages du bouquin, dans la psychologie de l’auteur puisque celui-ci a le mérite de nous faire découvrir ses réactions – souvent à chaud – face à l’adversité, les difficultés ayant été nombreuses au fil des longues étapes de son parcours unique. J’ai d’ailleurs l’impression, une fois ce livre terminé, d’avoir plus appris sur le mental nécessaire pour traverser les moments difficiles que dans le bouquin de Laurent Jalabert…

Enfin, Prébois a su me toucher avec son souci de transparence envers le dopage. L’UCI ayant accepté de l’inclure dans le système ADAMS et donc de le soumettre régulièrement à des contrôles inopinés, l’auteur affiche ses couleurs et n’hésite pas à publier à plusieurs reprises ses paramètres sanguins, nous permettant de mieux comprendre l’effet d’un grand tour – puis de trois !!! – sur le corps humain.

Bref, cet ouvrage m’a beaucoup plu. Ponctué de nombreuses photos, c’est le récit passionnant d’un sacré défi physique, mental et organisationnel. Le milieu pro – cyclistes des équipes ProTour mais aussi directeurs sportifs, membres des instances dirigeantes – n’ont pas apprécié de voir cet inconnu s’attaquer à l’eau claire à des courses appartenant à leur milieu, percevant ce journaliste-cycliste comme une menace. Prébois a eu la force de caractère de balayer toutes ces critiques du revers de la main, allant de l’avant avec son projet, pour notre bonheur à nous, les pratiquants. Ce n’est pas le moindre de ses mérites.

Le "Trailer officiel" des 3 grands tours est disponible ici.

On se procure Brouillard sur l’Angliru en exclusivité sur le site web de Guillaume Prébois, au montant de 19,90 euros. Un bon investissement selon moi, et qui soutient un auteur qui nous prouve sa valeur hors de tout doute.

Je commenterai sous peu son premier livre, L’Autre Tour, récit de sa première aventure, celle du Tour de France 2007 parcouru là encore 24h avant les coureurs pro.

L’aventure s’est poursuivi pour Guillaume Prébois en 2009 puisque soutenu notamment par le journal français Le Monde, il a réalisé un autre exploit, celui de compléter le Tour du monde à vélo en 80 jours, soit 13 200 kms en 69 étapes. Un livre sur cette aventure sera prochainement publié.

12 Commentaires

  1. colt seevers
    Soumis le 25 octobre 2009 à 7:55 | Permalien

    Sa VO2 max est de 69ml/min/kg et la plage de VO2max observée chez des cyclistes pro est de 70 à 85.

    Prébois est donc un pro qui s’ignore.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. colt seevers
    Soumis le 25 octobre 2009 à 7:56 | Permalien

    Et je parlais de watts/heure/km, pour ceux qui semblaient l’ignorer…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. Patrick B
    Soumis le 25 octobre 2009 à 11:56 | Permalien

    Toutouille, avec une hémoglobine à 14,4 et une hématocrite à 43,4% (mesures plus récentes encore que les tiennes), certes un peu plus léger (92 kg), je viens de boucler un parcours montagneux à 29 km/h de moyenne sur deux fois 200 km avec 7500 m de dénivelée totale, soit un ratio dénivelée/distance beaucoup plus élevé que celui du Tour de France, sans viser la moyenne et avec un sac de 4kg (pas d’assistance, l’amateur).
    Auparavant, j’avais terminé entre la 20ème et la 50ème place des courses de côtes de septembre – octobre que tu connais bien.
    Je suis donc un très-loin-de-pro-qui-ne-l’ignore-pas. Ca ne m’empêche pas de rouler aussi bien que l’ami Prébois.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. alain39
    Soumis le 26 octobre 2009 à 12:23 | Permalien

    La lecture du commentaire de Prébois est très instructive.
    Cette agressivité dirigée à l’égard d’un internaute atteste d’une grande suffisance.
    Ce monsieur qui veut dénoncer le dopage n’accepte pas la critique et y répond par de la méchanceté gratuite.
    Lui qui s’érige en grand contestateur du système refuse la contestation.
    Il semblerait que vous ne savez vous insrire que dans la polémique.
    Traiter les autres de ratés, d’ignares et d’avoir une vie au rabais n’est pas à son honneur. Et surtout dans son post il ne répond pas aux interrogations.
    Définitivement je ne vois pas ce que cet homme peut apporter à la lutte contre le dopage et lire ses carnets de voyages est un honneur qu’il ne mérite pas.
    Un peu d’humilité M Prébois pour les gens qui bien que passionnés ne peuvent se permettre de prendre une année sabatique car ayant charge de famille et devant rembourser des emprunts et autres factures.
    Qui êtes vous pour juger de la vie de ces internautes???
    Au moins votre post aura permis de mieux vous cerner faute d’avoir eu une explication claire sur votre motivation.
    Quelle mauvaise utilisation faite de la tribune ouverte dans ce site qui aurait dû nous permettre de mieux vous comprendre.
    Au contraire en refusant la critique et en vous réfugiant dans la méchanceté vous avez desservi votre cause et donné une image pitoyable de votre personne.
    Il n’y a pas que l’angliru qui est dans le brouillard.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. Patrick B
    Soumis le 26 octobre 2009 à 12:41 | Permalien

    Ca surprend, les commentaires qui apparaissent et s’intercalent a posteriori.

    Grâce au dernier article de Laurent, je viens donc de voir celui de Damien Rault (n°10): « Maxime Monfort (Columbia), a récemment déclaré au sujet de Prébois: “J’ai suivi ce qu’il a fait sur son site, il a fait un truc plus dur que nous en étant seul”.
    Voilà, Maxime Monfort, pro, a de la crédibilité alors que Patrick B (qui sait qui se cache derrière…) lui, a l’insigne honneur de n’avoir jamais rien fait d’extraordinaire de sa vie, alors il démolit ceux qui, eux, ont eu le courage qu’il n’a pas eu. »
    1) Maxime Monfort a dit une grosse connerie.
    2) Tu te demandes qui je suis, puis tu affirmes des choses sur moi. Très fort! Je vais te faire plaisir, il y a du… vrai: Je « n’ai jamais rien fait d’extraordinaire de ma vie ».

    Puis celui de Guillaume Prébois (n°23) qui attaque un internaute sans le citer; facile, ça dissuade de répondre, ça permet d’avoir le dernier mot. Pas cette fois. Ce doit être Roger13 ou moi.
    Ce monsieur qui lit bien mal ne supporte pas qu’on éclaircisse certaines vérités, dites sans méchanceté et initialement avec un certain respect.
    Tu écris, Guillaume, « un internaute qui n’a manifestement rien démontré dans sa vie sportive et qui s’en prend à quelqu’un qui a fait le Tour de France en 2007, les 3 Tours en 2008 et le Tour du Monde en 80 jours (sur les traces de Phileas Fogg)! »
    Je crois que Roger13 a plus démontré dans sa vie sportive que toi, et je crois que moi aussi; mais peu m’importe, et peu importe aussi je crois à Roger, cependant tu as bien tort de juger des actes sportifs à leur démonstration et à leur médiatisation. Tu vois, nous deux ne regardons pas les coureurs que nous côtoyons selon ce qu’ils ont « démontré », mais selon ce qu’il sont. Dans cette seule phrase qui fait référence à la « vie sportive », tu mens 3 fois: tu n’a pas fait le Tour de France 2007 (et tout le monde s’entend sur ce que signifie faire le Tour de France), ni les 3 Tours en 2008, ni le Tour du Monde en 80 jours. C’est dommage parce que ce que tu as fait est formidable, de même que ce que tu as engagé de toi pour le faire. Plus une: tu ne sais pas ce que nous avons fait (pas le Tour non plus, ni le Tour du Monde.
    « on m’accuse de dire que je roule propre. Ridicule. » Oui, je trouve qu’il n’est pas sain d’insister à le dire au point où tu le fais. C’en est devenu un cheval de bataille… ridicule (le discours).
    La réponse de Roger13 (n°24) sous forme de rappels est excellente.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. toutouille26
    Soumis le 26 octobre 2009 à 1:08 | Permalien

    400km, toujours allumé ce patrick B
    moi j’ai pas acheté le livre et ne l’achèterai pas; pas assez de pouvoir d’achat peut etre; ou je préfère lire dans les bibliothèques
    tant mieux si le livre est passionnant; cet homme a le mérite de démocratiser un peu l’idée que tout est possible sans dopage (à part les perf d’armstrong (et encore patrick b qui ferait 73 kg comme flickinger… je demande à voir!))

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. colt seevers
    Soumis le 26 octobre 2009 à 6:00 | Permalien

    hé hé hé, en lisant la réponse adulte de MONSIEUR Prébois aux attaques enfantines… à la puissance de fourmi… des « internautes » qui sont issus des éprouvettes lambda du meilleur des mondes de Huxley… si tant est qu’on arrive dans le bouquin utopique jusqu’à ces sous catégories sociales là… qui ne sont conservées que parce qu’elles montrent l’exemple de ce qu’il ne faut jamais faire? Et puis en parcourant en lecture rapide à la japonaise (c’est tout le respect qu’elles méritent) les réactions peu documentées et toujours aussi acides des fourmis, aucun doute, les coups de pied de MONSIEUR Prébois dans la fourmilière sont toujours aussi bien placés.

    Les enfants ont besoin de torgnoles de temps en temps pour apprendre à filer droit… Il en va de même des cyclistes pros dont les performances peu naturelles forment le jardin d’enfants chimiquement amélioré le plus pittoresque du monde… à force de prendre des torgnoles…

    Pourront-ils devenir adultes un jour?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. Maxime Maltais
    Soumis le 26 octobre 2009 à 7:20 | Permalien

    Passionnant ! Patrick B a presque écris un livre aussi long que monsieur Prébois et cela gratuitement.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. jmax
    Soumis le 26 octobre 2009 à 11:50 | Permalien

    dans mon club, il y a un gars qui a fait le tour de France randonneur l’année dernière: 4800km à boucler en moins de 30 jours et qui l’a fait en 22 jours. Beaucoup moins de grandes routes et beaucoup plus de montagne. Pas d’assistance non plus et il ne se considère vraiment pas comme un héros.
    On pourrait aussi comparer « l’exploit » de ce journaliste avec le marathonien Serge Girard qui fait entre un et deux marathons par jour pendant 365 jours. Parti depuis 9 jours, il en est à près de 16 marathons et quiconque a couru un jour un marathon ne peut qu’applaudir.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  10. LAURENT Eric
    Soumis le 27 octobre 2009 à 11:55 | Permalien

    Je suis entiérement daccord avec Alain 69 et Patrick BERNARD.

    Monsieur PREBOIS,

    Patrick B, que je cotoie sur les courses avec plaisir, ne fait que donner son avis et vous n’êtes pas obligé de le partager. Est-ce une raison, pour adopter vis à vis de lui des paroles bléssantes et agréssives ?

    Celui qui a de telles manières a déjà gagné mon mépris. Ce serait effectivement un bien trop grand honneur que de lire son récit.

    Internet a cela de magique, la possibilité d’insulter un gars de 92 Kg et de près de 2m sans sourciller. Si nous n’étions pas dans un monde virtuel, certains tourneraient sept fois leur langue dans leur bouche…

    Qu’ils aient au moins le courage de venir affronter Patrick sur la route, car je ne connais pas d’autres cyclistes amateurs (vrais amateurs), de cette corpulence, de plus de 40 ans, cappable de monter en moins de 46 minutes à l’Alpe d’Huez (arrivée devant la maison de l’Alpe et non pas l’arrivée du tour qui est 2 Km plus loin) et je ne parle pas de ses résultats sur longues distances.

    Eric LAURENT.

    Mais se touchant le crâne, en criant « J’ai trouvé ! »
    La bande au professeur Nimbus est arrivée
    Qui s’est mise à frapper les cieux d’alignement
    Chasser les dieux du firmament. (G. BRASSENS)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  11. isabelle
    Soumis le 27 octobre 2009 à 12:24 | Permalien

    Salut les cyclistes,

    Je n’ai sans doute pas le pedigré susceptible de correspondre à MR PREBOIS, puisque je ne pédale que par plaisir, même si j’aime me faire mal régulièrement sur le vélo et surtout parce que je ne partage pas le même langage. En effet, je fais partie des simples d’ésprit suffisamment lucides néanmoins pour évaluer si exploit il y a, à se mettre à l’affiche pour un périple, que de nombreux cyclistes s’en voient privés faute de moyens matèriels et financiers essentielement. Vos calculs me laissent indifférentes, mais votre manière d’apréhender les gens m’interpellent vivement.
    Chaque année se déroule le festival du film Aventures et découvertes à Val d’Isère. Vous auriez pu participer et laisser le jury apprécier la qualité de votre ouvrage. La notation est basée sur l’artistique le côté exploit, aventurier, le prix du public…
    La concurence est de qualité, et votre ouvrage relatant un parcours d’assisté pourait même décevoir faute d’éclats mais plaire pour….. libre à chacun d’y voir du « surhomme ».

    Signé: une cycliste qui se plait à découvrir chaque année de grandes aventures lors de ce fameux féstival qui a lieu en avril.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  12. colt seevers
    Soumis le 27 octobre 2009 à 1:17 | Permalien

    On peut se balancer des exploits à la figure toute la journée… Pour le plaisir, je fais « apparaître un commentaire qui s’intercale a posteriori » (ouuuuuh la je fais de la prose sans le savoir moi)

    La posture de M. Prébois dans le cadre des trois grands tours etc. c’était de faire les tours en solitaire dans les mêmes conditions que les pros afin de voir si on pouvait le faire sans toucher à l’équilibre naturel du corps humain (qui sait faire ça tout seul) et par extension sans se doper.

    Le tout se résumant à un défi né de l’assertion fallacieuse de Tom Boonen qui a dit d’une étape de montagne du tour de france « UNE PERSONNE NORMALE AURAIT FINI A L’HOPITAL »

    Attendez… Un pro qui dit ça? Qui lui en plus se fait injecter en cachette plein de calmants, de médocs, de traitements, de transfusions, dispose en plus de « loisirs récréatifs » pour compenser les déphasages de la cervelle à cause des injections d’anabolisants!

    Tout homme bon se doit de relever des défis si ça peut faire changer les choses. Quand un peuple décide de filer son coton lui même et d’extraire son sel de la mer ça peut même aboutir à une révolution non violente.

    En 2007 on en était au point où les pros légitimaient l’usage d’injection diverses (jalabert qui prétend qu’on ne peut pas tenir le rythme en mangeant que des pâtes…) d’hormones (Hinault qui prône le rééquilibrage hormonal strictement contrôlé…) parce que c’était selon eux impossible sans. On a vu ce que ça a donné depuis, de chercher à cacher les saletés sous le tapis sans traiter les problèmes de fond. On obtient des cyclistes enfants dopés comme ricco, contador, schleck, dekker et la liste est trop longue.

    Maintenant voici les faits:

    -M. Prébois est un cycliste amateur normal. Il n’a jamais modifié son corps par l’usage du dopage conventionnel ou génétique. On a donc un échantillon témoin de ce qu’obtient un esprit sain d’un corps sain en consacrant tous ses loisirs au sport cycliste.

    -ce cycliste amateur normal a pu faire le tour de france sans rééquilibrage hormonal en cours de route, le corps s’équilibre lui même au fil de l’épreuve, c’est prouvé.

    -les pros dopent leur taux d’hématocrite en l’amenant autour de 50% pour figurer dans le tour. M. Prébois, avec sa cylindrée de 40% dispose d’une cylindrée 20% inférieure à celle des mobylettes du tour de france… de 50cm³.

    Alors désolé Boonen, M. Prébois l’a prouvé. On ne finit pas à l’hôpital quand on fait le tour de france en solitaire.

    Par déduction, en peloton, l’abri permettra de faire des moyennes plus élevées que 30km/h en mutualisant les efforts dont on sait que 80% servent à déplacer de l’air.

    En conclusion, un peloton pro non dopé fera donc moins d’efforts que M. Prébois et ne nécessitera pas d’injections pour un spectacle tout aussi intéressant.

    Après les enfants dopés… Où va t’on?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!