Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Bilans sanguins suspects d’Armstrong…

Ben voyons !

La nouvelle ne me surprend en rien: un hématologue danois, Jakob Mörkebjerg, affirme que les paramètres sanguins d’Armstrong prélevés lors du dernier Tour de France qu’il a terminé à la 3e place suivent une évolution bizarre tout au long de l’épreuve.

Le taux d’hémoglobine, en particulier, aurait légèrement augmenté en cours d’épreuve, une évolution incompatible avec l’évolution normale clairement à la baisse sur une épreuve aussi longue et éprouvante.

Mörkebjerg montre également que le taux d’hémoglobine d’Armstrong avait effectivement baissé significativement durant le Giro, couru un mois plus tôt. Entre le Giro et le Tour, le taux serait remonté à des valeurs élevées et s’y serait maintenu tout au long de la Grande Boucle.

Appelé à commenter sur cette situation qui fait les manchettes aujourd’hui, Gérard Dine, professeur de biotechnologies à l’école Centrale de Paris et hématologue au CHU de Troyes, a préféré parler d’une "anomalie curieuse" dans le cas d’Armstrong.

Qu’est ce qui se passe ? Rien de bien spécial ni d’innattendu selon moi. On peut simplement croire qu’Armstrong a poursuivi les pratiques qui lui ont permis d’encaisser 7 victoires sur le Tour en toute tranquilité. Seul petit changement depuis son retour, le passeport biologique qui fait en sorte qu’il n’est plus en plein contrôle de son identité sanguine. S’il s’est assuré de débuter son suivi biologique en parfait "équilibrage sanguin et hormonal" question de ne pas provoquer de variations brusques par la suite, le système a besoin d’un peu de rodage et malheureusement, ses paramètres ont varié un peu, attisant les soupçons. Que voulez-vous, même Armstrong ne peut parfaitement contrôler tous ses paramètres sanguins en tout temps !

Une bonne campagne de relations publiques et Armstrong va rapidement régler l’affaire, vous verrez. Le public est si content d’avoir trouvé en lui un héros… Pour les amateurs de cyclisme, en particulier ceux fréquentant ce site, cette nouvelle peu surprenante n’est qu’une lézarde de plus dans l’édifice Armstrong.

Partager

Précédent

Matos: Eurobike 2009

Suivant

Les actualités du début de semaine

18 Commentaires

  1. Marmotte

    Laurent, bien que sur le fond je sois d’accord avec ton point de vue, je suis également persuadé qu’en faisant la même analyse sur les 200 autres coureurs, on en trouve quelques dizaines qui ont le même genre de courbe d’hématocrite. On trouve des anomalies seulement là où l’on se donne la peine de chercher, et beaucoup de gens analysent tout ce qu’Armstrong dit et fait (remarquons qu’il s’arrange pour aussi…).

    Qui plus est, le taux d’hématocrite est une variable tellement fluctuante que je m’étonne qu’on y accorde tant de crédibilité. Oui pour une valeur plafond (50% actuellement), oui pour déceler des bonds déraisonnables, oui pour analyser une tendance de fond, mais pour analyser une tendance au jour le jour… ? Dans les hôpitaux, les gens chez qui tous les paramètres d’entrée et de sortie liquidienne sont parfaitement contrôlés réussissent à avoir des taux d’hématocrite en dents de scie de jour en jour. Alors imaginons un coureur cycliste qui sue et boit des litres d’eau par jour. Une simple déshydratation mal corrigée de jour en jour suffit à expliquer pas mal de choses… Le professeur cité parle d’une curiosité et je suis sur la même longueur d’onde. C’est curieux, mais c’est tellement peu significatif et peu fiable.

    0
    0
  2. Vincent

    @Marmotte:
    Comment le taux de globule rouge dans le sang peut-il fluctuer d’un jour à l’autre? Des globules rouges ça se produit pas en quelques heures! Quand on donne du sang notre taux baisse et ils nous disent de bien s’alimenter, de ne pas trop faire de grosses activités après!

    0
    0
  3. Marmotte

    Simple question de volémie, i.e. quantité de liquide dans le réseau vasculaire. Plus de liquide = moins d’espace occupé par les globules rouges et vice versa. L’espace occupé par les globules rouges dans le sang, exprimé sous forme de pourcentage, n’est rien d’autre que le fameux taux d’hématocrite. Malheureusement, l’hématocrite n’est donc pas le reflet du total de globules rouges, ou de la masse totale d’hémoglobine transportée par ces globules rouges, mais plutôt un reflet indirect dont la justesse est influencée par l’état volémique du sujet. Comme tu dis, les globules rouges ne se renouvellent pas de jour en jour. Leur survie moyenne est de plus ou moins 4 mois. Par contre, les échanges liquidiens entre le réseau vasculaire et tout ce qu’il y a autour se font en continu, ce qui explique qu’il y a toujours une certaine variation. Bien sûr, 5% de différence c’est énorme… mais 1-2%… à mon humble avis, c’est probablement ce qu’on pourra trouver comme variation chez la même personne durant la même journée, selon qu’on fait un prélèvement le matin, le soir, après hydratation, etc.

    0
    0
  4. Vincent

    ah je vois c’est pas la quantité de globules qui augmente mais bien le volume de liquide qui augmente et laisse croire qu’il a moins de globules. Merci de la réponse!

    Deuxième question alors! Le volume sanguin change t-il beaucoup dans une journée? J’peux pas croire que boire de l’eau va changer de quoi dans le volume sanguin! Sinon mes vaisseaux pèterais souvent!

    0
    0
  5. Marmotte

    Pour ce qui est de savoir le % de variation du volume sanguin dans une journée, chez une personne normale (avec des mécanismes de régulation normaux), je ne sais pas, mais en dehors d’épisodes de déshydratation/jeûne, ça ne doit pas changer beaucoup. Quelques % tout au plus. Il y a vraiment un paquet de mécanismes de régulation qui permettent au volume de liquide circulant dans les vaisseaux de se maintenir relativement constant (et ultimement, à la pression artérielle et à la perfusion des tissus de se maintenir constante). Sans commencer à les nommer, le plus évident pour tout le monde est la perfusion du rein qui varie grandement en fonction de la volémie. Par exemple, le matin, ou après une longue sortie, ou le lendemain d’une soirée bien arrosée, l’urine est beaucoup plus concentrée. C’est parce que la perfusion sanguine des reins varie selon l’état volémique et diminue lorsque la volémie diminue. Bref, on tend à garder le liquide quand il en manque et à le rejeter quand il y a en trop. Ce n’est qu’un exemple évident parmi plusieurs mécanismes de régulation de la volémie. Ceci dit, le corps humain est extrêmement bien fait, mais ce n’est quand même pas de l’horlogerie suisse… et la précision de tout ça n’est pas au % près. D’autant plus que nos apports liquidiens ne sont pas constants au % près. Ce qui à mon sens signifie qu’une variation d’hémoglobine doit être assez importante (quelques %) pour être significative. Autrement, à quoi l’attribuer entre le physiologique et le « non-physiologique » ? Bien malin qui prétend le savoir…

    0
    0
  6. Marmotte

    Retour sur l’article, que je n’avais pas lu encore avant d’écrire les dernières lignes… Je cite :

    « Deux jours avant la course, le taux d’hémoglobine est de 14,3. Il est de 14,5 à la fin de la course. »

    Personnellement, je ne sais pas du tout si le taux d’hémoglobine DOIT ABSOLUMENT chuter après 3 semaines de course. Je laisse cela aux physiologistes du sport. Par contre, la différence entre 14,3 et 14,5 est… euh… inexistante ! En trois semaines en plus… on aurait pu obtenir les 2 valeurs la même journée…

    0
    0
  7. Bark

    Ce que Laurent ne dit pas, c’est que ces valeurs sont publiées sur le site de LA.
    Armstrong reste une véritable obsession sur ce site. Il semble qu’il fait bondir la fréquentation d’un site à chaque fois.
    Puisse les posts de Marmotte ramener la raison.

    0
    0
  8. Minette

    Chapeau bas mes cousins !

    Je viens, par hasard, de découvrir votre site et je dois avouer qu’il est, à mon avis, un des meilleurs.
    Pertinence et justesse de vos articles ainsi qu’une véritable qualité dans les interventions (Marmotte !).
    Sur notre vieux continent nous sommes encore trop souvent coutumiers de polémiques « ras le bitume ».
    Désormais je vous lirai régulièrement et parlerai de votre site autour de moi.

    Amitiés sportives d’outre mer

    Tintin

    0
    0
  9. Andy Lamarre

    On peut droger une mule, mais ça ne la fera pas aller plus vite….

    0
    0
  10. JP

    Il n’y a jamais eu le moindre doute. Armstrong est le plus grand tricheur que le sport ait jamais connu!
    Comment a 38 ans après 3 ans d’arrêt on peut se retrouver en passe de gagner le TDF? Face a des athlètes déterminés et eux aussi dopés à mort!
    Armstrong à la retraite et de grâce ASO et UCI virez une bonne fois pour toute les tricheurs en leur interdisant à vie toute course cycliste n’est ce pas Messieurs Basso, Di Luca, Vinokourov, Millar, Booneen,Rasmussen, Rebellin etc………….la liste est très longue.
    Il faut aussi rayer les tricheurs des palmarès n’est ce pas Messieurs Armstrong, Riis, Ulrich, Indurain, Delgado………….la liste est encore plus longue!!!!!!!!!!!!!!!!!

    0
    0
  11. rolan

    Moi aussi, ça me fait sourire quand on braque une grosse loupe sur le moindre détail qui pourrait alimenter les suspicions autour d’Armstrong.

    Ce qui se dit et qui s’étudit sur son cas est de l’acharnement comme aucun autre athlète n’en subit, ça me surprend qu’on ne se soit pas étonné de son obsession de relever des défis sportifs lors de sa retraite, en fait, ça se comprend, l’amour d’Armstrong pour l’effort n’aurait pas assombrit son image, ça n’a donc pas d’intérêt.

    0
    0
  12. alain39

    Je trouve les commentaires assez étonnants et les auteurs me semblent frappés d’amnésie.
    Si Armstrong est « traqué » c’est surtout en raison de son passé.
    Les contrôles de 99 démontrent qu’il était dopé.
    Aussi il est normal de suivre les résultats des contrôles biologiques effectués lors du dernier tdf.
    Le contraire serait étonnant et relèverait presque de la faute professionnelle.
    Ce que je retiens de cette étude est que malgré tous les efforts fournis par le beau Lance, les résultats n’évincent pas la suspicion.
    D’ailleurs, ils sont conformes à son comportement en course durant lequel nous avons pu constater que malgré des signes de « lassitude » en montagne il a réussi à passer le ventoux avec les meilleurs.
    Or ses résultats sanguins semblent militer en faveur d’une possible déshydration laquelle s’accompagne normalement d’une baisse de performances.
    Rappelez vous le tdf 2003 durant lequel il expliquait sa baisse de forme par un début de déshydratation.
    Les mêmes causes auraient dû avoir les mêmes effets.
    Point ne fut le cas durant le dernier tdf.
    Aussi, et ce sans être partisan je m’interroge également sur les causes de ces variations étonnantes et seul le corps médical est en mesure d’apporter des réponses.
    Toute réponse à ce stade des investigations serait prématurée et sans fondement.
    Petite remarque à l’attention de Andy Lamarre; Il n’y a pas de mûles au sein du peloton pro, mais nous savons tous l’apport primordial du dopage scientifique et sa capacité à boulversée la hiérarchie.
    Riis est le plus bel exemple.

    0
    0
  13. Marmotte

    Alain, je comprend bien ton point de vue, mais parfois il ne fait pas exagérer dans la tentative de faire des liens.

    Tu nous rappelles 2003 alors que sa performance moins dominatrice avait été mise sur le compte d’une déshydratation.

    À quel point était-il déshydraté en 2003 ? Le savons-nous ? Et cette année ? Il n’y a pas qu’un seul niveau de déshydratation, ou 2, ou 3… c’est un continuum… et il y a toute une différence entre la baisse de performance causée par une déshydratation de 1% ou 5%, là aussi c’est un continuum. Qui plus est, Lance déshydraté en 2003 était quand même le meilleur du peloton (du moins le 1er…), donc ses performances n’étaient pas si altérées que ça. Également, croyez-vous vraiment à l’explication : j’étais déshydraté donc j’ai connu une contre-performance. Oui, ça peut expliquer une mauvaise performance, mais c’est souvent également une façon de disculper d’un manque d’entraînement, de motivation, etc. Comment savoir ? Et admettant qu’il était un peu déshydraté cette année, comment juger, par ailleurs, qu’il n’aurait pas en fait pu faire mieux sans déshydratation.

    Et quand tu parles de signes de « lassitude », qu’est-ce que la lassitude, au point de vue médical ? Franck Schlek aussi a montré des signes de « lassitude », et Wiggins également, et qui encore… tous les autres derrière la 2e place en fait ! Et qu’est-ce que ça veut dire ? Je me souviens de posts ici-même, il n’y a pas si longtemps, où l’on accusait de dopage Rasmussen, Contador, les Schlek, Lance version 1999-2005, etc., sur la base d’une trop grande fraîcheur (i.e. d’un manque de « lassitude » !) à l’issue des grands cols. S’il est vrai que les mêmes causes devraient avoir les mêmes effets – encore faut-il que l’on parle réellement des mêmes causes – il est vrai aussi que des situations opposées (ex.: Lance dominateur en 2005 vs. la « lassitude » de Lance en 2009) ne devraient pas servir à illustrer le même propos.

    On peut analyser les valeurs sanguines publiées par Lance comme on veut, mais je suis certain qu’un paquet d’autres coureurs ont le même genre de variations dans leur profil, et qu’on est en train de discuter dans le vide, du moins cette fois-ci.

    0
    0
  14. didier

    comme l’a avoué B.Kohl,leur technique de dopage est simple

    ils sont devenus méfiants et usent beaucoup moins, ou plus intelligemment, des produits type EPO ou équivalent, surtout depuis deux ou trois ans , sauf les abrutis qui n’ont pas trop compris , qui pensent être plus malin que la patrouille, et se font prendre par les contrôles lors des courses ou peu de temps autour de celles ci.

    la préparation pour un dopage à base d’auto transfusions : comme l’a indiqué B.Kohl, c’est long et nécessite un suivi médical et logistique très rigoureux, pas compatible avec les comportements , disons primaires, de certains.

    concrètement ,à partir en gros de septembre ou octobre, je me fais prélever régulièrement du sang ,un peu comme un donneur qui va au centre toutes les six ou huit semaines, à chaque fois , le volume est le même mais se cumule au fil des mois,

    en octobre retrait de 500cc, soit environ 200 à 250 cc de globules rouges

    en novembre ,ou décembre, retrait de 1000cc de sang, mais reinjection des 250 cc de globules du mois d’octobre , mon bon docteur va avoir un stock de 500 cc de GR, la moitié des 1000cc et moi je récupère

    je continue jusqu’en avril,au final, il va y avoir un stock d’environ 1000 à 1500 cc de globules, soit six ou sept prélèvements,

    si nécessaire ,une petite cure pour relancer la machine à fabriquer des GR, pour pouvoir s’entrainer en période hors compétition , là, bien sur il faut de l’EPO, mais pas trop et pas longtemps

    deux avantages,

    1.les prélèvements réguliers avec retour des  » vieux » globules rendent quasi impossible la détection ultérieure des auto transfusions puisque ce seront des globules du même age ou à peu près.et évitent de se retrouver avec des traces de produits puisque qu’au final ,les derniers prélèvements seront « propres » ,sans EPO ,

    2.les paramètres biologiques seront assez constants , ce qui fait passer à travers le suivi longitudinal,

    l’objectif, c’est « d’avoir les niveaux », sije pars d’un hematocrite normal à 45%, je peux aller à 49.95 %,ce qui ne fait pas beaucoup de globules,

    une petite règle de trois :

    6 litres de sang à 45 % :2.7 l de globules

    6 litres à 50%: 3 litres

    donc il m’en faut plus ou moins 300cc pour tourner un peu mieux que normalement et être comme les autres, c’est à dire à la limite légale UCI.

    pourquoi un stock pour tenir trois semaines ?

    parce que le vélo six heures par jour durant trois semaines , c’est usant et terriblement consommateur de globules et que les anciens coureurs , avant les années EPO ,savaient qu’ils finiraient rincés la dernière semaine.en réalité ,ils etaient anémiés.

    bien sur ,il vaut mieux être certain que la poche de sang que l’on va m’envoyer est à moi, d’où la logistique qui doit être sans aucun aléas.

    en plus, il peut y avoir des loupés, parce que la fatigue, la déshydratation, ça gène la récupération assistée par perfusion glucosée , et puis le corps humain n’est pas un simple moteur

    de même ,les prélèvements doivent se faire en milieu sécurisé, propre et avec oxygène pour supporter une perte temporaire équivalente à une hémorragie grave; le dernier prélèvement est de deux bons litres, ce qui me met ,peu de temps mais assez brutalement dans les conditions physiologiques d’un individu tombé pas très loin du sommet de l’Everest, j’ai interet à rester allongé avec une surveillance attentive de mes paramètres cardio respiratoires

    évidemment, pas question de courir avant mai ou juin et après le quinze septembre , ça tombe bien, le TDF est en juillet.

    si les organisateurs voulaient que le manège s’arrête, il leur faudrait vérifier les coureurs comme on vérifie les voitures en sport mécanique , par exemple, un jour de CLM, présence sur le stand départ à 8h , prise de sang, interdiction de sortir de la zone, surveillance des allées et venues avec fouille, et puis cinq ou dix minutes avant le départ réel, ce qui peut donner 17h, re prise de sang, pour voir l’effet de l’échauffement,

    on peut aussi envisager une surveillance policière et douanière des hôtels avec mise en place de zones fermées, et des bus neutres pour les allées et venues

    après tout, quand je dois prendre l’avion pour aller rendre visite à ma mère, je suis aussi l’objet d’une vigilante et très pénible surveillance pendant mes allées et venues dans l’aéroport, et pourtant, je suis un client, pas un sportif de haut niveau et millionnaire qui triche.

    0
    0
  15. colt seevers

    ce système du passeport biologique est entièrement sous le contrôle des labos itinérants et officieux du peloton depuis sa mise en place, kohl a même parlé de corruption pour que les dopés puissent savoir en gros, de combien il faut pas dépasser pour être honnête. Donc s’attendre à ce que tous les coureurs passent bien entendu indéfiniment sous le radar…

    maintenant ça serait drôle un arrêt bosman du dopage. Genre un coureur gagne un procès contre le principe même du passeport biologique et on se retrouverait avec un peloton à 99 de vo2max l’année suivante.

    0
    0
  16. toutouille26

    riis ne gagne pas le tour au hasard, car on ne gagne pas le tour au hasard; il me semble qu’on en a deja parlé…
    disons que s’il a inventé son niveau physique, il l’a gagné avec son intelligence alors, car il a été un bon manageur pour pas mal de coureurs
    néanmoins, je reste bien sur convaincu qu’il est pourri ce type

    0
    0
  17. alain39

    Merci didier pour cette analyse qui donne une meilleure appréhension de comment les coureurs doivent se doper et confirme que ce dopage requiert un suivi médical poussé.
    Nous sommes loin des 2 cachets d’amphets et donc les résultats de telles protocoles de dopages sont bien évidemment sans commune mesure.
    Il est important de constater que les professeurs qui se prononcent sur le cas Armstrong s’accordent à reconnaitre l’aspect anormal des contrôles.
    C’est cette anormalité qu’il faut comprendre.
    Physiologiquement la seule explication passe par une perte de liquide ce qui milite en faveur d’une déshydradation significative ou une diahrrée ou vomissements. Nous savons tous que tout au long de ce tdf Armstrong n’a jamais invoqué un quelconque souci physique ce qui semble militer en faveur d’une déshydradation qui est plus sournoise si peu prononcée.
    Je me suis permis le parallèle avec 2003 dans le seul but de nous rafraichir la mémoire et j’attends pour ma part la réponse de l’intéressée.
    Quand je mentionne la « lassitude » de Armtrong je fais référence aux presque 3 minutes perdues lors de la grande étape de montagne.
    La fameuse déshydradation de 2003 avait été mise en avant (par Armstrong et Bruyneel) pour expliquer son mauvais chrono de Montpellier (perdu beaucoup de temps sur la fin et donc dans un état proche de la défaillance)et par la suite son absence de domination dans les étapes suivantes. Selon les 2 compères (toujours en 2003) sa domination sur Luz Ardiden avait coïncidé avec la disparition des effets physiologiques de cette déshydradation. Il lui fallait selon eux plus de 3 jours pour totalement récupérer l’intégralité de ses facultés physiques.
    D’ailleurs nous avions pu en mesurer la portée lors de cette fameuse étape ou après une chute il se permet de sortir un grand numéro
    Or sur ce tdf si déshydradation il y a eu il n’a pas mis 3 jours à récupérer si on considère qu’elle est intervenue durant le jour où il perdu le plus de temps. Car force est de constater que tout au long de ce tdf Armstrong a été plutôt constant et a perdu du terrain de façon linéaire sauf sur le ventoux où il a réussi à faire jeu égal avec les meilleurs. or les études de Porteleau attestent que le ventoux n’a pas été escamoté et donc si il avait subi une déshydradation il aurait dû encore en ressentir les effets sur le ventoux et perdre encore du terrain comme sur toutes les arrivées au sommet de ce tdf.
    Il serait opportun de rapprocher ces résultats avec ceux du giro et voir si nous observons la même courbe hématologique.
    En l’espace d’un mois il ne peut être raisonnablement considéré que ses capacités physiologiques aient évolué d’une façon significative ou alors c’est à rien n’y comprendre avec la médecine et la biologie.
    A suivre.

    0
    0
  18. Marmotte

    Merci Didier pour ce topo. Très instructif, et effectivement, le modus operandi décrit semble tenir la route. Ça pourrait expliquer pourquoi les tests sur les différentes populations de globules routes n’attrapent pas les tricheurs. Vraiment très « eye-opener » comme texte. Je n’avais jamais pensé à la re-transfusion au fur et à mesure des vieux globules.

    Pour ce qui est de l’histoire de déshydratation, ce n’est que pure spéculation. Oui, tout ce que Alain dit est « possible », mais ça reste tout simplement de la spéculation, avec des liens de cause à effet qui ne tiennent à rien du tout. Tout a « pu » se passer ainsi, ou complètement différemment, on peut bien imaginer ce qu’on veut. Si l’état d’hydratation était le SEUL facteur en cause dans la performance d’un cycliste, et si on avait une mesure fiable et CONNUE de l’était d’hydratation d’Armstrong de jour en jour, et si on comparait des étapes tout à fait égales de jour en jour, alors on pourrait se lancer dans une tentative d’analyse. Mais avec des dizaines de facteurs qui évoluent en même temps, des étapes dont on ne peut objectivement juger du coefficient de difficulté, toute discussion du genre n’est que le fruit de l’imagination. Même si on y utilise des marqueurs de relation comme « donc » et « parce que », ça ne veut pas dire que la relation entre 2 choses est réelle et certaine.

    En ce qui a trait au fait que ça prend 3 jours se remettre d’une déshydratation… qui a dit cela ? Armstrong et Bruyneel peuvent bien dire ce qu’ils veulent pour entourlouper les médias, les fans, les adversaires… En réalité, branchez-vous un soluté pendant la nuit et merci-bonsoir la déshydratation le lendemain matin. Je ne sais pas si ça se fait, mais je verrais difficilement un argument pour l’interdire et encore moins un test pour détecter… de l’eau et du sel!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.