Astana: je ne comprends pas

Ou plutôt si: je comprends que c’est probablement pour d’uniques raisons légales que la licence WorldTour de l’équipe kazakh Astana a été maintenue hier par l’UCI.

Parce que du côté sportif, je ne vois aucune justification. Pas moins de 5 contrôles positifs en quelques semaines fin 2014. Un manager général multi-récidiviste en la matière lorsqu’il était coureur. Des performances régulièrement surprenantes, et des coureurs transfuges de d’autres équipes qui se remettent miraculeusement à marcher du feu de Dieu dès leur arrivée dans l’équipe. Des maladies subites de coureurs la veille des course, qui sonnent comme des retraits en panique devant des paramètres biologiques anormaux. Et des coureurs comme Nibali qui, se trainant quelques semaines avant, redeviennent des avions de chasse sans compétition mais au terme de stages de « préparation » loin des regards indiscrets.

On continue manifestement de nous prendre pour des cons. Ou alors il faut vraiment que j’aille m’entrainer à Ténérife en janvier prochain, je vais me mettre à gagner des courses sénior 1-2 au Québec en 2016!!

On essaie toutefois de nous rassurer: l’équipe Astana devra se plier à un suivi serré de l’Institut des Sports de l’Université de Lausanne.

Mouais. Voire que les scientifiques de Lausanne pourront s’assurer que dans la réalité, Astana est au dessus de tout soupçon! Comme leur premier rapport le soulignait, il y a la théorie, puis il y a la pratique du quotidien. Un monde de différence. Surtout qu’il a été démontré que l’équipe Astana ne fait pas suffisamment de suivi avec ses coureurs issus de multiples nationalités différentes, donc vivant partout en Europe.

Je n’ai une confiance aveugle dans aucune équipe cycliste professionnelle, pas même les équipes françaises. Mais j’estime qu’il y a des raisons de croire qu’Astana est pire que les autres, ne serait-ce que pour des raisons culturelles au niveau des pratiques et de la « culture de la gagne » souvent différente plus à l’Est de l’Europe, un héritage du passé. J’estime que les 5 contrôles positifs étaient largement suffisants pour montrer que cette équipe n’est pas digne d’un certain niveau de confiance, surtout dans le contexte actuel du cyclisme qui a derrière lui 20 années noires en matière de dopage.

Le lustre de Brian Cookson vient malheureusement de prendre un sérieux coup, et son mandat tout entier restera taché selon moi de cet échec à imposer sa vision des choses.

7 Commentaires

  • Soumis le 24 avril 2015 à 1:42 | Permalien

    J’avoue ne pas comprendre non plus. Comment accorder du crédit à l’UCI après ça ? Le peu qui avait été regagné par l’élection de Cookson vient d’être perdu. Ça envoi un message très négatif à ceux qui essayent de courir proprement. Comment encore y croire alors que les multi-récidivistes courent toujours et qu’on les laisse faire en toute connaissance de cause…
    Dans certains articles, j’ai lu que le fait que le Kazakhstan pesait lourd dans le monde sportif avait joué dans cette décision. Cela veut dire que l’on fait passer le business avant le sport. Ce n’est pas ce qui est reproché à Verbruggen dans le rapport du CIRC ?
    Bref, le cyclisme a encore volontairement raté une occasion d’écarter des personnages peu respectables qui lui nuisent.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 8 votes)
  • Soumis le 24 avril 2015 à 1:59 | Permalien

    Je suis agent de voyages, receptif…je devrai m’installer aux Canaries pour « booster » mon affaire!!
    Si cette equipe avait comme sponsor une marque de lessive ou de culottes, elle serait probablement deja out.
    Mais il s’agit du Kazhakstan, et il y a des interets politiques et surtout economiques a considerer…

    N’oublions pas que nous voyons la du sport professionel: managers, fedes, tout le personnel tous tres impliques car il ya de l’argent a faire et tant que l’on continue a regarder la TV, (ou plutot sommeiller devant!) cela va continuer.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 13 votes)
  • thierry Mtl
    Soumis le 24 avril 2015 à 8:00 | Permalien

    J’aimerais bien voir les photos de la Gazzetta dello Sport montrant du personnel d’Astana avec le Dr Ferrari en 2013 (ou 2014 ?). « Une photo a été prise, ajoute le quotidien sportif italien » (selon le Figaro). Cette rumeur n’a jamais donnée de preuves. Très bizarres pour un quotidien qui devrait normalement montrer ce genre de photos pour gonfler son tirage. Cette photo, si elle existe, à une grande valeur. Alors, où est-elle cette photo ?

    Cela illustre bien l’Affaire Astana. Quelques faits bien démontrés (dopages sportif… sanctionné), beaucoup de rumeurs (des photos, quelles photos ?) et un peu d’ethnocentrisme (le tricheur provient d’un autre pays et d’une autre culture).

    Le problème est que seules les preuves vérifiables et objectivables peuvent être utilisées dans une procédure légale. Le résultat… la décision d’hier.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 9 votes)
  • Nelson
    Soumis le 24 avril 2015 à 2:45 | Permalien

    Astana a probablement fait son lobbying pour le maintien de sa licence et l’équipe a probablement ses leviers pour faire les pressions aux bon endroits.

    Quand tu vois des coureurs passer sous la barrière de passage à niveau abaissé dans Paris-Roubaix sans qu’aucun coureur ne soit réprimandé alors que le règlement est clair. Je suis en droit de me poser la question quel est l’intérêt premier de l’UCI. Il y a des intérêts qui dépassent ceux des coureurs ou du cyclisme.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -2 (from 4 votes)
  • Josef Koba
    Soumis le 25 avril 2015 à 8:38 | Permalien

    Dans le cyclisme professionnel, c’est comme dans les combats de catch ou dans les ententes illicites : les règlements ne concernent que les spectateurs ou plutôt les consommateurs. On les rédige, on les brandit, on s’en sert d’armoiries ou de boucliers … et surtout, on ne s’en sert jamais ou alors que pour ceux qu’on a éjectés. Par définition, dans un milieu de tricheurs la seule règle c’est l’anomie, c’est la débrouille et la tricherie.
    Effectivement que cela concerne le Kazakhstan, cela joue. Mais il y a une autre dimension à ne pas négliger : il faut se poser la question suivante : le milieu veut il éjecter Martinelli, Nibali, Scarponi,et autres… Je ne le pense pas.
    Rêvons deux secondes : supprimons la licence Astana. Qu’est ce que cela changera à la tricherie? Pensez vous que c’est le président du Kazakhstan qui depuis son palais de marbre demande à Nibali d’aller se « préparer » au mont Teide? Les coureurs et l’encadrement iront se recycler ailleurs. L’éjection de Festina a t elle supprimé le dopage ou même seulement limité le tricherie?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • mikael
    Soumis le 25 avril 2015 à 10:21 | Permalien

    Quel règlement? A partir de combien de cas de dopage une équipe est-elle exclue du World Tour? Pour combien de temps? Quels sont les pénalités financières, les obligations? Reste le paramètre « éthique » de la licence… qui n’a (heureusement) aucune valeur légale, car il ne repose sur … rien.

    Officiellement, les cas de dopage dans l’équipe Astana sont des cas isolés. Et certaines équipes ont déjà fait pire (en nombre), sans être inquiétées.

    Y’a t-il des preuves d’un dopage organisé au niveau de l’équipe, demandé ou orchestré par ses dirigeants?

    La conclusion était connue d’avance.

    Plutôt que de se baser sur des appréciations à postiori et des évaluations éthiques hasardeuses, les dirigeants de l’UCI ferait mieux de définir un règlement solide et chiffré à destination des équipes. Les coureurs y sont bien soumis.

    Par exemple, deux cas de dopage entraîne une relégation de l’équipe en division inférieure, ou une interdiction de courir pour l’année.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • bigmouse
    Soumis le 27 avril 2015 à 12:20 | Permalien

    thierry Mtl

    => l’eviction de festina quand meme permis de faire un peu le ménage en france

    tt n’est pas nettoyer mais ca à contribuer a améliorer les choses

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!