Antoine Vayer sort du bois

* »Cyclismag s’inquiétait plus tôt cette semaine de la disparition d’Antoine Vayer »:http://www.cyclismag.com/article.php?sid=1669 ; voilà qu’il sort du bois simultanément sur « VéloChronique »:http://www.velochronique.com/ et sur La Flamme Rouge ! Ces deux sites ont collaboré pour vous proposer, dans les prochains jours, un entretien passionnant avec Vayer qui, lorsque vient le temps de parler de ce qui se passe réellement dans le cyclisme, ne s’économise jamais, parle avec verve et sans mâcher ses mots, loin de la langue de bois de nombreux journalistes apparemment plus prompts à préserver l’image du cyclisme qu’à en dénoncer les problèmes criants.*

*Ancien entraîneur de l’équipe _Festina_, de Christophe Bassons et de Jérôme Chiotti, Antoine Vayer refuse en effet la solution du dopage ; sur cette question, ses propos sont généralement sans détour. Pour « réinventer le cyclisme », il ne se gêne pas pour décrire ce milieu comme infesté par la tricherie et prend pour arguments ses calculs sur les puissances développées par les cyclistes professionnels, dont certaines des performances lui apparaissent humainement impossibles. On se souvient de ses chroniques acides ou cyniques dans Libération ou L’Humanité. Actuellement Professeur d’Education Physique et Sportive à Laval, Antoine Vayer n’a plus beaucoup parlé depuis un an, si l’on excepte ses chroniques sur l’entraînement dans le mensuel Le Cycle.*

*C’est donc sur « VéloChronique »:http://www.velochronique.com/ et La Flamme Rouge que dès ce soir, Antoine Vayer a accepté de reprendre le dialogue public. La suite de l’entretien sera quotidiennement diffusée en alternance sur ces deux sites, à partir de demain. Et c’est avec plaisir que nous vous offrons cette bonne dose de sain réalisme, ceci afin de vous permettre de toujours rester lucide sur ce qui se passe réellement dans ce sport qui nous passionne. Bonne lecture!*

Propos recueillis par Raphael Watbled et Laurent Martel.

*Vélochronique et La Flamme Rouge* : Antoine Vayer, est-ce que vos calculs sur les puissances développées par les coureurs sont remis en cause, ou sont-ils définitivement tenus pour fiables ?

*Antoine Vayer* : Les travaux sur les puissances ne sont pas nouveaux, ni les miens ni ceux surtout de Frédéric Portoleau (l’ingénieur qui fait les monstrueux calculs exhaustifs indirects par vidéos). Ils n’ont jamais été remis en question. C’est impossible, sauf à vouloir se tirer une balle dans le pied. Car ils sont validés par tous ceux qui s’intéressent à la chose, ne sont pas magiques mais scientifiques et archi connus. On est plus au XIIIème siècle mais pas non plus au XVIIIème, celui des lumières, en cyclisme.

Si le vélo est un sport de valeur relative, on ne devrait pas se ficher de savoir (pour qui prétend être contre le dopage) à quelle vitesse Anquetil et Poulidor ont grimpé le Puy-de-Dôme en 1964, Hinault et LeMond L’Alpe d’Huez en 1986, mais pourquoi et comment (avec quoi) ils en sont arrivés là. Et pourquoi et comment, malgré leurs moyens respectifs utilisés de l’époque, ces derniers sont des juniors en valeur absolue face à des coureurs actuels sortis de nulle part, des ânes devenus chevaux de courses. C’est du calcul physique et mathématique, historique, aussi simple que 1+1=2, (c’est juste un peu plus complexe) que nous avons expliqué dans « _Pouvez vous gagner le Tour?_ »:http://www.polarfrance.fr/002_html_Accessoires/3_Accessoires_Fiche_MNG-Gagner-Tour.htm (NDLR : F. Portoleau et A. Vayer, éditions Polar, 2002).

M’enfin un jour peut-être qu’un « scientiste » d’une revue « spécialisée » finançant une épreuve nous dira que la Terre est plate, vu que certains cols le sont apparemment. Aux États-Unis bientôt peut-être. « Lefred-Thouron »:http://www.lambiek.net/fr/lefred_thouron.html ou « Luz »:http://www.homme-moderne.org/images/graf/luz/ pourront alors se déchaîner pour notre plus grand plaisir. Sauf si nous brûlons avant sur le bûcher. C’est impossible maintenant puisque des gens comme moi « ne tuent plus le vélo » subitement après l’histoire Armstrong et que sont condamnés officiellement ceux qui se taisent plutôt que ceux qui parlent… Voilà bien un retournement de situation pour le moins sympathique et une reconnaissance absolue qui atténue la bassesse des coups reçus ces dernières années. Christophe Bassons apprécie mais n’est pas dupe. En outre cette reconnaissance est faite par certains qui ont donné les coups ! C’est-y pas formidable ? Ou bien il y a une autre urgence : la mort du petit cheval ? A votre avis ?

Demain, lisez la suite sur « Vélochronique »:http://www.velochronique.com/.

3 Commentaires

  • stephane
    Soumis le 27 novembre 2005 à 3:38 | Permalien

    Excellent !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 27 novembre 2005 à 8:48 | Permalien

    Plusieurs choses :

    -la mise en page de LFR ne s’est pas arrangée : pour pouvoir lire les articles d’octobre, j’ai été obligé de hanger chaque fois le numero de l’article dans l’URL! a quand dans la colonne de droite des liens mensuels facilitant la lecture???

    -le fait que vous jugiez très bon le tracé du tour 2006 me laisse pantois! l’étape “reine” des pyrénées se termine par une autoroute à 5 %!, les étapes des alpes sont presque aussi mal tracées (et quelle originalité : le galibier et l’alpe d’huez!!! on frise l’indigestion)
    les CLM une fois encore, sont trop long( une simple étude montre qu’entre les favoris, on crée beaucoup plus d’écart sur 1 km de CLM que sur 1 km de pente rude -dopage oblige)

    et enfin, vous regrettez l’absence des CLM/E!! Là je comprend encore moins! le cyclisme est d’abord un sport individuel. Et déjà que un CLM est chiant à regarder pour untéléspectateur (je sais que je vais être contredit, mais par mauvaise foi : PERSONNE ne s’excite plus devant un CLM que devant une étape légendaire de montagne; personne!)

    -le giro : vous croyez que le tracé dur favorise le dopage; Dois-je rappeler que des gens se dopent pour courir 100 mètres?

    l’intéret de la lutte anti-dopage est lié aux étapes dures : c’est peut-être cynique, mais la beauté du cyclisme est proportionelle à la SOUFFRANCE des coureurs. NOus voulons des défailances, des gros écarts! des renversements de situation! des “jours sans”! et cela passe 1)par la lutte antidopage scientifique (le dopage à l’ancienne ne modifiait pas vraiment l’ordre des valeurs) ET 2) par des étapes difficiles.

    Voilà, excusez-moi pour ces multiples coups de gueule mais c’est de la part de quelqu’un qui apprécie beaucoup votre site!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • toutouille26
    Soumis le 28 novembre 2005 à 4:00 | Permalien

    c’est bienn qu’il revienne , mais on veux les puissances !!!
    c’est trop croustillant!
    pour ce qu’il pense , les articles de l’huma sont bien assez explicites, pour l’instant rien de nouveau…
    je suis quand même totalement derrière lui car je pense pareil.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!