Affaire Froome: 7 millions d’euros!!!!

Après une absence de plusieurs jours à l’extérieur du pays avec connexion Internet limitée, La Flamme Rouge revient progressivement au service normal.

Et comme vous, j’ai été choqué d’apprendre que l’UCI abandonnait l’affaire du Salbutamol de Chris Froome, et donc le blanchissait de tout soupçon.

Cinq jours avant le début du Tour de France… Orchestré vous dites?

Surtout, je suis outré d’un chiffre, celui avancé par de nombreux sites d’information: 7 millions d’euros.

C’est ce que l‘équipe Sky aurait dépensé pour assurer la défense de Chris Froome dans cette affaire, engageant les meilleurs avocats (Mike Morgan) et produisant apparemment 1500 pages d’un dossier étoffé, à grand renfort “d‘études scientifiques” commandées depuis 8 mois.

7 millions d’euros!

En 2015, le coureur moldave Alexandr Pliuschin n’a pas eu cette chance: controlé lui aussi avec un niveau de Salbutamol trop élevé, il a été suspendu de son équipe puis sanctionné 9 mois par l’UCI. Sa carrière est aujourd’hui terminée… Sans oublier les cas de Diego Ulissi (2014) et Alessandro Petacchi (2007), eux aussi suspendu par l’UCI pour des niveaux excessifs de la même substance…

Froome n’a non seulement pas été suspendu par son équipe, mais il s’en sort en soulevant un “doute raisonnable”, c’est à dire que les niveaux très élevés de Salbutamol trouvés dans son organisme peuvent découler d’une prise de ce médicament “dans les limites acceptées”. En d’autres mots, selon le rapport soumis par la Sky, on ne peut pas dire que Froome a essayé de tricher.

Le dossier élaboré par la Sky montrerait que Chris Froome est un cas particulier, et qu’il stockerait dans ses reins ces substances, plutôt que de les éliminer. L’AMA a parlé d’un cas “extrêmement complexe”.

C’est très intéressant: Froome serait en fait un très grand malade. Voyez un peu:

  • atteint de bilharziose
  • souffre d’asthme sévère (très pratique pour les AUT)
  • souffre d’urticaire
  • atteint de blastocystose (très pratique pour expliquer l’extrême maigreur…)
  • atteint de fièvre thyphoide

Avec de nombreuses voies qui s‘élèvent pour affirmer qu’on assiste actuellement dans le peloton au retour d’un dopage plus “classique” et utilisé grâce notamment aux AUT et autres justifications médicales, je pense que c’est ca la stratégie actuelle: passer pour un grand malade! Un petit coup (donc autorisé) de ceci pour maigrir et donc atteindre un rapport poids-puissance exceptionnel, un petit coup de ceci pour la respiration, un petit coup de cela pour la récupération (en plus de tout le reste, cryothérapie et autre), et vous avez les ingrédients actuels du super-champion. Sans  oublier bien sûr les stages à Ténérife pour faire des globules…

Le grand malade Chris Froome sera donc présent sur le Tour, blanc comme neige (et blanc comme un drap). Reste à voir l’accueil du public… je crois personnellement que ca risque de mal se passer. Les huées seront plus nombreuses que jamais selon moi.

Froome sort indemne de tout ce scandale. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant du cyclisme…

8 Commentaires

  1. Soumis le 5 juillet 2018 à 1:14 | Permalien

    Voici la bombe ou si vous préférez, le chat qui sort du sac!
    Crédit: France Info. La terrible boulette!

     »e scientifique qui a déterminé le plafond du taux de salbutamol a concédé qu’il n’était pas valable. Le professeur Ken Fitch admet avoir « commis une terrible boulette ». Une information qui tombe en plein milieu de l’ouragan Froome. Le coureur Britannique vient tout juste d’être blanchi par l’Union cycliste internationale (UCI) après son contrôle positif au salbutamol sur la Vuelta 2017. Il avait alors un taux deux fois supérieur à la limite autorisée. Le coureur de la Sky s’était défendu en expliquant qu’on n’avait pas pris en compte sa déshydratation.

    L’Agence mondiale anti-dopage (AMA) « a accepté que le salbutamol que vous prenez et son niveau dans l’urine ne correspodent pas forcément. Ils auraient dû l’accepter il y a longtemps », explique Ken Fitch. Ce professeur australien, dont les recherches ont permis d’établir les taux autorisés de salbutamol dans les urines a reconnu dans le Times qu’il s’était complètement trompé.

    Il y explique notamment que ses tests ont été pratiqués dans les années 1990 sur des nageurs, c’est-à-dire des sportifs qui effectuent des efforts d’une heure maximum. Difficile donc d’établir un point de repères avec les cyclistes, qui pédalent environ 5 heures par course. Ajoutez à cela, la fixation d’un seuil qui ne prend pas en compte la densité, corrélée à la déshydratation du coureur. « 

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  2. Edgar Allan Poe
    Soumis le 5 juillet 2018 à 1:56 | Permalien

    Merci Missbecaneenfolie. Ce scientifique confirme, presque mot pour mot, les déclarations de Jean-Pierre de Mondenard.
    GRAND MONSIEUR que ce Dr De Mondenard.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. Thierry mtl
    Soumis le 5 juillet 2018 à 3:38 | Permalien

    C’est une partie de la justice que de ne pas pouvoir défendre un dossier. On ne tient pas une charge sans avoir la preuve pour gagner.

    L’argent de la Sky pour défendre Froome permettra peut-être de rendre une justice plus scientifique.

    De plus, on parle de Ventolin. C’est une substance mineure.

    Landis disait la semaine dernière qu il prenait une injection d’opiacés avant les CLM. Ceux ci seraient encore permis. Ca c’est de la dope !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  4. Soumis le 5 juillet 2018 à 4:09 | Permalien

    Tout de même, la recherche Ventolin et machin truc chimique pharma plus appliquée au cas réel des cyclistes dans un effort surhumain que le sport et les organisateurs leur imposent, doit se poursuivre.
    Un vrai protocole de mesure et les effets réels sur la perfomance (non autorisée= dopage).
    UCi devrait ramener la distance d’une course pro à 200 km max…Revoir aussi le niveau de difficulté.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. Soumis le 5 juillet 2018 à 4:16 | Permalien

    Guimard : « L’affaire Froome, une sorte d’enfumage »

    http://www.cyclismactu.net/news-chronique-guimard-l-affaire-froome-une-sorte-d-enfumage-75951.html

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 5 juillet 2018 à 9:30 | Permalien

    Dans Sport et Vie. on réévoque un moyen (a priori) simple de lutter contre le dopage, avec une belle référence à Astérix: le marquage des produits interdits (pour la pratique du sport dit de compétition).
    Bien entendu, il y a des difficultés, et il serait alors bon d’obtenir la mise en place de sanctions contre les labos qui s’y soustrairaient, et ça augmenterait les couts des médicaments dont on ne doit pas oublier qu’ils servent d’abord à soigner des malades, peut-être d’autres difficultés (il faudrait entendre des chimistes et des biologistes). Plus largement, c’est donner beaucoup d’importance au « sport ».
    Il n’empêche, l’idée n’est-elle pas à creuser?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. Nikko
    Soumis le 6 juillet 2018 à 1:46 | Permalien

    Les 50 premiers commentaires :

    http://laflammerouge.com/affaire-froome-7-millions-deuros/comment-page-1/

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  8. Edgar Allan Poe
    Soumis le 6 juillet 2018 à 1:58 | Permalien

    @Missbecanenfolie. Diminuer les distances parcourues n’est pas une solution. C’est le cas depuis plus de 20 ans, et les problèmes de dopage ne diminuent pas. En gros, plus court = plus vite.
    Et si tu limites à 200 bornes, tu changes le profil des protagonistes : Jalabert, par exemple, passait très bien les courses en dessous de 200 bornes, un peu moins au dessus.
    @Otto. Guimard évoque aussi Bouhanni. En mars, je l’ai vu seul tourner en rond sur son vélo, sur une place publique, à l’arrivée du CLM de Paris-Nice à St-Etienne. Un quart d’heure après son arrivée, aucun soigneur ne lui avait donné de veste ou de vêtements pour se changer, et il pluvinait. Triste sort.
    @LBA. Tu l’as dit toi même : le cyclisme est victime du capitalisme auquel rien ne semble pouvoir échapper. Ce n’est que du sport. Et vu les enjeux mis en place, ne serait-ce que pour les marques de fabricants de vélo, il n’y aura pas de retour en arrière. Avant de cogner le mur ?
    Alors notre idée de mettre en sécurité les cyclistes sur la route, avant qu’elle ne permette de lever des fonds et qu’un décideur ne s’empare de la cause…il y aura eu des morts sur les routes!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!