Woods, avec la manière

De plusieurs manières, on attendait depuis longtemps que Mike Woods en claque une belle. C’est enfin chose faite avec cette victoire hier sur Milan-Turin, au terme de la fameuse ascension de la Superga, une belle rampe finale d’environ 5 kilomètres à 9% de moyenne, avec un passage à 14%. Parfait pour les qualités de grimpeur de Woods, et il a su cette fois en profiter.

On attendait depuis longtemps car on sentait bien que Woods était en forme ces dernières semaines. Il s’est tapé de gros entrainements dans la région d’Ottawa-Gatineau et de l’Estrie avant d’attaquer les GP de Québec et Montréal où il n’a pas su faire la différence. Les conditions climatiques des Mondiaux ne lui pas davantage permis de s’exprimer. Avec cette récupération forcée, il a peut-être assimilé davantage la charge d’entrainement d’il y a quelques semaines et il pète désormais le feu!

Chose certaine, Woods commence à nous habituer à des fins de saison excitantes. C’est un homme de l’automne! Il avait gagné l’an dernier à cette époque une étape de la Vuelta avant de terminer 3e des Mondiaux en Autriche, derrière Valverde et Bardet.

On attendait également depuis longtemps une victoire canadienne sur une classique d’un jour en Europe, la dernière remontant probablement à celle de… David Veilleux en 2012 sur les Tri Valle Varesine, une course disputée il y a quelques jours.

Surtout, Woods s’est imposé de brillante façon hier.

Il a d’abord su appliquer la pression tôt dans l’ascension. Un grimpeur comme lui ne pouvait espérer décrocher Valverde ou Yates dans le dernier kilomètre si ces derniers s’y étaient présentés frais. À son époque, Pantani, pur grimpeur s’il en est, l’avait compris et n’attendait jamais les derniers kilomètres des cols pour « mettre en route ». On pouvait suivre son rythme sur un ou deux kilomètres, pas sur 10.

En appliquant la pression pendant 4 kilomètres, Woods a usé les Valverde, Yates, Bernal, Mollema, Fuglsang, Benoot et s’est débarrassé de tous les autres coureurs. Seul l’autre grimpeur du lot, le Français David Gaudu, a su donner la réplique à Woods durant l’ascension, lançant lui aussi plusieurs attaques qui ont fait mal à tout le monde.

Woods a également démontré une belle maitrise de la course en couvrant toutes les attaques dans les derniers 4 kms, sûr de sa forme. C’était carrément beau à voir! Et je suis d’avis qu’il y avait un petit peu du coup de pédale de… Alberto Contador dans celui de Woods, surtout en danseuse.

Gaudu m’a surpris plusieurs fois, il avait l’air à la rupture et attaquait quand même. Il s’est bien battu.

Et de voir Valverde encore en jeu pour la gagne sous la flamme rouge n’était pas rassurant non plus, ce vieux briscard ayant encore un punch redoutable dans les derniers mètres d’une arrivée en côte, et beaucoup de métier. Woods a très bien manoeuvré en appliquant la pression pour le lâcher aux 300 mètres.

Bref, une très belle victoire qui prouve sans l’ombre d’un doute que Woods peut désormais faire jeu égal avec les plus grands du peloton pro, sur les plus grandes courses.

Son entrevue d’après-course est ici.

La Lombardie samedi

Un texte présentant les enjeux de la course sera diffusé demain. En attendant, Woods s’inscrit comme un grand favori pour samedi, mais derrière Primoz Roglic selon moi, ce dernier marchant en ce moment du feu du Dieu.

On annonce beau et doux du côté de Côme samedi, ca sera parfait pour Messieurs les coureurs.

Woods aura toutefois beaucoup plus à faire samedi. La course est beaucoup plus longue et difficile, on attaquera le redoutable Mur de Sormano au km 185 et la course en comporte 243, contre « seulement » 179 hier. Milan-Turin se résumait à une course sur les 30 derniers kms, les premiers 150 étant tout plat. En Lombardie, ca sera plus usant sur les 180 premiers kms. Et ca roulera probablement plus vite tôt.

Woods dispose toutefois d’une belle rampe, le Mur de Sormano, pour faire un gros écrémage. Gageons que la course se lancera réellement à cet endroit, avant l’explication finale dans l’enchainement Civiglio-San Fermo Della Battaglia. C’est là que Pinot avait lâché Nibali l’an dernier avant de s’imposer à Côme. Le plan de match est clair.

Woods ayant plusieurs saisons professionnelles à son actif, les 243 kilomètres ne devraient plus être un problème samedi. S’il est bien épaulé par son équipe, il peut gagner, aucun doute là-dessus.

Je souhaite une première victoire canadienne sur un Monument du cyclisme samedi!!! Go Mike! L’histoire du cyclisme canadien te tend les mains…

6 Commentaires

  • Bigmouse
    Soumis le 10 octobre 2019 à 6:16 | Permalien

    Houchhhh là déclaration de Woods et l’arrivee (lu dans l’équipe). « J’ai vu une vidéo de lui (Roglic) du tour d’emilie quand il franchit la ligne, au san luca, son visage reste sans expression, sans un trait de fatigue, Roglic c’est robocop, c’est est décourageant »

    Ça s’interprète comment ça?😉

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +11 (from 11 votes)
  • mmm
    Soumis le 10 octobre 2019 à 9:22 | Permalien

    Lombardie
    **** Robocop
    *** Woods, Valverde, A. Yates
    ** Gaudu, Bernal, Latour, Higuita, Teuns
    * Gilbert, Benoot, (Betancur), Fuglsang, Ulissi

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 10 octobre 2019 à 11:24 | Permalien

    Je viens de voir le « Gran Piemonte » … Ecoeuré , dégouté … Excusez moi mais certains ont beau dire « la montée n’était pas si raide » , moi j’ai vu une course de « Mobylettes » , Inéos en tête !!! Les gars roulent tous les jours en entrainement pour la « Lombarde » ou pour se « faire » une belle semi-Classique , (en fin de saison !)..
    Je ne renie pas le « charme des dernières épreuves transalpines » que j’ai encensé encore récemment , mais là , j’ai comme le sentiment qu’on teste pour 2020 la dernière « molécule à la mode » vu la vitesse à laquelle les furieux sont montés … Heureusement , peut-être(!) que deux « AG2R » étaient de la fête pour me faire croire que tout est normal dans le meilleur des mondes ! Ou je veux bien me tromper et que quelqu’un du site me calme et me rassure …
    Oui, mmm , « Robocop » , même pas « marqué » par l’effort ,le visage poupon , et pas le seul !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 8 votes)
  • mica
    Soumis le 11 octobre 2019 à 5:00 | Permalien

    Noirvélo: tu as vu une course de mobylettes et moi j’ ai vu des mobylettes derriére des motos.
    Ce n’ était certes pas « Pantani Cipressa 1999 » mais ça pouvait y ressembler un peu.
    Il est vrai que quand les pentes sont sup. à 10 ou 12%, l’ aspiration joue moins, mais là ça se montait à 30 KM/ h et tout abris est bon à prendre et à été pris.
    L’ UCI a fait un exemple discutable aux Ch. du M. et le reste du temps elle laissera tout faire!
    L’ Italie est quand même en pointe dans ce domaine, et les fautifs ce ne sont pas souvent les coureurs eux même, mais les dirigeants organisateurs commissaires…
    Bon, il parait que je radote….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 6 votes)
  • Lbi
    Soumis le 11 octobre 2019 à 5:39 | Permalien

    Non c est la première fois que tu dis que tu radotes 😁

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • mica
    Soumis le 11 octobre 2019 à 1:10 | Permalien

    A rajouter, peut être, à ce que j’ ai dit ci dessus et que je ne vais pas répéter, une pente assez modérée(4 %, 5 %peut être 6 %, voire 7%maxi ?)
    Et, qui sait,surtout, un éventuel vent favorable….les images ne disent pas tout et sont parfois trompeuses de plus, les commentateurs sont en studio, à Paris; mais c’ est vrai, le coup de pédale de certains paraissait « onctueux ».
    ( remarquez, c’ est bien de commenter depuis Paris car s’ ils étaient en mode radio-télé-reporteurs, sur place, çà ferait quelques motos supplémentaires, comme, au moins, pour le Giro, ou il y a 1 moto de la chaine  » l’ équipe » en direct « dans » la course.
    J’ ai bien dit « dans » la course.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -3 (from 5 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!