Michal Kwiatkowski: la bête noire de Peter Sagan!

Sur l’attaque tranchante de Peter Sagan samedi dans le Poggio lors du final de Milan SanRemo, nous étions probablement plusieurs – j’en étais – à penser que la course était pliée.

Au courage, Julian Alaphilippe et Michal Kwiatkowski se sont pourtant accrochés, et ont réussi à basculer avec Sagan en haut de l’ascension, par la peau des dents il faut bien le dire.

Ca s’est joué ensuite au sprint, à la pédale, et j’ai trouvé Sagan très beau joueur en respectant bien sa ligne de sprint. Il aurait pu dévier sur sa gauche et gêner davantage Kwiatkowski qui revenait bien à sa hauteur. Bravo pour le fair-play.

La victoire de Kwiatkowski samedi n’est pas une surprise: si vous regardez les dernières éditions de La Primavera, vous constaterez que le Polonais a toujours été très remuant dans le final de la première grande Classique de la saison.

Je lis partout – dont de Sagan lui-même – que Alaphilippe et Kwiatkowski ne l’auraient pas assez relayé dans les 3 derniers kilomètres. Je ne suis pas d’accord! On a vu Alaphilippe essayer de passer vers la fin de la descente du Poggio, il a fait ce qu’il a pu. Ca allait probablement un peu vite pour lui, et sa technique n‘était probablement pas à la hauteur de celle de Sagan. Quant à Kwiatkowski, il est passé deux fois dans les deux derniers kilomètres, et n’a cessé de collaborer que dans le dernier kilomètre, fair enough lorsqu’on est avec un sprinter de la pointure de Sagan.

On est très loin, en tout cas, du comportement des adversaires de Fabian Cancellara dans les trois derniers kilomètres de plusieurs Milan SanRemo ces dernières années, où aucun ne passait.

Chose certaine, Peter Sagan n’a qu’une bête noire dans le peloton pro, et cette bête noire est Michal Kwiatkowski.

Ces deux là se connaissent et se font la guerre depuis les rangs junior. Je soupçonne Kwiatkowski de parfaitement connaître Sagan, ses faiblesses, ses signes de fatigue, comment le battre. Le Polonais a en tout cas frustré le Slovaque à plusieurs reprises ces dernières années.

Il y a eu notamment la Strade Bianche en 2014, ou le Polonais avait déposé le Slovaque dans la dernière grosse bosse vers l’arrivée.

Plus récemment, il y a eu le GP E3 l’an dernier, où échappés tous les deux, Kwiatkowski avait déjà battu Sagan au sprint.

En bref, Sagan a beau changer de look, laisser pousser ses cheveux et sa barbe ou les couper, il tombe de temps en temps sur un Kwiatkowski en forme qui réussit à le battre même sur son terrain, le sprint. Faut le faire!

Derrière ces deux là à San Remo samedi, un sprint royal, avec tous les sprinters: Kristoff, Gaviria, Demare, Degenkolb, Bouhanni, Viviani, Ewan, Matthews, Colbrelli et Bennati! Gageons qu’ils voudront bientôt prendre leur revanche… et ça promet cette saison. Seul un Mark Cavendish que j’ai trouvé bien gros a manqué la petite fête de l’arrivée à 60km/h!

11 Commentaires

  1. LaVoitureCaPue
    Soumis le 20 mars 2017 à 1:39 | Permalien

    Encore une fois : merci Sagan.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  2. yp78
    Soumis le 20 mars 2017 à 2:03 | Permalien

    une photo intéressante avec la position de la chaine sur le pédalier de sagan, ce qui explique peut tere la deviation de sa ligne dans le final, sagan ne le dira jamais mais il a surement un doute mais le lobbying economique shimano et spécialized l’oblige à la plus grande reserve, dommage !!

    http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Article/Battu-au-sprint-par-kwiatkowski-sur-milan-san-remo-peter-sagan-reste-un-perdant-magnifique/786798

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  3. alain 39
    Soumis le 20 mars 2017 à 4:59 | Permalien

    Sagan a dévié car le revêtement était mauvais à cet endroit et il était en déséquilibre en lançant son vélo.
    Comme il avait arrêté de pédaler à cet instant puisqu’il lançait son vélo la chaîne a quasi sauté.
    Mais ça ne l’a pas gêné dans son sprint.
    Sagan fait la descente devant et d’ailleurs dans cette descente il est quasi impossible de passer devant l’autre donc il a préféré assumer la descente car il est le meilleur dans cet exercice.
    C’est le bon choix.
    Au bas du Poggio Kwiatkowski a pris 2 relais et Alaphilippe 1 seul.
    Mais n’oublions pas que c’est au bas d’une descente et qu’ils ont profité de leur vitesse acquise dans la descente. Au bas ils sont à plus de 70 Km et il reste 2 km. En gros 1 km car le dernier est dédié au sprint et jeu de positionnement.
    Sagan lance à 250 m le sprint et Kwiatkowski se laisse volontairement décrocher car ainsi il sait qu’il complique la tâche de Alaphilippe.
    Malin mais c’est ce que l’on apprend dans les écoles de la piste.
    A ce moment Alaphilippe a plus de 3 vélos de retard et il reste 200 m. Bloqué dans l’aspiration de Kwiatkowski il lui faudra alors le passer sur les 50 derniers mètres et reprendre plus d’un vélo. Impossible sauf à être vraiment plus fort que les autres.
    Sagan a manqué de lucidité car face a 2 bons sprinteurs il devait lancer de près. Ce ne sont pas des manches Alaphilippe et Kwiatkowki sur cet exercice mais ils ne sont pas aussi explosifs que lui.
    Il est le plus explosif des 3 et donc il sait que sur son accélération il va leur mettre un bon vélo et demi (sur les 100 premiers mètres). Lui reprendre un vélo et demi sur les 100 derniers mètres est compliqué car il aura conservé sa vitesse. Car il n’est pas cuit Sagan, émoussé comme les 2 autres mais les 3 sont encore très véloces. La preuve ils se tiennent dans un mouchoir.
    Alaphilippe ne s’est pas affirmé en s’imposant sur Kwiatkowki pour se placer dans la roue de Sagan.
    On voit que sur le dernier km il regarde derrière et secoue même la tête en voyant que le peloton ne reviendra pas. Il est trop attentiste et ne semble pas totalement libéré.
    A ce stade de la course le psychique est très important et Alaphilippe doit assimiler rapidement que c’est lui le chef des Quick-step et qu’en qualité de leader il est là pour gagner pas pour aligner les podiums.
    Il a peur de s’imposer physiquement et mentalement en se plaçant en seconde position et reste comme un jeune coureur émerveillé d’être là avec les meilleurs.
    De même dans son équipe où il doit demander une garde rapprochée et ne pas se trouver dans le Poggio à la fois en position de leader et d’équipier de Gaviria.
    Il est esseulé dans le Poggio et il prend la roue de Kwiatkowski presque par chance.
    Ce dernier est emmené par ses équipiers et Sagan en leader s’est imposé pour être dans sa roue.
    150 mètre avant l’attaque de Sagan Alaphilippe était aux côtés de Gaviria et trop loin pour revenir sur Sagan si il avait attaqué à ce moment. Et d’ailleurs il remonte seul dans la roue des Sky. Anormal à ce stade de la compétition.
    Ses interviews sont des aveux: il est content d’être battu par les 2 derniers champions du monde, comme si ils étaient supérieurs à lui. Non c’est fini il est maintenant l’égal de ces mecs et il doit les battre et non se contenter de les accompagner.
    A sa place un Hinault aurait été fou de rage et aurait poussé une gueulante dans le bus de s’être trouvé seul sur le Poggio alors qu’il était le plus fort avec Sagan.
    Pour ce faire il lui faut s’imposer dans son équipe (pensez qu’il était remplaçant et confirmé que quelques jours avant la course. Une honte) mais aussi sur ses adversaires.
    Il est temps qu’il laisse sa gentillesse aux oubliettes et qu’il se mette dans la peau d’un leader. Il lui faut passer ce stade et alors il gagnera des courses. Lefévère doit l’y aider autrement il va vite devenir un éternel espoir et laisser passer une carrière.
    Il lui faut prendre un caractère de champion et non de super copain à la fois équipier et leader de rechange.
    Il vaut bien plus et il doit se départir de cette fausse humilité. Oui il est un des cadors et doit avoir une équipe construite autour de lui.
    Kwiatkowski a quitté les Quick step pour cette raison. Bien lui en a pris car c’est son équipe qui l’a bien placé dans le Poggio et ensuite il a pu profiter du jump de Alaphilippe pour revenir sur Sagan. Quant à A

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +14 (from 14 votes)
  4. nikko
    Soumis le 20 mars 2017 à 8:08 | Permalien

    Et un troisième vainqueur du Tour qui ne passe pas l’année :

    http://www.liberation.fr/sports/2017/03/19/cyclisme-roger-pingeon-la-mort-d-un-maillot-jaune-ecorche_1556852

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. thierry (mtl) bécyk
    Soumis le 20 mars 2017 à 9:15 | Permalien

    Alaphilippe est d’une polyvalence incroyable. Contre Henao et Contador sur Paris-Nice la semaine dernière, contre des sprinters Sur le long plat de Milan – San Remo, et prochainement dans les Ardennes ainsi que sur le Tour. Pas de complexe.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  6. J-Man
    Soumis le 20 mars 2017 à 11:17 | Permalien

    Froome a eu beaucoup de mérite à prendre des relais avec Sagan lors du TDF2016 avant de sprinter contre lui. Évidemment l’enjeu était différent, mais bon le panache aussi. Les 2 relais de Kwia n’étaient pas très appuyés et long non plus. Ça ressemblait plutôt à un subtile ralentissement de tempo, qui ne fut pas toléré longtemps par Sagan.

    Ce dernier a vraiment, à l’oeil, fait l’erreur de lancer le sprint dun peu loin pour un gars qui roulait devant, comme déjà mentionné. Surtout que le peloton était encore « loin ». Et Kwia a bien jouer l’effet de piste pour prendre de la vitesse, c’était évident.

    Mais c’est quand même impressionnant pour quelqu’un qui a de la jiclette surtout en montant pour son ratio W/kg, d’aller chercher assez de W/aero pour revenir sur Sagan avec un trou à cette vitesse. Surtout que ça a pris tout leur petit change pour revenir en montant sur le Poggio, démontrant une limite de Watts sur 1min. Bravo si c’est naturel, il est exeptionnel. C’est certain que Sagan a passé pas mal de cartouches et fait une erreur au sprint, mais quand même. Oublions GPE3, Sagan n’a même pas insisté tellement il était cuit. Justement, Sagan ne semble pas tjrs au top et il a des creux, des courses où il lui manque de quoi.

    Ceci dit mieux placé en s’imposant Alaphilippe aurait probablement gagné.

    Aussi, c’est moi ou les Sky se baladaient en mâchant de la gomme dans Poggio quand Dumoulin piochait sur les pédales et tout le reste du peloton baissait la tête en file indienne ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  7. john
    Soumis le 20 mars 2017 à 12:06 | Permalien

    Sérieusement, des commentaires de parfait coureur.

    @yp78
    Franchement, il bascule son velo a l’extrême et le pop avec un coup de pédale arrière pour pousser son velo avec les pieds perpendiculaire… on tombe dans le ridicule.

    @ Alain 39
    Voyons donc, la meilleure chose a faire est justement de créer cette espace alors que Kia peut parfaitement gruger le sillon et passer au plus prêt du velo lors de la plus haute velocité pour passer. Du coup il fait aussi chier Ala. Plein de coureur vont se decaler dans ce type de situation a 300 mètres. Le nez dans la roue empeche beaucoup un réponse parfaite d’augmentation de vitesse. Comme n’importe quel clown le fait dans un tournant du mardi pour relancer un coin.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. thierry (mtl) bécyk
    Soumis le 20 mars 2017 à 2:21 | Permalien

    J-man
    Vrai que la Sky en menait large sur le Poggio. Un sacré train après 280 k.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  9. cycloliv71
    Soumis le 20 mars 2017 à 2:35 | Permalien

    Un ajout au commentaire d’Alain 39, dans la même veine : Kwia a volontairement provoqué le trou car il savait pertinemment que Sagan partirait, et donc que c’était sa seule chance de revenir pour gagner…indépendamment de ce que ferait AlaPhilippe.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  10. lNoirvélo
    Soumis le 21 mars 2017 à 7:46 | Permalien

    Le Polonais à la différence du Slovaque, est un pragmatique, calculateur,opportuniste et prédateur …il ne lache pas le morceau ! Quand Peter improvise,imagine,fait le spectacle (avec brio,il faut le dire!) »Kwitat » attend son heure,planqué,silencieux.. Il sait qu’il n’a pas le « jump » de Peter, alors il calcule au plus juste,et c’est encore la roue de Julian qu’il faut prendre « sur le fil » pour revenir sur Sagan !!! il roule un peu comme Valverde, coureur complet et doté d’une science exacte de la course tout en connaissant ses limites , les « tours/minutes » à ne pas dépasser et sans avoir besoin de lunettes… Peter fait le gros du spectacle ,le show avec ces sympatiques attitudes philosophiques mais tous les coureurs en font partie … Dire que Kwia est un suceur, c’est profondément injuste (on dénigre tous les sprinters qui reviennent sur l’échappée matinale dans le dernier km ???); Sagan aussi, sait se faire discret pendant toute la course pour briller dans le final, non ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +7 (from 9 votes)
  11. alain 39
    Soumis le 21 mars 2017 à 9:23 | Permalien

    Je me rappelle de l’époque de Merckx où les mauvaises langues reprochaient à Zoetemelk de se contenter de sucer la roue.
    C’est à dire qu’il était déjà le seul à arriver à le suivre. Et ensuite il faisait comme il pouvait.
    Kwiatkowski a réussi à revenir sur Sagan et à le battre au sprint. C’est un exploit à ce niveau même si pour ce faire il a été aidé par Alaphilippe qui à mon sens était aussi fort que Sagan sur le Poggio.
    La question est de savoir est ce que Sagan aurait dû attendre une attaque de Alaphilippe ou Kwiatkowski pour les contrer. Ils allaient attaquer ce que nous a confirmé Alaphilippe qui d’ailleurs remontait précisément le groupe au moment de l’attaque. Kwiatokwki était amené par ses équipiers et allait aussi en poser une.
    Sagan a préféré les devancer mais il n’a réussi ni à les surprendre ni à être assez fort pour les lâcher.
    En attaquant Sagan se découvrait et n’avait d’autres solutions que d’aller au bout et d’assumer le poids de la course puisqu’il est en plus le meilleur sprinteur. Dans la descente il n’a pas fait de gros effort et le replat avant l’arrivée est de 2,2 km. Pas de quoi user ses forces.
    Ce que j’ai apprécié c’est que les 3 meilleurs étaient devant et ils se sont battus à la loyale. Aucun n’était cuit et d’ailleurs je suis étonné par la réflexion de Alaphilippe qui disait ne pas avoir des jambes extraordinaires. Qu’est ce que ça va être alors car il sort un super sprint.
    C’est rare que les échappés soient aussi proches les uns des autres. Fignon avait largement battu Fondriest, tout comme jalabert.
    Tous les 3 étaient un ton au dessus des autres.
    Sagan a perdu par pêché d’orgueil en lançant son sprint de trop loin.
    Alaphilippe a perdu par manque de confiance en lui.
    Kwiatkowski a gagné pour ces 2 raisons et parce qu’il a joué à merveille son positionnement et a eu de la chance. Il a fait avec ses moyens et la faute de Sagan lui a donné la victoire. Mais il fallait être là et ce n’était pas donné à tout le monde.
    Kwiatkowski est un coureur assez inconstant et rien ne nous dit qu’il va briller le reste de la saison. Rappelez vous 2015: il n’a rien fait après sa victoire sur l’Amstel et d’ailleurs Alaphilippe a grillé ses chances de gagner LBL a devoir le protéger.
    Valverde va devoir user de la marmite de potion magique pour les battre sur les ardennaises car les jeunes semblent avoir passé un échelon.
    Personnellement je trouve que c’est un super MSR avec un beau vainqueur, une belle montée du Poggio, une superbe descente, un beau sprint et un beau podium.
    Que demander de plus au risque de sombrer dans le chauvinisme ou la partialité.
    Merci les gars et si vous pouviez remettre ça durant la saison je suis preneur.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +16 (from 18 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!