Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le Tour de l’Avenir sans équipe canadienne: je ne comprends pas!

Le « Tour de France » des moins de 23 ans, le Tour de l’Avenir, s’est élancé récemment.

Sans équipe canadienne au départ.

Je ne comprends tout simplement pas comment notre fédé nationale peut omettre d’envoyer de jeunes coureurs à une course si importante pour leur développement, et pour leur carrière.

Rappelons que le Québécois David Boily avait terminé 2e de ce Tour de l’Avenir en 2011, une excellente carte de visite pour la suite. La carrière de David n’a pas pris une tangente linéaire par la suite, mais pour d’autres raisons.

Un jeune comme Adam Roberge, 19 ans, aurait tout à gagner à se frotter au peloton du Tour de l’Avenir. Non, je ne comprends pas pourquoi nous n’avons pas d’équipe nationale canadienne sur cette épreuve.

Plusieurs – dont Louis Barbeau, directeur de la Fédération québécoise des sports cyclistes – regrettent l’absence d’une série nationale pour les coureurs élite canadiens. Dans ce contexte, il est difficile de comprendre pourquoi on ne saisit pas la chance d’envoyer nos meilleurs jeunes coureurs sur des épreuves aussi importantes que le Tour de l’Avenir, tremplin pour le milieu pro. Y’a qu’à voir le palmarès récent de l’épreuve: Warren Barguil, Miguel Angel Lopes, Esteban Chaves, Nairo Quintana, Romain Sicard, Jan Bakelandts, Bauke Mollema…

Le chrono hier a été remporté par un américain, Adrien Costa. Ce fut même un doublé américain, le 2e étant son équipier Neilson Powless. Le général est toujours dominé par un coureur norvégien, Amund Grondahl Jansen, mais le pire est à venir!

Partager

Précédent

Routiers vs vététistes: la réponse ce week-end!

Suivant

Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal: un peloton intéressant!

10 Commentaires

  1. Guillaume Lafleur

    Cyclisme Canada a un très beau projet avec l’équipe U23 Race Clean.

    https://twitter.com/teamraceclean

    Leur priorité est le volet endurance sur piste. Il vise les Jeux de Tokyo en 2020, mais ça fait environ 2 mois qu’ils compétitionnent sur route en Europe. Adam Roberge fait parti des coureurs. Luc Arseneau doit avoir ses raisons de ne pas inscrire l’équipe au Tour de l’Avenir.

    0
    0
  2. mica

    Laurent, on touche là aussi une des limites du cyclisme; pour une épreuve par étape, il faut au minimum 6 ou 7 coureurs par équipe, et si l’ on ne veut pas multiplier le nombre de compétiteurs, il faut raisonnablement limiter la quantité d’ équipes.
    C’ est à mon avis la raison qui explique le peu d’ empressement des organisateurs à « inviter » des équipes un peu moins représentatives. (excusez moi pour le Canada, mais je ne connais pas sa valeur actuelle, si 12 ou 3 coureurs émergent vraiment, ils seront de la fète les prochaines années)
    Cette année les Etats unis ont des compétiteurs de grande valeur, et l’ on comprend que leur pays soit représenté. Idem pour la Norvège, dont la vitalité du cyclisme fait plaisir à voir ces derniers temps! (le phénoméne d’ émulation jouant à plein après les succès de T. Huschovt il y à quelques années, on peut remarquer par ailleurs que la Suéde,  » pays jumeau  » ne connaît pas,loin s’ en faut le même engouement.)
    Cette limitation du nombre de concurrents peut poser probléme. Avec la mondialisation du cyclisme (+ ou- réussie), certains très bons peuvent rester sur la touche, leurs fédérations étant incapable de les « détecter » et donc de les faire progresser.
    (j’ imagine parfois qu’ il peut y avoir, par exemple, au Pérou ou en Bolivie ou ailleurs d’excellents coureurs qui ne pourront jamais émerger.)
    Ce n’ est pas le cas en athlétisme, ou via les championnats locaux puis régionaux, un jeune coureur à pied qui « vaudrait » moins de 14 mn au 5000m serait immédiatement pris en charge par des instances fédérales.
    En cyclisme, on peut toutefois (et pour une fois) féliciter l’ UCI d’ ouvrir ses structures de formation( à l’ Aigle en Suisse) à des courreurs appartenant à des fédérations peu structurées.
    C’ est à ce jour une des réussites de l’ UCI. (pourvu que ça dure…)

    0
    0
  3. Nelson

    Ça ne rentre pas dans les cordes du programme « À nous le podium ». Les athlètes de haut niveau et équipe nationale sont subventionnés en fonction de leur probabilités de médailles aux Olympiques. Le cyclisme sur route homme n’est pas dans la mire.

    0
    0
  4. alain39

    Le tour de l’avenir est une super course tant par son profil, son format (étapes assez courtes), son palmarès que sa place dans le calendrier en fin d’été à une période ou les jeunes sont au top de leur forme.
    Sur l’absence du Canada je ne sais pas quoi dire car je ne connais ni le niveau ni les attentes de la fédération. Il faut avoir l’équipe et peut être que c’est pas la bonne année avec des coureurs trop jeunes et pas assez aguerris. Il ne faut pas non plus dégoûter une génération en la mettant trop vite dans le grand bain.
    Par contre sur de tour de l’avenir il y a une belle sélection américaine avec notamment Adrien Costa. 19 ans et il est déjà au niveau des pros.
    Mais c’est pas ça qui me séduit chez ce coureur. Non c’est sa polyvalence. Il roule et grimpe. C’est rare et donne donc une dimension particulière. Par exemple l’équipe de France est composée de grimpeurs et à cet âge peu roulent correctement en chrono.
    Lui est complet et nous savons tous qu’un coureur puissant dispose des qualités pour être un champion.
    Il faut suivre ce coureur qui incarne cette nouvelle génération de coureurs aux US qui pointent leur nez.
    Il faut reconnaître que depuis quelques années le cyclisme américain est un peu à la ramasse comparé à la génération Armstrong.
    J’attends la suite avec impatience.

    0
    0
  5. thierry (mtl) bécyk

    Team « Race Clean »… quel nom prétentieux et kitsh. Ils sont commandités par Tide ou par de l’eau de javel ?

    Un bel avenir en série B. Tient, pourquoi pas 13e des Panam en 2020.

    0
    0
  6. Guillaume Lafleur

    @thierry : « Race Clean » c’est le nom du programme anti-dopage de Cyclisme Canada. L’équipe U23 l’utilise.

    ://www.cyclingcanada.ca/resources/race-clean/

    0
    0
  7. thierry (mtl) bécyk

    @Guillaume

    Je sais. Un programme élaboré par des gens qui reçoivent un salaire 10 x plus élevé que les coureurs et qui logent dans les gros hôtels aux frais du programme olympique (que nous finançons) ou fédéral. Ils se venteront d’avoir accomplit ceci et cela dans des CV gonflés par l’hélium de leur ego. Ensuite, ils se donneront des postes importants dans d’autres instances, pendant que les cyclistes retourneront à l’école. Ils nous inventent ce genre de concept cucul qui s’avère un coquille vide dans la réalité du cyclisme. Il se bourre la gueule et le cul pendant que ces cyclistes feront … 13e au PANAM. Un petit cocktail avec ça ?

    0
    0
  8. David Maltais

    Effectivement ce n’est pas à toutes les années qu’il vaut la peine d’envoyer team Canada au tour de l’avenir mais cette année aurait pu en être une bonne.

    0
    0
  9. Ray Neuville

    Bien vu thierry (mtl) bécyk. J’ajouterais que les athlètes de race clean doivent financer de leur poche ce projet de canadian cycling. Une vrai honte. Il est grand temps qu’un coup de balai se fasse au sein de cette fédération. On mise tout sur la piste au détriment de la route. La majeure partie de l’argent sera consacrée au soutenir l’éléphant blanc que deviendra le vélodrome de Milton. Ici au Canada, les infrastructures de piste doivent être soutenues par des fonds publics car les entreprises commerciales n’y voient aucun retour sur leur investissement. Par conséquent, un vélodrome ne devrait jamais être situé en plein champ comme à Milton ou Bromont. Il devrait être jouxté à une université où il existe déjà la plupart des équipements connexes et des personnes compétentes en entraînement. Les bonzes de la cc n’ont pas compris cela et ils font du chantage et harcèlent le cyclistes sur route pour déménager en banlieue de Toronto. Ces cyclistes doivent déjà composer avec leurs études, s’équiper et s’entrainer sans parler de la précarité financière que tout cela oblige. Malheureusement, les dirigeants de canadian cycling ne feront jamais marche arrière pour corriger leurs erreurs. Ils sont trop dopés par les fonds de « À nous le podium ». Pourtant les succès sont là en athlétisme, en natation ou au plongeon. Même au football canadien, la vitalité est assurée par les équipes collégiales et universitaires.

    0
    0
  10. Juan Zinfandel

    Laurent, c’est une question que la fédé s’est effectivement demandée. Les points de vues de Mica Thierry et Ray ont beaucoup de vérité. Par contre à l’opposé, je ne crois pas que Louis Barbeau soit la référence quand vient le temps d’avoir une opinion objective sur le fédéral. Il n’y a pas de projet National u23, et avoir une projet national implique qu’une équipe pourrait faire le Tour de l’Avenir mais très peu de course européennes sanctionnée au niveau national (ou une équipe national ne peut y être). D’ou le projet U23 Race Clean.

    L’approche n’est pas mauvaise et permet une atteinte progressive vers l’excellence en piste. Par contre, il y a un gros probleme, le coureur doit être très $$$$. Ca coûte cher et s’est entrepris entièrement en main avec aucun point de vue externe. Les dépenses en HR sont élevées aussi.

    Si c’était de la FQSC, ils auraient garoché tout leur monde vers ce type de projet (Equipe QC Tour de L’Avenir), le plus jeune possible. C’est le modus operandi de la fédé, plus t’es jeune, plus tu courses. Plus tu courses, plus tu t’ecoeures vite.

    2 mondes. Les deux imparfaits.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.