Le Mortirolo baby!!!

L’étape

Ne manquez pas l’étape d’aujourd’hui sur le Giro, Pinzolo-Aprica, avec dans le final le redoutable Mortirolo, 13 kms d’ascension avec un passage de 4 kms à presque 14% de moyenne, dont une rampe à 18%. Pas moins de 5 cols à franchir, répartis sur les 177 kms de l’étape. Aie, ça va faire mal! Spectacle garanti. On n’a pas nommé le Mortirolo « la montagne de Pantani » pour rien…

Le coureur

Alberto Contador. Auteur d’un très bon chrono, il est l’homme en contrôle et l’homme à battre de ce Giro. Ce qui me frappe, c’est le temps qu’il passe en danseuse, c’est fou! La preuve très certainement d’un très gros travail à l’entrainement, notamment pour muscler les épaules, les bras et la ceinture abdominale. Quand je m’entraine à démarrer dans des bosses à 8-9%, je me rends compte à quel point ce n’est pas facile!

L’équipe

Astana, sans contredit. Contrairement à Tinkoff-Saxo, les Astana sont là quant il le faut, pour épauler leur leader Fabio Aru. On pourra d’ailleurs se surprendre quelque peu de pareille homogénéité dans le niveau des coureurs Astana qui ont tous l’air de marcher du feu de Dieu. Le collectif des Astana est probablement la seule chance de renverser Contador, en lui imposant une pression dès les premiers kms des étapes.

La surprise

Sans conteste, Mikel Landa, en passe de nous refaire le coup Wiggins-Froome du Tour 2012, alors que le lieutenant dépassait le maitre… Landa a un coup de pédale en montagne très puissant, très convaincant. Alberto Contador a raison de se méfier de lui peut-être davantage que d’Aru…

La déception

Assurément Richie Porte, qui doit désormais composer avec un nouvel échec sur les grands tours puisqu’il a abandonné ce Giro, victime notamment de plusieurs chutes. Bizarre et imprévisible équipe Sky, capable du meilleur comme du pire en si peu de temps! Le leader de la Sky sur ce Giro s’appelle désormais Leopold Konig.

Les plus cool

Sans aucun doute, l’équipe Orica-Green Edge et ses vidéos « Backstage Pass » disponibles après presque chaque étape. Les deux derniers (ici et ici) sont un régal, on a l’impression, en les regardant tous les jours, de vivre le Giro de l’intérieur avec l’équipe. C’est pas compliqué, je ne peux plus m’en passer!

Nos Canadiens

Ryder Hesjedal semblait s’être refait une petite santé sur ce Giro, faisant un bon chrono samedi dernier puisqu’il terminait 16e de l’étape à 1min58 de Kiryienka. Il a toutefois perdu 3 minutes supplémentaires dimanche sur la route de Madonna di Campiglio et pointe désormais à plus de 11 minutes de Contador. Le but pour lui est désormais de remporter une belle étape très certainement.

Le Québécois Hugo Houle continue de très bien faire sur ce Giro difficile, auteur notamment d’un très bon chrono selon moi samedi dernier, le terminant à la 41e place, à 3min45 du vainqueur. Considérant la longueur de l’exercice (60 bornes), terminer à moins de 4 minutes des gros canons après deux semaines de course éprouvante n’est pas rien. Il faut désormais s’appliquer à tenir jusqu’à Milan pour compléter ce premier grand tour en carrière, et ainsi passer un pallier dans son développement sur la scène européenne.

Pinarello

Le mythique constructeur italien, sponsor de ce Giro, a commencé à annoncer sa gamme de vélos 2016, avec notamment la création du Gan, appelé à remplacer le Marvel très certainement. Si j’ai beaucoup aimé mon Prince 2008, je déplore que Pinarello continue de ne pas vouloir proposer des cadres ultralight avec des boites de pédalier BB ou PressFit. À côté de ça, vous avez les Trek Emonda, Merida Scultura, Willier Zéro 7 ou encore Cervelo R7 et Cannondale EVO qui sont à 800 grammes ou moins! Je sais, le poids n’est pas tout, mais pour les grimpeurs comme moi qui aiment relancer, de tels cadres sont un régal.

4 Commentaires

  • Patrick
    Soumis le 26 mai 2015 à 12:38 | Permalien

    Le mot « bizarre » pour qualifier la Sky relève ici de la suspicion. Un peu contradictoire avec le mot « chutes » qui suit. Porte est tout simplement entré dans une spirale de l’échec après la pénalité. Il s’était certainement mis une très grosse pression, et dans ce cas là, quand ça lâche. On doit imaginer le niveau de ces courses pour comprendre. Bien sûr, A POSTERIORI, on peut se gausser de son manque de caractère. Bon, ce Konig est costaud et fait un bon Giro.
    Isoler Contador au plus tôt semble être la clé de l’étape du jour. Dans le Mortirolo, ce sera « de bugne à bugne ». Il restera la douce montée vers Aprica. On peut imaginer que le commerce d’alliances a déjà commencé (loin d’un simple don de roue…). Un Kyrienka doit valoir son prix.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  • Martin Desbiens
    Soumis le 26 mai 2015 à 7:21 | Permalien

    Le genre de post que j’adore de La Flamme rouge.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 4 votes)
  • Régis
    Soumis le 26 mai 2015 à 9:11 | Permalien

    Salut,
    on parle beaucoup de Porte mais a mon sens il a encore tout a prouver sur un grand tour. Je n en ferais jamais mon favori pour un podium. Il a toujours eu un jour sans jusqu’à présent.
    Toute l Italie est derrière Aru tout comme elle a ete derrière Ricco qui était encore plus fort et fougueux. A mon sens il manque un coureur avec son tempérament dans le peloton actuel. Ricco n était certainement pas plus dopé que les autres, il était sans doute trop confiant.
    Sur ce Giro on voit que contador gère. Ce n est pas le collectif Astana qui va le déstabiliser. Il a assez de marge Pr gérer Landa, Aru risque de sauter s ils durcissent trop la course. Bref a moins qu’ Aru ne retrouve ses jambes, ou Contadorles perde, la course est pliée.
    hâte de voir le résultat aujourd’hui…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Chouchouduvélo
    Soumis le 26 mai 2015 à 9:02 | Permalien

    Sur cette étape reine, en + des 2 grands gagnants du jour que sont Landa et Contador, 2 coureurs ont crevé l’écran : Ryder Hesjedal pour sa longue chevauchée qui lui permet de remonter dans le classement général et Steven Kruijswijk l’infatiguable attaquant très puissant de ce Giro et ça paie !

    Pour ce qui est de la force de l’équipe Astana par rapport à celle de Tinkoff-Saxo, il faut prendre en compte qu’Astana arrive + fraîche dans le final des étapes n’ayant pas à supporter le poids de la course du maillot de leader. Les équipiers de Contador ayant un gros travail à effectuer pendant une grande partie de l’étape.
    Et beaucoup d’équipes sont venues sur ce Giro avec leur équipe B, l’équipe A étant réservée pour le Tour.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!