Tous les jours, la passion du cyclisme

 

L’AFLD dans le rouge: ASO doit intervenir!

On apprenait hier que l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) va très certainement réduire significativement le nombre de contrôles anti-dopage en 2017, faute d’un budget adéquat.

C’est évidemment une très mauvaise nouvelle pour le sport en général, et le cyclisme en particulier.

Les finances de l’AFLD sont dans le rouge depuis plusieurs années, et le déficit atteindrait, en 2016, près de 650 000 euros.

L’AFLD est évidemment financé par de l’argent public, étant considérée comme un service public. C’est principalement le ministère des sports français qui couvre le budget de l’agence. Une partie de l’argent viendrait d’un taux de contribution, actuellement de 0,1%, « sur la cession des droits de retransmission des compétitions sportives ». Une hausse de ce taux serait envisagée, mais n’aboutit pas au niveau politique.

Je vous avoue ne pas tout comprendre! 0,1%, c’est dérisoire sur l’ensemble des droits!

Comment se fait-il que les organisateurs de courses cyclistes, surtout ASO en France, ne soient pas contraintes de financer une partie de ces contrôles?

La qualité du produit en dépend pourtant. Sans contrôle, ou avec une diminution des contrôles, il est clair que les équipes, les coureurs, s’engouffreront dans la brèche dès l’an prochain. L’occasion sera trop belle pour certains d’améliorer leur classement mondial et leurs résultats sur les grands tours. Et avec cela, le danger de retourner à l’ère Festina, et le bordel qui s’en est suivi et qui a durablement terni l’image du cyclisme.

L’argent public ne peut servir à assurer la qualité d’un spectacle dont la vaste majorité des profits demeure du domaine privé. Il faut que chacun fasse sa juste part.

Je suis donc de ceux qui croient que les grandes sociétés comme ASO doivent contribuer davantage à soutenir des agences comme l’AFLD. Après tout, la qualité du spectacle dont ils sont les grands organisateurs – et profiteurs – est à ce prix.

Partager

Précédent

0:04:02.144

Suivant

L’arnaque des béta-2 agonistes

23 Commentaires

  1. alain 39

    La lutte contre le dopage doit être financée de la façon suivante:

    0
    0
  2. alain 39

    Oups:
    Le financement devrait être fait comme suit:
    – les organisateurs devraient versés une quote-part des droits tv
    – les équipes devraient également allouer un pourcentage de leur budget. Le montant pourrait varier selon les procédures internes mises en place. Par exemple le recours à des médecins validés par l’UCI devrait donner un bonus. Idem pour la mise en place du contrôle longitudinal etc…
    – les fédérations devraient aussi contribuer. En effet, de par leurs statuts elles sont garantes de la promotion de ce sport et la lutte contre le dopage fait partie des ces attributions. Celles de pays laxistes (manque de législation ou législation faible) devraient plus payer.
    – les coureurs et ce dans le cadre de sanctions lorsqu’ils sont pris pour dopage. d’ailleurs il avait été mis en place une charte par le passé mais j’avoue ne pas savoir ce qu’elle est devenue. cette charte prévoyait des sanctions pécuniaires en cas de dopage.
    C’est pas compliqué mais il faut la volonté de le faire et ça c’est pas gagné.
    Diminuer les contrôles est donner un message effroyable et ce d’autant plus à une période ou la Sky est sous les feux de l’actualité avec le dossier Wiggo. On ne peut pas d’un côté attaquer Wiggo pour ce qu’il a fait par le passé et en même temps limiter les contrôles. Il faut traiter en priorité l’avenir pas le passé.
    Gouverner c’est anticiper et force est de constater que depuis des années les instances anticipent bien mal et donc que nous sommes mal gouvernés.

    0
    0
  3. mica

    Le problème du dopage est quasiment insoluble, d’ autant qu’ il existe une multitude de moyens pour déjouer les controles; sans parler des autorisations à usage thérapeutique qui sont légion et en quelque sorte légalisent le dopage…..
    Mais s’ il n’y avait que ce problème, le cyclisme serait un sport comme les autres, ce qui est loin d’ étre le cas!

    0
    0
  4. lNoirvélo

    @ alain 39
    tu as tout dit et très bien dit, (comme d’habitude, s’en est lassant…!)

    @ mica,
    pas ok avec toi, quand on veut, on peut !il y a toujours moyen de s’attaquer à ce fléau , faut s’en donner les moyens financiers mais il faut aussi s’attaquer violemment et carrément au problème;l’affaire Wiggins est plus grave qu’il n’y parait parce qu’elle implique l’autorisation de prendre des médicaments susceptibles de te donner incontestablement un avantage sur les « collègues »; TOUT LE MONDE est au courant dans le milieu!
    Mais l’affaire Wiggins (et pour moi c’est ultra clair)
    n’aboutira pas à cause de l’incompétence et de la corruption de certaines personnes forcément connues dont « Sir Brad » évidemment …Son passage devant les parlementaires anglais est une grosse vanne, mais alors tellement grosse …
    Si un groupe influent,indépendant,intelligent,honnête,
    composé d’avocats,de sportifs de haut niveau et de médecins de « haut vol » décide de frapper un grand coup en étant également indépendant des « politiques », ça
    pourrait le faire !… Ouais, j’ai mis le verbe « pouvoir » au conditionnel …

    0
    0
  5. mica

    NoirVélo: En cyclisme, il n’ y a pas que les Anglais qui « bénéficient » des AUT? loin de là…. et dans le sport en général, il n’ y a pas que le cyclisme qui bénéficie de ces mèmes AUT

    0
    0
  6. lNoirvélo

    @ mica,

    j’ai pris Wiggins comme exemple … A ce propos Thomas Dekker sort un livre (c’est fou comme les anciens dopés
    rattrapés par la patrouille deviennent vite et facilement écrivains!…)et parle évidemment de dope dans le peloton, notamment de la cortisone et des AUT …

    0
    0
  7. Wolber

    Le mpcc est ,il me semble, une des voix à suivre, même s il repose sur une adhésion librement consentie. Bizarrement les grosses écuries n en font pas partie. Cet état de fait est extrêmement révélateur et laisse imaginer de leur réelle volonté à assainir le cyclisme.
    L affaire Festina aura bientôt vingt ans , les coureurs de l époque ne sont plus en activité et on a toujours le même problème.
    En vingt ans :
    L uci s est renouvelée
    Les anglo saxons, jusque là étrangers à ce sport,(donc de ses vices)s en sont emparer et le domine ( les italiens des années 90)
    Ces nouvelles équipes et leurs coureurs sont toujours aussi sulfureux(Simon yates???)
    Les coureurs n ont jamais si peu couru (sauf Valverde)
    Les grands tours n ont jamais été si courts (bientôt 15 jours)
    80% des coureurs se relèvent en fin de course et font les étapes à la carte
    Et on parle encore de dopage

    0
    0
  8. mica

    @ Wolber: Le mouvement pour un cyclisme crédible ne prend en compte que les problèmes de dopage (ou pour le moins fait semblant !), négligeant et passant sous silence les autres problèmes tout aussi importants.
    La seule excuse est que les autres points sombres du cyclisme ne mettent pas trop en risque la santé des coureurs. (mis à part la présence des motos « aspirantes » qui peuvent quelquefois provoquer des chutes mais sachons que, dans la majorité des cas, elles induisent une triche selon moi intolérable.

    0
    0
  9. Wolber

    Ah bon ,je ne savais pas que le mpcc faisait semblant de s attaquer au problèmes du dopage… en tout cas leur regle concernant les corticos , avec arrêt de travail du coureur est déjà une avancée .qui bloque le système des aut . Après, tout peut toujours être contourné.. Au fait mica , tu crois que les belges au Quatar étaient ds les coffres des voitures pour effectuer leur coups de bordure à 70km/h. Je me suis posé la question

    0
    0
  10. mica

    @ Wolber: mpcc: tout est dans la dénomination, rendre le cyclisme simplement crédible, aux yeux des (télé)spectateurs, des sponsors, voire des instances qui ne font pas leur travail. Alors, non pas sain, propre ou honnéte, simplement crédible, simplement les apparences; et si l’ on traite un problème, on en laisse dix de coté! Rien de nouveau sous le soleil.
    Pour ce qui est des abris, je ne parle pas des retours « dans les voitures » (derriére les voitures), ceux ci sont tolérés depuis toujours et permettent de « revenir » après crevaison ou chutes…bien qu’ il y ait souvent des exagérations…
    Je veux parler de ce qui se passe à l’ avant ou les motos(principalement) peuvent favoriser des sorties de peloton, et les entretenir pendant des centaines de métres. Et l’ on sait bien qu’ en vélo, le plus difficile est « de faire le trou ». Une fois un écart fait les lachés se « regardent », attendant que le voisin fasse le boulot, pendant ce temps l ‘homme de devant se fait un petit matelas de secondes, voire de minutes, et s’ il n’ est pas trop loin de l’ arrivée, le coup peut réussir. Bien sur cela n’ est pas montré de façon explicite à la télé. Le réalisateur disposant de plusieurs autres images pour brouiller les cartes.
    Combien de victoires acquises dans ces condition? on ne le saura jamais. Ceci sans parler des courses secondaires ou nul contrôle peut étre effectif, faute d’ images. Ah ces courses de deuxiéme zone ou tout est permis, ou rien n’ est contolable, j’ imagine la sainte pagaille dans quelques « tours » en Afrique ou en Asie par exemple, mais ce n’ est guére plus reluisant « chez nous ».

    0
    0
  11. yp78

    pour alimenter le discours répété de mica « motos » il est vrai que cela arrive
    https://www.youtube.com/watch?v=9eU3IpMqT_M

    mais mica ce qui est lassant c’est de le mettre a toutes les sauces quelque soit le sujet de depart je trouve beaucoup plus impactant l’arrivée de l’EPO en 90 qui a lissé toutes les courses avec des vitesses qui ne permettent plus aux attaquants de sortir du peloton

    0
    0
  12. mica

    @yp 78: En un certain sens, tu as raison, je mets le sujet des « aspirations » à toutes les sauces, mais c’ est pour essayer de contrebalancer le « silence radio » auquel nous avons droit concernant ce point là(et d’ autres). Je te félicite pour avoir trouvé cette vidéo tellement explicite, pour ma part, j’ étais incapable d’ en trouver une équivalente…Bravo..
    Les images de ce genre sont rarissimes, car occultées par les réalisateurs T.V., mais là c’ est proprement scandaleux. Il y a bien des cas ou l’ aide est moins flagrante, mais non négligeable cependant. A ce niveau, la moindre « aide » ou modification aérodynamique joue toujours son jeu et ceux qui veulent nous faire croire le contraire sont des menteurs, mais il y en a tellement dans ce milieu….
    Alors, merci encore!

    0
    0
  13. yp78

    mica en fait sur ce site, les lecteurs ne veulent pas te faire croire le contraire, mais ils sont comme toi impuissants, ni acteurs pour changer ces manquements tacites aux règles d’équité le fait de le marteler en permanence dans tes commentaires ne sert à rien et fatigue le lecteur (surement la raison de tes pouces vers le bas systématiques)
    Je préfère le mica qui a parfois d’excellents points
    de vue ou des commentaires intéressants (si si il y en a) afin de maintenir la qualité de ce site et le plaisir de te lire dans ta meilleure veine, car tu es un passionné cela transparait clairement, bien sportivement

    0
    0
  14. mica

    @ yp 78: merci de ton commentaire compréhensif, mais à travers la vidéo inespérée que tu as dénichée tu apportes quand même pas mal d’eau à mon moulin. Et en effet je souhaiterais que le cyclisme ne soit plus ce n’ importe quoi que l’ on voit trop souvent!

    0
    0
  15. Wolber

    Mica, lorsque je considère certaines actions du mpcc capables d améliorer l état du sport cycliste pro , mon jugement porte sur un Sentiment , un ressenti . Prétendre que ce n est qu un leurre qui ne sert qu a donner une apparence clean pour continuer à pouvoir tricher , il y a un pas, a peut être ne pas franchir . Je suis peut être naïf . On peut toujours tout interpréter . Attention au procès d intention.
    Un cyclisme crédible est pour moi un cyclisme ou les vainqueurs ne sortent pas de nulle part, ont des performances d un niveau continu, avec des équipes dont les équipiers ont une valeur hétérogène ,
    L ère EPO à massacre notre sport favori bien plus ,à mon sens, que les aspirations qui doivent être combattues bien évidement . Le chantier est vaste …

    0
    0
  16. yp78

    Mica, je ne sais pas si tu as fait des courses mais a 1 km de la ligne si, il y a une voiture ou une moto qui passe à coté il est très; très; très difficile de résister à la tentation, il faut vraiment être un ange. Lorsque tu passes pro que tu t’es endurci avec les coups bas reçus pour parcours initiatique à un moment donné tu rends les coups.
    Comme le disait P CHANY une course de vélo c’est un combat à l’arme blanche il y a des blessés à la fin.
    Franchement cela me fait vraiment plus braire quand je vois un type comme BASSONS (ou autre) avec une Vo2max de champion ne pas avoir la carrière qu’il mérite à cause de l’EPO ou autres préparations sophistiquées accessibles qu’au plus fortunés.
    l’EPO a tué le cyclisme de mon enfance de mes rêves de mon plaisir à le regarder il ne me reste que les souvenirs désormais !

    0
    0
  17. mica

    @ yp 78: non pas véritablement de compétitions, sinon quelques coursettes en junior, ou 3 et 4 vers l’ àge de 17 ans, pas de résultats, et je sais, certains vont dire que je tiens un discours de « frustré »
    pour le point qui nous fait débattre (et c’est ,selon moi, interressant) je suis à peu prés d’ accord avec toi, et je n’ incrimine pas systématiquement les « fraudeurs ». En cyclisme la prise de sillage est tellement facilitatrice qu’ elle est plus intuitive que réfléchie, donc le « bénéficiaire » n’ est pas toujours un tricheur, à peu prés idem pour le « pourvoyeur » d’ abris, encore qu’il ne faudrait pas nous faire prendre les vessies pour des lanternes; et je suis certain que quelquefois l’ acte est réfléchi par les 2 parties prenantes! (les pilotes de voitures ou motos sont majoritairement d’ anciens coureurs).
    Ce qui peut étre me choque le plus est la véritable « panique » qui régne au sein de ce peloton.
    On sent qu’ à tout moment, la faute consciente ou non est possible.
    Ce qui me choque aussi, c’ est le silence imposé par le « milieu » (coureurs, DS, journalistes, consultants, comissaires….)
    Bref, trop souvant, un sport sans foi ni loi…

    0
    0
  18. yp78

    mica je comprends mieux ton inlassable message en répétition. Mais les pros et les ex.. se considèrent entre eux comme une famille avec ses membres ils excluent tous les autres.(ils sont l’élite du haut niveau, haut dessus du commun des mortels et ton avis ou le mien leur importe guère)
    Pour avoir fréquentés quelques uns durant leur carrière et aussi après, pour eux il n’y a pas triche car un jour c’est l’un qui en profite un jour c’est l’autre et le hasard des événements en courses régulent naturellement les victoires, ils s’agit d’un fait de course comme la chute (Nibali gagne le tour en 2014 et perd les JO en 2016 sur chute) comme ils disent c’est la course.
    en fait ils ne sont pas sans foi ni loi mais c’est leur loi qui est un peu celle du milieu je te l’accorde.Dans la vraie vie c’est pareil non ?

    0
    0
  19. mica

    yp 78: il est vrai que le cyclisme, c’ est un peu la loi de la vie, la loi de la jungle, mais à partir du moment ou il y a compétition, un certain code doit étre respecté. Il me reviens en tète un événement survenu lors des derniers J O : lors du 3000m steapple un Kenyan fut dépossédé de sa médaille de bronze pour avoir furtivement posé un pied à l’ intérieur de la lisse (sans doute après avoir été géné) . Sur demande d’ un Français il fut déclassé et le Français obtint la médaille de bronze. Le gain obtenu grace à cette foulée fautive était bien sur nul, pourtant le règlement fut directement appliqué et sans discussion.
    Alors, règlement tatillon ici, et laxisme total en cyclisme, certainement; En tout cas je préfére un règlement où l’ on sait à quoi s’ en tenir plutôt que le laxisme et la pagaille qui régnent en cyclisme.

    0
    0
  20. Wolber

    Raphaël géminiani expliquait dans un livre que le dopage commençait des l instant ou l on pensait à la très jolie voisine au moment de satisfaire sa tendre et chère moitié, alors que la motivation faisait défaut .

    0
    0
  21. mica

    Ce que l’ on peut dire aussi, c’ est que le dopage ne fait pas tout. Certains « grands cyclistes » avaient ou ont des fréres qui ont pratiqué ou pratiquent encore le cyclisme: Jalabert, Madiot, Chavanel, Indurain, Sagan..et bien d’ autres.. On ne peut pas douter de l’ opportunité qu’ ont ces fratries d’ utiliser les mèmes produits que leurs illustres fréres, et pourtant le dopage est loin d’ étre suffisant chez ces deuxièmes couteaux, dont on ne connaitrai même pas le nom s’ ils n’ étaient « frères de « , comme quoi selon l’ expression célébre: « On ne transforme pas un mulet en cheval de course ».

    0
    0
  22. Wolber

    Et pourtant , les nouvelles préparations permettent à un coureur pro de bon niveau d accéder au statut de leader ou tout du moins de gagner des courses . Alors si, dans une certaine mesure un cheval de bois peut devenir un cheval de course. C est même à cause de cette règle élémentaire bafouee que le cyclisme pro est dénaturé et n est plus crédible.

    0
    0
  23. yp78

    @wolber c’est exact; c’est avec le raisonnement des années 90 que le taux d’hématocrite < à 50 % était une autorisation réglementaire au dopage !
    ce n’était même pas, "pas vu pas pris" c'est je respecte le règlement donc je suis honnête, sur ce point precis le règlement n’évite pas l’iniquité

    @mica la différence entre frères; c 'est la Vo2max ! en fait les qualités naturelles, je pense que l'EPO a transformé l'histoire du vélo et les mérites de chacun (BASSON VIRENQUE par ex) ne parlons même pas d’ARMSTRONG.

    BASSONS du temps de Hinault aurait fait une carrière à la Mottet, alors que dans les années 2000 il passait pour un tocquart ce qu’il n’est surement pas

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.