La logistique derrière le GranFondo Mont Tremblant

J’étais encadreur hier dimanche au sein du peloton rapide du 125 kms du GranFondo Mont Tremblant. L’occasion notamment de retrouver Marc-André Daigle avec qui je fais une bonne équipe sur la route depuis l’an dernier, et de nombreux autres amis(es) présents(es) sur cette épreuve que j’affectionne tout particulièrement, depuis la toute première édition.

Outre le fait que ce GranFondo incarne mieux que n’importe quelle autre épreuve le fameux « esprit cyclosport », j’ai cette année découvert toute la logistique derrière l’événement.

Et j’ai été très impressionné!

Absolument rien, rien de rien, n’est laissé au hasard, ceci afin de faire de l’expérience du participant une totale réussite.

Chapeau bien bas à Simon Saint-Arnaud, Luc Couillard, Pierre Fortier et tous leurs collègues pour une organisation tellement professionnelle et rodée! C’est vraiment impressionnant de précision et d’ordre.

Saviez-vous par exemple que chaque peloton sur la route (il y en a 13!) est suivi en temps réel sur une carte intéractive depuis un « poste de commandement » fixe au village de Mont Tremblant, permettant à l’équipe en place de réagir au quart de tour à la moindre situation? Souriez! vous êtes suivis en tout temps lors de votre GranFondo par des personnes dans ce « quartier général » qui sont les chefs d’orchestre de l’épreuve!

Un système efficace de communication radio permet aux encadreurs sur le vélo, aux motos suiveuses, aux voitures d’assistance et au poste de commandement de communiquer en tout temps. Vous avez un problème quelconque? Pas de stress, l’assistance vous arrivera avant même que vous ayez eu le temps de lever le bras…

Chaque peloton est régulé à la minute près, assurant une sécurité totale durant l’épreuve, et évitant les embouteillages par exemple sur les zones de ravitaillement. Les tableaux de marche sont précis et respectés, le poste de commandement orchestrant le tout depuis l’arrière et les véhicules d’encadrement s’ajustant en temps réel.

Et comme d’habitude, l’organisation sur le terrain est totalement irréprochable. Super ambiance au village d’accueil, bénévoles nombreux, parcours signalés et sécurisés, encadrement des policiers, service de dépannage technique et médical ultra-efficace avec une coordination depuis le poste de commandement, ils ont tout, tout, tout prévu. Même des « zones de resserrement » sur le parcours permettant aux encadreurs de resserrer le peloton en attendant d’éventuels retardataires, tout en respectant le tableau de marche.

Bref, j’ai encore eu cette année un plaisir monstre à participer à un si bel événement, mis sur pied par une si belle organisation. Merci à Luc en particulier… et ce fut un réel plaisir que de travailler hier avec mes collègues encadreurs et Anne-Marie dans la voiture derrière à notamment constamment remonter des retardataires dans le peloton. De bons efforts par moment! Mais les jambes tournaient bien…

Et puis, le GranFondo c’est aussi des rencontres, comme celle de mon co-chambreur Kevin, un gars de… Sherbrooke comme moi. Du coup, les discussions se sont terminées à 1h du mat dimanche matin… et la nuit fut donc courte!

Je crois que nombreuses sont les organisations qui auraient avantage à prendre exemple sur celle du GranFondo Mont Tremblant… même celles des cyclosportives en Europe, où j’ai souvent participé à des épreuves où l’encadrement était très, très défaillant voire dangereux.

Le GranFondo Mont Tremblant? Tout simplement la meilleure cyclo au monde! Si vous en avez une à faire, c’est celle-là. Je vous rappelle que les choix de distance sont nombreux, vous permettant aussi de vous « péter » une belle ride si vous aimez les défis…

En photo, deux Sherbrookois et une bête! Ce fut un plaisir les boys!!! (et contrairement à ma réputation, je porte le casque, moi…)

5 Commentaires

  • mica
    Soumis le 28 mai 2018 à 6:57 | Permalien

    Encore une fois bravo, Laurent, je vois que le Québec propose des modéles d’ organisations pour les cyclos, et que tu y participes activement!
    Le Bourrin Ardéchois: dans un post précédent, tu proposais que les « Grands Tours » aient à leur programme:
    Un très long CLM sur terrain plat.
    Un long CLM sur terrain valloné.
    Un CLM en montée.

    Tu ne peux pas savoir combien j’ adhére à cette idée, mais ne nous illusionnons pas, Prudhome et son équipe on décidé exactement du contraire, bafouant par la même les fondamentaux et l’ histoire du cyclisme.
    Donc, aucune chance de voir ce voeux exaucé.
    Je ne comprends pas par ailleurs que l’UCI n’ édite pas un « cahier des charges » ou des régles maxi et mini des kilométrages CLM, arrivées a+ de 1500m d’ altitude, dénivellés mai par étapes, seraient à respecter.
    Cela aurait pour but , d’ avoir un minimum de CLM et de limiter l’ imflation du Nbre d’ arrivées au sommet. (limiter aussi le Nbre d’ étapes à 17 ou 18)
    EAP: tu m’ avais interpellé, il y a peu, sur les cadences de pédalage en disant qu’ il était pratiquement impossible d’ atteindre durablement les 110 (t/mn), me lançant même une sorte de « défit » que je ne peux relever pour différentes raisons (notament d’ âge, et j’ espére que tu m’ en excusera).
    Dans un post suivant j’ avais répondu en essayant de trouver arguments dans l’ histoire + ou- récente du vélo.
    J’ avais évoqué un certain Paris Tours du milieu du siécle dernier couru avec pignon unique à trés grande vitesse (+ de 45Km/H, sur 250 Km)
    J’ avais décrit le record de l’ heure qui se tourne depuis Tjs. à environ 110
    L’ exemple de la poursuite par équipe qui tourne, elle à 130 sur 4 mn.
    Tu ne m’ a pas « répondu », j’ aurais aimé et t’ aurais remercié d’ une réponse technique, et je ne doute pas qu’ elle viendra; car de la discussion peut naître une certaine vérité. Un avis circonstancié, chiffré, technique est toujours le bien venu.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -6 (from 10 votes)
  • Francois
    Soumis le 28 mai 2018 à 7:55 | Permalien

    Je me suis inscrit à mon premier GF Tremblant (125k @ 28kmh) avec 2 complices suite à ta bonne référence de l’événement. Ce fut merveilleux, merci Laurent. L’an prochain nous passerons à 30kmh.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Danny Cote
    Soumis le 28 mai 2018 à 8:27 | Permalien

    Laurent, j’ai toujours une réticence envers le Granfondo Mont-Tremblant avec ses pelotons chronométrés. De mon expérience, ce type de cyclo fait que tu es constamment sur les freins. Je sais que tu n’aimes pas les cyclo avec un vainqueur qui s’apparente à une course, mais cette formule est dure sur les freins.
    Par contre, ton récit me donne le goût d’y participer. Si jamais je n’aimes pas mon expérience, je t’en tiendrai responsable :P.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Magicreme
    Soumis le 28 mai 2018 à 8:43 | Permalien

    seul bémol au sujet de Tremblant lors du repas: La bière à 9$ et le café à 4.50$.

    ça beau être Tremblant, mais ils poussent un peu fort…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Soumis le 28 mai 2018 à 9:35 | Permalien

    @Danny,

    Les pelotons sont contrôlés en effet, sinon ca dégénère en course avec les problèmes qui en découlent (des coureurs partout rendant impossible d’assurer la sécurité, des crashs, des engueulades, du monde qui explose solide et qu’il faut ramener, etc, etc.). C’est une cyclo, pas une course.

    Je t’assure toutefois que personne n’est « constamment sur les freins » si tu choisis le bon groupe. Dans le 125 rapide, c’est du 38-40 la plupart du temps, ca roule bien, régulier, et la fatigue s’installe à l’usure. Et puis, il y a les tronçons Strava pour te faire exploser les jambes. Deux efforts à bloc d’environ 5 minutes, ca laisse des traces si tu mets ca à la limite.

    Super beau Fondo, vraiment. Imbattable!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!