La Flamme Rouge l’avait dit, Oscar Freire l’a fait

"Superbe victoire de l’Espagnol Oscar Freire samedi sur Milan San Remo":http://grahamwatson.com/gw/imagedocs.nsf/updateframesetcall?openform&07msr. Une victoire acquise dans le respect de son style, le style d’un sprinter hors pair qui maîtrise complètement l’art du placement dans les tous derniers hectomètres. Freire a su prendre la bonne roue, celle de Petacchi et de ses Milram qui ont travaillé pour les autres, leur sprinter n’étant pas encore à son meilleur niveau. Freire ne l’a pas eu facile non plus, le sprint ayant été un sprint royal puisque tous les meilleurs sprinters y étaient: Davis, surprenant 2e, Boonen (3e), McEwen (4e), O’Grady (5e), Zabel (6e), Petacchi (8e), Reynes (9e) et Hunter (10e). Une belle brochette sur laquelle ne manque que Thor Hushovd, qui n’avait pas pris le départ à Milan, victime d’une gastroentérite. L’édition du Centenaire, pour la petite histoire gagnée par un Espagnol comme le Cinquantième (Miguel Poblet en 1957), ne passera cependant pas à l’histoire comme une grande édition. Il aura fallu attendre le 92e kilomètre avant de voir une échappée partir. Elle fut comme d’habitude reprise juste avant la Cipressa. Dans le Poggio, c’est un excellent Philippe Gilbert (il faudra l’avoir à l’oeil sur les prochaines Classiques…) et Riccardo Ricco qui ont assuré le spectacle, pour être logiquement repris sous la flamme rouge, non sans l’impulsion d’un Paolo Bettini au service de Tom Boonen. Le train Milram s’est alors mis en place et Freire avait bien flairé le bon coup… Ce type est vraiment un coureur extraordinaire, capable en peu de temps de trouver la grande forme. Il a tout simplement une giclette et un art du placement remarquables dans le peloton actuel, n’ayant nullement besoin de son équipe pour lui préparer les sprints.

Fouillez nos archives!