Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Grazie Campionnissimo, e Addio

Depuis 48h, Marco, je lis et j’entends tous ces connards discourir du comment et du pourquoi de ta mort. Inévitablement, c’est du dopage qu’il est question et je suis révolté, Marco. Ca va te faire rire, pour une fois que je suis d’accord avec Virenque

Revolté, parce que personne n’a rappelé que tu n’as jamais échoué un seul contrôle anti-dopage dans ta trop courte carrière. Alors, dopé de quoi ? Tout au plus auras-tu été pris avec un taux d’hématocrite légèrement hors norme (50,2%) l’avant-veille de l’arrivée du Giro 1999. Ca aurait dô être sans conséquence pour la suite. Mais tu t’appelais Marco Pantani, et nous vivions alors les lendemains de l’affaire Festina. Il fallait aux instances dirigeantes des coupables pour refaire l’image du cyclisme, et les coupables, ce fut Virenque, ce fut toi. Armstrong est arrivé, on t’a remplacé par une image plus « positive » offert par un revenant du cancer, ca faisait vendre du papier tant c’était incroyable et on en arrivait même à faire oublier comment ce nouveau venu, que tu avait toujours battu auparavant, parvenait à établir de meilleures moyennes que quiconque sur le Tour… Mais toi, tu savais.

Révolté de les voir tous, à part les coureurs, déplorer ton décès aujourd’hui alors qu’ils n’ont pas fait de gestes pour lutter contre ce fléau dont tu as été victime et que tu condamnais également. Tu ne voulais simplement pas être le seul bouc-émissaire, mais ils se sont acharnés. C’était facile, tu étais dans le colimateur. Tu n’as pas su t’entourer, et ils t’ont abandonné tous, sauf tes plus proches fans.

Moi, Marco, mon champion, je te lève un grand coup de chapeau et je te dis ce que nul t’a encore dit ces 48 dernières heures : merci. Merci, campionnissimo. Merci d’avoir fait trembler, à 24 ans, le grand Miguel Indurain lors de ces 2 étapes de montagne du Giro 1994, montrant pour la toute première fois en bien des années que des champions surpuissants pouvaient être battu par des petits grimpeurs. Merci de ces victoires époustouflantes à l’Alpe d’Huez, acquises avec un nouveau style spectaculaire, mains en bas du guidon, toujours en danseuse, comme si tu sprintais en haut des cols. Merci pour ce Tour 1997 ou tu réussis à faire passer Virenque, portant pourtant les pois, pour un fer à repasser dans la montagne. Merci d’avoir détruit Ullrich, vainqueur sortant, en une seule étape dans ce qui demeurera probablement ton plus bel exploit, l’étape des Deux Alpes lors du Tour 1998 que tu gagnas. Merci, au nom de Jean-Marie Leblanc qui ne te remerciera pas je le sais, d’avoir sauvé, cette année-là, son Tour de France de la catastrophe…

Merci de ce doublé Giro-Tour 1998, le dernier à ce jour. Merci de ce festival lors du Giro 1999, déployant tes ailes comme jamais auparavant, ré-écrivant le grand livre des grimpeurs cyclistes. Merci d’avoir renversé le Giro 2000 l’avant-veille de l’arrivée, travaillant sans relche pour un Garzelli peu confiant en ses moyens. Merci d’avoir été le seul jusque récemment à avoir véritablement fait trembler Armstrong lors du Tour 2000. Merci de m’avoir offert ce spectacle le jour ou je suis allé te voir, à un kilomètre de l’arrivée à Courchevel, sur ce Tour 2000. Merci de ce Giro 2003, prouvant là ton incroyable volonté puisqu’à court d’entrainement et avec une grave chute, tu terminais tout de même 14e. L’exploit est passé innaperçu, sauf pour tes vrais fans.

Merci surtout d’avoir, l’espace de quelques années, refait vivre le cyclisme d’antan, celui des Bahamontès, Gaul et Ocana, fait de grandes échappées dans la montagne et d’écarts gigantesques à l’arrivée. Merci de ton panache, toi qui poussait même l’audace jusqu’à annoncer à tes adversaires ou et quand tu les terrasserais, tout en assumant tes paroles jusqu’au bout (parlez-en à Tonkov…). Merci de ton courage de champion jamais battu, tel ce jour du Tour 1995 ou blessé au genou dans la Croix de Fer, tu revenais au moral pour gagner l’étape devant un Indurain médusé.

Merci de nous avoir si souvent tenu en haleine devant notre téléviseur, attendant ton attaque fatale au détour d’un lacet, moment fatidique ou tu t’envolais laissant les autres impuissants face à ton démarrage foudroyant. Et c’était parti… Merci de nous avoir rendu la course excitante en ces années d’hommes-chrono, se contentant d’assomer les grands tours dans les contre-la-montre pour tout cadenasser ensuite dans la montagne, tuant la course. Merci d’avoir fait en sorte qu’avec toi dans le peloton, personne n’était tranquille, ni Indurain, ni Ullrich, ni Armstrong, ni personne.

Marco, tu me laisses en ces heures sportivement orphelin et l’annonce de ton décès m’a fait détester, peut-être pour la toute première fois, le cyclisme. D’ailleurs, j’ai fait du ski de fond ce week-end. Beaucoup de ski de fond. Sache, Marco, que j’accepte ton verdict, ton geste, que je le respecte car nul ne peut prétendre connaître le désespoir qui te rongeait. Tu seras parti comme tu as été un champion cycliste : avec panache et courage, deux éléments qui élevent certains hommes au rang de légendes. Tu es, pour toujours, l’une d’elles.

Je ne t’oublierai jamais.

Partager

Précédent

Pantani retrouvé mort

Suivant

Chris North

23 Commentaires

  1. ET

    Félicitation, c’est vraiment un très bel homage que tu rend à ce grand (petit) coureur.

  2. ET

    Félicitation, c’est vraiment un très bel homage que tu rend à ce grand (petit) coureur.

  3. ET

    Félicitation, c’est vraiment un très bel homage que tu rend à ce grand (petit) coureur.

  4. Stéphane

    Irremplaçable. Unique. Géant. Enthousiasmant. Médiatique. Hargneux. Superbe. Incroyable. Symbolique. Prodigieux. Extraordinaire. Fantastique. Stylisé. Adulé. Extravagant. Admiratif. Arrogant. motif. Réservé. Bouleversant. Glorieux. Digne.

    Je cherche les mots, mais je ne trouve pas les bons pour réfléter toute la personnalité de cet homme. Tout ce qui me vient à la tête sont les larmes aux yeux, tant ma peine est profonde de voir ce champion ainsi disparaitre. Bon repos, Marco.

  5. Stéphane

    Irremplaçable. Unique. Géant. Enthousiasmant. Médiatique. Hargneux. Superbe. Incroyable. Symbolique. Prodigieux. Extraordinaire. Fantastique. Stylisé. Adulé. Extravagant. Admiratif. Arrogant. motif. Réservé. Bouleversant. Glorieux. Digne.

    Je cherche les mots, mais je ne trouve pas les bons pour réfléter toute la personnalité de cet homme. Tout ce qui me vient à la tête sont les larmes aux yeux, tant ma peine est profonde de voir ce champion ainsi disparaitre. Bon repos, Marco.

  6. Runns

    Merci pour cette façon éloquente de rendre hommage à notre Marco Pantani.

    On ne dira jamais assez toute la générosité de ce champion magnifique broyé par la mesquinerie de l’establishment sportif.

    Adieu, et merci Pantani!

  7. Runns

    Merci pour cette façon éloquente de rendre hommage à notre Marco Pantani.

    On ne dira jamais assez toute la générosité de ce champion magnifique broyé par la mesquinerie de l’establishment sportif.

    Adieu, et merci Pantani!

  8. Runns

    Merci pour cette façon éloquente de rendre hommage à notre Marco Pantani.

    On ne dira jamais assez toute la générosité de ce champion magnifique broyé par la mesquinerie de l’establishment sportif.

    Adieu, et merci Pantani!

  9. Tu me bouleverses, Laurent, moi qui commençais à me remettre doucement, du moins qui croyais franchir le cap. Cela fait deux jours que je ne peux me résoudre à accepter. Simplement de relire les titres me donne a nausée, car je n’admets pas cette réalité abominable. Ton hommage est sensationnel. Au nom de Marco, merci, merci, merci.

  10. Tu me bouleverses, Laurent, moi qui commençais à me remettre doucement, du moins qui croyais franchir le cap. Cela fait deux jours que je ne peux me résoudre à accepter. Simplement de relire les titres me donne a nausée, car je n’admets pas cette réalité abominable. Ton hommage est sensationnel. Au nom de Marco, merci, merci, merci.

  11. Tu me bouleverses, Laurent, moi qui commençais à me remettre doucement, du moins qui croyais franchir le cap. Cela fait deux jours que je ne peux me résoudre à accepter. Simplement de relire les titres me donne a nausée, car je n’admets pas cette réalité abominable. Ton hommage est sensationnel. Au nom de Marco, merci, merci, merci.

  12. paolo

    merci de la part de qui quand même aimait plus voir le désespoir sur les visages de Casagrande e Jimenez.

  13. paolo

    merci de la part de qui quand même aimait plus voir le désespoir sur les visages de Casagrande e Jimenez.

  14. paolo

    merci de la part de qui quand même aimait plus voir le désespoir sur les visages de Casagrande e Jimenez.

  15. Pierre

    Le pirate a sombré et tristement, la conscience des gens affairés aux organisations tournant autour du cyclisme (à commencer par l’UCI), ne semble pas atteinte d’un remord. Du moins, pas assez pour vouloir faire quelque chose de plus concret. Puisqu’ils sont tous, conscient depuis 50 ans du problème. Qu’ils doivent tous trichés pour supporter la charge de travail et l’effort d’exploit surhumain qu’il y a dans le vélo. Le pirate a pris les mêmes moyens que tout le monde. J’aime bien le vélo, mais un ménage, même s’il faut suspendre à vie 95% des coureurs pros ne me ferait pas de peine. Quand ces rendus que nos héros meurt pour leur sport, par passion, ou autre, y’a de quoi à s’inquiéter grandement. Hélas, il semble encore une fois, que l’argent mène le monde. Et l’UCI, pour survivre, ne veut pas trop sévir…

  16. Pierre

    Le pirate a sombré et tristement, la conscience des gens affairés aux organisations tournant autour du cyclisme (à commencer par l’UCI), ne semble pas atteinte d’un remord. Du moins, pas assez pour vouloir faire quelque chose de plus concret. Puisqu’ils sont tous, conscient depuis 50 ans du problème. Qu’ils doivent tous trichés pour supporter la charge de travail et l’effort d’exploit surhumain qu’il y a dans le vélo. Le pirate a pris les mêmes moyens que tout le monde. J’aime bien le vélo, mais un ménage, même s’il faut suspendre à vie 95% des coureurs pros ne me ferait pas de peine. Quand ces rendus que nos héros meurt pour leur sport, par passion, ou autre, y’a de quoi à s’inquiéter grandement. Hélas, il semble encore une fois, que l’argent mène le monde. Et l’UCI, pour survivre, ne veut pas trop sévir…

  17. Pierre

    Le pirate a sombré et tristement, la conscience des gens affairés aux organisations tournant autour du cyclisme (à commencer par l’UCI), ne semble pas atteinte d’un remord. Du moins, pas assez pour vouloir faire quelque chose de plus concret. Puisqu’ils sont tous, conscient depuis 50 ans du problème. Qu’ils doivent tous trichés pour supporter la charge de travail et l’effort d’exploit surhumain qu’il y a dans le vélo. Le pirate a pris les mêmes moyens que tout le monde. J’aime bien le vélo, mais un ménage, même s’il faut suspendre à vie 95% des coureurs pros ne me ferait pas de peine. Quand ces rendus que nos héros meurt pour leur sport, par passion, ou autre, y’a de quoi à s’inquiéter grandement. Hélas, il semble encore une fois, que l’argent mène le monde. Et l’UCI, pour survivre, ne veut pas trop sévir…

  18. Cyclick

    Bel hommage Laurent. Je retiens un autre truc, sur le Tour 1998 je crois, Pantani lachant un Ullrich surmené en montagne, sous une pluie battante. Seul, si ma mémoire est bonne, Luc Leblanc avait réussi à prendre la roue du Pirate, pour être par la sute laché lui aussi… Un décollage du tonnere je vous dis. Et Ullrich en souffrance. Ces images vont me rester en tête toute ma vie…

  19. Cyclick

    Bel hommage Laurent. Je retiens un autre truc, sur le Tour 1998 je crois, Pantani lachant un Ullrich surmené en montagne, sous une pluie battante. Seul, si ma mémoire est bonne, Luc Leblanc avait réussi à prendre la roue du Pirate, pour être par la sute laché lui aussi… Un décollage du tonnere je vous dis. Et Ullrich en souffrance. Ces images vont me rester en tête toute ma vie…

  20. Cyclick

    Bel hommage Laurent. Je retiens un autre truc, sur le Tour 1998 je crois, Pantani lachant un Ullrich surmené en montagne, sous une pluie battante. Seul, si ma mémoire est bonne, Luc Leblanc avait réussi à prendre la roue du Pirate, pour être par la sute laché lui aussi… Un décollage du tonnere je vous dis. Et Ullrich en souffrance. Ces images vont me rester en tête toute ma vie…

  21. tuco

    Bravo Laurent, je ne te connais pas, mais tu viens tout simplement d’écrire à la fois le plus bel hommage à Pantani et le plus beau papier sur ce tragique évènement. Merci, merci, merci!

    et vivent les attaquants légers!

  22. tuco

    Bravo Laurent, je ne te connais pas, mais tu viens tout simplement d’écrire à la fois le plus bel hommage à Pantani et le plus beau papier sur ce tragique évènement. Merci, merci, merci!

    et vivent les attaquants légers!

  23. tuco

    Bravo Laurent, je ne te connais pas, mais tu viens tout simplement d’écrire à la fois le plus bel hommage à Pantani et le plus beau papier sur ce tragique évènement. Merci, merci, merci!

    et vivent les attaquants légers!

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.