Giro: le bilan

1 – Victoire finale d’Ivan Basso aujourd’hui au Giro après « la dernière étape remportée au sprint par Forster »:http://www.cyclingnews.com/road/2006/giro06/?id=results/giro0621. Une victoire de Basso très convaincante puisque acquise avec plus de… 9 minutes d’avance sur le 2e, le surprenant Gutierrez Cataluna. Il faut remonter en… 1965 pour revoir un écart aussi important entre les deux premiers du général, une indication éloquente de la domination de Basso sur cette épreuve. Basso, qui a passé 14 jours en rose excusez un peu, signe là de loin sa plus belle victoire depuis… son titre de champion du monde des espoirs acquis en 1998. Quoi qu’il en soit, Basso a, en tout cas, tenu promesse à sa mère décédée depuis en remportant le Giro ; l’homme était donc doublement motivé en mai sur les routes d’Italie. A-t-il promis à sa mère une victoire sur le Tour?

Quel bilan tirer de ce Giro ? Rappelons que l’intérêt de la course cette année résidait dans son extrème difficulté la dernière semaine. Les cols étaient nombreux, donc les occasions de voir de belles bagarres. Il n’en fut à peu près rien, Basso étant impérial partout, engendrant une course sans grande surprise ou l’intérêt était davantage sur les places de 2e et 3e du podium que sur la victoire finale. En ce sens, on est assez d’accord avec nos confrères de Cyclismag qui titrent ce soir « Giro, palme d’or de l’ennui »:http://www.cyclismag.com/article.php?sid=2282 ainsi que ceux de L’Équipe qui affirment que Basso « n’a pas beaucoup été attaqué »:http://www.lequipe.com/Cyclisme/20060528_175230Dev.html. Comme quoi en cyclisme, ce sont les coureurs qui font la course, jamais le parcours…

Si on reprend les favoris italiens au départ, Basso a évidemment fait forte impression, « se positionnant comme le favori #1 du prochain Tour de France »:http://www.velo-club.net/article?sid=32351. Il roule bien, grimpe encore mieux et son équipe est soudée et homogène. Il faudra faire fort pour le battre en juillet. Pour lui, débute ce soir une période difficile à négocier: il faut savoir récupérer des efforts du Giro tout en planifiant de revenir en top-condition dans 5 semaines. Ca sera délicat, surtout qu’avec un nouveau-né à la maison, les sources de distraction pourraient être nombreuses.

Simoni a quand à lui été le meilleur des Italiens (Basso excepté) dans la dernière semaine, montrant là l’endurance d’un vieux loup. Sa 3e place est très belle en ce sens, mais il termine son Giro sur un geste déplorable, celui d’avoir parlé aux médias des discussions qu’il a eu hier avec Basso dans le final de l’étape. Basso lui a-t-il demandé de l’argent pour le laisser gagner l’étape comme Simoni l’a affirmé à l’arrivée ? Même si le Varesan s’en défend, c’est fort possible et la chose ne choquerait pas puisqu’elle est courante dans le monde du cyclisme (à Simoni l’étape, à Basso le Giro). Ce qui choque plutôt, c’est que Simoni en ai fait écho dans les médias. Cela témoigne d’une frustration évidente chez Simoni, celle de ne pas avoir réussi à gagner une étape cette année. Ce n’est pas la première fois que Simoni donne dans la rancoeur déplacée, c’était déjà le cas avec Pantani, puis avec Cunego.

Après un bon début, Savoldelli a souffert d’allergies et s’est éteint à petit feu, perdant même, selon ses dires, la motivation en fin de course. Discovery se doit donc de repenser sa stratégie pour l’avenir, surtout que Danielson a abandonné, victime apparemment d’un refroidissement. On peut penser que l’équipe misera plutôt sur Hincapie, Popovytch et Azevedo pour le Tour.

Cunego est selon nous celui qui a sauvé honorablement son Giro. À la peine dans le clm de 50 kms ou il perdit plus de 5 minutes, il s’est bien battu dans la dernière semaine pour finalement terminer 4e. Mention honorable dans un Giro qui était difficile pour ses 25 printemps. Reste maintenant à voir s’il sera au départ du Tour, pour apprendre bien sûr.

Enfin, Di Luca n’a jamais été dans le coup, souffrant apparemment des… dents! À sa décharge, les infections dentaires sont apparemment très préjudiciables à la performance sportive. Mais voilà l’exemple (un de plus dans l’histoire) d’un « coureur qui a tout misé sur une seule épreuve »:http://www.velo-club.net/article?sid=32316 – le Giro – et qui a perdu, laissant – du moins à ce jour – l’impression d’une saison gachée. S’il avait eu du succès sur le Giro l’an dernier, c’est probablement parce qu’il avait connu une excellente campagne des Classiques. Voulant s’économiser cette année, il a fait l’impasse sur la plupart des épreuves d’avril et c’est probablement présenté au départ du Giro à court de compétition. Dommage et espérons que ce brillant coureur saura revenir en 2007 à son programme de 2005, un programme qui convient beaucoup mieux au type de coureur qu’il est.

La surprise du Giro demeure évidemment Gutierrez Cataluna, 32 ans, un coureur qui s’est admirablement bien battu dans la montagne, refusant obstinément de se rendre. Ce coureur avait fait preuve, dans le passé, d’aptitudes en montagne, s’étant notamment illustré sur la feu Classique des Alpes ainsi qu’au Dauphiné Libéré. Il a remporté très peu de victoires chez les professionnels dans sa carrière mais son palmarès indique une belle régularité. Voilà en tout cas de bonnes nouvelles pour Floyd Landis qui a peut-être trouvé en Gutierrez un équipier de choix pour l’épauler en haute montagne en juillet prochain.

Les autres surprises : Casar surtout, qui termine… 6e! On avait plus vu un Français à pareille fête sur le Giro depuis Laurent Jalabert en 1999 (4e). Piepoli ensuite, qu’on attendait pas à pareil niveau (2 belles victoires d’étape en montagne). Schumacher, lui aussi 2 victoires d’étape. Bettini, qui ramène le maillot cyclamen et qui a également remporté une étape. Garate, très en vue dans les cols de la dernière semaine et qui ramène le maillot vert de meilleur grimpeur. Enfin un autre Français, Halgand, qui termine 14e au général tout en s’étant distingué sur plusieurs étapes.

Les déceptions: DiLuca et toute l’équipe Liquigas sauf Pellizotti bien sûr, mais aussi Rujano, les Milram qui n’ont finalement pas réussi à en gagner une, Pollack non plus, Sella, Botcharov, qu’on aurait vu mieux que ca et enfin Cioni, relégué dans les profondeurs du classement.

2 – Dopage en Espagne. « Cet article est assez inquiétant »:http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3242,36-776449@51-775541,0.html. « On annonce par ailleurs que 20 coureurs impliqués dans le traffic sanguin auraient été identifiés »:http://www.velo-club.net/article?sid=32335. Est-ce à dire que l’affaire pourrait dès cette semaine livrer ses premiers résultats concrets ?

3 Commentaires

  • Alex Charest
    Soumis le 29 mai 2006 à 7:46 | Permalien

    mais c’est évident qu’un parcourt trop dur sera ennuyeu… c’est le terrain qui fait la sélection et non les coureurs… c’est simple.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • BeGooD
    Soumis le 29 mai 2006 à 7:01 | Permalien

    FAUX ! C’est les coureurs qui font la course ! pas le terrain ! Comment expliquer que sur des parcours plats, il y est des bordures qui fassent peter le peloton en 5 ! A ce niveau la c’est bien les coureurs qui font la selection ! Rappellez vous l’arrivee du train bleu ds l’alpe d’huez il y a 3 ans deja !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Guillaume
    Soumis le 30 mai 2006 à 4:50 | Permalien

    Sa risque de faire mal dimanche en tout cas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!