Tous les jours, la passion du cyclisme

Du beau monde au pays basque

Tadej Pogacar. Tao Geoghegan. Primoz Roglic. Soit les vainqueurs du Tour, du Giro et de la Vuelta la saison dernière.

Adam Yates, vainqueur du Tour de Catalogne il y a une semaine. Alejandro Valverde, vainqueur du GP Miguel Indurain ce week-end.

Jakob Fuglsang. Enric Mas. David Gaudu. Mike Woods. Bauke Mollema. Richard Carapaz. Guillaume Martin. Mikel Landa. Fabio Aru. Benoit Cosnefroy. Pierre Latour. Hugh Carthy. Marc Hirschi. Mikel Nieve. Alexey Lutsenko. Esteban Chaves.

C’est pas compliqué, c’est le plus beau peloton à date en 2021. Et c’est cette semaine sur le Tour du Pays Basque, probablement l’épreuve la plus sous-estimée du calendrier pro avec le Tour de Catalogne.

L’absent de marque, ben c’est Egan Bernal. Il ne manque que lui.

Le pays basque, c’est une terre de cyclisme et c’est dur, car ca monte et ca descend tout le temps.

Cette année, six étapes. Les étapes 4, 5 et 6 à la fin de la semaine seront celles à surveiller, car elles comportent de belles patates propre à mettre le feu aux poudres.

Le travail d’équipe y sera essentiel.

La Movistar, Ineos-Grenadier et la Jumbo ont la pression. La première car elle court à domicile, et Valverde vient de renouer avec la victoire, de bien belle façon.

Ineos-Grenadier parce qu’avec Adam Yates, Richard Carapaz et Tao Geoghegan, tu te dois d’obtenir un résultat.

Enfin Jumbo parce que Primoz Roglic, no1 mondial.

Le vainqueur du Tour, Tadej Pogacar, est présent, mais un peu en figure de premier outsider.

Beaucoup, comme Mike Woods, voudront tirer leur épingle du jeu. Ca sera passionnant toute la semaine. Deux autres coureurs canadiens au sein de son équipe Israel-Start Up Nation, soit Cataford et Piccoli.

Hier dans le chrono de 14 kms, Roglic s’est imposé logiquement, en puissance. Pogacar, Yates, Kelderman, Hirschi, Fuglsang, Latour, Valverde, Carapaz et Landa sont dans le coup.

L’équipe Jumbo me semble un peu faible, privée de ses lieutenants de premier plan que sont Bennett, Kuss, Kruijswijk ou encore Gesink. Il faudra voir comment Roglic pourra s’en sortir s’il est attaqué par plusieurs équipes dans le final des étapes cette semaine. Rien n’est joué!

Partager

Précédent

Asgreen, simplement le plus fort

Suivant

Fallait-il bannir la position « supertuck »?

  1. marius

    Au siècle dernier, Gilbert Duclos-Lassalle utilisait cette course comme préparation à Paris-Roubais. Cela a fonctionné pour lui car il en a remporté 2.

    5
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.