Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Défi Gatineau – Mont Tremblant: magnifique!

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance samedi matin en raison d’une météo annoncée capricieuse durant le week-end, avec notamment cette menace d’orages violents pour la journée de samedi.

Qu’à cela ne tienne, l’organisation de l’événement, désormais rodée et hautement efficace, était prête et attendait de pied ferme les quelques 350 participants samedi matin.

L’ambiance au départ du Casino du Lac Leamy samedi était franchement bonne: beaucoup de participants avaient manifestement plaisir à se retrouver, le milieu du cyclisme dans la région de Gatineau étant un petit monde.

Certains étaient à priori moins connus: on n’a pas tardé à mieux les connaître!!

Les 35+

J’encadrais le peloton rapide des participants évoluant à des vitesses de 35 km/h et plus. Un peloton d’une 40aine d’unités, motivé et manifestement « en shape ».

Et bien ça n’a pas loupé: on était à Thurso, quelques 46 kms plus loin, à peine une heure plus tard. Par moment, ça roulait à 55 km/h! Un bon vent de dos, il est vrai, a aidé tous les pelotons à rouler plus vite que prévu. Pas moins de 7 « KOM » sur Strava dans la poche en ouverture, ça promettait!

Un participant, en particulier, nous a servi quelques relais digne de mention: nous allions tous nous souvenir (en bien!) de lui au terme du week-end, Guillaume Belzile. LE Guillaume Belzile: vainqueur du Tour de l’Abitibi 1994, double participant au Tour de l’Avenir, un des meilleurs espoirs en cyclisme du Canada ces 20 dernières années. Un gars doté d’un sacré moteur et qui n’a pas perdu grand chose de sa puissance sur le vélo. Et aussi un gars super que j’ai rencontré pour la première fois ce week-end, et avec qui j’ai pris un grand plaisir à discuter à ses côtés (quand je le pouvais!!!). Salut Guillaume!

Le reste de notre sortie vers Mont Tremblant a été à l’image de ce premier segment de route: race pace. À l’approche de Chéneville (km 90), Guillaume nous a même gratifié d’un tronçon d’environ 3km couverts autour de 60 km/h: dans sa roue, je me suis encouragé en voyant qu’il avait tout mis à droite, il ne pouvait donc plus nous en remettre une autre couche!

Les 30 derniers kms ont pesé lourds pour certains, et le final vers la station de ski, sur les derniers 8 kilomètres de la « Montée Ryan », a été sans merci.

À l’arrivée, la vaste majorité des participants de ce peloton rapide affichait une franche satisfaction, conscient que cet « entrainement » allait être payant pour la suite des choses. Certains m’ont décrit leur joie de pouvoir évoluer ainsi, au sein d’un peloton très fort, à grande vitesse, pendant des kilomètres, occasion rare dans leur vie de pratiquants. D’autres étaient contents de pouvoir mieux situer leur niveau par rapport à d’autres participants plus habitués de tels événements cyclistes.

Le retour dimanche, par temps très frais (3 degrés à 8h au départ de Mont Tremblant!), s’est également fait à une bonne moyenne (37 km/h sur les 160 kms du parcours accidenté) mais aussi à un rythme plus régulier, permettant aux participants d’obtenir un confort plus grand que la veille.

L’organisation et les bénévoles

Extraordinaire tout le week-end! Il faut remercier tous les bénévoles grâce à qui cet événement est possible: les intersections étaient protégées, les inscriptions et transport de bagages étaient au point, la soirée à Mont Tremblant a été des plus réussies, bref, une organisation tip top, digne de la Haute Route que j’ai fait en 2012.

J’adresse personnellement un merci tout particulier à Denis, « ouvreur » du peloton rapide des 35+ dans son camion devant nous. Denis a pris soin de nous tout le week-end, comme l’an dernier, nous ravitaillant en eau et boisson, nous ouvrant la route, dépannant les victimes d’incidents techniques et jouant aussi un rôle non négligeable pour garder la bonne humeur parmi nous tous. Denis, merci, vraiment: t’es le meilleur!

Enfin, merci à Pecco’s et VéloFix pour avoir assuré un service technique durant toute la fin de semaine, question de garder les vélos en bon ordre de marche.

L’hébergement et la restauration

La qualité de l’hébergement et de la restauration est toujours importante dans de tels événements sur plusieurs jours, car directement liée à notre capacité de bien récupérer des efforts. Là encore, rien à dire: l’hôtel Holliday Inn de Mont Tremblant disposait de tout ce qu’on pouvait avoir besoin avec des chambres grand confort, et la qualité du repas du soir était au rendez-vous, notamment ce saumon poché délicieux. C’est important de le souligner, car il n’est pas simple de nourrir 350 personnes qui ont faim – très faim! – toutes en même temps.

La SQ

Deux policiers de la SQ reviennent chaque année encadrer le Défi Gatineau-Mont Tremblant, avec leur bonne humeur: merci de votre travail irréprochable.

La rencontre du week-end

Indiscutablement Guillaume Belzile. C’est pas compliqué: la grande classe sur un vélo.

La météo

Les groupes 35+ et 30-35 km/h auront pu éviter la douche tombée vers 15h au Mont Tremblant samedi. Comme il faisait très chaud, elle n’aura gêné que partiellement les autres pelotons encore sur le parcours. Temps très frais dimanche, mais rien d’insupportable, certains préférant même le froid à la chaleur de la veille.

La bourde

Dans ma petite allocution samedi soir, j’ai terminé en évoquant une citation faussement attribuée à Alexandre Jardin: cette citation vient en fait du philosophe St-Augustin, donc remonte à des temps beaucoup plus anciens. Mes excuses pour cette bourde et mes remerciements à Claude – quelle érudition! – pour avoir porté ce détail à mon attention.

La prochaine étape

Le Défi Pierre Lavoie des 1000 kms pour l’équipe du Casino du Lac Leamy dans deux semaines, et au sein de laquelle évoluera mon ami et ambassadeur de l’événement, Martin Desbiens. Le Défi Gatineau-Mont Tremblant servait à soutenir le financement de la participation de cette équipe à ce grand événement cycliste au Québec. Bonne chance à notre équipe de Gatineau!

Et à l’an prochain tout le monde, dans l’espoir de vous retrouver encore sur l’édition 2016! Pour les autres, rejoignez-nous l’an prochain, vous ne serez pas déçu du voyage.

Partager

Précédent

Col Collective: le Stelvio

Suivant

Le Tour de l’actualité

  1. Patrick

    « Aime et fais ce qu’il te plait »? (la citation)

    0
    0
  2. Roger Filion

    Tu as raison. Guillaume Belzile fut l’un des jeunes cyclistes les plus prometteurs de son époque junior.

    Son père, Jacques, un gentleman et aussi un excellent coureur.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.