Cycling Manager 4

cycling_manager.jpgDepuis le temps que nous nous le promettions, nous l’avons fait : nous avons testé Cycling Manager 4, le jeu de gestion fait par Cyanide et portant sur le cyclisme sur route. Et on a été très impressionné par ce qu’on a découvert!

Cycling Manager est un jeu vidéo qui vous plonge dans le coeur du cyclisme en vous faisant directeur sportif d’une grande formation. À ce titre, vous aurez tout à gérer, de l’achat du matos au recrutement et à la planification de l’entrainement des coureurs, en passant par la gestion du budget de l’équipe, au dénichement de nouveaux talents, à l’organisation des stages d’entrainement, à la définition du programme de course, sans oublier votre rôle lors des courses elles-mêmes, etc. Bref, on s’y croît vraiment et on est frappé par le grand réalisme de ce jeu.

Le jeu se déroule jour après jour au cours d’une année : peu de choses à faire le 1er janvier si ce n’est de la planification, mais le 15 avril, c’est le burn-out qui nous guette ! Car le coeur du programme est les courses en elles-mêmes. Cycling Manager vous plonge alors au coeur du peloton, un peloton placé dans l’environnement fidèle de la course en question : tranchée d’Aremberg, Redoute, ou grands cols, tout y est, qui plus est en étant fidèle à la réelle saison sur route (c’est ainsi que les étapes du Tour seront réellement celles qui ont eu lieu dans le dernier Tour). Dans ce peloton, vous gèrerez vos coureurs, habituellement 8 ou 9, en surveillant leur évolution selon de nombreux paramètres : pouls, énergie, etc. Vous pourrez alors leur ordonner d’attaquer, de chasser, de contre-attaquer, de sprinter, bref toutes les actions utiles à un coureur. Vous devrez également gérer leurs ravitaillements, leurs pépins mécaniques et leurs blessures. Ces coureurs portent exactement les noms des coureurs pro du peloton dans beaucoup de cas (et sont dans les mêmes équipes que dans la réalité), pour d’autres les noms sont très proches ; c’est ainsi qu’on peut diriger un… Lance Niilstrung de l’équipe US Pystol ! (Cyanide n’a pas dô avoir les autorisations requises par ces coureurs pour utiliser dans leur jeu leur vrai nom).

Les autres coureurs du peloton, géré par l’ordinateur, ne manqueront pas de vous rendre la vie dure. C’est ainsi qu’il vous faudra répondre – ou non si on est loin de l’arrivée – aux attaques de vos adversaires. À l’issue de la course, tous les classements sont disponibles, et les coureurs marquent des points UCI qui influenceront leur prime éventuellement.

Bref, un très beau jeu pour les passionnés de cyclisme. On a été soufflé du réalisme du jeu, le monde du cyclisme en 2004 ayant été fidèlement reproduit (maillot des équipes, nom des coureurs, courses, etc.). Le graphisme est exceptionnel, même poussé dans d’intéressants petits détails (on va jusqu’à mettre les coureurs en danseuse lorsqu’ils attaquent ou contre-attaquent!). L’intelligence artificielle semble au point, ainsi que les commandes permettant d’orchestrer les coureurs de notre équipe. Le nec plus ultra et un réel plus pour les joueurs est les commentaires sonores, qui sont émis selon les événements de la course. C’est ainsi qu’on pourra entendre d’intéressants commentaires (mais forcément répétitifs après un certain temps…) lorsqu’un coureur attaque ou lorsque l’écart entre l’échappée et le peloton se modifie…

Côté critique, on pourra simplement dire que ce jeu nécessite un gros investissement en temps afin d’en comprendre le fonctionnement. Le joueur débutant pourra donc, au commencement, trouver ardu l’apprentissage de cette interface de jeu complexe étant donné le nombre de paramètres à gérer. Mais pour le passionné, il s’y retrouvera vite, réalisme oblige! Et ce dernier pourra éventuellement se mesurer à d’autres directeurs sportifs, le jeu permettant de jouer en réseau.

Une version démo est disponible ici, qui permet de se faire les dents avec l’équipe Quick Step Davitamon lors de l’étape du Tour Lannemezan – Plateau de Beille. Très bonne entrée en la matière. La Flamme Rouge, lors de son premier essai, a terminé 4e de l’étape avec un Richard Virenque qui a faibli sur la fin, ayant omis de le ravitailler!

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires si vous êtes un joueur aguerri de ce jeu!

9 Commentaires

  • Eric
    Soumis le 11 novembre 2004 à 8:59 | Permalien

    a m’a l’air très intéressant!

    Où t’es-tu procuré ce jeu?

    J’ai vérifié sur le site de Future Shop et pas là!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Eric
    Soumis le 11 novembre 2004 à 8:59 | Permalien

    a m’a l’air très intéressant!

    Où t’es-tu procuré ce jeu?

    J’ai vérifié sur le site de Future Shop et pas là!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Eric
    Soumis le 11 novembre 2004 à 8:59 | Permalien

    a m’a l’air très intéressant!

    Où t’es-tu procuré ce jeu?

    J’ai vérifié sur le site de Future Shop et pas là!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • erickk
    Soumis le 11 novembre 2004 à 12:21 | Permalien

    il est vrai ke pendant l intersaison je me plais a jouer a ce jeu. il se bonifie au fil des versions, et il y a une veritable communauté de passionnés qui proposent base de données de joueurs (j’ai la mienne avec mon equipe du Québec et les Saturn), mais mieux : des skins pour les inscriptions sur les routes, meme les autos des accompagnateurs !

    D’ailleurs je regrette juste qu on ne puisse personaliser un des équipiers directement sur son Tacx (ou du moins le Tacx dont LFR parle quelques lignes plus bas). Un jour peut etre 😉

    erickk

    PS : pour les Quebecois, moi je l ai acheté directement sur le site de Cyanide.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • erickk
    Soumis le 11 novembre 2004 à 12:21 | Permalien

    il est vrai ke pendant l intersaison je me plais a jouer a ce jeu. il se bonifie au fil des versions, et il y a une veritable communauté de passionnés qui proposent base de données de joueurs (j’ai la mienne avec mon equipe du Québec et les Saturn), mais mieux : des skins pour les inscriptions sur les routes, meme les autos des accompagnateurs !

    D’ailleurs je regrette juste qu on ne puisse personaliser un des équipiers directement sur son Tacx (ou du moins le Tacx dont LFR parle quelques lignes plus bas). Un jour peut etre 😉

    erickk

    PS : pour les Quebecois, moi je l ai acheté directement sur le site de Cyanide.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • erickk
    Soumis le 11 novembre 2004 à 12:21 | Permalien

    il est vrai ke pendant l intersaison je me plais a jouer a ce jeu. il se bonifie au fil des versions, et il y a une veritable communauté de passionnés qui proposent base de données de joueurs (j’ai la mienne avec mon equipe du Québec et les Saturn), mais mieux : des skins pour les inscriptions sur les routes, meme les autos des accompagnateurs !

    D’ailleurs je regrette juste qu on ne puisse personaliser un des équipiers directement sur son Tacx (ou du moins le Tacx dont LFR parle quelques lignes plus bas). Un jour peut etre 😉

    erickk

    PS : pour les Quebecois, moi je l ai acheté directement sur le site de Cyanide.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Un cycliste bronchiteux et asthmatique
    Soumis le 15 novembre 2004 à 3:23 | Permalien

    Pour avoir testé la première version du jeu, j’avais à l’époque été emballé et déçu à la fois. Emballé parce qu’il existait un jeu de management cycliste, qu’il était relativement complet et bien construit. Mais également déçu par le côté linéaire des parcours (absence de virages, y compris dans les descentes de cols) et par le manque relatif de difficulté. Pour preuve, avec l’équipe Cofidis de l’époque (donc pas vraiment la meilleure équipe), j’avais pu truster les victoires d’étapes, les victoires dans les classiques et les classements annexes sur les grands tours. Bref, j’avais fini la saison gavé de victoires et relativement déçu sur ce point car manquant de réalisme.

    J’espère que le réalisme du jeu a été amélioré d’un point de vue sportif car il me semble nécessaire, pour véritablement s’y amuser et prendre du plaisir, de rencontrer une réelle adversité. C’est après tout ce qui nous fait aimer ce sport.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Un cycliste bronchiteux et asthmatique
    Soumis le 15 novembre 2004 à 3:23 | Permalien

    Pour avoir testé la première version du jeu, j’avais à l’époque été emballé et déçu à la fois. Emballé parce qu’il existait un jeu de management cycliste, qu’il était relativement complet et bien construit. Mais également déçu par le côté linéaire des parcours (absence de virages, y compris dans les descentes de cols) et par le manque relatif de difficulté. Pour preuve, avec l’équipe Cofidis de l’époque (donc pas vraiment la meilleure équipe), j’avais pu truster les victoires d’étapes, les victoires dans les classiques et les classements annexes sur les grands tours. Bref, j’avais fini la saison gavé de victoires et relativement déçu sur ce point car manquant de réalisme.

    J’espère que le réalisme du jeu a été amélioré d’un point de vue sportif car il me semble nécessaire, pour véritablement s’y amuser et prendre du plaisir, de rencontrer une réelle adversité. C’est après tout ce qui nous fait aimer ce sport.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Un cycliste bronchiteux et asthmatique
    Soumis le 15 novembre 2004 à 3:23 | Permalien

    Pour avoir testé la première version du jeu, j’avais à l’époque été emballé et déçu à la fois. Emballé parce qu’il existait un jeu de management cycliste, qu’il était relativement complet et bien construit. Mais également déçu par le côté linéaire des parcours (absence de virages, y compris dans les descentes de cols) et par le manque relatif de difficulté. Pour preuve, avec l’équipe Cofidis de l’époque (donc pas vraiment la meilleure équipe), j’avais pu truster les victoires d’étapes, les victoires dans les classiques et les classements annexes sur les grands tours. Bref, j’avais fini la saison gavé de victoires et relativement déçu sur ce point car manquant de réalisme.

    J’espère que le réalisme du jeu a été amélioré d’un point de vue sportif car il me semble nécessaire, pour véritablement s’y amuser et prendre du plaisir, de rencontrer une réelle adversité. C’est après tout ce qui nous fait aimer ce sport.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!