Bianchi – Saeco ?

On savait que l’équipe Bianchi était à la recherche d’un deuxième sponsor d’importance afin de pouvoir d’une part payer le salaire désormais astronomique d’Ullrich et d’autre part engager des grégarios de luxe pour l’aider à monter sur la première marche du podium à Paris l’an prochain. On apprend qu’une fusion Saeco – Bianchi est en discussion. On peut exprimer des doutes sérieux quant à une co-habitation Ullrich – Simoni pour plusieurs raisons. Premièrement, ce n’est pas dans la nature italienne de partager le pouvoir (on se rappelera des duos désastreux du passé comme Chiappucci-Pantani, Pantani-Garzelli, Bugno-Fignon, Berzin-Ugrumov chez Gewiss-Ballan, etc.). Deuxièment, les deux ont déclaré faire du Giro 2004 un objectif à part entière. Troisièmement, il est loin d’être évident qu’Ullrich soit accepté par les coureurs italiens chez Saeco, déjà acquis à leur leader Simoni et DiLuca. Pour Ullrich, dont on sait qu’il aime être entouré d’amis de longue date, on ne peut s’empêcher de penser que le mieux, ce serait un retour dans le giron de l’équipe Deutsch Telekom. La guerre ouverte entre Godefroot et Pavenage demeure toutefois un obstacle de taille.

3 Commentaires

  • Stephane
    Soumis le 21 septembre 2003 à 10:00 | Permalien

    Il semble qu’il soit difficile de trouver des commenditaires pour des équipes cyclistes en ces temps modernes. Départ de ONCE, iBanesto, Saturn, Jean Delatour ? Mercatone Uno ? US Postal ? et fusion possible entre Bianchi et Saeco. Serait-ce parce que les budgets nécessaires sont trop stratosphériques ou plutôt parce que le cyclisme n’est plus un véhicule publicitaire aussi payant que la télévision ?

    Quoi qu’il en soit, le cyclisme en général et le Giro, plus spécifiquement, souffriront d’une coopération forcée entre Ulrich et Simoni. À l’image de la Vuelta où il n’y a pas de rivalité possible entre les 2 premiers du classement général, les alliances détruisent la compétition.

    Je termine en soulignant la magnifique victoire du Warrior Michele Bartoli au Giro Del Lazio devant Celestino et Flecha. De quoi donner des ulcères d’estomac à Franco Ballerini, selectionneur officiel de la Squadra Azzuri pour les World’s. Le parcours difficile d’Hamilton pourrait certainement convenir à la fois à un Bartoli en forme et à Bettini, ce qui fera rennaître une fois de plus la grande rivalité entre ces 2 champions italiens. De bonne augure pour le spectacle…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Stephane
    Soumis le 21 septembre 2003 à 10:00 | Permalien

    Il semble qu’il soit difficile de trouver des commenditaires pour des équipes cyclistes en ces temps modernes. Départ de ONCE, iBanesto, Saturn, Jean Delatour ? Mercatone Uno ? US Postal ? et fusion possible entre Bianchi et Saeco. Serait-ce parce que les budgets nécessaires sont trop stratosphériques ou plutôt parce que le cyclisme n’est plus un véhicule publicitaire aussi payant que la télévision ?

    Quoi qu’il en soit, le cyclisme en général et le Giro, plus spécifiquement, souffriront d’une coopération forcée entre Ulrich et Simoni. À l’image de la Vuelta où il n’y a pas de rivalité possible entre les 2 premiers du classement général, les alliances détruisent la compétition.

    Je termine en soulignant la magnifique victoire du Warrior Michele Bartoli au Giro Del Lazio devant Celestino et Flecha. De quoi donner des ulcères d’estomac à Franco Ballerini, selectionneur officiel de la Squadra Azzuri pour les World’s. Le parcours difficile d’Hamilton pourrait certainement convenir à la fois à un Bartoli en forme et à Bettini, ce qui fera rennaître une fois de plus la grande rivalité entre ces 2 champions italiens. De bonne augure pour le spectacle…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Stephane
    Soumis le 21 septembre 2003 à 10:00 | Permalien

    Il semble qu’il soit difficile de trouver des commenditaires pour des équipes cyclistes en ces temps modernes. Départ de ONCE, iBanesto, Saturn, Jean Delatour ? Mercatone Uno ? US Postal ? et fusion possible entre Bianchi et Saeco. Serait-ce parce que les budgets nécessaires sont trop stratosphériques ou plutôt parce que le cyclisme n’est plus un véhicule publicitaire aussi payant que la télévision ?

    Quoi qu’il en soit, le cyclisme en général et le Giro, plus spécifiquement, souffriront d’une coopération forcée entre Ulrich et Simoni. À l’image de la Vuelta où il n’y a pas de rivalité possible entre les 2 premiers du classement général, les alliances détruisent la compétition.

    Je termine en soulignant la magnifique victoire du Warrior Michele Bartoli au Giro Del Lazio devant Celestino et Flecha. De quoi donner des ulcères d’estomac à Franco Ballerini, selectionneur officiel de la Squadra Azzuri pour les World’s. Le parcours difficile d’Hamilton pourrait certainement convenir à la fois à un Bartoli en forme et à Bettini, ce qui fera rennaître une fois de plus la grande rivalité entre ces 2 champions italiens. De bonne augure pour le spectacle…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!