Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mois : février 2018

Majorque, paradis des cyclistes

Nous sommes nombreux en cette période de l’année à penser à un stage d’entrainement quelque part, question de bien amorcer la saison 2018 de cyclisme sur route.

Parmi les destinations incontournables, l’île de Majorque, petit paradis pour les cyclistes. Les pros s’y entrainent depuis des décennies l’hiver venu.

Entre mer et montagnes, Majorque a tout pour permettre un stage de qualité.

Col Collective nous propose ce magnifique vidéo de l’ascension la plus célèbre de l’île, Sa Calobra. Ca donne envie!

Les « fake news » au coeur du peloton pro?

Je sais pas vous, mais j’ai été surpris plus tôt cette semaine de lire les propos de Chris Froome affirmant qu’il avait été bien accueilli par les autres coureurs du peloton à sa rentrée sur la Ruta del Sol, nombreux étant ceux qui lui auraient apporté leur soutien.

On apprenait hier par la voix d’autres coureurs que la réalité est probablement bien différente. Selon Tim Wellens, neuf coureurs sur dix dans le peloton répondraient qu’ils préféreraient que Froome ne soit pas là, si on avait à conduire un sondage. « Behind the cameras, they are not so happy about it« .

On sait déjà que plusieurs coureurs de premier plan n’ont pas hésité à dénoncer la présence de Froome sur les courses tant que l’affaire du Salbutamol n’est pas réglée, en premier lieu Romain Bardet et Tony Martin. C’est courageux et responsable de leur part.

Alors, qui croire sur la Ruta del Sol?

Je pense de mon côté que les affirmations de Froome sont à considérer avec prudence. Il a tout à gagner d’avoir l’opinion publique de son côté, car il ajoute ainsi de la pression sur les acteurs impliqués dans son examen. La Sky est passée maitre dans la gestion des communications, ne reculant devant rien pour jouer tant sur les règles que sur les mots. Une affaire de dopage aussi retentissante que celle de Froome se gagne aussi par la voie des médias, et Froome ainsi que son équipe Sky tentent manifestement de les manipuler – et donc nous – pour aider son cas. Il y a assurément du Brailsford derrière tout ca.

Plusieurs autres coureurs jouent certainement l’omerta, de peur de représailles.

Tout ca me pue réellement au nez et j’ai vraiment hâte pour le bien du sport cycliste que l’examen du dossier Froome soit faite, afin d’assainir l’ambiance. En attendant, le sport cycliste a encore l’air d’une farce et le degré de cynisme explose.

Et chose certaine, l’édifice Sky se lézarde de plus en plus… jusqu’à sa prochaine implosion? Nous ne sommes qu’à un scandale près pour que tout ça s’arrête selon moi… et les candidats sont nombreux tant l’équipe surprend, encore hier avec Kwiatlowski qui s’impose sur la Volta ao Algarve et Wout Poels sur la Ruta del Sol. Un début en fanfare pour la Sky! Mon Dieu, la saison pourrait être longue…

« Probablement que si j’avais triché, je n’aimerais plus ça. »

La phrase est de Pierre Harvey dont le fils Alex est présentement aux JO de Pyeong Chang, disputant bien sûr les épreuves de ski de fond. Pierre Harvey s’exprimait très récemment dans la rubrique « Podium » de Radio-Canada. Il faut lire ce texte.

J’ai toujours apprécié Pierre Harvey pour son équilibre dans la vie, pour son jugement, pour son recul face au sport et à la vie en général. Il est assurément un point d’ancrage important qui a permis à son fils Alex d’aussi faire preuve d’équilibre et de mesure dans sa pratique actuelle du sport de haut niveau. Autrement dit, de « rester groundé ».

Rarement un texte publié par un athlète d’une telle envergure – il a représenté le Canada en cyclisme lors des JO de 1976 et 1984, et en ski de fond en 1988 – a pu refléter d’aussi près ma philosophie du sport. Pierre Harvey y dénonce certes le dopage, estimant par exemple s’être fait « voler » lors des JO de Calgary en 1988, mais va aussi plus loin, notamment lorsqu’il contextualise ce dopage dans la vie plus générale d’un homme ou d’une femme. Extrait:

« Plus généralement, c’est évident que la raison pour laquelle j’ai eu du succès, c’est parce que j’ai continué l’école. Disons que la veille des sélections olympiques de Sarajevo, en 1984, je n’étais pas aussi stressé que mes amis! Celui qui est parfois sur la limite des sélections, il se dit que s’il n’est pas dans les trois premiers, il retourne chez lui, à Saskatoon. Ils étaient nerveux, ils se couchaient tendus et ne dormaient pas de la nuit. Sur la ligne, ils partaient en fou et ils explosaient. Tandis que moi, je me disais : « Si je ne fais pas partie de l’équipe, ce n’est pas grave, je retourne travailler chez Vachon, pas de stress. » J’étais capable de me concentrer sur la job à faire plutôt que sur la conséquence.« 

Le dopage vient en effet aussi plus facilement pour celui qui investit tout dans le sport, et qui n’a donc rien en cas d’échec… Le sport ne devrait jamais prendre toute la place dans une vie. Les entraineurs ont dans ce contexte une grande responsabilité, surtout chez les plus jeunes qui démontrent du potentiel.

Marco Pantani (1970-2004)

Salon du vélo: après Montréal, Gatineau!

La 16e édition du Salon du vélo de Montréal se déroulera du 23 au 25 février prochain à la Place Bonaventure de Montréal.

On y retrouvera cette année encore près de 250 exposants, et tout le who’s who du vélo au Québec. Des grandes marques (Pinarello, Campagnolo, Bianchi, etc.), des produits cyclistes (alimentation, vêtements, équipements de toute sorte), des cyclosportives, des équipes, des magasins y tiendront des kiosques permettant de trouver en un seul endroit de quoi planifier votre saison 2018, voire découvrir quelques nouveautés.

Prix d’entrée pour un adulte, 14$. Très raisonnable. Et les membres de la FQSC ne paient que 10$!

Une nouveauté

Nouveauté intéressante en 2018, Ottawa-Gatineau aura aussi son Salon du vélo, une première. Cet événement se tiendra au Palais des congrès de Gatineau du 16 au 18 mars prochain et devrait regrouper une centaine d’exposants. Tous les détails n’ont pas encore été communiqués par l’organisation, mais je ferai les suivis!

Petit Tour de l’actualité

Ca fait une sacré mèche que je ne vous ai pas proposé un Tour de l’actualité: c’est parti pour ce qui a retenu mon attention au cours des derniers jours.

1 – Mine. C’est une sacré mine qu’a placé le Français Julian Alaphilippe – j’adore ce coureur – à quelques mètres de l’arrivée de la 4e étape de la course Colombia Oro y Paz. Alaphilippe gagne déjà début février, et s’il nous faisait une très grande saison, notamment sur les Ardennaises et le Tour?

2 – La Colombie qui gagne. On croyait que Nairo Quintana avait fait le plus dur lors de la 5e étape afin de remporter le général de la Colombia Oro y Paz. Et bien non! Il a été coiffé lors de la 6e étape par le tout jeune (21 ans) espoir Colombien Egan Bernal de l’équipe Sky, qui a surtout fait ses classes dans le VTT avant de se consacrer davantage au cyclisme sur route. 6e du Tour Down Under en janvier, champion national colombien du chrono, ce Bernal est en train d’éclore au plus haut niveau, s’imposant ce week-end devant les Quintana, Henao et Uran, excusez un peu. Assurément un nom à retenir…

3 – Italie. Victoire italienne sur la première course italienne de la saison, le Trofeo Laigueglia, puisque Moreno Moser s’y impose de belle façon, en solitaire. Après une saison très discrète l’an dernier, le verra-t-on relancé en 2018 dans son équipe Astana? Rappelons que ce coureur avait terminé 2e du GP de Montréal en 2012.

4 – Transju. Je parle de l’épreuve mythique de ski de fond, la Transju, qui avait lieu ce week-end du côté du Jura en France. Le coureur cycliste Thibault Pinot, pas un manche, y termine 51e, une excellente 51e place dirons certains, « seulement » 51e diront d’autres… Pinot a assurément la caisse, la VO2max et l’endurance pour affronter ce genre d’épreuve longue (59km). Mais le ski de fond exige aussi de la technique, et de bons bras… pas toujours simple lorsqu’on est surtout cycliste! Bravo également à Hughes et Lionel, mes amis chez les « VeloGessiens », pour leurs belles places sur l’épreuve! Un jour, j’y serai moi-aussi!

5 – Picolo Vélo. La société montréalaise Picolo Vélo propose un produit pour le moins original, soit des cadres de vélo en… bois! Taillés dans du frêne, l’avantage de ces cadres est évidemment la filtration exceptionnelle des vibrations de la route, pour un confort unique. Et un look qui est lui aussi unique bien sûr! J’aime, mais peut-être pas pour affronter la Haute Route…

6 – Godasses. La société américaine Specialized vient de lancer un nouveau modèle – le modèle 7 – de ses chaussures mythiques S-Works, que j’estime personnellement comme les meilleures, point barre. Ultra-légère, simple, bien foutues, d’un excellent confort, ces chaussures sont difficiles à battre. On regrettera peut-être le choix de couleurs, pas assez étendu pour ce nouveau modèle. Le prix resterait le même que le modèle 6 des dernières années.

7 – Corps humain. J’ai été intrigué par cet article publié sur le site de Radio-Canada qui rapportait que selon des chercheurs, le corps humain aurait atteint son plein potentiel physique. Autrement dit, les records ne tomberont plus beaucoup. Possible, car l’être humain a optimisé beaucoup de choses au cours des dernières décennies notamment dans le sport. Mais les recherches, les découvertes – malheureusement aussi en matière de dopage – feront encore évolué les choses, j’en suis sûr!

La Suisse, aussi un paradis du vélo

Un des plus beaux vidéos de Col Collective a été publié hier, et porte sur les cols du St-Gotthard, Furka et Nufenen en Suisse. Un vidéo qui tombe à pic pour moi puisqu’il s’agit là probablement de mes prochains objectifs cyclistes, fin juin début juillet 2018. Avec un petit détour du côté d’Aprica, question de se refaire un Gavia-Mortirolo (cyclosportive anciennement appelée La Campionnissimo).

En tout cas, vraiment superbe en Suisse! C’est permis de rêver… et va falloir s’affuter sec, et perdre ces kilos de muscles sur le haut du corps pris en ski de fond cet hiver… car être efficace sur un vélo et beau en maillot de bain, ca demeure incompatible!!!

Froome à la Ruta del Sol: je ne comprends pas

Chris Froome et l’équipe Sky a donc annoncé que le britannique d’origine kenyane fera sa rentrée lors de la prochaine Ruta del Sol en Espagne dans une petite semaine.

Je ne comprends pas!

D’ordinaire, un coureur pro faisant l’objet d’un contrôle irrégulier est automatiquement suspendu de son équipe, le temps de clarifier la situation. Il s’agit d’une protection pour l’équipe d’abord, cette dernière ne voulant trainer un cas de dopage en son sein, mais aussi de respect pour le sport cycliste tout entier.

Pour Chris Froome, pas de suspension!

Au contraire, Dave Brailsford, manager chez Sky, a plutôt apporté son soutien hier à Froome, mentionnant qu’il était sûr à 100% que le coureur n’avait « rien fait de mal ». Feu vert donc pour une participation au Tour d’Andalousie.

Il faudra pourtant expliquer pourquoi on a retrouvé chez Froome plus du double de la limite autorisée de Salbutamol!!!

Certains coureurs, dont Romain Bardet, ont également dénoncé cette situation où Chris Froome prend le départ de courses cyclistes professionnelles. C’est un geste courageux car des représailles en course pourraient suivre.

Un petit sondage sympathique sur L’Équipe montre que la vaste majorité des répondants se sont exprimés en désaccord avec Froome et son équipe, estimant que le coureur devrait s’abstenir de courir dans les circonstances.

Cyrille Guimard, actuel sélectionneur national français, y voit de la provocation, et a suggéré une solution originale: que les autres coureurs pro refusent de courir aux côtés de Froome! Si je vois mal comment cela serait possible étant donné les pressions du milieu, c’est vrai que ce serait une belle solution pour envoyer un message clair.

Quoi qu’il en soit, j’ai vraiment hâte de découvrir comment Froome et son équipe expliqueront le contrôle anormal qui s’est déroulé lors du dernier Tour d’Espagne. Certains évoquent la possibilité que Froome mette de l’avant une défaillance rénale pour expliquer une rétention anormale de Salbutamol dans son organisme… wait and see, mais chose certaine je pense qu’il y a des fortes chances pour qu’on nous serve encore une explication boiteuse, sinon loufoque. Ne sous-estimons pas la capacité des coureurs cyclistes d’être créatifs lorsque vient le temps d’expliquer un contrôle anormal!

Voici venu le monoplateau en cyclisme sur route!

Les athlètes en vélo de montagne utilisent ce montage depuis plusieurs années déjà: un seul plateau à l’avant, et une cassette très variée à l’arrière. Mon vélo de montagne, acheté à la fin de la saison dernière, comporte un plateau unique à l’avant (32 dents) et une cassette arrière 12 vitesses de 10-50!

Et bien ce montage débarque aussi en cyclisme sur route!

La semaine dernière, Lasse Norman Hansen (Aqua Blue) a remporté la première étape du Jayco Herald Tour sur un vélo monté ainsi: un seul plateau à l’avant, et une cassette 11 vitesses à l’arrière, avec des pignons très variés.

L’avantage? Essentiellement une gestion plus simple à l’effort: on n’a qu’à penser au dérailleur arrière. Cela évite également les risques de dérailler la chaine lors du passage du grand au petit plateau, un grand classique en cyclisme sur route, surtout au pied d’une bosse bien pentue. Et puis, la vaste majorité des combinaisons plateaux avant et cassettes arrières souffrent de duplication: par exemple, le 53-19 (5,90m) est équivalent au 39-14 (5,89m). Enfin, en éliminant le dérailleur avant et sa quincaillerie, on sauve également des grammes!

La compagnie 3T produit deux cassettes pouvant répondre aux besoins du monoplateau: la cassette Overdrive (9-11-12-13-15-17-19-22-25-28-32) et la cassette Bailout (9-10-11-12-13-15-17-19-22-26-32). Et oui, des pignons de 9 et 10 dents, ca existe! Le vélo de route 3T Strada arrive donc en monoplateau et freins à disque.

Une fois la cassette choisie, on joue évidemment sur le nombre de dents du plateau à l’avant pour obtenir une configuration répondant le mieux au type de terrain affronté: le plus souvent, on fera un choix entre 36, 40 ou 44 dents.

Par exemple, un plateau de 40 dents à l’avant donnerait une combinaison de développements proche du 50-36 et 11-29 à l’arrière.

Il faudra voir comment évolue, au cours des prochaines années, ce type de montage en cyclisme sur route: est-il appelé à se répandre? A-t-on vraiment besoin de 22 vitesses sur des vélos de route, dont certaines se dédoublent? Les poids lourds de l’industrie comme Shimano, Campagnolo et Sram pourraient-ils étendre ce type de montage?

Dopage: pas juste le cyclisme, le ski de fond aussi

La nouvelle a été diffusée dimanche dernier, et je suis surpris de ne pas l’avoir vu davantage partagée sur les médias tant elle m’apparait importante: le profil sanguin de 50 athlètes en ski de fond qui seront présents aux JO de Pyeongchang est suspect, tellement suspect que la probabilité que ces profils sanguins anormaux soient dus à autre chose que du dopage est d’au plus 1% selon les experts.

Ouf!

Plusieurs médias britanniques, allemands et suisses, notamment, ont unis leurs efforts pour examiner en détails le profil sanguin de près de 2000 skieurs de fond d’élite, dont des échantillons avaient été prélevés au cours de la période 2001-2010. Plusieurs d’entre eux sont toujours en activité sur le circuit de la Coupe du Monde.

Les résultats parlent d’eux même: le tiers des médailles aux JO et aux Mondiaux durant cette période auraient été remportées par des athlètes au profil sanguin suspect. On parle ici de « fortes irrégularités » au passeport sanguin.

La base de données analysées tenait compte des médaillés sur la période 2010-2017, qui présentaient des valeurs suspectes au cours de la période précédente. Autrement dit une nouvelle foi, des athlètes encore en activité.

Si le nom des athlètes n’a pas été révélé, les auteurs de l’enquête ont publié un classement par pays. Sans surprise, les athlètes russes arrivent au premier rang, suivi de l’Allemagne et de la France.

Fait intéressant, le Canada aurait présenté, au cours de cette période, 10 athlètes en ski de fond avec des données sanguines suspectes. Des fondeurs canadiens ne seraient donc pas au dessus de tout soupçon.

Une réaction de Ski de Fond Canada est attendue plus tard aujourd’hui, et celle du Comité International Olympique demain.

Comme quoi, le dopage sanguin massif est loin d’être limité au seul cyclisme… et le ski de fond comme l’athlétisme demeurent probablement des sports significativement gangrénés eux-aussi.

Il conviendra de regarder les épreuves de ski de fond aux prochains JO avec un petit esprit critique!

Et tant qu’à être dans le ski de fond, deux belles épreuves de la WorldLoppet se dérouleront durant les deux prochains week-ends: la Transjurassienne en France (w-e prochain) et la Gatineau Loppet ici, à Gatineau au Québec (dans deux semaines). Thibault Pinot sera au départ de la « Transju » et Laurent Martel (!!!) à celui de la Gatineau Loppet!

Race across France 2018

Nous connaissons tous le « Race Across America« , cette course d’ultra-cyclisme légendaire qui consiste à traverser les États-Unis d’Ouest en Est en le moins de temps possible. Créée en 1982, cette course est longue d’environ 4800 kilomètres (!).

Et bien voici le « Race Across France« !

Une course de 2500 kilomètres à travers la France, incluant 40 000m de dénivelé et notamment l’ascension du Mont Ventoux. Une formule « sprint » (350kms) et « challenge » (1100kms) est également offerte en marge de l’événement phare. Les dates: du 18 au 26 août prochain. Le départ aura lieu sur la Côte d’Azur et l’arrivée dans le nord de la France.

L’ultra-cyclisme s’est aussi beaucoup développé du côté du Québec depuis quelques années, et nous avons de belles épreuves comme l’Ultra-défi, le Défi des 21 ou encore l’Ultra-taiga.

Évidemment, il faut aimer être un stakhanoviste de la pédale!

Time Alpe d’Huez Ulteam: une belle bête!

La société française Time, qui appartient désormais au groupe Rossignol rappelons-le, vient de lancer hier un nouveau vélo léger fait pour les cols, soit le modèle Alpe d’Huez.

Et dans la gamme, le « Ulteam » est le fer de lance. Le vidéo de présentation est réussi, mariant l’histoire du cyclisme à ce nouveau vélo. J’aime!

13 500 euros tout de même, le prix du vélo pouvant varier selon le montage.

Ultra-léger (c’est le cadre Time le plus léger jamais produit par la compagnie), le cadre a une géométrie semi-sloping et des lignes assez directes, lui donnant un caractère « course » assez évident. On affirme, chez Time, que le cadre est également 25% plus rigide que les autres cadres de la gamme, ce qui n’est pas peu dire. Assurément un cadre qui donne de belles relances, et qui permet de trajecter à mort dans les descentes!

On a aussi opté pour une tige de selle 27.2mm, question d’assurer un certain confort.

Seul hic peut-être, mais c’est souvent le cas je trouve pour les cadres légers depuis quelques années, la hauteur de la douille de direction, assez importante: en taille Small, le cadre présente une hauteur de douille de direction de 14,9cm…

La robe est sobre, le cadre est compatible avec les groupes électriques, on cherche visiblement à concurrencer les autres vélos ultra-légers de ce monde, et notamment le Canyon Ultimate CF EVO. Time n’est cependant plus présent en WorldTour alors que Canyon continue d’équiper les équipes Movistar et Katusha…