Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mois : juin 2004 Page 1 of 3

Pencolé, Bessette et Fraser

Les nouvelles qui ont retenues notre attention ce week-end :

1 – il faut absolument lire cette entrevue avec Franck Pencolé, coureur pro chez MBK-Oktos qui vient de décider de raccrocher, à 27 ans, dégouté du milieu. Pencolé porte un regard sur le vélo nous apparaissant très juste, très mesuré, et sans désir de vengeance. Le dégoôt est cependant présent dans son discours. Le constat est accablant : « Si tu ne marches pas assez, tu dégages, on en prendra un autre. On est là pour faire vivre les dirigeants du cyclisme et les nourrir, cêest tout ! Les dirigeants des équipes ont un beau discours à la télé mais derrière ils nêhésitent jamais à te mettre la pression« .

2 – Lyne Bessette a été sacrée championne canadienne sur route dimanche après avoir largement dominé la course, étant devant de bout en bout. Une superbe victoire pour Lyne, qui nous fait réellement plaisir et qui scelle sa participation aux JO d’Athènes en aoôt. Belle performance de Manon Jutras également, qui a surpris sur un parcours aussi exigeant. Geneviève Jeanson, visiblement pas dans un bon jour, a pour sa part terminé très loin, à plus de 20 minutes de la gagnante.

3 – C’est Flash Gordon qui s’est imposé chez les hommes, une autre victoire qui nous fait réellement plaisir puisqu’il s’agit, à notre connaissance, du premier titre de champion canadien chez les pros pour Gordon. Espérons que les sélectionneurs pour Athènes sauront tenir compte de cette belle performance dans leur choix, performance qui survient après un beau Tour de Georgie en mai dernier. Il y a fort à parier que l’équipe canadienne pour la course sur route aux JO sera composée de Fraser, Dionne et Barry.

4 – Championnats nationaux : Mancebo en Espagne (il faudra le surveiller en juillet dans les cols, celui-là!), Dekker (le revenant…) aux Pays-Bas, Kloden en Allemagne (avec la bénédiction d’Ullrich), Moreni en Italie (la surprise!), Voeckler en France (logique, il venait de gagner une étape de la route du sud la semaine dernière), Steels en Belgique (un autre revenant… mais privé de Tour de France), Hammond en Grande-Bretagne (renouvellement de bail) et Hushovd en Norvège (un bien beau champion).

5 – cette semaine sur La Flamme Rouge : spécial Tour de France! Nos pronostics, nos commentaires sur le parcours, nos trouvailles… À commencer par ceci : selon Pierre Foglia (La Presse, édition de samedi dernier), le podium du Tour à Paris sera 1 – Ullrich 2 – Hamilton 3 – Mayo. Il prédit qu’Armstrong ne terminera pas le Tour cette année…. Nous vous ferons part de notre pronostic cette semaine!

Millar avoue !

Bombe aujourd’hui dans le monde du cyclisme : l’cossais David Millar, tellement sympathique au public et représentant la jeune génération du vélo puisqu’gé de seulement 27 ans, aurait avoué s’être dopé à l’Eprex (EPO) plus tôt dans sa carrière. Des seringues et des ampoules auraient également été retrouvées à son domicile.

Par ses aveux, Millar s’expose évidemment à de lourdes sanctions pour la suite de sa carrière : licenciement de chez Cofidis, non participation au prochain Tour de France (Leblanc a déjà signifié la sanction), voire suspension pour une longue période.

Rappelons que Millar avait totalement refuté les allégations de son ex-équipier Philippe Gaumont lorsque celui-ci avait fait état d’un dopage généralisé chez Cofidis et, de façon plus générale, dans tout le cyclisme.

La Flamme Rouge n’est pas surprise de constater que Millar se dopait. Comment pourrait-il en être autrement ? Ce qui est intéressant dans cette affaire, c’est que cela démontre une fois de plus que le dopage dans le milieu professionnel n’est pas l’affaire de « quelques brebis galeuses » comme patrons de l’UCI, du Tour ou Lance Armstrong aiment à le dire. C’est en fait totalement l’inverse : c’est ceux qui ne se dopent pas qui sont les quelques brebis au milieu d’une meute de loups!

On annonce par ailleurs que la pression s’accentue sur Lance Armstrong à la suite de la publication de l’ouvrage L.A. Confidentiel dont La Flamme Rouge fera bientôt une critique.

Quand l’abces crevera-t-il pour de bon ?

L.A. Confidential

Intéressante interview publiée aujourd’hui dans le journal français L’quipe avec l’ex-coureur ric Boyer, co-équipier de Greg LeMond lors de sa victoire dans le Tour 1990, à propos du livre L.A. Confidential récemment publié sur Lance Armstrong par deux journalistes, le Français Pierre Ballester et l’Anglais David Walsh, et qui décrit les liaisons dangereuses entretenues par le Texan avec le dopage depuis 1999.

Des nouvelles de Basso et de l’Alpe d’Huez

Deux nouvelles aujourd’hui :

1 – Ivan Basso a terminé 4e du Championnat d’Italie de CLM hier, une performance remarquable pour ce grimpeur et qui témoigne de trois choses: Basso est en bonne condition, Basso a beaucoup amélioré sa position sur le vélo de clm et Basso sera probablement à surveiller de près en juillet lors du Tour. Rappelons que Basso compte comme directeur sportif Riis, un excellent meneur d’hommes (voyez ce qu’il a fait avec Jalabert en 2001 et 2002 et avec Hamilton l’an dernier).

2 – L’étape clm de l’Alpe d’Huez s’annonce très chaude. On apprenait récemment qu’un service de navettes depuis Grenoble ou Rochetaillée serait mis en place pour les spectateurs. Le Tour s’attend à retrouver près d’un million(!!!) de spectateurs sur les 21 lacets de la montée! Des barrières seront installées sur les 7 derniers kms de l’ascension et le public sera encadré par 600 à 650 gendarmes qui veilleront à la sécurité de tous. Chaque coureur disposera d’une escorte dans la montée. Bref, des moyens dantesques pour une étape cruciale du Tour cette année.

US Postal sur le Tour

L’US Postal a annoncé aujourd’hui son équipe pour le Tour : Armstrong, Hincapie, Ekimov, Landis, Padrnos, Beltran, Azevedo, Rubiera et Noval. Le Canadien Michael Barry en est donc exclu, ce qui n’est qu’une demi-surprise quant on pense que Victor Hugo-Pena ou Max Van Heeswijk, par exemple, restent eux-aussi à la maison.

Armstrong comptera donc sur Beltran, Azevedo et Rubiera en montagne. Pour rouler, Ekimov, Hincapie et Landis seront les pièces maîtresses. Padrnos sera l’homme à tout faire, et Noval, on ignore son rôle précis.

Les T-Mobile aligneront pour leur par très probablement, outre Ullrich bien sôr, les coureurs suivants : Evans, Guerini, Kloden, Zabel, Aldag, Botero, Kessler et Nardello. Ullrich aura donc avec lui dans les cols Guerini, Botero (espérons-le!), Evans et Nardello. Aldag sera la bête à rouler, avec Kloden et Kessler. Zabel pour les sprints. L’absence de Vinokourov et de Salvoldelli fait mal, même si l’équipe tient la route. On reste toutefois avec l’impression que ce n’est pas là la meilleure équipe que T-Mobile pouvait présenter… Botero, en particulier, pose une énigme, car il n’a apporté aucune garantie cette année quant à sa condition.

Le leader creuse l’écart!

Nicolas Fournier, en tête du pool de cyclisme, a considérablement creusé l’écart sur son plus proche rival au cours des 2 dernières semaines grce à la performance de Jan Ullrich au Tour de Suisse.

Deux femmes occupent désormais les 2e et 3e places, ce qui mérite d’être souligné ! Beau rapproché pour ces deux participantes, qui étaient 9e et 10e dans la précédente mise à jour. Comme quoi le classement est loin d’être acquis et que les changements peuvent s’opérer vite, surtout à l’aube du Tour de France ou beaucoup de points seront à prendre…

Quant à La Flamme Rouge, on semble enfin avoir quitté les bas-fonds du classement. Mais avec pratiquement 300 points d’écart sur le meneur qui possède également Ullrich, ca sera difficile de se refaire durant le Tour.

Vous pouvez télécharger ici le fichier Excel qui vous donnera le détail des points accumulés par vos coureurs respectifs. Merci de me signaler toute erreur éventuelle.

Prochaine mise à jour à la veille du départ du Tour, soit après les Championnats nationaux.

* Nicolas Fournier 546
* Lysanne Fratelli 430
* Arianne Levasseur 422
* Paul Courtemanche 418
* Didier Mangin 406
* Pierre Beaudoin 405
* Robert Mayer 393
* ric Lehoux 388
* Natalie Dagenais 388
* Roger Filion 386
* Dominique Paget 374
* Stéphane Tremblay 374
* Tomas Marchetti 361
* Raphal Watbled 336
* Alain Levasseur 333
* Cest Raoul 333
* François Gaudreau 330
* Sébastien Bosvieux 330
* Patrice Beaulieu 324
* Simon Lemay 316
* Jean-P. Wauthier 313
* Marc-Antoine Martel 312
* René Rellier 312
* François Bérubé 310
* Louis Potvin 302
* Daniel Boivin 300
* Chris North 298
* Luc Langevin 287
* Réjean Miousse 287
* tienne Gagnon 281
* Stéphane Martel 276
* Maxime Caron 270
* ric Lepage 264
* Francis Lemay 251
* Laurent Martel 244
* Antoine Lord 241
* Marc Beaulieu 241
* Cyclick 232
* Ronald Martel 231
* Sylvain Lépine 221
* Réjean Asselin 219
* Alain Potvin 177
* Alain Dauphin 176
* Marie-C. Grégoire 165
* Luc Ostiguy 88

Ca bouge encore !

Une nouvelle mise à jour du pool de cyclisme est désormais disponible, en date d’aujourd’hui. Elle prend donc en compte les résultats de la Route du Sud et du Tour de Suisse. Vous pouvez télécharger un fichier Excel afin de voir la performance détaillée de chacun de vos coureurs.

La Suisse, la Beauce, etc.

Comme d’hab, beaucoup de choses à dire en ce début de semaine :

1 – Superbe victoire (par 1 seconde!) de Jan Ullrich au Tour de Suisse. C’est en remportant le clm du dernier jour qu’Ullrich a pu récupérer le maillot, perdu au profit de Jeker lors de la difficile étape de montagne 2 jours avant. Pour Ullrich, il s’agit d’une victoire très importante : en plus de se rassurer lui-même (rien de mieux qu’une victoire pour la confiance…), il rassure son équipe, ses fans et le public qu’il est bien à l’heure. Il ne lui reste plus qu’à peaufiner doucement sa condition d’ici le départ du Tour.

2 – Route du sud : victoire aujourd’hui de McGee dans le clm, devant Millar qui paye probablement son manque de compétition lors de l’affaire Cofidis. Si le plateau est moins relevé que prévu (on annonçait Armstrong il y a quelques semaines…), l’épreuve révèle également que Casar et… Cadel Evans sont en forme ascendante, tout comme Kloden. C’est Ullrich qui va être content en prévision du Tour…

3 – Peu de choses à dire en revanche du côté du Tour de Catalogne, remporté par Perdiguero, sinon la 3e place de Laiseka et la 9e de Lastras, tous deux probables sur le Tour de France.

4 – le Tour s’annonce cette année bien intéressant avec de nombreux favoris qui arrivent en forme. Mais du côté des Belges, des Hollandais voire des Italiens (hormis Basso), c’est plutôt maigre… Les Merckx, VDB, Verbrugghe, Boogerd, Garzelli et Simoni sont bien peu visibles sur l’avant-scène ces jours-ci…

5 – le Tour de Beauce a été remporté par un polonais, comme prévu. Les polonais sont en effet souvent à l’honneur en Beauce. C’est Brozyna qui l’emporte devant le colosse Australien Nathan O’Neil et l’Américain Moninger. Le premier Canadien, Dominique Perras, est 13e, Dionne terminant à la 17e place.

Tout un casse-tête en prévision pour la sélection de l’équipe canadienne (3 coureurs) en vue d’Athènes. Si une place est très certainement réservée à Michael Barry, 5 athlètes se disputent en effet les 2 autres places : Perras (Champion Canadien et premier Canadien en Beauce), Dionne (une victoire d’étape en Beauce), Fraser (2 victoires au Tour de Georgie, excellent sprinter, ce qui, à Athènes, est un atout), Walters (coureur complet et excellent sur des courses en circuit) et Wolhberg (l’homme-chrono au Canada, celui qui à notre sens a le moins de chances de se qualifier pour la course sur route). Notre pronostic : Fraser et Dionne.

6 – Vous trouverez ici un intéressant – bien que court – reportage sur les cycles Pinarello, une institution dans le monde du cyclisme. Seul élément de regret chez Pinarello, ils n’ont encore jamais, à notre connaissance, produit de cadres slopping…

7 – le recours en justice intenté par Armstrong a été rejeté, ce que nous considérons être une excellente nouvelle pour l’avenir du sport.

Le Tour de Foglia

foglia.jpgNous venons de terminer la lecture du livre « Le Tour de Foglia » paru récemment aux ditions La Presse avec la collaboration de Vélo Mag. Ce livre connaît actuellement un certain succès au Québec, étant premier au palmarès des ventes de la librairie Clément Morin par exemple.

Pour nos lecteurs européens, Pierre Foglia est un populaire journaliste – chroniqueur social au journal La Presse, « le plus grand quotidien francophone d’Amérique ». Bon vulgarisateur, posant un regard unique sur le monde qui l’entoure, il écrit depuis de nombreuses années des éditoriaux, des billets très populaires sur des sujets qu’il choisit au gré de l’actualité ou de ses états d’me. D’origine italienne mais installé au Québec depuis son enfance, il est grand amateur – et pratiquant – de cyclisme. Il a couvert, depuis le début des années 1990, de nombreux Tours de France pour le bénéfice des lecteurs de La Presse, s’intéressant souvent – et avec brio – aux à-côtés du Tour plutôt qu’à la course elle-même. Plus récemment, il a beaucoup couvert les affaires Jeanson, s’étant lié d’amitié avec cette coureuse québécoise contreversée depuis les Championnats du monde d’Hamilton.

Son livre est en fait un recueil de ses chroniques passées sur le Tour, chroniques regroupées sous quelques thèmes : les seigneurs du peloton (Armstrong, Indurain, Ullrich), les Canadiens (Bauer, Fraser), les chevau-légers (Chiappucci, Hamilton, Hampsten, Jalabert, Pantani, Rominger, Virenque), le maillot noir, autour du Tour (Tour 101), la montagne, la tourpitude et la France du Tour.

C’est un véritable plaisir que de lire ce livre et La Flamme Rouge vous le recommande sans réserve si vous désirez passer un bon moment. N’étant pas un grand fan de Foglia lorsqu’il écrit sur le cyclisme, nous devons reconnaître qu’il sait captiver le lecteur par ses chroniques jamais banales. De plus, il nous rejoint sur notre façon de traiter du cyclisme : il essaie de poser un regard éclairé, n’hésitant pas à parler du cancer du cyclisme, le dopage. Cette chronique, en particulier, nous interpelle :

Circulez, y a rien à voir (chronique du 5 juillet 2003, soit au départ du Tour l’an dernier) :

« On nous dit que ce Tour de France du centenaire, en empruntant la route de ses pionniers, renouera avec ses valeurs fondamentales : courage, endurance, discipline. On nous dit ca. Si vous voulez mon avis, ce sont là de ronflants radotages tout à fait dans le style du directeur du Tour, Jean-Marie Leblanc. La réalité, c’est que le Tour est malade.

L’autre jour, avec des amis cyclos, nous parlions du jeune coureur français, Fabrice Salanson, 23 ans, trouvé mort dans sa chambre au départ de la première étape du Tour d’Allemagne. Nous évoquions évidemment le dopage. Quoi d’autre? Vous connaissez beaucoup de garçons de 23 ans, pas du tout malades la veille, ni l’avant-veille, ni jamais, qui sont morts comme ça, subitement, pendant la nuit, dans leur lit?

Aussitôt le résultat de l’autopsie connu – aucune trace de rien – l’quipe, journal du Tour, s’est dépêché de faire honte à tous ceux qui, comme moi et mes amis cyclos, avaient osé penser dopage : « jamais les raccourcis et la suspicion d’une certaine presse à l’affôt des scandales n’ont été aussi déplacés », nous admonestrait notre confrère. Et Lance Armstrong d’en rajouter une couche: « Qu’on pense à sa mère ; c’est vraiment dégueulasse ». Le lendemain, les coéquipiers du malheureux garçon déclaraient qu’ils ne souhaitaient pas évoquer cet épisode douloureux.

C’est de ce silence là, opaque et agressif, dont souffrent le Tour de France et le vélo professionnel (et le sport en général). Ce garçon faisait partie de la jeune relève française, celle dont on dit qu’elle est en train de changer les mentalités du cyclisme. Voyez la portée du symbole, voyez le bond en arrière si on l’avait trouvé drogué. Dieu merci, on n’a rien trouvé dans sa chambre ni dans son sang. Youpi, ce garçon est mort à l’eau claire. Circulez, y a rien à voir.

Depuis cinq ans, depuis l’affaire Festina, c’est ce qu’on nous répète chaque fois: circulez, y a rien à voir. Les affaires continuent pourtant de se succéder à un rythme effarant. En plein Tour de France 2002, Igor Gonzalez de Galdeano, alors maillot jaune, est testé positif aux corticoides. Galdeano est blanchi par le président de l’Union Cycliste Internationale lui-même, qui conteste la validité des tests de l’Agence mondiale antidopage (de Richard Pound). Or, Galdeano vient d’être rétroactivement suspendu pour six mois.

À la fin du Tour 2002, Edita Rumsas est arrêtée à la frontière italienne, son auto pleine de produits dopants. Elle est la femme du Lituanien Raimondas Rumsas, révélation du Tour, troisième derrière Armstrong et Beloki. Lui non plus n’avait rien dans sa chambre ni dans son sang. (Rumsas vient de se faire épingler pour de l’EPO au Tour d’Italie).

En janvier, le coureur italien Denis Zanette meurt lui aussi de mort « naturelle » alors qu’il est chez son dentiste. Rupture d’anévrisme. L’autopsie ne révèlera rien.

Et en juin, ce jeune homme de 23 ans.

Le Tour est malade de ses mensonges, dont quelques uns sont mortels. Le Tour est malade et pourtant il n’est jamais allé aussi vite. C’est son autre maladie : la vitesse. Quand on leur reproche de se « soigner », de monter leur taux d’hématocrite à la limite du permis, de se faire délivrer des ordonnances de complaisance pour des corticoides, ils répondent que ces « soins » sont nécessaires parce que leur sport est très dur. Sauf que plus il se « soignent », plus ils vont vite. Cherchez l’erreur : plus ils vont vite, plus leur sport est dur.

Plus ils vont vite, plus le spectacle est nul. Plus le peloton va vite, plus il est difficile d’en sortir. Les étapes de plat se résument à 200 kilomètres de non-course avec un sprint massif au bout. Il ne se passe plus grand chose au Tour, et cela depuis près de 15 ans, depuis Miguel Indurain et ses cinq victoires de suite, toutes semblables. Indurain préfigurait le champion biologique (biochimique?) qu’est Lance Armstrong. Le Tour aujourd’hui se joue sur 15 kilomètres, généralement dans la première étape de haute montagne. Que dis-je, 15 kilomètres? Le Tour se joue sur le premier démarrage de Lance Armstrong, 500 mètres, parfois moins, et c’est fini. Le reste n’est que du remplissage publicitaire.

Le Tour n’est plus cet espace mythique ou se nouaient des drames, ou les échappées se développaient comme des chevauchées fantastiques dans des décors dantesques, ou naissaient des histoires qui faisaient de la course un événement littéraire autant que sportif. Aujourd’hui, les drames se nouent presque toujours en marge de la course elle-même, comme les affaires de dopage et leur judiciarisation, comme les morts accidentelles, celle de Fabio Casartelli en 1995, celle d’Andrei Kivilev dans Paris-Nice au début de la saison. C’est bête à dire, mais aujourd’hui, le Tour n’est vibrant que dans l’hommage à ses morts. À moins qu’ils n’embarrassent, comme ce jeune homme de 23 ans « mort de rien » dans sa chambre, la veille du Tour d’Allemagne. Alors on se dépêche de les enterrer en silence. Circulez, y a rien à voir. Taisez-vous, y a rien à dire.
Fin de l’extrait.

Toujours très engagé, Foglia se mouille toujours franchement, sans détour, intelligemment. S’il sait parler de sujets aussi sérieux que le dopage, la lecture de son recueil ne donne aucune impression de « lourdeur » mais est plutôt divertissante, souvent carrément amusante (extrait, parlant de l’arrivée à La Bourboule dans le Tour 92, étape gagnée par Stephen Roche : « L’arrivée de l’étape d’hier était d’ailleurs jugée dans le stationnement d’un terrain de golf. Les Français sont en train de capoter sur le golf. Pas à la portée du Français moyen, le golf, et c’est bien pour ça que ça pogne autant ; qui veut être moyen? Surtout pas le Français« .

Par moment, on retrouve même chez Foglia un brin du génie d’Antoine Blondin, avec qui il partage l’art de porter un regard différent sur cette course voire, dans une moindre mesure, le jeu de mots : « Les coureurs passent à l’écran de la petite télé à piles en même temps que sur la route, juste devant. « Dépche-toi, dépêche-toi, crie sa femme, les v’là ». « Reste là, je vais te voir à la télé », lui répond le bonhomme. C’est pas parce que la France d’en bas va à la montagne qu’elle prend de l’élévation. »

Bref, courrez-vite chez votre libraire vous procurez ce livre qui, pour le profane en cyclisme, saura vous faire passer un très bon moment et mieux connaître le Tour ainsi que le cyclisme. Si le puriste sera agacé à quelques reprises par un manque évident de culture cycliste, il saura lui-aussi avoir du plaisir à lire ces chroniques du Tour. Et à 30$, c’est un rapport qualité-prix exceptionnel!

Un premier pas vers la victoire

C’était le premier gros test aujourd’hui sur le Tour de Suisse, une étape de 185 kms avec deux cols importants, bien que peu connus. Pour le leader Ullrich, l’étape était cruciale : ou il montrait être sur la bonne voie en vue du Tour, ou il perdait le maillot et beaucoup plus, c’est-à-dire la confiance de ses équipiers, de son encadrement et de ses supporters.

Si l’étape a été remportée par Aabersold (un autre Suisse!), Ullrich a terminé parmi les premiers, ne laissant aucun doute sur sa condition actuelle. Il s’agit d’un événement important puisqu’il envoie un signal clair à ses adversaires, surtout Armstrong, comme quoi il faudra encore une fois compter sur lui en juillet.

La victoire au Tour de Suisse n’est cependant pas encore acquise pour l’Allemand, puisque l’étape de demain se termine en altitude. Ullrich pourra compter sur un Guerini en bonne condition, excellent équipier aujourd’hui. S’il perdait du temps demain, le clm du dernier jour sera à son avantage puisqu’il lui permettrait de refaire éventuellement son retard.

Une victoire d’Ullrich au Tour de Suisse, 3 semaines avant le début du Tour, alors qu’Armstrong n’a terminé « que » 4e du Dauphiné, ferait en sorte de lui redonner l’ascendant psychologique qui était, depuis février dernier, dans le camp Armstrong.

Remontée des équipes de grands tours…

Si le leader Nicolas Fournier semble bien installé au sommet du classement (il dispose, dans son équipe, de Jan Ullrich, ce qui devrait lui permettre de limiter la casse en juillet!), on dénote, à l’issue du Dauphiné, pas mal de changements dans le classement.

D’une part, notre lanterne rouge du début de saison, Alain Dauphin, a fait un bon spectaculaire, passant de 57 points à… 176 (merci Iban Mayo!). C’est désormais notre coéquipier Luc Ostiguy (500 watts au seuil) qui occupe le dernier rang.

Pour preuve que le classement change, notre leader au sortir des Classiques du printemps, Didier Mangin, recule progressivement au classement : il n’est plus « que » 12e… Parmi les nouveaux venus au sommet du classement, ric Lehoux (Hamilton, Mayo, Mercado), Stéphane Tremblay (Pereiro, Rasmussen, Sevilla) et, un peu plus bas, Natalie Dagenais (O’Grady, Armstrong, Leipheimer, Hunter).

La Flamme Rouge a marqué des points grce à Hamilton et Ullrich, mais se traine encore dans les profondeurs du classement…

Vos commentaires sont, comme toujours, les bienvenus. Merci de nous faire part d’éventuelles erreurs. Prochaine mise à jour au sortir du Tour de Suisse, d’ici une semaine.

* Nicolas Fournier 464
* Paul Courtemanche 408
* Roger Filion 386
* ric Lehoux 385
* Stéphane Tremblay 373
* Dominique Paget 364
* Tomas Marchetti 361
* Natalie Dagenais 359
* Lysanne Fratelli 354
* Arianne Levasseur 353
* Pierre Beaudoin 350
* Didier Mangin 330
* Alain Levasseur 329
* François Gaudreau 328
* Robert Mayer 327
* Patrice Beaulieu 324
* Sébastien Bosvieux 310
* Simon Lemay 305
* Louis Potvin 302
* René Rellier 298
* Marc-Antoine Martel 292
* Luc Langevin 287
* Chris North 280
* tienne Gagnon 278
* Réjean Miousse 277
* Daniel Boivin 271
* Maxime Caron 270
* Raphal Watbled 269
* ric Lepage 264
* Cest Raoul 261
* Jean-P. Wauthier 247
* Francis Lemay 245
* François Bérubé 241
* Marc Beaulieu 241
* Antoine Lord 238
* Ronald Martel 228
* Sylvain Lépine 221
* Réjean Asselin 219
* Stéphane Martel 210
* Alain Potvin 177
* Alain Dauphin 176
* Laurent Martel 168
* Cyclick 165
* Marie-C. Grégoire 165
* Luc Ostiguy 85

Pas mal de changements !

Une nouvelle mise à jour du pool de cyclisme est disponible pour tous les participants, en date d’aujourd’hui. Cette nouvelle mise à jour tient donc compte du Dauphiné Libéré et des 3 premières étapes du Tour de Suisse.

Page 1 of 3