Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Vuelta, Mondiaux, classements World Tour, Eurobike, etc.

Le Tour de l'actualité cycliste des derniers jours, commentaires en prime.

1 – Retour sur la récente Vuelta. Ca vaut la peine de regarder le vidéo du sprint de Madrid lors de la dernière étape, un sprint royal remporté par Peter Sagan, sans aide de ses équipiers et au dépend de Bennati, Petacchi et Degenkolb, excusez un peu. Peter Sagan me fait beaucoup penser à Oscar Freire à ses meilleures années, capable de se débrouiller seul dans un emballage final et de surgir comme un diable d'une boîte à surprise. Attention à lui sur les prochains Mondiaux de Copenhague!

2 – Vuelta toujours. Victoire finale de Juan José Cobo devant Chris Froome. Il y avait beaucoup d'argent à faire avec les paris sportifs si vous aviez osé miser sur eux au départ de la course ! J'y perds carrément mon latin et ne sait quoi vous dire d'autre que je suis surpris du résultat de cette Vuelta. Des interviews avec personnes bien informées du milieu sont bientôt prévues sur ce site afin de nous permettre d'y voir plus clair sur les grands tours cette année.

3 – Découvrez le parcours de la course sur route des prochains Mondiaux de cyclisme à Copenhague. Les formations nationales dévoilent actuellement leurs coureurs: la Belgique avec Gilbert mais sans Boonen, l'Italie avec Bennati, la Suisse avec Cancellara, la République Tchèque avec Kreuziger, l'Australie avec Cooke, Gerrans et O'Grady, etc. On attend maintenant la sélection canadienne en espérant que David Veilleux, Dominique Rollin et Michael Barry seront du voyage.  

4 – Classement World Tour: Philippe Gilbert a pris la tête du classement mondial grâce à sa victoire au GP de Québec et sa troisième place au GP de Montréal. Il est désormais assuré de terminer premier coureur mondial à la fin de la présente saison, Evans et Contador ayant déjà mis fin à leur campagne 2011. C'est une belle récompense pour le "cannibale" Gilbert cette saison, 17 victoires dont un quadruplé inédit, soit l'Amstel, la Flèche Brabançonne, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, mais aussi le Tour de Belgique, le championnat national clm et sur route, une étape au Tour de France (aussi porteur du maillot jaune) et la Classica San Sebastian. Ouf !

Le site Vélo Club nous propose par ailleurs une belle présentation des différents classements, incluant celui des pays. L'Espagne est en tête, cela vous surprend-t-il ?… Et la France se retrouve actuellement derrière le Luxembourg, l'Allemagne ou encore la Norvège…

5 – À ne pas manquer pour ceux qui veulent découvrir une partie du matos et des nouveautés 2012 les excellents reportages, classés par marques, du site indépendant (et qui donne donc l'heure juste, sans complaisance aucune avec les compagnies) Roues Artisanales.

6 – Le mystique Carlos Sastre quittera la formation Geox en fin de saison et devrait annoncer sous peu sa destination. GreenEdge ?

7 – Pool de cyclisme: une mise à jour sera publiée cette semaine avant le dernier droit de la saison !

Partager

Précédent

Jeannie Longo: le mythe déboulonné ?

Suivant

Mondiaux: Tuft ou Barry, il fallait choisir

  1. Zardoz

    Pour Froome, si je me souviens bien, il s’était sacrifié pour Wigins dès la première étape de montagne qui suivait le chrono, malgré son maillot rouge sur les épaules, et avait du débourser une trentaine de secondes ce jour-là.

    Sur le coup, je me disais déjà que c’était un peu limite de la part de la direction de l’équipe, mais là, le pauvre Chris doit carrément avoir les boules.

    0
    0
  2. thierry mtl

    Sky a amené Froome à la défaite. Ils ont bcp trop miser sur Wiggins. Froome a perdu du temps à l’attendre et à l’aider. C’est pitoyable pcq c’était évident qu’il était au moins aussi fort dès le début des montagnes. Un DS qui ne voyait que Wiggins, le surprotégé britanique.

    La parcours des mondiaux à 60 mètres de dénivellation maximale ???

    0
    0
  3. alain39

    Il faut dire que le palmarès de Froome plaidait en sa faveur.
    Alors que Wiggins avec une 4eme place au tdf 2010, une victoire au Dauphiné 2011 ne présentait pas les mêmes garanties de succès.
    Arrêtons de rigoler.
    Il fallait être devin pour imaginer de telles performances de sa part et je ne suis pas étonné que son DS n’est pas misé sur lui.
    C’est d’ailleurs bien là le hic.
    Cobo vainqueur devant Froome sur une vuelta hyper dure.
    Qui avait imaginé cela.
    On ne peut pas blâmer la direction de SKY ou alors c’est vraiment un procès d’intention.
    Le pb c’est cette vuelta qui comme celles du début des années 2000 est stupéfiante.
    Des coureurs de second rang deviennent en l’espace de 3 semaines des super champions.
    Un peu comme la star academy qui prend des inconnus qui sont bombardés stars pour ensuite sombrer dans l’anonymat.
    D’ailleurs Casero et Gonzalez sont là pour nous rappeler qu’ils empruntent également ce même chemin que nos stars de la TV realité.
    Clairement c’est une vuelta à oublier au plus vite qui d’ailleurs est une véritable farce.
    Mais que voulez vous au royaume du dopage nous assistons à des miracles éphémères.
    Et puis nous avons aussi Jeannie qui a été rattrapée par la patrouille.
    Tout le monde feint l’étonnement.Ben voyons à 53 ans battre des jeunes rien de plus normal.
    Des années à s’entrainer seule aux US et autres contrées lointaines et tout le monde nous fait la vierge effarouchée.
    Il est évident que Longo est une chaudière.
    Pathétique de voir cette championne (car elle était vraiment très forte) sombrer dans une telle mégalomanie et refuser de vieillir.
    Elle a été mais elle n’est plus et c’est bien triste de voir que ses rêves chimériques l’ont discrédité et que c’est maintenant toute sa réputation et son palmarès qui vont être mis à mal.
    Autant des jeunes peuvent avoir quelques excuses autant elle passe pour une vieille idiote.
    Avec Longo c’est à la recherche du temps elle s’est perdue.
    Si l’EPO semble bien oxygéner les muscles ses effets sur le cerveau restent à démontrer.
    Pas loin de penser que l’afflux de sang dans les jambes empiète sur l’irrigation du cerveau.
    Pauvre cyclisme qui continue à trainer sa misère.

    0
    0
  4. max

    La vuelta, je l’ai pas trouvé si dure que ça justement. Une seule vraie étape de montagne (avec deux gros cols d’affilé j’entends), et encore pas du niveau de celles qu’on a vu sur le tour (agnel,izoard, galibier) et cette monstrueuse étape du giro avec les 5 cols au dessus de 2000. Le reste, des montées sèches plus ou moins sèches et plus ou moins longues. Certes, des pourcentages à deux chiffres qui font peur mais est-ce vraiment l’identité d’un grand tour que de courir une flèche walonne par jour? On nous promettait peu de sprints, mais finalement les sprints se jouaient au sommet entre les favoris…

    Outre le dopage, que l’on peut ici suspecter raisonnablement vu les deux étoiles filantes qui squattent le podium, le parcours n’est-il pas largement responsable de ce podium atypique?

    0
    0
  5. Zardoz

    @alain39 :

    Au moment du sacrifice de Froome, maillot rouge sur les épaules je rappelle, on avait quand-même une indication assez claire sur sa supériorité par rapport à Wigins. Dans les jours qui avaient précédé, non seulement il avait été capable de prendre à son compte une bonne partie de l’ascension finale de la seule vraie étape de montagne difficile qui avait eu lieu jusque là, puis de finir dans le même temps que les favoris, Bradley inclus, mais en plus, il le bat d’une trentaine de secondes (passez moi les chiffres précis) deux-trois jours plus tard dans le chrono, terrain de prédilection de Brad.

    Si Froome avait bêtement pris le maillot rouge à cause de circonstances de course, façon Hugo Pena sur le Tour 2003, d’accord il restait simple équipier, mais au stade de la course où on était, et vu ce que les deux bonhommes avaient montré sur cette Vuelta, j’ai trouvé ça un peu limite de bêtement le sacrifier, dans des circonstances d’ailleurs où ça n’était pas vraiment nécessaire il me semble.

    Bon, et pour le prétendu surréalisme du palmarès de la vuelta ces dernières années, j’ai déjà exprimé mon opinion dans l’autre topic. Les vrais leaders y sont rares et s’y rendent souvent avec moyennement de motivation (souvent par forfait sur le Tour). La différence entre les performances de gars comme Moncoutié ou Monfort sur la Grande Boucle et la Vuelta, la même année, qui plus est avec un Tour de France dans les jambes, est éloquente. Pire, dans certains cas, c’est le hasard des circonstances de course qui détermine le classement final, comme dans les courses par étapes d’une semaine (cf. Nozal en 2003, qui prend le maillot or pour une petite minute dans une échappée bidon des premiers jours, puis qui parvient à le conserver jusqu’à la veille de Madrid, sans rien avoir montré avant, et sans plus rien montrer après). La Vuelta n’est peut-être pas tant le GT du dopage que le GT du second couteau, tout simplement, avec c’est vrai des arrivées nombreuses sur des cols, mais de pourcentages moyens qui excèdent rarement 5 à 7 %.

    Tout ça reste un cas discutable et on doit d’office rester critique face à certaines performances inattendues, mais je ne vois pas l’intérêt de venir réitérer à longueur de saison ses grands constats défaitistes et cyniques.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.