Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Voeckler le plus costaud

Pas grand chose à dire sur l’étape d’aujourd’hui hormis ceci : c’est le plus costaud de l’échappée qui s’est imposé, point final. Le Français Thomas Voeckler s’est imposé au terme d’une longue échappée qui a été tenue par le peloton à moins d’une minute trente dans tout le final de l’étape. Voeckler s’impose 5 ans exactement (jour pour jour) après avoir vêtu le maillot jaune sur le Tour 2004 et, pour la seconde fois donc, le jour de l’anniversaire de son directeur sportif, Jean-René Bernaudeau. Beau cadeau ! Une belle entrevue avec Bernaudeau est d’ailleurs disponible ici.

Pour le reste, on pourrait reprocher à La Française des Jeux d’avoir merdé dans le final puisque l’équipe avait deux coureurs devant, Geslin et Hutarovich, ce dernier étant de surcroit le meilleur sprinter du lot. Dans ce contexte, c’était à Geslin d’y aller en premier afin de faire travailler les autres, Hutarovich se réservant pour régler tout le monde au sprint. Malheureusement, c’est Ignatiev qui est sorti le premier et Geslin a immédiatement cédé, prouvant qu’il était complètement cuit. Rien à dire, c’est la course.

Ignatiev, excellent poursuiteur, a bien joué ses cartes, partant à 8 kms de la ligne. C’était peut-être un peu tôt et là encore, rien à redire, Voeckler est allé le chercher sans grand problème. Ignatiev et Voeckler pouvaient ainsi tester leurs adversaires en vue de produire la bonne attaque, qui est venue de Voeckler à 4 kms de la ligne.

Bref, ca s’est joué à la régulière et le plus fort a gagné, point final.

La victoire de Voeckler est un sacré soulagement non seulement pour l’équipe Bouygues-Bbox, mais aussi pour tous les coureurs français. Chaque année en effet sur le Tour, les coureurs français ont la pression de gagner et ce, le plus souvent possible (et surtout le 14 juillet !). Cette victoire de Voeckler permettra à tous les coureurs français d’aborder les prochaines étapes plus sereinement, la France ayant déjà trouvé de quoi célébrer sur ce Tour.

Demain, le final comporte quelques petites bosses intéressantes. Un bon puncheur pourrait s’imposer et quelque chose me dit que Cancellara a un bon coup à jouer.

Je tiens enfin à saluer le retour des excellentes chroniques de mon collègue Raphael Watbled de VeloChronique. Je le dis, je le répète et je le crois toujours, il y a du Antoine Blondin dans la plume de Raphael. Son texte intitulé aujourd’hui "Le Tour roule à Voeckler" (ndlr: petit clin d’oeil subtil à l’expression "rouler à l’eau claire" pour ceux qui n’auraient pas compris) est excellent, comme tous ses textes. À consommer sans modération. Bravo Raphael !

Partager

Précédent

Cinquième gazette du Tour

Suivant

Précision sur l’étape d’hier

  1. on dirait que les belles victoires suscitent moins de commentaires ! celle de voeckler semble faire plaisir à tout le monde… (même à JR Godart). analyse limpide aussi. même chose aujourd’hui ?

    0
    0
  2. Vinnnch

    Victoire limpide oui, si ce n’est que je ne comprends toujours pas qu’il ait pu résister au peloton sur derniers kilomètres, ceux d’avant son attaque, et ceux d’après l’attaque.
    Ou alors on n’a pas fini de revoir ce genre d’étapes, car les coureurs pourront se dire « ah ben ca marche des fois, donc pourquoi pas pour moi ? »

    Par ailleurs je suis surpris que Laurent considère comme claire la supériorité de Hutarovich sur Geslin. Je ne connaîs pas Hutarovich, mais Geslin avait fini 3ème aux CdM il y a quelques années, derrière Boonen et Valverde. Il doit donc avoir une belle point de vitesse ?

    0
    0
  3. Patrick C.

    Cette histoire de San Diego est ridicule. Toutes les théories de Ferrari, qui est d’abord un entraîneur, tournent autour des WATTS et de la puissance. LeMond raconte n’importe quoi comme il raconte n’importe quoi quand il raconte que ses médecins ne lui trouvaient rien d’anormal. À l’époque il convoquait des conférences de presse pour justifier ses baisses de performances par une myopathie, expertise médicale à la clef. Qu’est devenue la myopathie ? Pourquoi cet homme sain fait-il quinze ans de plus que son âge ? LeMond est est vraiment une bordille.

    0
    0
  4. ça faisait presque longtemps qu’on ne parlait pas médecine ici…

    0
    0
  5. Dave

    Oui, ça peut paraître bizarre que Ferrari n’ait pas vu l’intérêt de la mesure de puissance en 94. A mon avis il était simplement piteux de découvrir le SRM par l’intermédiaire d’un type qui ne voulait pas de ses services à l’époque où tout le monde se les arrachait.

    J’entends encore Lemond dire début 94 qu’il n’était pas trop vieux car après tout il avait le même âge que Rominger. Certes, mais pas le même docteur !

    Lemond, on l’aime ou pas, ceci dit, il était sacrément visionnaire le bougre, casque rigide, guidon de tri, SRM, il a découvert tout ça avant les autres. L’arrivée de l’EPO n’explique pas à elle seule son déclin (Mottet 4è, Leblanc 5è, Fignon 6è du tour 91) pas plus que sa maladie.

    Mais le SRM en 94 n’était pas totalement précurseur, je me souviens que c’est Look, en 89, qui a montré les premières mesures de puissance (c’était dans le pédalier). Ils avaient même fait sur le tour 89 une démonstration de télémétrie en direct à la tv : certains coureurs de Toshiba (dont M.Madiot !) avaient un émetteur sous la selle et on voyait leurs watts en sur l’écran pendant l’étape Gap-Orcières Merlette (celle où… Lemond avait repris le maillot jaune).

    Les coureurs monitorés développaient alors à peine… 300 watts !

    0
    0
  6. Roger13

    A peine 300 W ?? Ben voyons ! Avec ça on est pas dans les 20 premiers de la montée cyclotouriste de l’Alpe d’Huez.
    Un peu de sérieux SVP !

    0
    0
  7. Dave

    @Roger : si tu trouves qqun qui a gardé la K7 vidéo, tu verras de tes yeux. La mesure était peut-être approximative, Madiot avait pris près de 6′ dans la vue (il avait fait une longue échappée la veille), mais j’en suis sûr c’était autour de 300…

    0
    0
  8. Tiphaine

    Comme je suis d’accord Aplg !
    « on dirait que les belles victoires suscitent moins de commentaires ! »

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.