Vive Cytomax!

L’Agence Mondiale Anti-Dopage, dont les bureaux sont à Montréal (Québec), vient d’autoriser, pour 2004, l’usage de la caféïne et de la pseudoéphédrine, produits pourtant bannis depuis plusieurs années. Les détails de ce revirement de situation ne sont pas encore connus. La liste complète des produits interdits sera disponible sur le site web de l’agence d’ici le 1er octobre. Comme si le cyclisme avait besoin de ca en ce moment… Notre sport va encore être montré du doigt… Lamentable. C’est Bugno (champion italien des années ’90 suspendu au cours de sa carrière pour contrôle positif à la caféïne) qui va être content !

Pour poursuivre dans la même veine (la pigez-vous?), l’Agence a également rendu public le Rapport des observateurs indépendants sur le Tour 2003. Très instructif. On y apprend que "les évaluations du poids et de la taille n’étaient pas effectuées selon une bonne procédure technique et l’auscultation cardio-pulmonaire ne s’effectuait pas sous des conditions idéales" (p.10) lors de l’examen médical de la veille du départ (obligatoire pour tous les coureurs). Putain ! Il me semble que ce n’est tout de même pas compliqué de trouver un "endroit convenable" pour prendre adéquatement taille et poids!!! Imaginez le foutoir quant il faut faire des contrôles pour trouver de l’Actovegin ou de l’EPO si pour taille et poids, c’est déjà la croix et la bannière… Le Rapport est bourré de "n’ont pas observé les conditions de conservation et de sécurité des échantillons…", etc. On y apprend également qu’après l’arrivée, le coureur demandé au contrôle anti-dopage avait une heure pour se présenter (!!!) et n’était pas escorté. Quant on songe qu’on peut s’injecter 500 ml de chlorure de sodium dans les veines en 10 minutes… Le Rapport est au moins formel : "une manipulation était possible" (écrit en toutes lettres). Le Rapport mentionne enfin que 20% des échantillons présentaient des anomalies quant à des marqueurs d’EPO. 20%… Et on ose souligner, en conclusion, que "les choses ont changé dans le bon sens" depuis 1998 et le scandale Festina. On croit rêver! On n’ose à peine imaginer ce que c’était à l’époque… La crédibilité des contrôles sur le dernier Tour de France ? Nulle.

Fouillez nos archives!