Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Tout savoir pour suivre le Giro

J’aime le Giro. Le Tour reste le Tour bien sûr. Mais le Giro, c’est différent. L’émotion y est différente. La passion des tifosi se palpe au contact des coureurs, dans les grands cols. Les pentes des Dolomites sont parfois redoutables, provoquant des rebondissements. Et les coureurs italiens s’y déchainent, lorsqu’ils ne s’entredéchirent pas sur la route ou… dans la presse!

Bref, on part samedi pour trois belles semaines d’émotions.

Voici ce qu’il faut savoir sur ce Giro.

Couverture télé au Québec

Ca sera sur RDS, parfois en reprise sur RDS2 le soir. Les couvertures commenceront vers les 8 ou 9h le matin. Consultez l’horaire ici.

Le parcours

Plus humain que l’an dernier, mais la montagne reste très présente. Pour gagner ce Giro, il faudra savoir encaisser les grands cols, particulièrement dans la troisième semaine. L’épreuve est lancée du Danemark samedi.

Le premier rendez-vous est à la 4e étape, le clm par équipes sur 32 bornes. L’occasion d’un premier fixement du classement général.

Le deuxième rendez-vous, c’est la 8e étape et l’arrivée à Lago Laceno, au terme d’une ascension d’environ 10 bornes. L’étape est longue: 229 kms. Les favoris devront se dévoiler pour la première fois.

Le troisième rendez-vous, c’est la 14e étape vers Cervinia. Deux belles patates dans le final, le col de Joux et l’ascension vers Cervinia sur 18 kms. Les premiers gros écarts seront faits là.

Le quatrième rendez-vous, c’est la 17e étape vers Cortina d’Empezzo. Quatre cols, une arrivée après une rapide descente du Passo Giau.

Le cinquième rendez-vous, c’est la 19e étape vers l’Alpe di Pampeago. 195, 4 cols, une arrivée en altitude. Aie.

Le sixième rendez-vous, c’est le lendemain, lors de la 20e étape vers le Stelvio. La grande lessive, surtout sur des organismes fatigués. 219 kms, et dans le final Mortirolo puis arrivée en haut du Stelvio. Re-aie.

Le dernier rendez-vous, c’est le dernier clm à Milan, sur 21 kms. Je crois toutefois que les écarts seront alors conséquents et que la course ne se jouera pas là.

Les favoris

C’est ici.

Les Canadiens

Ils sont trois. Dominique Rollin, Svein Tuft et Ryder Hesjedal. Ce dernier peut jouer une belle place au général, voire une place sur le podium. Il sera protégé chez Garmin. Tuft visera le prologue et surtout le dernier chrono. Rollin visera la victoire d’étape mais devra très probablement travailler pour Arnaud Demare qui visera quelques sprints, voire pour Sandy Casar qui visera une place dans les 10 au général.

Pour se mettre dedans

Ce vidéo !

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Un must: Entrainement Cardio, de Guy Thibault

  1. thierry mtl

    Fränk Schleck (…) has insisted that he will do all he can to finish in the top 5 in Milan.

    Pour Frank, c’est plus important d’aider Andy à terminer deuxième au Tour que d’essayer de gagner le Giro. Pourtant, cette année, la victoire du Giro lui est accessible compte tenu de l’état de l’opposition.

    Rappelons que Contador a déjà gagné le Giro avec une semaine de préavis. Il a beau avoir déjà partagé le même médecin que Contador, il n’a pas sa hargne et sa détermination. Les Schelck s’enlignent pour une carrière de podiums, sans victoire.

    0
    0
  2. Il y a aussi le Canadien Christian Meier chez Orica-Green Edge. Assez bon grimpeur je crois. Il va probablement chercher à se glisser dans des échappés.

    Mine de riens ça fait quatre Canadiens sur un Grand Tour. Sans la blessure de Michael Barry ils auraient peut-être été cinq.

    0
    0
  3. max

    Là pour le coup, Frank n’est pas blamâble. Il n’a pas de préparation spécifique, il sort de coupure et on lui balance, là , 10 jours avant le départ qu’il doit être leader sur le giro. Il est peut-être bon, mais il va quand même courir contre des gars presque aussi bons que lui et dont c’est le grand objectif de l’année.

    C’est Bruynnel qui a fait l’imbécile pour le coup. Avec tous les leader qu’il a, il n’en prévoie qu’un (et le moins solide en plus) pour le giro, alors qu’il en aura 9 sur le tour…

    0
    0
  4. schwartz patrick

    ouais, les Schlick-Schlack,jusqu’à présent,c’est une drôle d’histoire, ils ont une couverture médiatique incroyable, font partie des coureurs les mieux payés du plateau, ne sont pas mauvais même si pour moi ce ne sont pas des guerriers du vélo comme je l’entends ,et, paradoxalement, font (en compagnie de Bruynel)une course complètement à côté de la plaque ,des années et des courses gâchées …

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.