Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Tour de France 2012: casse-pattes, mais fade?

Le parcours du prochain Tour de France a été dévoilé à Paris et s'avère conforme à ce qui avait été publié par erreur par ASO il y a une dizaine de jours.

Y'a pas à dire, ce Tour de France confirme la tendance des dernières années qui se résume bien par cette déclaration de Christian Prudhomme, son directeur: "élargir le spectre des possibles". 

En gros, le Tour veut rompre avec un certain "classicisme" et permettre à davantage de coureurs de croire en leurs chances. Ce n'est pas Thomas Voeckler qui sera déçu !

Pour arriver à cela, c'est simple: on rogne les grandes étapes de montagne, on allonge un peu le nombre de kilomètres à parcourir contre-la-montre et on multiplie les étapes casse-pattes où il faudra être devant en tout temps pour ne pas se faire piéger. Prudhomme encore: "la montagne, ce n'est pas seulement les grands cols".

Pourquoi pas, en fait ? Sauf que. 

Sauf qu'on peut être inquiet pour la sécurité des coureurs en premier lieu. Davantage de coureurs qui croient en leurs chances pour le général, ça fait surtout davantage de coureurs qui tentent d'être aux premières loges du peloton, sur des routes parfois assez étroites et tourmentées. On a vu ce que ça a donné sur le Tour 2011: festival de chutes dans les premiers 10 jours. Ca sera probablement encore le cas en 2012.

Sauf qu'on peut aussi être inquiet que le Tour soit gagné sur circonstances de course plutôt que sur la valeur des coureurs. Jusqu'ici, le Tour de France a toujours proposé suffisamment de grandes étapes, qu'elles soient de contre-la-montre ou de montagne, pour permettre aux meilleurs coureurs de faire la différence. Ce n'est probablement plus le cas avec le parcours 2012: sur un tel parcours, Greg LeMond n'aurait probablement jamais pu refaire son retard sur un jeune Claudio Chiappucci, catapulté en jaune grâce à une échappée fleuve tôt durant la première semaine de course et dans laquelle figurait un certain Steve Bauer. 

Bref, à vouloir des parcours plus ouverts, le Tour risque aussi la banalisation. La Vuelta 2011 ne passera pas à l'histoire avec Cobo vainqueur…

Enfin, il est clair que sur un tel parcours, une équipe très forte, réunie autour d'un ou deux leaders maxi, sera un très net avantage, même en l'absence d'un contre-la-montre par équipe. Il y a peu de grandes étapes de montagne; beaucoup d'étapes accidentées, piégeuses. Les équipes avantagées dans ce contexte seront celles qui disposeront de gros rouleurs capables de contrôler un peloton pendant des dizaines et des dizaines de bornes, façon Jens Voigt à ses meilleures années. BMC aura cette puissance, c'est certain.

Les coureurs avantagés

Cadel Evans, en premier lieu. Ce diesel disposera d'une puissante équipe (BMC) et pourra exploiter sa force sur un tel parcours. Très bon contre-la-montre, il n'y a que deux étapes qui seront risquées pour lui, la 11e vers La Toussuire et la 16e vers Bagnères-de-Luchon. 

Bradley Wiggins aussi, pour les mêmes raisons que Cadel Evans sur qui il pourra prendre l'ascendant dans les contre-la-montre.

Les coureurs français comme Voeckler ou Rolland voire tous ceux qui oseront tenter quelque chose n'importe quand durant l'épreuve.  

Les coureurs désavantagés

Sans l'ombre d'un doute, Alberto Contador qui n'aura que trois étapes pour faire la différence en montagne, bien qu'il soit aussi capable de la faire dans les contre-la-montre. Contador devra jouer sa carte personnelle dans l'étape de La Toussuire dans les Alpes et dans celles de Bagnères-de-Luchon et Peyragudes dans les Pyrénées.

Les moins satisfaits seront assurément les deux frères Schleck, privés de grandes étapes de montagne. Pour eux, le Tour de France 2012, c'est très compliqué et c'est, en gros, trois étapes à ne pas louper, les mêmes que pour Contador. Les contre-la-montre, plus longs, joueront clairement en leur défaveur. À leur place, je ne sais même pas si je viendrais sur ce Tour!

Les bons coups

Le Tour 2012 présente quelques éléments intéressants. Le premier d'entre eux est, pour moi, le col du Grand Colombier lors de la 10e étape vers Bellegarde-sur-Valserine. C'est une sacré patate susceptible de lancer un coureur visant le général. C'est la première fois que cette montée pourtant mythique des Alpes est incluse au parcours du Tour de France. 

La Planche des Belles Filles sera également spectaculaire, permettant aux puncheurs – Philippe Gilbert en premier lieu – de s'exprimer à fond. 

L'étape vers Bagnères-de-Luchon est assurément l'étape reine de l'épreuve, dans la tradition des étapes de légende avec, à escalader ce jour-là, l'Aubisque, le Tourmalet, l'Aspin et le Peyresourde sur une étape qui fait tout de même 200 bornes. Écarts assurés à l'arrivée.

Enfin, dernier bon coup, l'inclusion de deux étapes de montagne assez courtes, à l'image de celle vers l'Alpe d'Huez en 2011 et qui avait été riche en rebondissements: la 11e étape vers La Toussuire, avec "seulement" 140 bornes, et la 17e étape vers Peyragudes, avec 144 bornes à faire ce jour-là. De quoi faire pour des étapes nerveuses.

En bref…

… c'est simple: ce seront tout de même toujours les coureurs qui feront la course !

L'Étape du Tour

Confirmation du parcours demain.

Partager

Précédent

Philippe Gilbert: « Le vélo va très, très mal »

Suivant

À la mémoire de Danielle Naçu

12 Commentaires

  1. sylvain

    Et si et si et si, Prudhomme semble tenter une autre version de tour, je dis bravo, faut s’avoir sortir du conformisme, on aura une idée de ce que sera le résultat d’ici là, je pense que cela peut être trés interessant, quand au fait qu’il y aurait plus de chuttes parceque plus de coureurs intéressés parceque les routes sont étroites…MOUAI si ça c’est une des raisons , tant mieux qu’il tente autre chose..

    0
    0
  2. Thierry Lemaire

    Pour la sécurité des coureurs et pour être sûr d’avoir les meilleurs sur le podium, je propose de supprimer toutes les étapes et d’attribuer des points en fonction des valeurs de VO2 max et du passeport biologique de chacun. Pour le suspense et le spectacle, on pourrait faire quand même une étape contre-la-montre sur home-trainer.

    0
    0
  3. Daccordi

    Ton titre m’a fait peur, mais heureusement, il y a ta conclusion. Ne jamais oublier ceci.

    0
    0
  4. schwartz patrick

    Nous ne sommes pas obligés d’avoir tout le temps un TDF comme en 2012; on peut changer et çà peut être intéressant d’une autre manière; je n’aime pas les confrontations des équipes avec des leaders uniques! c’est sympa de diversifier et de donner sa chance à 3 ou 4 coureurs par équipe sur un parcours imprévisible et plus tonique! D’annoncer aujourd’hui les favoris pour le tour prochain, ex Schleck-Contador-Evans, çà m’ennuie déjà, mais de savoir que plusieurs ambitieux à qui des dir.sport.intelligents, anticonformistes voir fantaisistes sont prêts à s’investir avec l’oeil du malin, çà, c’est quelque chose qui me botterait !comme je l’ai dit auparavant, pourquoi c’est automatiquement le meilleur sprinter qui ramène le maillot vert ? Et les « Schlick-Schlack » ne peuvent-ils pas s’entrainer au contre la montre et apprendre à « frotter »,cyclo-cross, piste en hiver,ils sont pros oui ou m…e, et vu leur salaire, ils peuvent suer autrement , non ? Juste attendre la montagne, à l’abri, des places d’orchestre privilégiées!il y a des courses de kermesses dans les Flandres; je préfère un coureur complet mais nulle part excellent comme Voeckler, offensif, intrépide, intelligent en course et courageux ; n’a-t-il pas le droit de gagner le Tour?Et les routes étroites, piègeuses, çà donne du piment,non? Qui veut les faire rouler sur autoroute ?Celui qui doit gagner le Tour,doit être le plus fort, le plus adroit sur un bike, le plus malin et bien sûr, le plus « propre », (et pas seulement après la douche) , là,c’est le coureur le plus complet et ce n’est que du bonheur …

    0
    0
  5. Sébastien Lamarre

    Ça fait drôle tout-de-même de soudain pressentir Contador(mir debout) comme « désavantagé » -et de son propre aveux- parce qu’il y a deux contre-la-montre relativement long (38 et 52km)…

    En 2007 (Albi 54km il est 7ième) et Angoulême (55.5km, il est 5ieme) Pas si mal…

    En 2009 sur 15km et quelques, il est à 18 sec de Cancellara. 2ieme devant Wiggins Kloden, Evans, Leipheimer, et autres Tony Martin… PUIS à Annecy, sur 40km il MOUCHE Cancellara, Ignatiev, Larsson, Millar… Il gagne et personne ne dit rien?

    En 2010, sur 8.9km, il est 6ième derrière les spécialistes. Sur le dernier CLM de 52km… il flanche enfin donnant plus de 5 minutes, mais on peut arguer qu’il n’avait qu’à gérer son avance.

    Bref, avant 2011, Contador bouffait du chien* et roulait comme un avion sur les CLM… Étrange?

    *du chien de Vandenbrouke, ou de Basso, vous savez?

    0
    0
  6. regis91

    quel que soit le parcours les shleck ne savent pas rouler donc ils ne sont pas près de gagner.
    Et puis il y a eu d’autres TDF gagnés sur des « circonstances » de course, car si le vainqueur est déjà connu avant le départ aucun intérêt là au moins ça ménage un peu le suspense.Perso je vote pour !!!!

    0
    0
  7. Batrick P

    Juan Jose Cobo fait un très beau vainqueur de la Vuelta 2011. Le parcours a grandement fait la course, une belle course, et un très beau vainqueur que ceux qui suivent avec du nez attendaient depuis plusieurs années au sommet d’une grande.

    0
    0
  8. Malhonêteintelectuel

    ah ça serait bien que les frères Shleck ne soient pas là, comme ça on aurait une course!

    0
    0
  9. Thierry Lemaire

    pour Cobo, effectivement ce n’est pas une circonstance de course, il a écrasé tous ses adversaires sur la montée la plus dure du monde, tout simplement…

    0
    0
  10. PANTARULES

    Pas trop d’accord…

    Ce tracé est pas mal, surtout si on compare aux tours dessinés jadis par LEBLANC…

    Un Grimpeur au top peut faire la différence dans 6/7 étapes.. Il vaut toujours mieux un col de la croix ( pas celui de 97 certes ) à 15 bornes de l’arrivée que l’Aubisque à 60…

    Rappelons le Tour 98, sur le papier facile et gagné par le meilleur grimpeur de tous les temps !

    Bref, un Andy inspiré peut gagner en prenant des risques…

    Petit rectificatif par rapport à l’allusion sur LEMOND CHIAPUCCI en 90 : Laurent, c’est dans l’étape de Saint Etienne que ce suceur de roues de LEMOND, emmené par INDURAIN, repris du temps à CHIAPUCCI… Donc en moyenne montagne…
    Bon il a repris aussi 2mn à LUZ, mais si PARRA n’avait pas démarré, on attendrait encore l’attaque du Ricain, définitivement bien en dessous de LANCE !!!
    D’ailleurs, ce Tour 90 aurait du être le premier d’INDURAIN !!!!

    0
    0
  11. Thierry Lemaire

    @PANTARULES : le tour 98 est vraiment un tour au rabais, il n’aurait jamais du aller à son terme. Avec la moitié des dopés du peloton exclus, il y a quand même deux dopés aux deus premières places

    0
    0
  12. Thierry Lemaire

    *deux

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.